Rýchla Smrť

Hrobar

25/08/2018

Support Underground

Autant débuter le weekend de façon tonitruante, histoire d’avoir la pêche avant d’aller la poser. Et quoi de mieux qu’une rondelle qui vous ramone grave la vôtre pour entamer ces deux jours chômés ? C’est donc la Slovaquie qui nous fournit notre exutoire d’aujourd’hui, sous la forme du premier longue-durée d’une bande d’olibrius qui n’ont d’autre intention que de vous faire headbanguer pendant quarante-huit heures. Enfin, vingt-huit minutes plus précisément, la durée de cet album que j’ai eu la chance d’écouter ce matin, qui ne s’embarrasse pas de fioritures inutiles, et qui rentre dans le tas 2018 tout en louchant sévèrement du côté de 87/88. Nous en venant de  Banská Štiavnica, les HROBAR osent donc le radicalisme joyeux poussé à ses extrêmes, et développent de belles qualités rythmiques, piochant leur inspiration dans ce que les scènes Thrash, Hardcore, Crossover et Crust ont de plus exubérant et expressif. Fondé en 2015, et déjà responsable de deux démos (Hrobárske Historky, 2017 et Škoda Slov, 2018), ce trio à la nitro (Mišo - guitare, Martin - basse/chant et Lukáš - batterie) explose donc toutes les conventions pour se concentrer sur une forme de Hardcore à tendance Thrash empreint de culture de l’est, mais qui ne crache pas sur un chaperonnage de l’ouest, comme en témoignent ces riffs épais symptomatiques de l’école Thrashcore US, dont ils usent et abusent au travers des vingt compositions de ce premier LP. Nul besoin d’attendre une épiphanie créative, puisque Rýchla Smrť se contente de jouer la franchise absolue, courant comme un dératé le long de couplets purement Thrash’n’Punk, avant de s’éclater comme un fou sur des breaks volontiers Heavy et crade comme une démo Hardcore des années 80.

En fait, le modus operandi de l’œuvre est assez simple à piger. Une grosse dose de Thrash jouée avec une énergie purement Hardcore, pour atteindre une émulsion Crossover, débordant du saladier par l’adjonction d’une énorme pincée de Crust/D-beat à la suédoise. Bien loin des préoccupations actuelles de Black Thrash et autres oldies en mal de reconnaissance contemporaine, les trois slovaques jouent leur carte à fond sans se poser de question, et tracent leur route au travers des dédales de l’extrême, sans perdre le fil en route. Tout ceci exsude d’une énergie diabolique, un peu comme si les BULLDOZER s’étaient soudain vautrés dans une crise de priapisme à la WEHRMACHT, en gardant quand même une oreille posée sur le poste à galène diffusant une bonne dose de RATTUS au passage. Alors ça mule, évidemment, et quasiment non-stop, mais ça joue aussi, et entre ces riffs coupés au biseau et cette rythmique implacable qui n’infléchit que très rarement le tempo, la balade à des airs de folie ambiante parfaitement délicieuse et intense, et à la jonction des époques. Le chant en idiome local ne fait que rajouter une touche exotique et hystérique à l’ensemble, à tel point qu’on a parfois le sentiment d’écouter une traduction du Speak English Or Die de qui vous savez en Slovaque, sans que l’œuvre d’origine ne perdre de son impact. Mais on trouve aussi dans cette musique de tarés des traces de nos propres AGRESSIVE AGRICULTOR, des touches patentes de la scène Hardcore scandinave des années 80, et surtout, une grosse louche de bonne humeur, qui permet à l’ensemble de rester positif malgré la violence ambiante, absolument pas bridée.

Difficile d’en dire plus sur un groupe qui joue les mouches du coche informative, puisque de leur page Facebook à leur Bandcamp, les tuyaux sont rares. Encore un trio qui préfère laisser parler sa musique pour elle-même, sans s’embarrasser d’influences gênantes, qui seront de toute façon détectées par tous les spécialistes de la cause extrême. Alors on se contente de s’envoyer ces vingt compositions qui taillent dans le gras, et qui laissent repu, le bide à l’air et la panse touffue. Disposant d’une production assez sèche servant admirablement bien leur cause, les HROBAR se veulent donc au confluent de plusieurs affluents, et acceptent tout ce qui est brutal pour peu que leur enthousiasme n’en pâtisse pas. Et faites-moi confiance, ici l’enthousiasme brutal est la règle, et personne n’y échappe. Alors, de là, de l’intro-nitruante « Hrobarina » au terminal « Padla », tout est fait pour vous faire oublier votre morne quotidien, histoire de vous faire grimper aux paradis Crossover et Thrashcore, mettant tout le monde d’accord. Certes, ça sent parfois encore un peu l’amateurisme et la démo, mais ce sont aussi ces quelques petites approximations qui font le charme de cet album, qui détonne dans la production actuelle. Sentant l’underground jusqu’au bout de la corde de mi aigu, Rýchla Smrť est une grosse beigne contre les lundis moroses, et célèbre l’hédonisme d’un weekend qu’on pressent placé sous le signe de la bière, des amis et des concerts, et gageons que nos trois amis slovaques doivent déborder d’énergie une fois on stage. Toutefois, attention à ne pas réduire ce premier album à une simple éjaculation de violence rapide, puisque le trio sait aménager des ambiances plus posées et symptomatiques de la démarche d’un SUICIDAL de début de carrière, en gardant la patte métallique des guitares qui taillent dans une rythmique complètement Punk.

Et comme justement, nous sommes samedi, ne comptez pas sur moi pour vous tenir le crachoir pendant des heures. Alors si vous aimez les frontières de genre qui tombent, si vous adulez le Thrash, encensez le Hardcore, dégustez le Crossover, sans cracher sur un brin de folie Crust, alors procurez-vous immédiatement le premier long des HROBAR. Il y a des chances qu’après vous passiez le caniche au barbecue, et que vous achetiez une perceuse à béton à vos enfants les laissant détruire le salon. Mais avec telle bande-son, personne ne vous en voudra.   

      

Titres de l'album :

                           1.Hrobarina

                           2.Do mŕtva

                           3.Rešeto

                           4.Vykopávka

                           5.Doktor Krompáč

                           6.Zubná víla

                           7.Tvrdá zem

                           8.Amen tma

                           9.Drevený spacák

                           10.Zahrabaný s diplomom

                           11.Buchty na pare

                           12.Anča Dlaňovka

                           13.Kopeme

                           14.Čakan z Černobyľu

                           15.Malá rakva

                           16.Hrobokop

                           17.Brigáda

                           18.Na háku

                           19.Lopatou po hlave

                           20.Padla

Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 22/09/2018 à 17:33
72 %    346

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Xtreme Fest 2016

RBD 08/07/2020

38'48 Regeneration

mortne2001 07/07/2020

Harmony Corruption

mortne2001 03/07/2020

Little Monsters

mortne2001 30/06/2020

Complicated Mind

mortne2001 15/06/2020

Dossier spécial Bretagne / LA CAVE #5

Jus de cadavre 15/06/2020

Screams and Whispers

mortne2001 12/06/2020

Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Oliv

Ah bon

10/07/2020, 12:51

y'a pus d'jus

faut dire à BEBERT de pousser son camion ,il bloque la porte du garage et j'peux pas sortir la dépanneuse !

10/07/2020, 12:29

Gargan

Haha la ref à Hanson ! Belle découverte, merci.

10/07/2020, 11:59

Thrashing Metropolity

Super anecdote, Goughy ! Merci pour le partage !
Ca ne fait que confirmer tout le bien que nous sommes nombreux à penser de ce groupe culte.

Vraiment, si ces albums pouvaient être réédités, ce ne serait que justice !
Quelqu'un a évoqué plus haut l'accent franglais du (...)

10/07/2020, 11:07

goughy

Bon allez je me lance, juste histoire d'en rajouter sur les sentiments positifs qui émanent ce très beau papier (je savais pas l'histoire du début des Bérus...)
Ca devait être en 94 ou 95, on avait 14 ans, on écoutait MST et, avec deux autres potes, Mickey était une star du niveau de Br(...)

10/07/2020, 10:42

Gargan

...Quand tu découvres les effets lumineux de ton logiciel de montage.

10/07/2020, 10:37

steelvore666

Bien d'accord avec vous messieurs.
J'écoute encore les "vieux" albums, ceux qui montrait un groupe sur de lui et assez puissant pour convaincre sans en faire des tonnes et devenir pathétique.
Un constat : la qualité de ses albums est inversement proportionnelle à son implication dans(...)

10/07/2020, 09:41

Speeding Velocity

Eh ben.... vraiment pas bandante cette affiche.
Je suis quand même curieux de voir le prix des places pour "ça".
(et le taux de remplissage, mouarf !)

10/07/2020, 09:00

NecroKosmos

Même opinion. Groupe de clowns. Après, cette polémique montre bien l'ouverture d'esprit du gouvernement polonais.

10/07/2020, 06:40

NecroKosmos

Je ne connaissais que de nom. Voilà qui me plaît beaucoup !!

10/07/2020, 06:28

aeas

Guignol à la tête d'un groupe de guignols. Sacré Nergal et son cirque...

09/07/2020, 22:13

Jus de cadavre

@gerard : petite phrase importante dans l'article que tu as peut-être zappée "N'oubliez pas que ces sélections sont totalement personnelles et subjectives et n'ont pas pour but de présenter tout ce que la Bretagne a pu produire (on n'en aurait pour des journées entières !)"

Sans c(...)

09/07/2020, 22:02

gerard menvuça

Et les groupes de Speed metal / heavy metal / hard rock / Glam rock ?, apparemment il n'y en a pas en BRETAGNE dans l'article ! C'est pas mon impression ! je tombe sur des video sur you tube de groupes Bretons ( Nantes inclus)

09/07/2020, 20:07

Buck Dancer

Jus de Cadavre, merci de dire que je pose des questions pas trop connes ;)

09/07/2020, 19:47

Daisy

Juste si vous pouvez rectifier l'orthographe de son prénom c'est Micaël, merci d'avance ....

09/07/2020, 19:39

Daisy

Je vous remercie pour cette belle évocation (je suis son amie)

09/07/2020, 19:38

Jus de cadavre

Pas si con que ça comme question ! Je ne saurais y répondre...
Aux auditions de 2018 il y avait aussi le designer du t-shirt et un promoteur du groupe dans le box des "accusés". Là je ne sais pas.
Mais Nergal doit surement être le "représentant" officiel du groupe, voir certainem(...)

09/07/2020, 18:14

Buck Dancer

Question con : Pourquoi il n'y a que Nergal qui est inculpé et pas le groupe entier ? Le nom/marque Behemoth est sa propriété ?

09/07/2020, 15:51

NeZ

J'ai ouï dire que certains l'avaient déjà reçus ... et alors, ça donne quoi ?!
Merci m'sieurs dames ...

09/07/2020, 14:01

ZEN

Tout à fait d'accord avec Jus de Cadavre !!! Que Nergal soit un baltringue ou pas, LE vrai problème ce sont bien ces politicards puants.

09/07/2020, 13:57