Damnation Is My Salvation

Witches Hammer

07/04/2020

Nuclear War Now! Productions

Les blancs reliefs du Canada, panorama qu’on imagine plus propice à l’introspection, à la contemplation, qu’à la défonce sonore au fond d’une cave humide aux murs suintant. Pourtant, au Canada sont nés certains des groupes extrêmes les plus révérés de leur temps, les EXCITER, RAZOR, ANNIHILATOR, VOÏVOD, j’en passe, des moins connus, et de bien plus dispensables. Le Canada, à l’image de son grand frère des Etats-Unis, a été l’un des premiers pays à laisser ses gosses s’épanouir dans le barouf de guitares en fusion, et n’a pas vraiment regretté ses principes d’éducation. A tel point que la scène nationale est devenue une référence mondiale avec les années, années qui parfois sont plus longues pour certains que pour d’autres. Parfois en effet, sous le patrimoine national protégé, on trouve quelques vieux coffres, remplis d’artefacts bizarres, témoignages d’un temps ou la créativité des musiciens du pays était bouillonnante. Et derrière les têtes pensantes et les têtes de file, derrière les leaders et les invités de compiles, on pouvait aussi faire la connaissance, il y a fort longtemps, d’acteurs de l’underground, aux pseudos bien étudiés et à l’attitude contractée, qui s’ils n’ont jamais gravé leur nom pour la postérité sur la statue érigée en l’honneur d’un Thrash célébré, ont pu le faire sur quelques arbres moins exposés, mais sur lesquels les connaisseurs venaient s’appuyer en pèlerinage. Ainsi, le nom de WITCHES HAMMER n’a jamais fait partie des encyclopédies, mais certains doivent s’en souvenir avec affection. Formé en 1984 à North Delta, Colombie Britannique, le groupe a attendu un an avant de proposer sa première démo, sobrement éponyme, avant d’en publier deux autres coup sur coup en 86 et 87, parvenant même à oser un EP la même année. D’ailleurs, Witches Hammer ne manqua pas de frapper l’underground de plein fouet de son attitude bravache et de son Speed/Thrash sans concession, mais las, il marqua aussi la fin de la carrière des canadiens.

Il fallut attendre le début des années 2000 pour retrouver leur nom au générique de productions, mais à chaque fois, ces compilations (Canadian Speed Metal, Complete Discography (1985-1988), Stretching into Infinity, Dead Forever) ne servaient que de bouche-trou, ou de simple annotation historique de bas de page. Mais les liens unissant les canadiens à leur label américain de Nuclear War Now! restèrent solides mais détendus toutes ces années, et c’est ainsi que lorsque le groupe décida de remettre sérieusement le couvert, leur maison de disque en fut extrêmement ravie. C’est ainsi qu’en 2020, trente-six ans après sa naissance WITCHES HAMMER peut enfin s’offrir ce premier long dont il rêvait dans les eighties, un premier long assez étrange d’ailleurs, car d’une brièveté rare et un peu bancal dans l’originalité. Trente-et-une minutes pour huit morceaux, c’est assez chiche dans les faits, et ça ressemble un peu au timing d’un EP. Qui plus est, plusieurs de ces morceaux sont tout sauf des inédits, puisque trois d’entre eux figuraient déjà sur des démos de l’époque, « Frozen God, » « Deadly Mantis, » et « Witches Hammer », mais retrouvent ici une seconde jeunesse en profitant d’une réinterprétation a posteriori, et avec un line-up légèrement différent. Cinq vrais inédits, trois réappropriations tardives, voici donc le bilan de ce Damnation Is My Salvation qui ne cache en rien la bestialité de son inspiration. Si certains fanzines se plaisent encore à classer le groupe dans le créneau du Speed Metal, je leur conseille de régler le volume de leur sonotone pour pouvoir apprécier l’approche totalement Thrash d’un quintet fatal (Marco Banco - guitare et seul membre d’origine, Rayy Crude - chant, AJ Kovar - basse, Steve Shaw - batterie et Jesse James Jardine - guitare), qui du début à la fin de ce premier LP nous persuade du bienfondé de sa philosophie, élaborée dans les années 80, mais qui n’a pas vraiment dévié depuis.

Rappelons pour la bonne bouche et pour une meilleure compréhension que Marco Banco, suite à la déroute de son groupe d’origine, décida de rejoindre les rangs des cultissimes BLASPHEMY, pour enregistrer ce qui restera l’un des LPs les plus honorés par l’underground de son époque, Fallen Angel of Doom. Ce qui permet à Marco de bénéficier d’une aura rayonnante dans les ténèbres de l’extrême canadien, et qui explique cette passion pour un Thrash sans concessions, plus proche de la sauvagerie brute d’un mélange RAZOR/BLASPHEMY que d’une association de précision diabolique entre EXCITER et ANNIHILATOR. Et cette approche bestiale, on la retrouve tout au long d’un LP qui reste prévisible évidemment, usant de rythmiques nucléaires et de riffs maculés de boue, mais qui sait à intervalles réguliers faire preuve d’un peu plus de finesse sans s’essuyer la basse crottée sur le paillasson. En continuant le travail entrepris dans les années 80, qui consistait à proposer un jumelage entre la bestialité Sud-américaine et la puissance canadienne, WITCHES HAMMER reste fidèle à son éthique, et ose un Thrash légèrement BM sur les bords, constamment surexcité, frisant souvent le chaos, mais restant tout de même entre des balises acceptables. Rien de bien neuf sous le soleil noir, d’autant que le groupe ne cherche pas à s’éloigner de ses débuts. Tout au plus profite-t-il d’une expérience acquise avec les années, mais en découvrant « Across Azeroth », on sent que Marco en bonne tête pensante est toujours ce barbare qu’on a connu, ne concevant le Thrash que sous son aspect le moins édulcoré ou corrompu. La production brouillonne rappelle les exactions Cogumelo des eighties, le ton général aussi, les attaques franches et brutes des guitares ne donnent pas dans la dentelle, mais le tout exhale un délicat parfum de brutalité ouverte qui nous ramène aux plus grandes heures d’apprentissage des SEPULTURA, VULCANO, et évidemment, BLASPHEMY, le plus lusophone des groupes canadiens.

Les premiers morceaux font preuve d’une linéarité de circonstance, et certains seront tentés de jeter l’éponge pour ne pas avoir à subir ce chaos plus longtemps. Mais heureusement, la seconde partie de l’album, sans être versatile, propose des choses un peu différentes. Les trois anciennes compositions remises au goût du jour bénéficient d’une énergie contemporaine ne trahissant pas la foi d’origine, et rappellent la meilleure série B de l’époque, les INDESTROY, RIGOR MORTIS, tandis que l’évolutif et progressif « Nine Pillars » offre une conclusion plus ambitieuse à un premier véritable album qui aura mis le temps à voir le jour. Bien sûr, le quintet ne peut s’empêcher d’emballer les débats, mais en se basant sur ces capacités dévoilées en fin de parcours, WITCHES HAMMER s’ouvre des perspectives fiables, et peut envisager un vrai début de carrière professionnelle sur la durée. C’est tout le mal qu’on peut souhaiter à ce groupe symptomatique, qui fait depuis longtemps partie du patrimoine régional extrême d’un pays qui n’a jamais été avare en têtes de file.       

                                                                                                        

Titres de l’album :

                         01.Across Azeroth

                         02.Solar Winds

                         03.Damnation Is My Salvation

                         04.Within the Halls

                         05.Frozen God

                         06.Witches Hammer

                         07.Deadly Mantis

                         08. Nine Pillars

Facebook officiel


par mortne2001 le 28/09/2020 à 17:29
75 %    340

Commentaires (10) | Ajouter un commentaire


Xoen
@78.192.38.132
29/09/2020, 08:03:27

Chronique montrant une méconnaissance flagrante de l'histoire de Blasphemy et des groupes cités...


Humungus
membre enregistré
29/09/2020, 09:00:15

Aaaaaaahhh !!!

Les commentaires de 78.192.38.132... ... ...


Raumsog
membre enregistré
29/09/2020, 10:38:25

Y a une bonne petite ambiance Deströyer 666 dans le son et les riffs! 


mortne2001
membre enregistré
29/09/2020, 17:42:13

@Humungus : Il y a toujours un historien qui connaît le fils du neveu du facteur du biographe d'EXODUS et qui SAIT. Honorons leur présence sur ce site. ;)


Xoen
@78.192.38.132
01/10/2020, 21:50:23

@mortne2001 et à part ca ? Rien d'intéressant à ajouter ?


maxmagas
@195.242.213.132
01/10/2020, 21:58:08

@xoen Tu t attendais à quoi d autre de sa part sur une chronique dans ce style ? Après tu pourras toujours honorer son esprit grégaire.


mortne2001
membre enregistré
02/10/2020, 12:19:37

@Xoen @maxmagas et à part lâcher des phrases toutes faites, vous développez un peu vos propos parfois ou ils vous manque encore des mots à votre lexique d'érudits absolus? 


mortne2001
membre enregistré
02/10/2020, 12:20:50

"il" vous manque pardon. Je m'en voudrais de vous laisser me crucifier pour une faute de frappe.



Jus de cadavre
membre enregistré
02/10/2020, 12:51:00

"Chronique montrant une méconnaissance flagrante de l'histoire de Blasphemy et des groupes cités..." hahaha ! 

"Tu t attendais à quoi d autre de sa part sur une chronique dans ce style" bah si c'est trop compliqué faut aller ailleurs pour les chros, hein... Si vous voulez des trucs torchés en 5 lignes, ce sera pas ici...

'Tain y'en a qui ont leurs règles j'ai l'impression.


Simony
membre enregistré
02/10/2020, 13:13:47

“Pour celui qui est très seul, le bruit est déjà une consolation.” _ Friedrich Nietzsche

J'ai effectivement l'impression que certaines âmes errant seules s'agitent et font du bruit pour se rassurer... à moins que ceci ne soit qu'une demande à prendre la parole pour exposer son avis constructif alimentant le débat, alors, Messieurs, bienvenue !

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Voyage au centre de la scène : ASSHOLE

Jus de cadavre 17/01/2021

Vidéos

Eluveitie + Korpiklaani 2010

RBD 08/01/2021

Live Report

Sélection Metalnews 2020 !

Jus de cadavre 01/01/2021

Interview

Welcome To My Nightmare

mortne2001 26/12/2020

From the past

IXION : entretien avec Julien

JTDP 16/12/2020

Interview
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Humungus

J'en suis déjà à ma troisième écoute consécutive...ACHAT OBLIGATOIRE BORDEL !!! !!! !!!PS : Martin je t'aime.

25/01/2021, 04:25

Pozo (bass)

Thanks for the review!I'll put our spotify link if you wanna follow ushttps://open.spotify.com/artist/0QwY3TM6Lvo6Ba8VGC67YL

25/01/2021, 01:07

Chemikill

Parler de la musique serait déjà un gros morceau.

24/01/2021, 22:59

jtdef

Avec Joe Bidon et l'imposteur Harris ils sont mal barrés.

24/01/2021, 21:11

Gargan

J'étais sur la défensive, le hard français des 80s étant pour moi ce que l'ail est à la mauvaise haleine, mais là, effectivement, c'est nase.

24/01/2021, 20:39

Gargan

HumHUM... On en parle du clip de sors immanis ? 

24/01/2021, 20:17

Jus de cadavre

Encore une putain de sortie signée Iron Bonehead...Du Death de puriste. Les mecs sont restés bloqués dans une faille temporelle. Excellent.

24/01/2021, 16:12

Kairos

Si tu veux pas passer pour un connard prétentieux, fais l'effort d'expliquer ce que moi pauvre idiot n'ai pas compris, mais de façon courtoise, sinon je t'invite juste à fermer ta gueule

24/01/2021, 14:08

Orphan

Kairos, tu ferais mieux de fermer ton claque merde et en rester au métal.La politique Américaine, et manifestement la population de banlieue et ce qu'il s'y passe, tu ne maitrise pas !Et toi qui parle de lumière à tout les étages....

24/01/2021, 11:30

Invité

En soi le morceau est correct, mais j'ai juste attendu 4'50 un break guerrier qui te roule dessus et que ça parte...

24/01/2021, 10:39

Invité

Le kitsch et le ringard Made in France. Jamais copié, jamais égalé. Manque plus qu'un guest de Renaud Hantson et on coche toutes les cases du Hard à la Française des années 80.

24/01/2021, 10:33

Bones

Acheté ce matin en version simple (le digibook propose en bonus un DVD live qui ne m'intéressait pas plus que ça - youtube regorge de ce genre de trucs, ça ne vaut plus vraiment le coup de casquer pour des captations vidéo). 2 premières &(...)

23/01/2021, 23:25

Satan

A Simony : Je suis bien d'accord concernant "Alpha Noir" (mais n'oublie pas "White Omega" qui lui est beaucoup plus intéressant je trouve, avec ce côté Type O hyper assumé) et "1755" qui sont de vrais ratages. Surtout ce dernier q(...)

23/01/2021, 21:54

totoro

De manière générale, j'aime beaucoup Moonspell. Et je rejoins tout à fait l'avis de Satan sur les albums "cultes" du groupe. Et Simony, on a le même parcours concernant les lisboètes. Découverts avec "Sin/Pecado" qui re(...)

23/01/2021, 20:18

Simony

Idem, j'ai tous les albums jusqu'à Extinct et je suis assez d'accord sur Darkness And Hope, The Antidote. J'aime beaucoup The Butterfly Effect par exemple, Memorial, Night Eternal, Extinct tous ces albums sont très bons pour moi, avec Alpha Noir c'est d&eacu(...)

23/01/2021, 18:47

PtiMich

Ca fait du bien de revoir des trombines de l'époque !Faut absolument faire une émission sur NYHC* de l'époque ! (NancY Heavy Clan*)

23/01/2021, 17:48

Buck Dancer

Toujours une bonne nouvelle la sortie d'un nouveau Memoriam!!! 

23/01/2021, 15:39

RBD

Ils avaient collaboré avec les Krupps, aussi. À défaut d'être parmi les meilleurs dans un pays où la concurrence était relevée, ils étaient assez passionnés pour se reformer quand le revival Thrash est arrivé.

23/01/2021, 14:57

Moshimosher

La lecture de ces runes ne me semble pas très orthodoxe... pas inintéressant mais ça ne me semble pas si folk que cela... même si ce n'est pas complètement hors-sujet non plus...

23/01/2021, 14:41

Moshimosher

Ah... la douceur d'occire ! Reposons En Guerre avec Memoriam ! \m/

23/01/2021, 14:05