Attention, là, ça envoie du lourd. Je ne vais pas vous ressortir mon CV pour vous prouver par l’expérience que je connais la vague du revival Thrash par cœur (le nombre de chroniques que j’y consacre suffit), mais je me dois de vous avertir que ce premier album des espagnols de VIOLBLAST va très rapidement devenir une référence en la matière.

Généralement, ce sont plutôt les Allemands, les Américains ou les Sud-Américains qu’on attend sur le podium des sprints, mais parfois, d’autres nations parviennent à y placer des athlètes pour prendre tout le monde à contre-pied.

Et sans chercher à dépasser les limites de la vélocité, ce quatuor pourrait représenter l’équivalent d’Usain Bolt en termes de performances métallisées.

Vous avez du mal à y croire ?

J’ai pourtant une preuve formelle. Les neuf morceaux de ce Conflict, qui en effet, en déclenche un fameux dans vos oreilles.

Avant toute chose, replaçons-les dans leur contexte. Tout a commencé à Figueres, Espagne, en 2012, lorsque les BETRAYER ont entamé leur carrière. Après quelques concerts et ajustements, le quatuor mue et devient VIOLBLAST, s’articulant autour de la formation Andrés Perez (chant/basse), Santi Turk (guitare rythmique), Sebas Silvera (guitare solo) et Sergio Ruiz (batterie).

Dès lors, le combo répète son grand soir, et de performances en finitions, accouche d’un premier EP en 2014, Permanent Hate, déjà porteur de grands espoirs.

Deux ans plus tard, ces mêmes espoirs sont confirmés de la plus belle de façons, avec un premier LP disponible en version physique chez Suspiria Records, Conflict, qui prouve qu’on peut encore chatouiller la suprématie des chefs d’œuvre du genre sans en rajouter, ni pomper les réponses sur son voisin de tablée.

L’équation est simple, et la question évidente. Que faut-il pour produire un très grand album de Thrash ? Des rythmiques agressives, des riffs saccadés biseautés au millimètre, un chanteur au coffre puissant, un soliste inspiré, et surtout, des compos qui maltraitent la chèvre en bouffant le chou, et qui manient aussi bien le Heavy malin que le Speed chafouin.

Une production mettant en avant les qualités naturelles d’un ensemble, profonde, aux graves bondissants et aux médiums agressant, équilibrée comme un best-of de SLAYER peaufiné, et une variété de ton à la GRIP INC du meilleur son.

De ce point de vue-là, Conflict respecte tous les impératifs du cahier des charges, et en plus, ose le timing parfait avec sa demi-heure très bien digérée. Neuf pistes pour trente minutes de brutalité maîtrisée, c’est une leçon de perfection à laquelle les espagnols vous invitent, histoire de vous faire comprendre que les ibères ont su rester grave en colère.

Les influences de leur page Facebook sont d’usage, SLAYER, METALLICA, EXODUS, ANTHRAX, MEGADETH, MUNICIPAL WASTE, liste au sein de laquelle ils glissent aussi des allusions à HAVOK, CRISIX, MISFITS, et autres clins d’œil plus discrets. Mais sans vouloir réduire le champ du possible, c’est bien à Kerry King et Dave Lombardo qu’il faut penser lorsqu’on écoute Conflict, tant cet album ressemble à un crossover parfait entre SLAYER et GRIP INC.

Même propension à lâcher des riffs percutants sur fond de rythmique compacte virevoltant, même inclinaison à travailler les ambiances Heavy pour les rendre sombres comme de la suie par l’entremise d’arpèges maudits (« Invisible Death », qui pourrait donner l’accolade à « South Of Heaven » sans craindre les pellicules), et même facilité pour bombarder l’auditeur d’informations féroces sans risquer l’overdose.

Dès lors, les classiques se succèdent à vitesse grand V, et comme les lascars nous offrent en sus une intro travaillée et développée (« Deep Into Darkness », qui met de suite dans l’ambiance), les trente minutes d’expression sont exploitées à fond, et chaque piste tourne rond sans se mordre la queue pour de bon.

Alors, on passe tout en revue, du concassage à la GRIP INC/TESTAMENT (« Reprisal », « Bearing Witness »), à la scierie nocturne dont les machines turbinent et découpent sans relâche (« Conflict », gigantesque, « Wielders Of Fear », dantesque), aux modulations de boucher qui affute ses couteaux sans souiller le labo (« Signs Of a Murder », ou comment faire la jonction entre le SLAYER de Divine Intervention et le GRIP INC de Solidify).

En fait, et que ce soit en écoute transversale ou en dissection radicale, tout est parfait sur ce premier LP qui permet même de retrouver les sensations du meilleur DESTRUCTION radicalisé par un TESTAMENT délocalisé (« Paths of Aggression »).

Aucun répit, aucune baisse de régime, un agencement très intelligent de parties furieuses et d’accalmies Heavy gouteuses, un soliste qui connaît très bien son manche et son boulot sans en faire trop, et bien évidemment, un chanteur qui exulte, exhorte, vitupère et transporte, d’un phrasé plein d’assurance et d’une gravité méfiante.

Je l’avoue, j’ai été soulevé, embarqué, et transporté par ce Conflict qui m’a ramené à mes plus grandes joies adolescentes des années 80/90. Il m’a rappelé l’émotion qui m’a étreint lors de la découverte d’œuvres essentielles et radicales comme Season In The Abyss, Power of Inner Strengh, The Gathering, ou Arise.

Un réel talent vient d’émerger à Figueres, qui risque de se faire un gros trou sur la scène Thrash Européenne, à la force du poignet et des riffs soignés.

 Mais le plus simple est encore d’écouter, de headbanger, de transpirer, et de gueuler. Après, tout, une cure de jouvence pareille, ça n’arrive pas tous les jours, alors autant en profiter…


Titres de l'album:

  1. Deep Into Darkness
  2. Conflict
  3. Wielders Of Fear
  4. Signs Of A Murder
  5. Invisible Death
  6. Reprisal
  7. Paths Of Aggression
  8. Bearing Witness
  9. Individuality

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 02/01/2017 à 17:52
95 %    448

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Towering

Obscuring Manifestation

Calamity

Kairos

Deathspell Omega

The Furnaces Of Palingenesia

Pectora

Untaken

Warchest

Sentenced Since Conception

Sangue

Culś

Wormwitch

Heaven That Dwells Within

Wings Of Decay

Crossroads

Ares Kingdom

By the Light of Their Destruction

Mosh-pit Justice

Fighting The Poison

East Of The Wall

NP-Complete

Spirits Of Fire

Spirits Of Fire

Brutal Sphincter

Analhu Akbar

Darkthrone

Old Star

Makkmat

Beina Brenner

Jess By The Lake

Under The Red Light Shine

Rammstein

Rammstein

D.a.d

A Prayer for the Loud

Death Angel

Humanicide

First Signal

Line of Fire

Pitfest

Mold_Putrefaction / 08/06/2019
Crust

Warm-Up Hellfest

JTDP / 07/06/2019
Hellfest

Ad Patres / Iron Flesh / Origin'Hell - Live-report Rennes

Jus de cadavre / 28/05/2019
Death Metal

Mgła - Revenge - Doombringer // Paris

Mold_Putrefaction / 19/05/2019
Death Metal

Concerts à 7 jours

+ Ministry

18/06 : La Laiterie, Strasbourg (67)

Photo Stream

Derniers coms

Haha, ouais. Bon en même temps, fallait pas s'attendre à voir autre chose venant d'eux.


Ca paiera les soins de Mustaine, touché par un cancer de la gorge. En espérant un prompt rétablissement au divin rouquin.
Endgame reste leur meilleur album depuis... Rust In Peace, et le plus agressif aussi.


Courage a ce monstre du Metal.


Ah bah merde ! J'étais content de pouvoir revoir le père Wino sur scène... Grand souvenir avec Spirit Caravan il y a quelques années sur cette même scène.


Ah merde Humungus, ce qui me plaît surtout dans le dernier Vltimas, c'est les influences orientales...Le mash-up Faudel/David Vincent m'a tellement fait rêver ! :)


Il a survécu à la dope, à l'alcool, à dieu et à Metallica en écrivant les plus belles pages du Heavy/Thrash alors je pense qu'il survivra à ce putain de cancer ! Pour moi, le Metal God, c'est lui. Le meilleur guitariste du Metal c'est lui, alors il ne peut pas mourir. Dave Mustaine ne mourra (...)


Vas y Dave, nique lui la gueule à ce putain de cancer.


Tout simplement parce qu’ils sont pourris...


Eh ben...
Fucking hook in mouth.... :-(


@humungus : tout à fait d'accord ! ;-)


En fait, je pensais que tu faisais une vanne et que tu sous entendais par là que c'était le meilleur fest d'Europe…
Alors, pour corriger "réellement" l'ensemble, le HELLFEST c'est :
L'un des plus grands d'Europe, le plus grand de France et le meilleur au monde mondial au niveau des (...)


Détrompe toi Humungus, on ne s'en branle absolument pas, c'est justement pour partager les attentes de chacun et pourquoi pas donner envie à ceux qui hésitent d'aller voir tel ou tel groupe. Et ton R.O. est plus que solide dites donc, je m'y reconnais assez !
Et pour "le plus grand festival(...)


J'imagine que tout le monde s'en branle, mais y'a pas de raison qu'il n'y ait que les chroniqueurs qui vous fassent part de leur destinations sur le fest (merde quoi !) :
- Vendredi : CONAN, POWER TRIP (jamais vu. Hâte de voir ça sur scène et surtout dans le pit hé hé hé), DIAMOND HEAD ((...)


Ah merci totoro !
Je ne suis donc pas le seul à penser qu'il n'y a pas plus de Crust là dedans que de références Raï dans le dernier VLTIMAS.


De mon coté j'y serais aussi pour le zine'... Mon RO du coup : Slayer, Slayer et Slayer (en gros quoi). Plus sérieusement y'a de quoi faire encore cette année ! Mais pour moi ça se passera, comme depuis des années maintenant, quasi uniquement sous les tentes... A part pour Slayer, Gojira et 1 o(...)


J'avais peur après "LIFAD" que je n'aime pas (trop facile, pas assez martial, aux chansons loin d'être inoubliables, à part "Waidmanns Heil"). Rassuré par l'énormissime "Deutschland" et "Radio", c'est désormais tout l'album qui me fait plaisir. Rammstein ne change pas vraiment mais a trouvé u(...)


Je n'entends pas du tout le truc Crust dans ce disque... Par contre, c'est un sacré putain de bon disque, avec un nombre de riffs qui tuent complètement affolant ! Entre Death Mélo et Dark Metal suédois. On oscille pour ma part entre du Tribulation plus vénère, moins prog' et du Dissection pé(...)


"Ils ont enfin sorti un album potable depuis 1988 ? Ah non après vérif ' leur dernière crotte reste Hardwired."

1988 soit 30 ans passé.

Oui ils ont quand même sorti un très bon album depuis indiscutable depuis...Le Black Album ! Il y a 28 ans...

-
<(...)


Voir un groupe aussi lourdaud que le Metallica actuel reprendre Thin Lizzy c'est quand même la honte. Finalement Jojo c'était parfait pour eux.


Hate d'écouter la suite un groupe que je trouve vraiment excellent dans le style...bref un beau voyage auditif pour moi.