Enregistrer un excellent album de Metal mélodique au parfum subtilement FM, sans sombrer dans la mièvrerie de l'AOR le plus prévisible ou du Pop-Rock à peine assumé n'est pas chose facile. Beaucoup de groupes s'y sont cassé les dents pour faute d'inattention, ou de manque d'équilibre entre puissance et nuance, et seuls les meilleurs parviennent à capter notre attention sans nous obliger à prendre un mouchoir sur la table du salon. Le style est exigeant au possible, et surtout, constellé d’œuvres majeures qui en leur temps ont défié les lois de la gravité du sacro-saint Billboard, parvenant à placer des singles au top sans que la mode n'ait quoi que ce soit à voir avec ce succès inopiné. Pas facile donc d'y imprimer sa griffe sans tomber dans la redite ou la paraphrase, et autant reconnaître que depuis quelques années, les suédois et italiens se taillent la part du lion, rejoignant même les références américaines les plus pointues au firmament. Nonobstant cet état de fait incontestable (et incontesté), certains pays commencent à émerger et à proposer des albums de plus en plus proches de la perfection, et c'est aujourd'hui la Grèce qui place ses pions par l'entremise du premier album des émergents ODYSSEY DESPERADO. Le pays depuis quelques temps est agité d'une frénésie de productivité, qui lui a permis de se hisser au niveau d'une Europe déchaînée en termes de quantité, mais aussi de qualité, et ce Don't Miss the Sunset ne fera pas tâche sur le tableau d'honneur hellène qui commence à prendre des allures de top spot de la bravoure musicale. Fondé en 2014 par le guitariste Odysseas Karapolitis, ODYSSEY DESPERADO profite d'un niveau instrumental redoutable pour nous offrir une grosse bordée d'hymnes à reprendre en chœur, et certainement enregistrés avec quelques références en tête. Soutenu par la référence vocale nationale Manos Fatsis, et cachant dans les backing vocals un certain Paul Laine (ex-DANGER DANGER), Don't Miss the Sunset profite d'une impeccable production signée Bob Katsionis (OUTLOUD, FIREWIND) pour développer de beaux arguments mélodiques, amplifiés par une hargne tangible, plaçant le projet à la lisière d'un Hard Rock mélodique vraiment saignant, et d'un AOR tendrement séduisant.

Inutile de dire que le label finlandais Lions Pride Music y a vite trouvé son compte, et a rapidement compris tout l'intérêt que le public pourrait porter à ce premier album, presque parfait de bout en bout, et sentant le professionnalisme exacerbé. Si la trame de construction reste dans des balises classiques, s'accommodant fort bien des figures imposées du genre, et si les influences revendiquées n'ont rien de surprenant (Bon Jovi , Def Leppard , Poison , Survivor , Motley Crue , Ratt , Foreigner , Toto , Journey , Bad English , Danger Danger , Giant , Firehouse , Richard Marx , Bryan Adams , Cinderella , Great White , Van Halen , Stan Bush, les musiciens nous épargnant une liste plus exhaustive), le rendu est en tout point convaincant, rappelant en plus d'une occasion tous les cadors contemporains du genre (W.E.T., HARDLINE, ECLIPSE). C'est donc à une version réactualisée de standards made in 80's que nous avons droit sur cette entame de carrière, et autant reconnaître que les quarante-trois minutes passées avec les grecs sont plus qu'agréables, et fort recommandables. Nous naviguons donc à vue entre vitesse de croisière puissante fendant les flots Heavy pour surfer sur les vagues Hard, et arrêt des moteurs sur la case AOR, pour des instants de faux calme saisissant de romantisme flamboyant. Aucune naïveté à craindre de la part d'un groupe qui a tout compris au style qu'il affectionne, et qu'il transcende d'une interprétation habitée, permettant à un duo vocaliste/guitariste de tout donner. En tant que frontman, Manos Fatsis prouve à chaque intervention que sa réputation n'est pas usurpée, et qu'il mérite bien de figurer en tête de liste des vocalistes grecs les plus prisés. Le maître d'oeuvre Odysseas Karapolitis quant à lui se déchaîne et laisse rugir sa guitare sur les segments les plus agressifs, sans jamais en faire trop, mais en nous distillant des soli incandescents, propres à rallumer la flamme la plus vacillante. Entourés d'une section rythmique impeccable (Bob Katsionis, omniprésent, à la basse et aux claviers, et un batteur sans nom...), les deux hommes se laissent aller à suivre leur inspiration brillante, et nous offrent sur un plateau d'argent une bonne dizaine de morceaux formellement beaux, qui donnent à ce premier LP des airs de faux Best Of bien tassé. L'équilibre entre saillies musclées et moments de tendresse peaufinés est saisissant, et on se prend à rêver à une soirée passée du côté de L.A., en bonne compagnie, le cheveu ébouriffé par une virée en décapotable le long du Sunset. La présence dans les choeurs de Paul Laine n'a rien d'un hasard, tant certains accents laissent à penser que l'importance de DANGER DANGER en tant que background personnel fut plus prédominante qu'on aurait pu le penser (“ Fragile”, plus proche des efforts en solo de Ted Poley que de YES). Mais au-delà de toutes les références qu'on pourrait accoler au dos de ce Don't Miss the Sunset, ce sont surtout ses propres qualités intrinsèques qui frappent.

En tant qu'album sorti de son contexte, il est inattaquable. Mais en tant qu'album de Hard Rock mélodique, il devient une réussite totale, au point qu'on se demande si son auteur n'a pas cherché sciemment le sans-faute. Entre quelques réminiscences Stan BUSH, plus que palpables (l'ouverture “ Rush of The Wave” y fait méchamment penser), des allusions plus ou moins indirectes à la vague des PANORAMA (“You And Me Against The World”), et surtout des clins d'œil répétés à la scène US des années 80, via un clavier discret qui ajoute à à la délicatesse de l'ensemble (“Cruisin'”, que les JOURNEY, FM et autres TREAT auraient pu ajouter à leur tableau de chasse), ce premier longue-durée fait montre d'une classe folle, même lorsque l'ambiance rejette la lumière du jour pour se contenter de la pénombre à peine atténuée d'une bougie d'une chambre à coucher prête pour un moment d'intimité (“Can't Live Without You”). D'ailleurs, et c'est aussi à ça que l'on reconnait les travaux les moins complaisants envers la facilité, les ballades battent le haut du pavé, et évitent la niaiserie piège qui a condamné bien des œuvres antérieures à une tendresse sirupeuse donnant du diabète avancé. Ainsi, “Wings Of Silk” en clôture rappelle même les power-ballads les plus récentes de EUROPE, sans le côté bluesy prononcé, mais en faisant preuve du même lyrisme exacerbé. Transcendées par la voix incroyablement chaude et veloutée de Manos, et les volutes de claviers de Bob, ces stries de calme permettent d'admirer la fluidité harmonique d'Odysseas qui maîtrise fort bien son sujet, même si son terrain de prédilection semble être la frontière séparant le Rock de la Pop, comme le démontre aisément le sautillant “Tomorrow You'll be Gone”, au refrain imparable et à la combinaison vocale immaculée.

Le leader laisse même beaucoup de latitude à ses compagnons, ce qui permet au groupe de signer des classiques presque innés, à l'instar de ce fulgurant « Holding On To A Dream », qui nous ramène trente ans en arrière lorsque les classements américains se satisfaisaient très bien de cet amalgame entre souplesse et rudesse. Certes, les textes n'évitent aucun cliché, mais cela fait partie du jeu, et lorsqu'on tombe sur une petite merveille comme “Oasis (In The Desert of Your Soul)”, on en fait abstraction sans problème tant ses harmonies et son énergie nous contaminent. Difficile de penser en dévorant Don't Miss the Sunset qu'il n'est que la première étape d'un parcours qu'on espère au long-cours, tant il fait montre d'incroyables qualités de composition et d'interprétation. Il pourrait presque être considéré comme la notice idéale pour concevoir et monter un album de Hard à tendance AOR parfait, de sa production à ses chansons, et laisse présager d'un avenir ensoleillé pour ces grecs qui ont décidément tout compris à la mélodie. Le genre d'album qui rend heureux l'espace d'un instant, et qui s'incruste dans votre mémoire, vous obligeant indirectement à revenir vers lui les jours de pluie. Bravo donc à Odysseas Karapolitis qui nous offre donc l'un des meilleurs LP du mois, sans en faire trop, mais en affirmant ses prises de position.


Titres de l'album:

  1. Rush of The Wave
  2. You and Me Against the World
  3. Cruisin'
  4. Dreams Die Hard
  5. Can't LIve Without You
  6. Oasis (In the Desert of your Soul)
  7. Holding on to a Dream
  8. Fragile
  9. Tomorrow You'll be Gone
  10. Wings of Silk

Facebook officiel


par mortne2001 le 16/04/2018 à 14:39
90 %    263

Commentaires (1) | Ajouter un commentaire


Lynott
@185.140.136.1
09/05/2018 à 13:30:58
Excellente chronique, félicitations !

Ajouter un commentaire


Convictors

Atrocious Perdition

Hayser

Beige

Snake Bite Whisky

This Side of Hell

Fusion Bomb

Concrete Jungle

Wolf Counsel

Destination Void

Mörglbl

The Story Of Scott Rötti

Meridian

Margin Of Error

Véhémence

Par le Sang Versé

A Pale Horse Named Death

When The World Becomes Undone

Jetboy

Born To Fly

Lugnet

Nightwalker

Insanity Alert

666-Pack

Triste Terre

Grand Oeuvre

Flotsam And Jetsam

The End of Chaos

Necrogosto

Necrogosto

Mayhem

De Mysteriis Dom Sathanas

Horrisonous

A Culinary Cacophony

Dust Bolt

Trapped in Chaos

Brutality Over Belgium - South Edition III

Mold_Putrefaction / 23/03/2019
Brutal Death Metal

Interview avec AMON AMARTH

Acid / 20/03/2019
Amon Amarth

Liévin Metal Fest #4 (samedi)

JérémBVL / 18/03/2019
Benighted

Cernunnos Pagan Fest 2019

Simony / 12/03/2019
Celtic Metal

Concerts à 7 jours

Defenestration + Hexecutor

30/03 : La Scène Michelet, Nantes (44)

+ No Return + Lodz

30/03 : Le Contrepoint, Chalons-en-champagne (51)

Photo Stream

Derniers coms

J'aime bien Virtual de Maiden.


Le crowdkill ? C'est quand tu dois aller vérifier sur internet des mots que tu connais pas, et que en plus tu trouves ça débile comme "pratique", que tu te dis que tu te fais vieux....


"Car entre prendre une vie d'un animal et l'*nc*l*r sans son consentement... Il n'y a pas grand chose"
Phrase qui va me faire la semaine !


Je suis d'accord avec vous sur le faite que censuré le concert ne servirait à rien, et la dessus je vous soutient à 100%... Mais par pitié arrêter de vouloir défendre Hery parce que vous l'avez rencontrer et qu'il vous à dit tels ou tels chose... C'est plus logique de vouloir défendre la mu(...)


@Kerry : et Halmstad de Shining


L'un des meilleur album de Black Metal de l'histoire au coté de Bathory "Under the sign of the Black Mark", des deux premiers Emperor et de "A Blaze in the Nothern sky" de Darkthrone.


Quelqu'un sait quand le film sortira en France ?


En effet c'est sur amazon que j'avais trouvé ça.


@LeMoustre
https://www.amazon.com/Murder-Front-Row-Thrash-Epicenter/dp/1935950037


Les gars, vous savez où il se trouve encore, ce bouquin ?


Hellhammer et Manowar en même temps, la blague... N'importe quoi !


A savoir jeunes impatients que le running order du samedi sera visible demain.
Et celui de dimanche...
Bah dimanche prochain pardi.


J'avais peur que MANOWAR et KING DIAMOND se chevauche...
Bah heureusement non... ... ...
Mais c'est MANOWAR et HELLHAMMER qui jouent en même temps bordel de dieu !
Fait chier ce HELLFEST merde ! (sic)
Sinon, à partir de 17 h, la TEMPLE c'est vraiment "The place to be"...


ca a toujours été un groupe de pur black metal et aujourd'hui plus que jamais


merci pour la decouverte ! mais pas merci car je vais encore claquer des sous a cause de vous ;)


@Jus de cadavre : je plussois pour le livre ! Un véritable petit bijou !

Concernant ce documentaire, j'ai hâte de le voir, en espérant autre chose que du Get Thrashed # 2. Get Thrashed était un excellent docu sur la scène Thrash US (principalement), pas utile qu'un autre documentai(...)


Le bouquin est terrible en tout cas : bourré de photos bien rares (que je n'avais jamais vu ailleurs, et pourtant on parle de gros groupes !). C'est vraiment les tous premiers jours de la scène de Bay Area en image. Un livre d'histoire quoi ! :D


Itou.


Sympa !


Excellente nouvelle. Fan de toutes les périodes des norvégiens.