Enregistrer un excellent album de Metal mélodique au parfum subtilement FM, sans sombrer dans la mièvrerie de l'AOR le plus prévisible ou du Pop-Rock à peine assumé n'est pas chose facile. Beaucoup de groupes s'y sont cassé les dents pour faute d'inattention, ou de manque d'équilibre entre puissance et nuance, et seuls les meilleurs parviennent à capter notre attention sans nous obliger à prendre un mouchoir sur la table du salon. Le style est exigeant au possible, et surtout, constellé d’œuvres majeures qui en leur temps ont défié les lois de la gravité du sacro-saint Billboard, parvenant à placer des singles au top sans que la mode n'ait quoi que ce soit à voir avec ce succès inopiné. Pas facile donc d'y imprimer sa griffe sans tomber dans la redite ou la paraphrase, et autant reconnaître que depuis quelques années, les suédois et italiens se taillent la part du lion, rejoignant même les références américaines les plus pointues au firmament. Nonobstant cet état de fait incontestable (et incontesté), certains pays commencent à émerger et à proposer des albums de plus en plus proches de la perfection, et c'est aujourd'hui la Grèce qui place ses pions par l'entremise du premier album des émergents ODYSSEY DESPERADO. Le pays depuis quelques temps est agité d'une frénésie de productivité, qui lui a permis de se hisser au niveau d'une Europe déchaînée en termes de quantité, mais aussi de qualité, et ce Don't Miss the Sunset ne fera pas tâche sur le tableau d'honneur hellène qui commence à prendre des allures de top spot de la bravoure musicale. Fondé en 2014 par le guitariste Odysseas Karapolitis, ODYSSEY DESPERADO profite d'un niveau instrumental redoutable pour nous offrir une grosse bordée d'hymnes à reprendre en chœur, et certainement enregistrés avec quelques références en tête. Soutenu par la référence vocale nationale Manos Fatsis, et cachant dans les backing vocals un certain Paul Laine (ex-DANGER DANGER), Don't Miss the Sunset profite d'une impeccable production signée Bob Katsionis (OUTLOUD, FIREWIND) pour développer de beaux arguments mélodiques, amplifiés par une hargne tangible, plaçant le projet à la lisière d'un Hard Rock mélodique vraiment saignant, et d'un AOR tendrement séduisant.

Inutile de dire que le label finlandais Lions Pride Music y a vite trouvé son compte, et a rapidement compris tout l'intérêt que le public pourrait porter à ce premier album, presque parfait de bout en bout, et sentant le professionnalisme exacerbé. Si la trame de construction reste dans des balises classiques, s'accommodant fort bien des figures imposées du genre, et si les influences revendiquées n'ont rien de surprenant (Bon Jovi , Def Leppard , Poison , Survivor , Motley Crue , Ratt , Foreigner , Toto , Journey , Bad English , Danger Danger , Giant , Firehouse , Richard Marx , Bryan Adams , Cinderella , Great White , Van Halen , Stan Bush, les musiciens nous épargnant une liste plus exhaustive), le rendu est en tout point convaincant, rappelant en plus d'une occasion tous les cadors contemporains du genre (W.E.T., HARDLINE, ECLIPSE). C'est donc à une version réactualisée de standards made in 80's que nous avons droit sur cette entame de carrière, et autant reconnaître que les quarante-trois minutes passées avec les grecs sont plus qu'agréables, et fort recommandables. Nous naviguons donc à vue entre vitesse de croisière puissante fendant les flots Heavy pour surfer sur les vagues Hard, et arrêt des moteurs sur la case AOR, pour des instants de faux calme saisissant de romantisme flamboyant. Aucune naïveté à craindre de la part d'un groupe qui a tout compris au style qu'il affectionne, et qu'il transcende d'une interprétation habitée, permettant à un duo vocaliste/guitariste de tout donner. En tant que frontman, Manos Fatsis prouve à chaque intervention que sa réputation n'est pas usurpée, et qu'il mérite bien de figurer en tête de liste des vocalistes grecs les plus prisés. Le maître d'oeuvre Odysseas Karapolitis quant à lui se déchaîne et laisse rugir sa guitare sur les segments les plus agressifs, sans jamais en faire trop, mais en nous distillant des soli incandescents, propres à rallumer la flamme la plus vacillante. Entourés d'une section rythmique impeccable (Bob Katsionis, omniprésent, à la basse et aux claviers, et un batteur sans nom...), les deux hommes se laissent aller à suivre leur inspiration brillante, et nous offrent sur un plateau d'argent une bonne dizaine de morceaux formellement beaux, qui donnent à ce premier LP des airs de faux Best Of bien tassé. L'équilibre entre saillies musclées et moments de tendresse peaufinés est saisissant, et on se prend à rêver à une soirée passée du côté de L.A., en bonne compagnie, le cheveu ébouriffé par une virée en décapotable le long du Sunset. La présence dans les choeurs de Paul Laine n'a rien d'un hasard, tant certains accents laissent à penser que l'importance de DANGER DANGER en tant que background personnel fut plus prédominante qu'on aurait pu le penser (“ Fragile”, plus proche des efforts en solo de Ted Poley que de YES). Mais au-delà de toutes les références qu'on pourrait accoler au dos de ce Don't Miss the Sunset, ce sont surtout ses propres qualités intrinsèques qui frappent.

En tant qu'album sorti de son contexte, il est inattaquable. Mais en tant qu'album de Hard Rock mélodique, il devient une réussite totale, au point qu'on se demande si son auteur n'a pas cherché sciemment le sans-faute. Entre quelques réminiscences Stan BUSH, plus que palpables (l'ouverture “ Rush of The Wave” y fait méchamment penser), des allusions plus ou moins indirectes à la vague des PANORAMA (“You And Me Against The World”), et surtout des clins d'œil répétés à la scène US des années 80, via un clavier discret qui ajoute à à la délicatesse de l'ensemble (“Cruisin'”, que les JOURNEY, FM et autres TREAT auraient pu ajouter à leur tableau de chasse), ce premier longue-durée fait montre d'une classe folle, même lorsque l'ambiance rejette la lumière du jour pour se contenter de la pénombre à peine atténuée d'une bougie d'une chambre à coucher prête pour un moment d'intimité (“Can't Live Without You”). D'ailleurs, et c'est aussi à ça que l'on reconnait les travaux les moins complaisants envers la facilité, les ballades battent le haut du pavé, et évitent la niaiserie piège qui a condamné bien des œuvres antérieures à une tendresse sirupeuse donnant du diabète avancé. Ainsi, “Wings Of Silk” en clôture rappelle même les power-ballads les plus récentes de EUROPE, sans le côté bluesy prononcé, mais en faisant preuve du même lyrisme exacerbé. Transcendées par la voix incroyablement chaude et veloutée de Manos, et les volutes de claviers de Bob, ces stries de calme permettent d'admirer la fluidité harmonique d'Odysseas qui maîtrise fort bien son sujet, même si son terrain de prédilection semble être la frontière séparant le Rock de la Pop, comme le démontre aisément le sautillant “Tomorrow You'll be Gone”, au refrain imparable et à la combinaison vocale immaculée.

Le leader laisse même beaucoup de latitude à ses compagnons, ce qui permet au groupe de signer des classiques presque innés, à l'instar de ce fulgurant « Holding On To A Dream », qui nous ramène trente ans en arrière lorsque les classements américains se satisfaisaient très bien de cet amalgame entre souplesse et rudesse. Certes, les textes n'évitent aucun cliché, mais cela fait partie du jeu, et lorsqu'on tombe sur une petite merveille comme “Oasis (In The Desert of Your Soul)”, on en fait abstraction sans problème tant ses harmonies et son énergie nous contaminent. Difficile de penser en dévorant Don't Miss the Sunset qu'il n'est que la première étape d'un parcours qu'on espère au long-cours, tant il fait montre d'incroyables qualités de composition et d'interprétation. Il pourrait presque être considéré comme la notice idéale pour concevoir et monter un album de Hard à tendance AOR parfait, de sa production à ses chansons, et laisse présager d'un avenir ensoleillé pour ces grecs qui ont décidément tout compris à la mélodie. Le genre d'album qui rend heureux l'espace d'un instant, et qui s'incruste dans votre mémoire, vous obligeant indirectement à revenir vers lui les jours de pluie. Bravo donc à Odysseas Karapolitis qui nous offre donc l'un des meilleurs LP du mois, sans en faire trop, mais en affirmant ses prises de position.


Titres de l'album:

  1. Rush of The Wave
  2. You and Me Against the World
  3. Cruisin'
  4. Dreams Die Hard
  5. Can't LIve Without You
  6. Oasis (In the Desert of your Soul)
  7. Holding on to a Dream
  8. Fragile
  9. Tomorrow You'll be Gone
  10. Wings of Silk

Facebook officiel


par mortne2001 le 16/04/2018 à 14:39
90 %    366

Commentaires (1) | Ajouter un commentaire


Lynott
@185.140.136.1
09/05/2018 à 13:30:58
Excellente chronique, félicitations !

Ajouter un commentaire


Ancient Moon

Benedictus Diabolica, Gloria Patri

The Defiants

Zokusho

Lee Aaron

Power, Soul, Rock N' Roll – Live in Germany

Aphrodite

Lust and War

Freternia

The Gathering

Urkraft

Our Treacherous Fathers

Monarque

Jusqu’à la Mort

Black Star Riders

Another State Of Grace

Sacral Night

Ancient Remains

Kryptos

Afterburner

Immortal Bird

Thrive On Neglect

Korn

The Nothing

Damim

A Fine Game Of Nil

Kobold

Masterpace

Warvictims

The Horse and Sparrow Theory

Dead Heat

Certain Death

Void King

Barren Dominion

The New Death Cult

The New Death Cult

Axxios

Beneath the Blood Red Sky

Reality Suite

Awaken

Death Feast Open Air 2019

Mold_Putrefaction / 19/09/2019
Brutal Death Grind

Dopethrone + Wormsand

RBD / 12/09/2019
Doom

DISOWNING, Interview avec Butcher (chant)

youpimatin / 10/09/2019
Death Metal

Concerts à 7 jours

+ Electric Shock + Praying Mantis

21/09 : Jas'rod, Pennes Mirabeau (13)

Belenos + Griffon + Nydvind

21/09 : Salem, Le Haillan (33)

Darkenhöld + Bovary + Eternal Hunt

21/09 : Secret Place, St Jean De Védas (34)

Kadinja + Tranzat + Juggernautt

21/09 : Espace Le Goffic, Rennes (35)

Krassier + Frekkr + Conquerors

21/09 : Dropkick Bar, Reims (51)

Evil Invaders + Warkunt + Disgorged Foetus

21/09 : Maison Du Temps Libre, Rolampont (52)

Deficiency + Fractal Universe + Destinity

21/09 : ThÉÂtre De La MÉdiathÈque, Freyming (57)

Warfaith + Mortuary + Dust In Mind

21/09 : Salle Désiré Granet, Anould (88)

Flush!! + Xbreak Outx

26/09 : L'ambuscade, Lyon (69)

Elyose + Ancient Bards

26/09 : Le Gibus, Paris (75)

Mars Red Sky + Lysistrata + It It Anita

27/09 : La Nef, Angoulême (16)

Pictured + Evilness + Gengis

27/09 : Le Spot, Spézet (29)

A Very Sad Story + Cleaver

27/09 : Le Dropkick, Reims (51)

Vola + Arch Echo + Rendezvous Point

27/09 : Hard Rock Café, Lyon (69)

Misþyrming + Vortex Of End + Darvaza

27/09 : Le Gibus, Paris (75)

Bliss Of Flesh + MÖhrkvlth + Vosegus

28/09 : Espace Leo Ferre, Brest (29)

Alea Jacta Est + Stinky + Wank For Peace

28/09 : Le Rex, Toulouse (31)

Blood Ages + Pray Manticore + From Dusk To Dawn

28/09 : Ecole Des Filles, L'isle-bouzon (32)

Pictured + Evilness + Gengis

28/09 : La Fontaine De Brocéliande, Saint-péran (35)

Fange + Grist + Verdun

28/09 : Molodoï, Strasbourg (67)

Malkavian + Warband + Shut The Fuck Up

28/09 : Rock'n'eat, Lyon (69)

Temple Of Baal + Archgoat + Au Champ Des Morts

28/09 : Le Petit Bain, Paris (75)

Furies + Nemost + No Return

28/09 : Salle Claude Pouillet, Evry-gregy-sur-yerres (77)

Monarch! + Vouna

28/09 : L'hélice, Toulon (83)

Photo Stream

Derniers coms

Vraiment très bonne chronique qui m'a donné envie de redécouvrir ce magnifique album.


J'aime burn excoriate et merci pour la piqure de rappel avec gurkkhas


Une excellente de putain de bonne nouvelle !!


@humungus : j'ai dû mal m'expliquer. Le type a été balancé du public par dessus la barrière et est retombé bien lourdement derrière quoi. Pas sur ses guiboles... et les gars de la secu l'ont relevé ensuite. ;)


Artwork horrible. En espérant qu'il sera un peu plus solide que le dernier.


1) Inutile de dire que ce report et une fois de plus hyper complet.
Cela devient vraiment lassant d'écrire ça à chaque fois mec...
2) "Pour manger, c’est soit des frites, soit une part de pizza"
QUOÛÛÛAH ?!?!
Pas de stands vegano-pakistanais sur ce genre de fest ? Imp(...)


1) JTDP + 1.
2) "Un spectateur un peu plus chaud que les autres passe par-dessus la barrière suite à un slam qui tourne mal et s'écrase juste devant la scène ! la volée qu'il a pris le mec !"
Donc si j'ai bien suivi, un spectateur passe par dessus les barrières (involontairement qu(...)


Bah vu qu'Exodus est plus en moins en stand-by tant que Holt n'en a pas fini avec Slayer, Altus a bien raison de réactiver Heathen. Perso c'est une excellente nouvelle, qui sera encore meilleure si je parviens à voir le groupe live.


Des piges Heathen, le mec est dans Exodus aujourd'hui je savais pas que ça tourné encore.


Et bien, une chronique de Freternia, si je m'attendais à ça! J'avais en effet totalement perdu de vu ce groupe, disparu des radars et visblement peu regretté. A l'époque (et cela ne nous rajeunit pas), j'avais été emballé par le côté épique du 1er album, mais j'avais trouvé le second part(...)


Bravo pour ce report exhaustif. Sur ce genre de festival je suis certain que je me calerais plutôt sur les têtes d'affiche, si j'y allais. Elles sont plus de ma génération (je confirme en passant que Decapitated a été un groupe majeur alors) et je trouve que les vieilles écoles étaient plus (...)


Cela a été corrigé, ce sera bien le 2 mai à Toulouse, un samedi.


"Pendant ce temps là le batteur de KORPSE fait un slam, et une nana vomit à côté de moi, parfait" xD !

Sinon excellent report Mold, comme d'habitude. Tu m'impressionne à tout voir / tout retenir comme ça ! Le gros kiff sur Waking tu m'as tué ;)


Excellent album ! Plus dynamique que le précédent tout en gardant cette lourdeur et cette hargne si caractéristiques du groupe !


merci beaucoup pour ce report, concis et précis...et merci de faire suivre l'actualité du brutol jusqu'à Roazhon...
Et enfin cimer pour Smat's...
ROM1 - KDS CREW


Hihi, je savais que c'était fait pour toi... :-D


Cette affiche... J'en rêvais... ... ...


@kairos +1 !


Cool report, comme d'hab' ! Et toujours intéressant de retracer l'historique musical d'une ville ;-)


Si Scott Wino ne peut plus se défoncer en paix, ou va le monde !