J’voudrais bien, mais j’peux point. Mais quoi au juste ? Être né plus tôt et avoir commencé ma carrière à la fin des années 70 ou au début des années 80 pour avoir connu ces prémices brûlants et cette émergence métallique qui encore aujourd’hui, a d’énormes répercussions. C’est plus ou moins le rêve secret d’un paquet de musiciens actuels à travers le monde, qui, frustrés justement d’avoir vu le jour un peu tard, font tout ce qu’ils peuvent pour faire croire que, et l’illusion marche…ou pas. Dans la plupart des cas, et lorsque le mimétisme est poussé au paroxysme (production fanée, riffs décalqués, artwork estampillé, look étudié), on peut se prendre au jeu et oublier la date de péremption d’un album, tant il donne le sentiment d’avoir été enregistré trente ans plus tôt. Dans le pire des cas, et en ayant connu la vague initiale, tout ça prête à sourire, à rire ou suscite une indifférence polie pour ne pas verser dans le sarcasme. Mais vous pensez bien que si je vous parle ce soir de ce groupe lusophone, c’est que j’ai une bonne raison. Et elle est même double. D’une, ce combo a déjà rodé son excellent répertoire, et de deux, ses influences font partie de mes références les plus adoubées. Originaires de Coimbra, Portugal, les MIDNIGHT PRIEST et leur clin d’œil patronymique ne sont pas vraiment des débutants, puisqu’ils ont entamé leur carrière il y a plus de dix ans. Un an plus tard, première démo, puis un EP la même année, avant de débouler sur le marché pro avec un longue-durée dans les bottes (Midnight Priest, tout y était déjà). Huit ans plus tard, et un autre long sous le poncho (Midnight Steel, ils ne peuvent décidément rien faire avant minuit), les voici qui reviennent donc avec leurs histoires de fantômes qui vous poursuivent la nuit pour vous faire flipper avec leur imitation de MERCYFUL FATE et GRAVESTONE.

Les noms sont lâchés, et pas par hasard. Aggressive Hauntings, troisième chapitre de la saga MIDNIGHT PRIEST est en effet un joli mélange d’occultisme à la danoise et de pragmatisme lyrique Heavy à l’Allemande, et se paie le luxe de tenir le niveau de qualité de ses deux tomes aînés, qui ne faisaient pas semblant de croire au passé. Enrobé dans une splendide pochette au design casher, ce nouveau témoignage de la foi portugaise est une véritable leçon de nostalgie en riffs majeurs, et combine puissance, modulation et théâtralité pour vous faire encore plus rêver. Mais rêver à quoi ? A une sorte de mash-up géant de ces artistes que j’ai nommés, et auxquels je pourrais ajouter IRON MAIDEN, ACCEPT, JUDAS PRIEST évidemment, mais aussi des tonnes d’autres, puisque le cadre choisi permet de multiplier les pistes. Le quintette aux pseudos fleuris (Lex Thunder - chant, Iron Fist C. - guitare, Tiago Steelbringer - guitare, Speedfaias Axecrazy - basse et Alex "War Tank" Animal - batterie) n’a donc pas vraiment changé son optique, et a renforcé ce côté pluriel qu’on lui connaissait, au point d’incarner aujourd’hui la quintessence d’une mode old-school qui s’étouffe de son propre appétit de nostalgie. Toujours à cheval entre Heavy Metal emphatique et dramatique à la KING DIAMOND, MERCYFUL FATE et LIZZY BORDEN et efficience presque Speed et Power germanique, les cinq instrumentistes nous donnent une nouvelle leçon de savoir-faire à l’ancienne, en multipliant les interventions héroïques, les lignes de chant haut-perchées et au vibrato possédé, le pilonnage rythmique modulé mais affirmé, et ces neuf nouveaux morceaux (plus une intro), sont autant d’hymnes à une gloire ancestrale qui encore en 2019, fait vibrer la colonne vertébrale.

Headbanging guaranteed. C’est plus ou moins la synthèse que l’on peut faire de cet Aggressive Hauntings, qui sans égaler une fusion entre Don’t Break The Oath et Menace To Society, en atteint parfois l’intensité dans la tragédie, grâce notamment à une belle complémentarité entre une paire de guitaristes capables et un chanteur qui ne fait pas semblant de croire qu’il aurait pu incarner Don Giovanni ou Méphisto. Avouons-le, l’intérêt majeur de cette réalisation, en dehors de la qualité intrinsèque des compositions, c’est bien la voix unique de Lex Thunder, qui comme ce cher King Diamond, cet illustre Berti Majdan ou cet incontournable Lizzy Borden est capable de transcender n’importe quelle partie de guitare lambda pour la transformer en acte opératique aux conséquences harmoniques ténébreuses et opaques. Le beau se démène comme un diable, ou l’inverse, et utilise toute l’étendue de sa palette vocale pour suggérer une fascination pour le King ou l’autre Metal God, spécialement lorsque ses montées épidermiques dans les aigus rappellent les cris de fouine excitée de Rob Halford. Les fans savent évidemment tout ça depuis le début, mais si vous découvrez le groupe, « Funeral » fera une introduction tout à fait respectable au monde de MIDNIGHT PRIEST, qui une fois cette bombe de sorcellerie lâchée, ne déviera pas d’un pouce de sa trajectoire. Car malgré des ambitions sans cesse affichées, le reproche que l’on peut formuler à leur encontre est qu’ils ne varient que très peu leur approche, déjà testée sur des LP de l’envergure de Melissa, sans les inclinaisons progressives de l’ancien groupe de Hank Shermann.

Mais malgré les ressemblances, spécialement au niveau des tonalités et des tempi, les titres se montrent en tous points convaincants, osant même parfois des cavalcades typiques du MAIDEN de transition (« Aggressive Hauntings »), ou une agressivité virile symptomatique du PRIEST le plus velu (« Eyes in the Dark », le meilleur mélange corsé à base de MERCYFUL FATE et JUDAS que vous pourrez trouver). C’est évidemment très bien fait, très bien joué, avec une cadence qui augmente de temps à autres pour taquiner la vague Power germaine (« Eyes in the Dark », on s’y croirait, merci GRAVESTONE, HELLOWEEN et tous les autres, et même ACCEPT tiens), et surtout des idées condensées en une poignée de minutes. Et sous la barre des trente-cinq, cet album ne lasse donc pas, malgré ses répétitions un peu flagrantes parfois, puisqu’il y a toujours un solo, une tierce, une embardée vocale pour nous éviter l’ennui. Paroles gentiment occultes, accalmies Hard accrocheuses comme un succube sur la bouteille de chartreuse (« Sin for Satan », là sincèrement les gars, le Kink pourrait vous en vouloir de le copier à ce point…), et finalement, on se laisse séduire malgré les redites, les facilités, et cette tendance à mélanger inspiration et conspiration, avec des mélodies et des accroches qui paraissent plus chipées qu’empruntées avec le désir de les rendre. Un genre d’ENFORCER en version plus empruntée, et plus concrètement, un retour aux sources pour les portugais de MIDNIGHT PRIEST, qui reviennent vers leurs débuts pour alimenter leur présent et leur avenir. La boucle est donc bouclée, et ça tombe bien, car je voulais bien, même si je ne peux point…toujours.        

 

Titres de l’album :

                          1.The Law

                          2.Funeral

                          3.Aggressive Hauntings

                          4.Eyes in the Dark

                          5.Holy Flesh

                          6.Ecstasy

                          7.Sin for Satan

                          8.Iron Heart

                          9.On Your Knees for Metal

                         10.Black Leather

Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 21/07/2019 à 19:02
80 %    143

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Arides

Sur les Terres Oubliées

Freedom Call

M.E.T.A.L.

Vak

Loud Wind

Ascend The Hollow

Echoes Of Existence

Aziza

The Root Of Demise

Twilight Force

Dawn Of The Dragonstar

Perpetual Among Us

Thy Will Be Done

Fuming Mouth

The Grand Descent

Endimion

Latmus

Unruly Child

Big Blue World

Hellnite

Midnight Terrors

Nucleus

Entity

Slipknot

Slipknot

Warrior Soul

Rock n’ Roll Disease

Hammerfall

Dominion

Iron Bastards

Cobra Cadabra

Summery Mind

Color

Destruction

Born to Perish

Lingua Ignota

Caligula

Skeletal Remains + Black March

RBD / 21/08/2019
Beatdown Death

Tour Report : MONOLITHE + ABYSSIC / Europe avril 2019

Jus de cadavre / 15/08/2019
Abyssic

THE DIRT / Critiques du film

Jus de cadavre / 06/08/2019
Biopic

MOTOCULTOR 2019 : notre programme !

Jus de cadavre / 05/08/2019
Metalnews

Obscene Extreme - Jour 6

Mold_Putrefaction / 03/08/2019
Brutal Death Metal

Concerts à 7 jours

+ All In The Small + Dopethrone

25/08 : Le Dropkick, Reims (51)

Photo Stream

Derniers coms

Très bonne chronique pour un très bon disque !


Mon premier groupe Metal vu en concert haha (avec Manigance en première partie, dans la salle communale d'un bled bien paumé!) ! Ça fait un bail, mais que de souvenir ! Même si je n'ai jamais réécouté ce groupe par la suite :D !


Un chef d’œuvre ???
Nouvelle illustration du caractère personnel du ressenti face à une œuvre. Attaché aux premiers albums et au retour en grâce du Heavy Metal auquel ils ont contribué, d'un point de vue médiatique (et aux concerts fabuleux des tournées Legacy of Kings et Renegade (...)


Très bon report. Précis et honnête.
Et bien dommage qu'un groupe du niveau de Skeletal Remains soit si peu communicatif... c'est surtout con pour eux d'ailleurs.


@maxime : je ne comprends pas ???


Cool ! Je suis un héros ! :-)


Très chouette tour-report ! Merci ! Et du coup j'en profite pour découvrir ABYSSIC dont la musique est vraiment cool.


Merci ! Merci de rappeler qu'il suffit juste de savoir lire pour être un héros... ;-)


Celui qui arrive à lire et surtout comprendre ce pavé est un héro...


Je ralais d’être absent pour cette date mais tu m’as remonté le moral. J’ai personnellement du mal avec la non communication (voir le mépris pour certains) des groupes envers leurs fans.. surtout dans des musiques dites de niches..
Sauf erreur de ma part, leur excellent batteur est p(...)


Belle découverte!


Chronique sacrément bien torchée. Chapeau !


"Carnal knowledge prophecy!" à 15h...ok je sors :-)


Cet album m'attire, je trouve le truc ambitieux mais 'tain, pas évident de bien rentrer dans le délire !


On a pas dû écouter le même album!


Band bien guez. L'un de leurs plus mauvais albums. Les compos sont plates et le chanteur n'a plus de voix.


1) Bon j'ai dit 15 h comme ça car l'exaction a eut lieu en milieu d'après-midi. Impossible donc que cela ait pu se faire pendant INCANTATION car j'étais forcément au devant de la scène à ce moment là.
2) "Ou comment faire d'un seul riff un morcif entier"
Bah figures-toi que c'est (...)


Depuis l'éponyme, a oui quand même, le seul qui envoi lourd dans leur disco(aller on dira aussi Iowa).

Je vais tenté cet album.


marrante ton anecdote, tiens. Vers 15h, ils devaient pas aimer Incantation, preuve qu'entre le missionnaire et ça, ils devaient pas avoir beaucoup de goût.
Sinon, plus sérieusement, d'accord avec toi pour la majorité, Humungus, sauf ZURIAKKE (bon, moi et le black à capuche ça fait 2) ou (...)


Merci pour le report, très agréable à lire.
Juste en passant, une petite faute : "Beaucoup de groupes refusent de jouer ici à cause de ça, mais la moindre des choses, quand on accepte de venir, c’est de jouer le jeux." - jeu.