Impitoyables, ces quatre allumés le sont totalement et assument parfaitement leurs travers. Fondé au début des années 2010, le concept bruitiste SCOWL (Chris « Dickler » Dialogue – chant/bruit, Zack « Joey Ramone Legs » Birmingham – guitare, Derek « Dunphy » Stephan – basse et Frank « Why Am I Even In This Band? » Huang – batterie) se complait dans une attaque pas vraiment franche à base de Crust, de Powerviolence, de Hardcore taré et de Grind voilé, sans complaisance, mais avec beaucoup d’aisance.

Comme tout combo extrême qui se respecte, ils ont déjà à leur actif une sacrée bordée d’injures gravées ou non sur rondelle, dont le « fameux » Grindcore Is Serious Business qui en dit long sur leur philosophie, qui finalement, ne repose que sur un seul principe.

Faire du bruit, d’une façon extrêmement chaotique, rester fun mais jouer en rang serré pour proposer une « musique » un tant soit peu construite et écoutable.

Ruthless qu’on considèrera comme un LP très court ou un EP très long selon les raisons et l’humeur, ne dévie pas d’un millimètre de leurs obsessions traditionnelles, et ne trahira pas non plus leur leitmotiv, brillamment résumé sur leur page Facebook.

« Too "crusty" to be on Encyclopaedia Metallum »

Et s’il est vrai qu’on ne trouve aucune entrée à leur sujet dans cette bible de l’étrange, ça n’est certainement pas à cause de leur barouf pas plus inécoutable qu’une démo cassette de GNAW THEIR TONGUES…enfin…pas tout le temps en tout cas.

Ces individus sont sans doute très sympathiques, mais peu empathiques envers vos oreilles. Avec leur mélange de courants pas si à contre-courant que ça, ils se placent avec habileté sur un échiquier du terrorisme musical mondial, option « fou qui bouffe la reine avec un mélange de stridences Crust et de silences samplés plus ou moins inquiétants ».

Difficile toutefois de les faire bouger sur le plateau, puisque leurs mouvements sont assez erratiques. Après une intro interminable genre Noise Ambient qui écorche les tympans et qui se montre très complaisante dans la douleur et les itérations irritantes (« Morning Breakfast Suicide Cruch »), les SCOWL décident dès le deuxième morceau d’honorer leurs influences qu’ils placent sur le niveau des éternels PHOBIA, TERRORIZER, INSECT WARFARE, DISRUPT, IN DISGUST et autres SPAZZ ou EXCRUCIATING TERROR.

« Hot Sauce Ass Play », en dehors de son titre qui fleure bon la blague provocante à deux sous trois pièces, passe en revue toutes les possibilités maniaques d’un Crust/Powerviolence qui sombre à intervalles réguliers dans le Sludge Indus poisseux et décoiffé, pour finalement ne plus redécoller. Surprenant, d’autant plus qu’il est pieds et poings lié à sa suite pas si logique que ça « Freebase Space Case », qui titille la fibre nerveuse des BRUTAL TRUTH et des FULL OF HELL pour une valse/hésitation qui file la gerbe de ses hurlements tantôt hystériques ou graves et magiques.

Si le seul centre d’intérêt avoué des tarés semblent être les blasts, comme ils le déclarent de façon un peu péremptoire, il semblerait qu’ils soient plutôt obnubilés par la provocation en tous genres, et qu’ils aient assimilé toutes les possibilités de déranger et agacer par des successions de plans pas vraiment cohérents entre eux.

Et finalement, au moment d’établir un verdict ferme pour les condamner, me voilà bien embêté. Avec un jury qui ne sait plus où de la tête dodeliner, je dois juger par moi-même tout en étant légèrement hébété et l’esprit embrumé.

Entre Powerviolence vraiment cru, Grind subtilement dru, Fastcore ténu et Indus à peine bu, la direction des originaires de Brooklyn n’est pas du genre à se mettre à nu, et nous laisse dubitatif, un peu comme si les vieux OLD partageaient leurs vues avec un FULL OF HELL en quête d’absolu.

On peut toutefois avant de clore le dossier, signaler que ces flingués n’hésitent pas à se foutre de notre gueule en meublant leur EP de trois interventions extra musicales, qui se répandent en bruitages insupportables et autres samples ingérables (outre l’intro déjà abordée, « Ruthless » et l’outro « Eviction #865 » ne sont que bruit et pas forcément fureur), et qui en plus monopolisent à eux seuls plus de la moitié de la durée totale de Ruthless.  

Mais en fin de compte, tout ça est assez malin et pris dans sa globalité offre une récréation synonyme de graves céphalées, dans un esprit underground bordélique parfaitement respecté.

Vous jugerez sur pièce de la pertinence de la blague, mais j’ai quand même été séduit par ce mélange de crises de démence Powerviolence/Grind et d’instances Ambient/Indus, qui forment un tout assez compact et assujetti à une interprétation subjective qui met finalement assez mal à l’aise.

Mais c’est le propre de l’extrême, de ne justement pas hésiter à aller trop loin pour provoquer. Alors impitoyables ou pitoyables, la frontière d’analyse est mince, mais…

 …peu importe.

Official Bandcamp


par mortne2001 le 02/11/2016 à 15:49
65 %    320

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Statement

Force Of Life

Cara Neir

Part III - Part IV

Project For Bastards

Project For Bastards

Aftermath

There Is Something Wrong

Nostromo

Narrenschiff

Charge

Ain’t The One

Herod

Sombre Dessein

(false) Defecation

Killing With Kindness

Rosy Vista

Unbelievable

Gorgon

Elegy

Parad1gm

Parad1gm

Laceration

Remnants

Dragon's Daughters

Tits on Fire

Ad Patres

A Brief Introduction to Human Experiments

Suzi Quatro

No Control

Beast In Black

From Hell With Love

Manowar

The Final Battle 1 (E.P)

Erlen Meyer

Sang et Or

Orphaned Land + Subterranean Masquerade

RBD / 18/04/2019
Folk Metal

Crippled Black Phoenix I Villingen-Schwenningen

Simony / 16/04/2019
Cold Wave

EVERGREY - Le Gibus - Paris

Kamel / 15/04/2019
Evergrey

LA CAVE : une sélection d'albums Metal Extreme #1

Jus de cadavre / 02/04/2019
Metal Extrême

Concerts à 7 jours

+ Sortilège

19/04 : Le Petit Bain, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

Bah c'est une pochette de Prog quoi...


Cette pochette est comment dire ... ... ...


C'est une histoire de dingue là... Je comprend pas trop le but de ce genre d'arnaque en fait... C'est pas en vendant 3 albums de groupes totalement underground qu'on fait du fric bordel !?


Une plus grande exposition à l'internationale tout simplement. Si ça marche, l'aspect financier suivra mais ce ne sera qu'une conséquence indirecte. La médiatisation prime avant tout. Pour ce qui est de leur revendication comme tu dis, si tu regardes les commentaires de cette new sur leur facebo(...)


Sans compter le fait que les mecs de Metal Bastard Enterprises (Oliver et ralf Schaffelhuber) sont ceux qui ont fait le célèbre label rip off Turbo records/Turbo Music ! mais aussi Braincrusher records, Metal age, sont aussi ceux qui ont fait un label qui sortait des groupes de RAC néo nazi nom(...)


Oui Goughy, ce sont clairement des classiques, c'est indiscutable.
Loin de moi l'idée de descendre les albums qui ont précédé ce Russian.
Je voulais dire que les journalistes avaient un peu eu tendance à les faire passer pour les "seuls" classiques des allemands. Et c'est vrai qu'Ac(...)


Je suis bien content que quelqu'un aie pu y aller. Je suis encore vert que la date dans le Midi ait été annulée deux jours avant, je la guettais depuis des mois, réservation et tout... C'est la deuxième fois que je rate Soft Kill notamment sur annulation.


Quelque chose m'échappe totalement dans la démarche : ils ont toujours revendiqué d'être "à part" et là ils signent sur un label impersonnel. Il va falloir qu'ils m'expliquent ce qui a pu les motiver à quitter un label aussi pointu que Prophecy, hormis de basses considérations financières.


Je n'ai jamais vraiment écouté Accept, à part Balls... et encore, (je ne sais même pas vraiment pourquoi en fait... c'est pas ma génération on va dire...), mais vos coms de passionnés donne envie de s'y pencher un peu plus sérieusement.


Eh ben merci à Metalnews et à toi Monsterman, vous relancez un débat que j'ai avec moi même et quelques amis sur la place de cet album dans la discographie d'Accept (avec Udo hein, restons sérieux).
Pour l'instant il est derrière le quatuor indiscutable (j'ajoute "Breaker" aux trio que t(...)


En me relisant, je me suis mal exprimé : je voulais dire que j'ai fait écouter cet album il y a 4 ou 5 ans à un vieux fan de Heavy qui était totalement passé à côté... eh bien il avait pris SA CLAQUE ! Voilà le souvenir qui revient. :-)
un album qui a sacrément bien vieilli !


Sans doute le meilleur Accept. Le plus mur, le mieux produit...
des textes monstrueux et bien plus affutés que chez la concurrence (lisez attentivement ceux de "Heaven is hell" ou "TV War")...
cet album est un must à écouter à fort volume ! Tuerie de prod !!
Souvenir d'un pote (...)


Jamais accroché à ce groupe... Et ce n'est pas leurs dernières productions qui ont pu me faire changer d'avis. Néanmoins, très chouette live-report ! Bienvenue Kamel ! :-)


Groupe vu sur la tournée d'In Search of Truth, depuis je trouve que le groupe tourne en rond se reposant trop sur la voix exceptionnelle de son chanteur. Mais en live si je peux les revoir... j'hésiterais pas une seconde.
Bienvenue à Kamel !


Bienvenue à Kamel dans l'équipe!


Je pense que ça vient du fait que le groupe "travail" (ils sont payés quoi) et que c'est donc un visa particulier qu'il faut et non un simple visa touristique. En fait si j'ai bien compris il n'y a pas eu de refus de visa mais un retard (c'est très long les délais apparemment) et du coup le grou(...)


Pourquoi ?


Quel dommage pour Gorod.

Pour une fois, j'aimerais bien savoir ce qui motive un refus de visa. Est ce que c'est parceque c'est lié à un visa de tourisme vs un visa de travail ?

ça me fait beaucoup penser au problèmes de visa qui ont fait que Morbid Angel ont du annuler (...)


Tiens, tiens... Turbo music était déjà salement réputé à l'époque. Rip-off d'un jour, rip-off toujours...


de plus en plus naïf et limite ridicule le pauvre DT...