« Nous sommes moins que rien, dans une immense mer de vide. Il n’y a ni bien ni mal. L’existence elle-même n’est qu’une illusion.

Vous n’êtes rien »

Voici donc une introduction très péremptoire qui nous renvoie pourtant à notre misérable condition de grain de sable perdu dans une tempête de temps qui passe. Oui, une pauvre poussière dans un sablier que des forces obscures regardent couler en se délectant de notre désespoir, et de la futilité de notre présence sur terre. Après tout, qu’est le monde sinon un vaste terrain de jeu où les acteurs cupides et stupides se succèdent pour jouer une pièce dont l’inéluctable conclusion est déjà connue de tous ?

Quel intérêt de regarder un film, bien que nous en soyons les protagonistes, alors même que nous savons très bien quelle en sera l’issue ?

Et la conclusion est donc limpide. Aucun twist ne viendra nous sauver de notre disparition prononcée, lorsque la terre rendra les armes dans une dernière flambée de puissance, avant de s’éteindre…Mais heureusement pour nous, ce jour funeste n’est pas encore pour demain, ce qui nous laisse un peu de temps pour apprécier la parole et la musique d’oracles de la pénitence qui nous préviennent des dangers à venir. Ces dangers, nous considérer comme créatures fondamentales, et placer notre Ego au-dessus de tout, alors même que le tout n’est qu’une autre partie d’une somme sans résultat. Des oracles, nous en connaissons déjà un nombre conséquent, spécialement dans ce créneau sombre qu’est le Black Metal, qui n’a de cesse de se métamorphoser pour s’adapter au changement ambiant, qui a tendance à s’assombrir de secondes en siècles. Mais parfois, le style sait aussi stopper la machine pour quelques instants, et se repaître de ses dogmes fondamentaux, pour rester au plus proche des commandements de base.

Ainsi, EMPYREUS ne cherche aucunement depuis sa création en 2009 à bousculer les codes établis, et se contente de jouer la musique la plus puissante et emphatique possible. Cette hydre malfaisante nous a déjà exposé ses vues au travers de deux EP, Pandemonium Reigns en 2011 et The Burning Path en 2013, et il semblerait que le format leur convienne très bien, puisque c’est avec un nouveau court qu’ils nous en reviennent en 2017, via ce quatre titres éponyme qui reste dans la droite lignée de leurs productions précédentes. Et à l’écoute de ce petite demi-heure de violence instrumentale et vocale, il n’est pas difficile de rattacher les originaires de Chicago aux locomotives du genre, de SATYRICON à EMPEROR, en passant par JUDAS ISCARIOT, sans toutefois les priver de leur propre originalité, qui s’exprime au travers d’une évolution progressive des structures, sans jamais céder le pas à la véhémence globale. C’est donc à un Black très noir mais illuminé de parties de guitares incandescentes auquel nous sommes confrontés, qui se repose sur une rythmique infatigable mais créative pour avancer coûte que coûte. Et faites-moi confiance, la dite avancée est impressionnante, et atteint parfois les sommets de crudité si chers aux 1349 ou à MARDUK.

Ce qui prouve que les EMPYREUS ont plus d’une formule dans leur grimoire.

Et si selon eux, l’existence ne vaut pas la peine d’être vécue autrement que comme une brève et triste parenthèse dans le temps, leur musique se veut plus sûre d’elle, et ose des constructions alambiquées pour convaincre le fan potentiel, qui commence à déplorer que sa musique favorite s’oriente de plus en plus vers le Post ou l’expérimental.

Radicaux ces quatre morceaux, certes. Mais aussi très finement composés, et qui tiennent leurs idées à bout de riffs et de chant damné pendant plus de cinq, six ou sept minutes sans jamais laisser l’effort fléchir en intensité. Doté d’une remarquable et ample production, Empyreus n’a pas à rougir d’une éventuelle comparaison avec les plus grandes références du genre, et se permet parfois des climats très nauséeux, comme sur le terrassant « Might Of Legion », qui réussit dans le même cadre à réconcilier les fantasmagories d’EMPEROR, et le réalisme morbide d’un HELLHAMMER ou d’un MAYHEM première époque. Difficile à croire, tant ce groupe stagne pour l’instant dans un underground dont il pourrait facilement s’extirper, mais c’est pourtant la réalité d’un troisième EP qui n’aurait besoin que d’un petit coup de corne pour exploser à la face du monde.

Il n’est pas non plus interdit de sonner le rappel de DISSECTION, lorsque les arrangements luttent entre harmonie et virulence. Ainsi, le spectaculaire final « The Witch Of Endor », nous tire vers le passé d’un The Somberlain de sa grandiloquence tragique et de ses guitares qui tournoient dans un ciel chargé. Mais loin de se contenter d’une inspiration marquée, les américains en profitent pour glisser entre deux décharges d’électricité des breaks d’une théâtralité remarquable, pour donner corps à leurs inflexions pessimistes, et nous permettre de nous éloigner un peu du sempiternel jeu de dupes consistant à énumérer des influences extérieures pour situer un nouveau venu…ou presque.

Et si l’entame de « Sacrificial Blaze » reste dans une norme de violence somme toute assez formelle, l’ensemble dégage un potentiel de haine qui nous cloue sur place, et qui est accentué avec ingéniosité par ce fameux format court qui donc, sied vraiment à la musique jouée. Quant à savoir si EMPYREUS osera un jour franchir le pas du LP pour prendre des risques et exposer son potentiel réel, nous n’en sommes pas encore là, mais je les en sens grandement capables.

En attendant ce jour, comme en attendant notre fin, nous pouvons apprécier Empyreus pour ce qu’il est, à savoir un excellent EP de Black aussi traditionnel que personnel. Et ceci n’est pas une conclusion d’oracle, juste une constatation de chroniqueur parfaitement conscient de la futilité de sa tâche…


Titres de l'album:

  1. Sacrificial Blaze
  2. Rex Nemorensis
  3. Might of Legion
  4. The Witch of Endor

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 28/08/2017 à 17:52
74 %    236

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Orthostat

Monolith Of Time

Obscenity

Summoning the Circle

Psy-no-ark

Nodvs Gordivs

Stranguliatorius

Rope Soap Tabouret

Nebula Orionis

Starthrone

Valiant Bastards

Harbingers of Chaos

Samarium

Right to Get Violent

Split/cross

Rise of Discontent

Executioner

Bone Collector

Northern Light Orchestra

Greatest Hits

Ploughshare

In Offal Salvation

Conjure

Releasing The Mighty Conjure

Death Chaos

Bring Them to Die

Atomic Death Squad

Brain Dead

Blackwater

Good As Evil

Scorcher

Systems of Time

Virginia Hill

Makin' Our Bones

Psython

The Last Days of the Good Times

Nacht Und Gnosis

Det Warder Sådt I Skröplighet Och Skal Upstå Ur Kraft

Concerts à 7 jours

+ Father Merrin + Dragunov

02/03 : Black Baron, Nancy (54)

Photo Stream

Derniers coms

Merci pour ce petit clin d’œil à Heavy Sound et content de t'avoir eu au sein de l'équipe dès les tout débuts de l'aventure... et longue vie à Sleeping Church Records et Metalnews !


Rien qu'avec ces deux noms ça promet d'être très poétique en effet !


Allons allons, j'ai des gens qui m'aident bien autour de moi, tu sais de quoi je parle Jus de cadavre... c'est aussi grâce à des personnes comme toi que tout cela est possible.


Cool oui l'interview ;) Un groupe, un label et le zine... Je sais pas comment tu fais Simo ! :D


Merde, mais c'est mortel RITUALS ! J'étais complètement passé à côté... Chouette interview encore une fois et bonne continuation à Sleeping Church Records ;-)


@Kerry King : Si tu aimes Gus Van Sant, tu aimeras...


J'ai jamais regardé le "Last Days" je me demande si il vaut le coup ?

Lords of Chaos je me demande quand il sera dispo ça fait longtemps qu'on annonce le film.


Ca sent mauvais tout ca...


Tout pareil Simo ! Bienvenue Acid, ça fait plaisir une nouvelle plume ! :)


Et voilà c'est corrigé...


Parce que dans la com' du label, c'est le pays qui est indiqué... j'avoue que je n'ai pas vérifié mais effectivement en voyant Vindsval, j'aurais du corriger de moi-même, désolé c'est bien Français...


Avec cette chronique, nous accueillons dans notre équipe Acid
Vous retrouverez d'autres articles de sa part prochainement mais toute l'équipe de Metalnews.fr lui souhaite la bienvenue, en espérant que sa plume vous séduise et qu'elle vous fasse découvrir de nouveaux groupes ou vous confor(...)


Pas mal, rien d'extraordinaire et ça reste du black Telerama-compatible (ça m'empêche pas de beaucoup aimé BaN) mais il y a 2 choses que j'apprécie :

1) Ils avaient fait une itw du gars de Throane et je m'étais dit, c'est bien mais ils pourraient quand même s'intéresser à BaN q(...)


les Vegan et auters Veggie nous les cassent sévère


Ouais le "Rock" c'est la grande mode, c'est hype. Faut profiter du filon avant que ça s’essouffle !
Et si Nirvana a eu son "Last Days" de Gus Van Sant, fin c'est sur Cobain plutôt. Plus une palanquée de docu plus ou moins bon.


J'avais adoré le premier album... celui-là ne m'a pas déçu. Un groupe qui mériterait d'être plus connu.


C'est entraînant


Débat intéressant.
Autant la gars de Tyr assume complètement son truc, et c'est son droit, du moins tant que le pays d'où il vient maintient la légalité de cette pratique. Autant une asso qui se veut vegan, moi je trouve ça étrange qu'elle cautionne ça en étant partie prenante de l'(...)


Avec tout ça, TYR ne fera jamais la 1ere partie de GOJIRA . Je ne suis pas vegan je n'ai jamais écouté TYR, mais on peut aussi boycotter les concerts dont les groupes sont chasseurs ou bossent dans des abattoirs. Pour les chasseurs , il y a de tout du saoulot, du viandar mais aussi du responsabl(...)


Cette année ça y va les films qui retracent l'histoire d'un groupe...

Queen, Mayhem, Motley Crue les trois a la fois, a qui le tour ? Limp Bizkit lol

Nirvana ils ont jamais rien fait ? Je me demande.