C’est quand même marrant cette vague de Hard Rock/Heavy Metal vintage…Comme toutes les modes me direz-vous…Mais voilà qu’on se retrouve à encenser des groupes qu’on aurait joyeusement descendus en flamme il y a trente ans pour…exactement les mêmes raisons.

Des groupes jouant une musique passéiste, réchauffée, inspirée de groupes déjà à la bourre le jour de la sortie de leur premier album, préférant se réfugier dans la sécurité de riffs francs et massifs, de rythmiques d’airain, et de refrains à reprendre la bière à la main pendant un festival de vestes à patches.

Marrant comme le temps qui passe change la donne parfois. Mais après tout, qu’importe le flacon comme on dit. Encore faut-il qu’on ait l’ivresse, ce qui n’est pas toujours garanti.

Alors, abordons, digressons, glosons. Entre les malades du Heavy des origines vouant un culte au PURPLE et au SAB’, les Doomsters fans de ST VITUS, et les affolés du bulbe vénérant la vitesse et la syncope de SLAYER ou EXODUS, la vague du revival Heavy/Speed/Thrash n’en finit plus de faire des émules chez les jeunes musiciens ne se retrouvant pas dans une époque floue, qui finalement préfère se tourner vers ses racines pour proposer quelque chose de neuf…en travaillant du vieux.

C’est encore le cas ce matin d’une sympathique bande de chevelus Belges, qui visiblement, n’ont pas oublié le terrain défriché par leurs grands frères de CROSSFIRE, ACID, ou KILLER…

Les SPEED QUEEN se sont donc formés il y a quelques années, et ont pondu une première démo, Live Hard, qui en disait déjà assez long sur leurs intentions. Retrouver le souffle épique du pur Heavy Metal des sacro-saintes années 80, sans le dénaturer, et en l’interprétant avec une conviction quasi religieuse. Bénéficiant alors d’une petite réputation grandissante, le quintette (Thomas Kenis – chant, Andreas Stieglitz & Tom Neeskens – guitares, Lander Savelkoul – basse et Toon Driezen – batterie) en a profité pour arpenter les scènes européennes aux côtés des EVIL INVADERS, BLIZZEN, IRON CURTAIN, EXUMER et autres OSTROGOTH, histoire de répandre la bonne parole de l’évangile selon saint CROSSFIRE/DRAKKAR, basé sur des épitres truffés de références Speed Metal assez racé, mais surtout, focalisé sur un statu quo instrumental indéniable.

Puis vint le temps du premier EP, ce King of the Road dont je m’apprête à vous parler, qui finalement, reste fidèle à une éthique bien particulière, celle de reprendre peu ou prou les mêmes astuces que les groupes ayant connu la première vague de Heavy Metal Belge aux alentours de 1983/1984. Tout cela nous permet-il d’apprécier une bonne dose de musique bien travaillée aux hymnes bien troussés ? Certes, car ces messieurs, outre une foi sans borne en leur quête, affichent un niveau technique tout à fait respectable et un sens de la composition vintage aiguisé.

Que dire donc de ces cinq pourfendeurs de modernité outrancière ? Que l’un d’entre eux à la chance d’avoir une petite amie, une amie ou une sœur suffisamment photogénique pour se la jouer top model sur la pochette (simple, mais réussie et aguicheuse), et qu’ils ont suffisamment écouté d’albums pour savoir exactement comment jouer un Heavy/Speed mordant et mélodique, basé sur des riffs tourbillonnants et des refrains fédérant.

En l’état, King Of The Road pourrait représenter la quintessence d’une vague de Metal Belge d’il y a quelques décennies, avec sa production presque d’époque, blindée d’écho et de réverb’ dans les passages idoines, mais aussi de riffs taillés dans l’acier et déliés pour bouffer des kilomètres en bagnole accompagnée de cette jolie demoiselle aux longues jambes et à la chevelure flamboyante.

D’ailleurs, le premier morceau, « Midnight Murder » semble incarner l’épitomé de leur approche, avec cette basse grasse et grave qui rebondit sur des plans de guitare semblant exhumés d’une vielle bande enregistrée par un ACCEPT transitoire avant qu’ils ne se décident à ouvrager leur musique.

La voix de Thomas est parfaitement adaptée au contexte, et la complémentarité d’acier du duo Andreas Stieglitz & Tom Neeskens est exemplaire, tant en rythmique qu’en solo, alors même que le ciment rythmique coulé par Lander et Toon prend rapidement, sans vous laisser les pieds collés dedans.

Premier EP et six morceaux solides et subtilement variés, qui profitent de quelques changements de tempo pour se différencier.

Une grosse pelletée d’hymnes à reprendre avec des potes un soir de concert, avec en point d’orgue de véritables killers, comme ce « Kids Of Rock ‘N Roll » qu’un SAXON survitaminé de 81/82 aurait pu entonner en singeant son adversaire MAIDEN pour le faire enrager.

Pas de temps à perdre en vingt minutes de présence musicale, et le groupe l’a très bien compris. La machine ne décélère que très rarement, préférant nous offrir des nuances de Speed minimes, plutôt que de sombrer dans le Heavy pataud et boursouflé.

« Fly High » maintient donc la barre et le compteur bloqué, se permettant même quelques pointes de basse à la Lemmy, tandis que les soli digressent en tierce pour nous ramener à l’époque glorieuse de la NWOBSM (New Wave Of Belgian Speed Metal), accélérant même légèrement sur un « Speed Queen » infernal, hit de l’impossible, qui nous frotte au spectre encore vivace des TANK, du METALLICA de Kill’Em All, voire même d’un DESTRUCTION hanté, lors de compressions de double grosse caisse bien velues.

L’allégeance de clôture, « Stay Drunk », sans doute équivalent du « Wasted » de DEF LEP en termes de philosophie toute personnelle et éthylique, s’évade enfin au son d’une intro que le METALLICA de « Blackened » n’aurait pas reniée, avant une fois de plus de laisser circuler les riffs endiablés, pour un final qui place ce premier EP sous de très bonne augures pour la suite des évènements.

Certes, tout ça reste désespérément classique, mais joué avec une telle énergie et une telle confiance qu’on en reste admiratif, un peu comme si le temps passait plus lentement depuis 1984 dans certaines régions du monde.

Un bel hommage rendu à l’histoire/légende du Heavy/Speed Belge, celui-là même qui emportait l’adhésion des fans et qui faisait discrètement sourire les journalistes et critiques par son refus de regarder de l’avant.

Mais tel est le concept proposé par cette nostalgie Heavy, et libre à vous d’en accepter les règles ou de préférer vous tourner vers des œuvres un poil plus…contemporaines. Mais il n’y a aucune honte à ressortir ses bracelets cloutés et à acheter une bière bon marché pour partir en concert avec quelques potes déjà bien entamés. Au son de ce King Of The Road, qui pourra l’espace d’un instant transformer votre vieille 106 fatiguée en Fuego chromée.


Titres de l'album:

  1. Midnight Murder
  2. King of the Road
  3. Kids of Rock 'N Roll
  4. Fly High
  5. Speed Queen
  6. Stay Drunk

Bandcamp officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 13/06/2017 à 17:43
75 %    194

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Suicidal Tendencies

STill Cyco Punk After All These Years

Panzer Squad

Ruins

Tyrant Disciple

Weight Of Oblivion

Cavador

Sin Culto a Los Muertos

Hrobar

Rýchla Smrť

Codex

Ignominia

The Secret

Lux Tenebris

Flayed

Empty Power Parts

Ambient Road

Turn Up The Heat

Everrise

After The Eclipse

Vöödöö

Ashes

I’ll Be Damned

Road to Disorder

Mantar

The Modern Art of Setting Ablaze

Taste

Moral Decay

Pig Destroyer

Head Cage

Beyond The Black

Heart Of The Hurricane

Dark Insides

Netherworld

Ancestor

Lords of Destiny

Raspy Junker

World Of Violence

Elyose

Reconnexion

Sylvain EXOCRINE

youpimatin / 24/09/2018
Technical Death Metal

Apocalyptic Slamming Evisceration European Tour 2018

Livor Mortis / 22/09/2018
Brutal Death Slam Photos

Photo-report MOTOCULTOR 2018 (Par Baptistin Pradeau)

Jus de cadavre / 17/09/2018
Motocultor

Concerts à 7 jours

Alcest + Celeste + Vampillia

25/09 : La Gaîté Lyrique, Paris (75)

Defenestration + Burial Invocation

26/09 : Bar Hic, Rennes (35)

Alcest + Vampillia

26/09 : La Laiterie, Strasbourg (67)

+ Europe

27/09 : Le Trianon, Paris (75)

Stoned Jesus + Mothership

27/09 : Le Petit Bain, Paris (75)

Batushka

28/09 : Antipode, Rennes (35)

Iron Bastards + Deficiency + Vulcain

29/09 : Salle Des Fêtes, Angres ()

Agressor + Sublime Cadaveric Decomposition + Colossus

29/09 : Le Champilambart, Vallet (44)

Wardruna

29/09 : Château Des Ducs De Bretagne, Nantes (44)

Wintereve + Sors Immanis + Ephialtès

29/09 : Le Riveter, Nancy (54)

Batushka

29/09 : La Laiterie, Strasbourg (67)

Batushka

29/09 : La Laiterie, Strasbourg (67)

Voivod + Bio-cancer

29/09 : Le Petit Bain, Paris (75)

Voivod + Bio-cancer

30/09 : Le Ferrailleur, Nantes (44)

King Dude + Kaelan Mikla + The Dark Red Seed

30/09 : Le Petit Bain, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

c'est rectifié !


C'est CAVADOR pas CADAVOR, la chronique mérite la réparation de l'erreur du texte. Pour info, le second album est un disque purement instrumental en hommage aux soldats argentins tombés aux Malouines.


Un groupe énorme, sur album comme sur scène. L’Italie nous gâte dans ce style très sombre !


Merci pour cette vidéo d'Anthrax, je m'en vais aller dépoussiérer State of Euphoria, du coup !


Merci pour la diffusion de cette neWs ;-)


Très jolies les photos Livor ! Bienvenue ici mec !


Hiatus discographique, pardon !


Après un hiatus de 5 ans ? Je les ai vu au Chaulnes Metalfest en 2016... et d''après leur site ils ont tourné jusque mars 2017.


Ah je reconnais cette scène du MCP Apache !


la voix ecrase tout dans le mix ..dommage..


Y'a de l'ambition, c'est bon ça ! Non, non c'est pas un gros mots ! C'est selon moi ce manque d'ambition (tellement français et pas seulement en musique !) qui fait que la scène Metal hexagonal n'a pas explosée comme certaines autres scène en Europe...


Félicitations!


Rien à voir avec feu les Provençaux de Kabbal non plus ? Stylistiquement, c'est assez différent comme Death Metal il faut dire.


Toujours aussi original.


Excellente interview ! Ça transpire la passion tout ça !


Le titre en écoute laisse effectivement présager de quelque chose de vraiment pas mal !


Je confirme, ce skeud est excellent, le "mélange" des genres fonctionne à merveille.
La base death est bel et bien présente et parsemée de plans thrash ou black. La prod est nickel (ni trop, ni trop peu), et l'ensemble laisse un gout de reviens-y, ce qui est toujours bon signe. Je suivrai (...)


C'est bon ça !
Torture Throne était déjà excellent, alors affaire à suivre !!!!


"Un peu comme la dernière fille libre de la soirée, vous vous dites, je me la tape, on ne sait jamais, ça peut être surprenant..."

:D tu m'as tué !


Ah merde, la bad news !!!
En plus, un groupe de chez nous.
RIP man...