Autant débuter le weekend de façon tonitruante, histoire d’avoir la pêche avant d’aller la poser. Et quoi de mieux qu’une rondelle qui vous ramone grave la vôtre pour entamer ces deux jours chômés ? C’est donc la Slovaquie qui nous fournit notre exutoire d’aujourd’hui, sous la forme du premier longue-durée d’une bande d’olibrius qui n’ont d’autre intention que de vous faire headbanguer pendant quarante-huit heures. Enfin, vingt-huit minutes plus précisément, la durée de cet album que j’ai eu la chance d’écouter ce matin, qui ne s’embarrasse pas de fioritures inutiles, et qui rentre dans le tas 2018 tout en louchant sévèrement du côté de 87/88. Nous en venant de  Banská Štiavnica, les HROBAR osent donc le radicalisme joyeux poussé à ses extrêmes, et développent de belles qualités rythmiques, piochant leur inspiration dans ce que les scènes Thrash, Hardcore, Crossover et Crust ont de plus exubérant et expressif. Fondé en 2015, et déjà responsable de deux démos (Hrobárske Historky, 2017 et Škoda Slov, 2018), ce trio à la nitro (Mišo - guitare, Martin - basse/chant et Lukáš - batterie) explose donc toutes les conventions pour se concentrer sur une forme de Hardcore à tendance Thrash empreint de culture de l’est, mais qui ne crache pas sur un chaperonnage de l’ouest, comme en témoignent ces riffs épais symptomatiques de l’école Thrashcore US, dont ils usent et abusent au travers des vingt compositions de ce premier LP. Nul besoin d’attendre une épiphanie créative, puisque Rýchla Smrť se contente de jouer la franchise absolue, courant comme un dératé le long de couplets purement Thrash’n’Punk, avant de s’éclater comme un fou sur des breaks volontiers Heavy et crade comme une démo Hardcore des années 80.

En fait, le modus operandi de l’œuvre est assez simple à piger. Une grosse dose de Thrash jouée avec une énergie purement Hardcore, pour atteindre une émulsion Crossover, débordant du saladier par l’adjonction d’une énorme pincée de Crust/D-beat à la suédoise. Bien loin des préoccupations actuelles de Black Thrash et autres oldies en mal de reconnaissance contemporaine, les trois slovaques jouent leur carte à fond sans se poser de question, et tracent leur route au travers des dédales de l’extrême, sans perdre le fil en route. Tout ceci exsude d’une énergie diabolique, un peu comme si les BULLDOZER s’étaient soudain vautrés dans une crise de priapisme à la WEHRMACHT, en gardant quand même une oreille posée sur le poste à galène diffusant une bonne dose de RATTUS au passage. Alors ça mule, évidemment, et quasiment non-stop, mais ça joue aussi, et entre ces riffs coupés au biseau et cette rythmique implacable qui n’infléchit que très rarement le tempo, la balade à des airs de folie ambiante parfaitement délicieuse et intense, et à la jonction des époques. Le chant en idiome local ne fait que rajouter une touche exotique et hystérique à l’ensemble, à tel point qu’on a parfois le sentiment d’écouter une traduction du Speak English Or Die de qui vous savez en Slovaque, sans que l’œuvre d’origine ne perdre de son impact. Mais on trouve aussi dans cette musique de tarés des traces de nos propres AGRESSIVE AGRICULTOR, des touches patentes de la scène Hardcore scandinave des années 80, et surtout, une grosse louche de bonne humeur, qui permet à l’ensemble de rester positif malgré la violence ambiante, absolument pas bridée.

Difficile d’en dire plus sur un groupe qui joue les mouches du coche informative, puisque de leur page Facebook à leur Bandcamp, les tuyaux sont rares. Encore un trio qui préfère laisser parler sa musique pour elle-même, sans s’embarrasser d’influences gênantes, qui seront de toute façon détectées par tous les spécialistes de la cause extrême. Alors on se contente de s’envoyer ces vingt compositions qui taillent dans le gras, et qui laissent repu, le bide à l’air et la panse touffue. Disposant d’une production assez sèche servant admirablement bien leur cause, les HROBAR se veulent donc au confluent de plusieurs affluents, et acceptent tout ce qui est brutal pour peu que leur enthousiasme n’en pâtisse pas. Et faites-moi confiance, ici l’enthousiasme brutal est la règle, et personne n’y échappe. Alors, de là, de l’intro-nitruante « Hrobarina » au terminal « Padla », tout est fait pour vous faire oublier votre morne quotidien, histoire de vous faire grimper aux paradis Crossover et Thrashcore, mettant tout le monde d’accord. Certes, ça sent parfois encore un peu l’amateurisme et la démo, mais ce sont aussi ces quelques petites approximations qui font le charme de cet album, qui détonne dans la production actuelle. Sentant l’underground jusqu’au bout de la corde de mi aigu, Rýchla Smrť est une grosse beigne contre les lundis moroses, et célèbre l’hédonisme d’un weekend qu’on pressent placé sous le signe de la bière, des amis et des concerts, et gageons que nos trois amis slovaques doivent déborder d’énergie une fois on stage. Toutefois, attention à ne pas réduire ce premier album à une simple éjaculation de violence rapide, puisque le trio sait aménager des ambiances plus posées et symptomatiques de la démarche d’un SUICIDAL de début de carrière, en gardant la patte métallique des guitares qui taillent dans une rythmique complètement Punk.

Et comme justement, nous sommes samedi, ne comptez pas sur moi pour vous tenir le crachoir pendant des heures. Alors si vous aimez les frontières de genre qui tombent, si vous adulez le Thrash, encensez le Hardcore, dégustez le Crossover, sans cracher sur un brin de folie Crust, alors procurez-vous immédiatement le premier long des HROBAR. Il y a des chances qu’après vous passiez le caniche au barbecue, et que vous achetiez une perceuse à béton à vos enfants les laissant détruire le salon. Mais avec telle bande-son, personne ne vous en voudra.   

      

Titres de l'album :

                           1.Hrobarina

                           2.Do mŕtva

                           3.Rešeto

                           4.Vykopávka

                           5.Doktor Krompáč

                           6.Zubná víla

                           7.Tvrdá zem

                           8.Amen tma

                           9.Drevený spacák

                           10.Zahrabaný s diplomom

                           11.Buchty na pare

                           12.Anča Dlaňovka

                           13.Kopeme

                           14.Čakan z Černobyľu

                           15.Malá rakva

                           16.Hrobokop

                           17.Brigáda

                           18.Na háku

                           19.Lopatou po hlave

                           20.Padla

Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 22/09/2018 à 17:33
72 %    86

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Sadist

Spellbound

Prezir

As Rats Devour Lions

Septagon

Apocalyptic Rhymes

Blood Curse

Sorceress

Orion Dust

Legacy

Cult Leader

A Patient Man

Warkunt

Of Ruins And Agony

Dalkhu

Lamentation And Ardent Fire

Edremerion

Ambre Gris

Beer Breath

Story of a Decayed Life

Sacral Rage

Beyond Celestial Echoes

Eternal Rot

Cadaverine

Cancer

Shadow Gripped

Warrel Dane

Shadow Work

Zealotry

At the Nexus of All Stillborn Worlds

Heir Apparent

The View from Below

Hæster

All Anchors No Sails

Syd Kult

Weltschmerz

Which Witch Is Which

Which Witch Is Which

LIVE REPORT - TYRANT FEST 2018 - JOUR 2

Mold_Putrefaction / 05/12/2018
Black Metal

LIVE REPORT - TYRANT FEST 2018 - JOUR 1

Mold_Putrefaction / 04/12/2018
Ambiant

Tyrant Fest J2 [Photo Report]

Simony / 29/11/2018
Black Metal

Tyrant Fest J1 [Photo Report]

Simony / 25/11/2018
Black Metal

Concerts à 7 jours

+ Solstafir

11/12 : Les Abattoirs, Cognac (16)

Aura Noir + Obliteration + Vorbid

11/12 : Le Grillen, Colmar (68)

Solstafir

12/12 : Le Moloco, Audincourt (25)

Solstafir

13/12 : L'aéronef, Lille (59)

Revocation + Rivers Of Nihil + Archspire

15/12 : Le Petit Bain, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

Pas mal du tout en effet ! Old-school, brutal, bas du front. Combo !


chro séduisante, bon morceau également, merci pour la découverte


Franchement meilleur que les dernières prod de Death Fr...


Humungus : +1
Ben oui, normal. Déjà assimiler "vegan" et "antifa" est hors sujet.
Soutenons UADA !


KaneIsBack + 1.


Nefarious + 1.


Non.


Cet album est absolument fantastique !!!


Ravi de lire un report sur Aura Noir


J'ai jamais vraiment écouté Cancer, pourtant je fais partie de cette génération des 90's qui a découvert( le death metal avec ces sorties majeures. Très efficace ce titre , va falloir que je rattrape quelques lacunes.


commandé


Le metal selon les Grammys... Vaste blague.


Candlemass c'est pourris depuis la première séparation des années 90...Avant c'était génial et sombre.


Rien d'autre a faire que d'aller au Botswana ?


Donc Ici on ne peut pas être anti-fa, et vegan sans être aussi une cible...


Les antifas sont effectivement aussi fascistes que ceux qu'ils dénoncent. Pitoyable histoire...


Si Jeff est aussi insipide dans MDB qu'il ne le fut dans Paradise Lost, ça promet de sombres catastrophes. Je me souviens encore de la manière dont il détruisait "As I die" sur scène...


Très très curieux d'entendre ça, surtout avec le retour de Langqvist.


Faut voir le résultat, je suis très méfiant avec CANDLEMASS qui n'a rien proposé de bandant depuis fort longtemps ! Mais sur le papier... oui c'est la classe ultime !


C'est exactement ce que je me disais... La classe !