Inutile de jouer les amateurs éclairés, j’ai comme la plupart d’entre vous connu la belle Robin BECK dans les années 80, via son énorme tube « First Time », qui illustrait la campagne de promotion d’un certain soda dont nous tairons le nom. Sachons juste qu’il fait des bulles et qu’il décrasse les pièces de monnaie de leur rouille, mais ce breuvage aux propriétés multiples a eu le mérite de nous révéler une des artistes les plus attachantes du Rock à tendance FM/AOR américain, qui aujourd’hui encore, poursuit sa carrière avec fougue et entrain. On retrouvait d’ailleurs ce single à succès sur le second LP de la dame, Trouble or Nothin', que nous sommes nombreux aussi à avoir écouté et acheté, et qui succédait à son premier effort, Sweet Talk, publié en 1979 soit…dix ans de Disco auparavant. Entre temps, la vocaliste avait largement eu le temps de se forger une identité, aux facettes différentes, qui lui ont permis de se construire une carrière aussi riche qu’éclectique, passant sans regret d’une comédie musicale à un disque de Rock saignant, sans perdre en crédibilité. Aujourd’hui, c’est avec un plaisir non feint que Robin retrouve le giron italien de Frontiers, pour un nouvel effort qui vaut vraiment la peine d’être écouté, tant on retrouve la flamboyance des plus belles années de l’interprète, qui une fois encore, a confié son destin musical aux mains de son mari, James Christian de HOUSE OF LORDS, qui pour l’occasion a travaillé de concert avec Clif Magness pour produire l’objet en question.

Cet objet, à la pochette flanquée d’un portrait flatteur, c’est donc ce Love Is Coming, au nom prédestiné, qui risque bien de faire revenir les troupes dans le sillage d’une artiste qui mérite sensiblement votre admiration et votre dévotion.

La liste des artistes fameux ayant collaboré avec Robin tient du who’s who absolu, tant les instrumentistes les plus renommés ont un jour apporté leur patte à son univers. On retrouve dans les crédits de ses albums des musiciens comme Steve Lukather (TOTO), Paul Stanley (KISS), Diane Warren, Desmond Child, Mark Spiro, Jeff Kent, Jonathan Cain, Ann et Nancy Wilson de HEART, mais pour autant, ces featurings prestigieux ne doivent jamais faire oublier que le talent de Robin justifie à lui seul votre intérêt. Une fois encore, et ça finit par faire la coutume, elle a mis les petits plats dans les grands pour vous offrir des agapes Rock luxuriantes et opulentes, aptes à rassasier les plus affamés des amateurs d’AOR/Melodic Rock léché et peaufiné. Pourtant, ce qu’on remarque assez rapidement, c’est que la vocaliste semble avoir bénéficié d’un regain d’énergie assez net, tant Love Is Coming se démarque plus volontiers de sa hargne que d’un romantisme déplacé. En témoigne un morceau impeccable et rageur comme « Girl Like Me », qu’on croirait emprunté au « Rag Doll » d’AEROSMITH, et qui dégage une puissance incroyable, sans pour autant se départir de mélodies imparables et de cœurs mémorables. Voix qui part dans des digressions animales, soli qui enflamment les sillons, le ton est bon, et le son béton. Robin n’a pas oublié son Hard au placard, et nous livre une démonstration de son pouvoir vocal, que les années ont laissé intact, voire encore plus puissant qu’avant. Alors, que toutes les fines bouches qui s’apprêtaient à dégainer leur pince-nez pour aborder le cas de la belle américaine enlèvent leur gants et osent toucher la grâce de près, puisque ce nouvel LP ruissèle de sueur et d’expérience, et laisse bien des combos modernes sur le carreau…

Mais non, l’émotion n’en est pas pour autant occultée, ce qui serait un non-sens vu l’art de la chanteuse pour aborder des registres plus veloutés. Mais les ballades ici, loin d’être empesées et calibrées, sont plutôt à fleur de peau, et la laissent satinée et les poils relevés. On peut parler de Pop, de Country, de Smooth Rock, de West Coast, ou de ce que vous voulez, mais ça fonctionne comme jamais, et « Warrior » de refermer des portes grandes ouvertes en prenant soin de nous souhaiter bonne nuit du bout des paupières. On pense même à Alanis Morissette, dans certaines intonations, et dans ces arrangements subtilement synthétiques, bien que le piano se rapproche d’un HEART des grands jours…Ces comparaisons en disent long sur la qualité du LP en question, qui vous réserve de bien belles surprises, et sans avoir à attendre son terme…Il faut dire que si James Christian a soigné l’enrobage, Clif Magness a magnifié le contenu, puisque l’homme s’est chargé de la totalité de l’instrumentation, laissant des miettes à Tommy Denander (Michael Jackson, KISS, Alice Cooper, DEEP PURPLE, Anastacia), ou John Huldt pour un solo, et James pour quelques intros de claviers et percussions. Et dire que le producteur/musicien a lâché les chiens est un doux euphémisme qui se révèle dès l’entame tonitruante de « Island », qui après un bref abordage soft, explose d’un riff moderne et d’un cri Plantien pour nous plonger dans une ambiance Néo-ZEP convaincante. Cette entrée en matière prouve que la belle Robin n’avait pas du tout l’intention de laisser planer un doute sur la crédibilité Rock N’hard de son retour discographique, et nous embarque dans un tourbillon de Hard Rock contemporain qui n’a rien oublié de ses grands classiques.

Des classiques, ou futurs, ou assimilés, Love Is Coming en déborde, et entérine le regain de hargne live que Robin a acquis depuis sa tournée Rock Meets Classic (en compagnie de Ian Gillan, Steve Lukather et Jimi Jamison), ou celle promouvant son dernier effort studio de 2013 Underneath, qui trouve ici une belle continuité dans la puissance nuancée. Nuancée, parce que toujours teintée d’une Pop high on energy, à l’image de ce sautillant « On The Bright Side », qui nous offre le meilleur côté de la vie, vu sous l’angle AOR de la lorgnette, et qui nous déroule un panorama haut en couleurs et en chœurs de bonheur. Musicalement, on avait plus entendu la belle aussi affutée depuis longtemps, et ce nouvel LP déborde de joie de vivre et de chanter, à tel point que même les blue songs comme « In These Eyes » gardent une approche très power ballad, dans la grande tradition des MEAT LOAF, Bonnie Tyler, et autres chantres du dramatisme d’arrangements plus ou moins subtils…Mais Robin n’est pas là pour jouer les romantiques à tout va, et nous consume d’un feu ardent, au rythme chaloupant, nous annonçant le retour d’un amour pour un Rock déhanché qui nous fait méchamment craquer (« Love Is Coming » et son crescendo de guitare hargneuse sur un refrain chanté comme une teigneuse). Robin l’avoue d’ailleurs, dans un élan de franchise, celle qui tient le micro et vocalise, c’est elle, juste elle (« Me Just Being Me » au parfum Funky blanc très « Scars » de Richard MARX), et en laissant trainer nos oreilles sur le très Alanis « Lost », on a franchement du mal à croire qu’elle se soit perdue en route…

Vous l’aurez compris, Love Is Coming n’est pas du genre à faire du remplissage, ou à regarder en arrière pour tenter de repartir de l’avant. C’est un album bien dans son temps, qui pérennise l’héritage tout en rentrant dedans, et qui offre à Robin un écrin magnifique pour sa voix lyrique. Lyrique N’Rock, car la belle n’a pas oublié comment crier lorsque le feeling l’exige, et qui mélange avec bonheur Rock smooth, Hard Rock en touffes, et sensibilité sans esbroufe. Un retour quasiment parfait, qui nous fait instantanément oublier que lady BECK est dans le métier depuis des 70’s depuis longtemps enterrées, tant on a le sentiment que sa carrière ne fait que recommencer, d’année en année. Une cure de jouvence, vous en reprenez ?


Titres de l'album:

  1. Island
  2. On The Bright Side
  3. In These Eyes
  4. LOve Is Coming
  5. Me Just Being Me
  6. On To Something
  7. Lost
  8. Crave The Touch
  9. If You Only Knew
  10. Here I Am
  11. Girl Like Me
  12. Warrior

Site officiel


par mortne2001 le 02/11/2017 à 17:51
80 %    263

Commentaires (2) | Ajouter un commentaire


Jus de cadavre
membre enregistré
02/11/2017 à 18:53:44
Oh la vache ça pique les yeux la cover ! Très... américain... :D

LDP
@86.244.64.236
03/11/2017 à 19:41:39
Ce gouffre entre la cover et le clip!
Le combo make up + photoshop est redoutable.

Ajouter un commentaire


Palehørse

Palehørse

Statement

Force Of Life

Cara Neir

Part III - Part IV

Project For Bastards

Project For Bastards

Aftermath

There Is Something Wrong

Nostromo

Narrenschiff

Charge

Ain’t The One

Herod

Sombre Dessein

(false) Defecation

Killing With Kindness

Rosy Vista

Unbelievable

Gorgon

Elegy

Parad1gm

Parad1gm

Laceration

Remnants

Dragon's Daughters

Tits on Fire

Ad Patres

A Brief Introduction to Human Experiments

Suzi Quatro

No Control

Beast In Black

From Hell With Love

Manowar

The Final Battle 1 (E.P)

Orphaned Land + Subterranean Masquerade

RBD / 18/04/2019
Folk Metal

Crippled Black Phoenix I Villingen-Schwenningen

Simony / 16/04/2019
Cold Wave

EVERGREY - Le Gibus - Paris

Kamel / 15/04/2019
Evergrey

LA CAVE : une sélection d'albums Metal Extreme #1

Jus de cadavre / 02/04/2019
Metal Extrême

Concerts à 7 jours

+ Sortilège

19/04 : Le Petit Bain, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

RIP grand musicien.


Bah c'est une pochette de Prog quoi...


Cette pochette est comment dire ... ... ...


C'est une histoire de dingue là... Je comprend pas trop le but de ce genre d'arnaque en fait... C'est pas en vendant 3 albums de groupes totalement underground qu'on fait du fric bordel !?


Une plus grande exposition à l'internationale tout simplement. Si ça marche, l'aspect financier suivra mais ce ne sera qu'une conséquence indirecte. La médiatisation prime avant tout. Pour ce qui est de leur revendication comme tu dis, si tu regardes les commentaires de cette new sur leur facebo(...)


Sans compter le fait que les mecs de Metal Bastard Enterprises (Oliver et ralf Schaffelhuber) sont ceux qui ont fait le célèbre label rip off Turbo records/Turbo Music ! mais aussi Braincrusher records, Metal age, sont aussi ceux qui ont fait un label qui sortait des groupes de RAC néo nazi nom(...)


Oui Goughy, ce sont clairement des classiques, c'est indiscutable.
Loin de moi l'idée de descendre les albums qui ont précédé ce Russian.
Je voulais dire que les journalistes avaient un peu eu tendance à les faire passer pour les "seuls" classiques des allemands. Et c'est vrai qu'Ac(...)


Je suis bien content que quelqu'un aie pu y aller. Je suis encore vert que la date dans le Midi ait été annulée deux jours avant, je la guettais depuis des mois, réservation et tout... C'est la deuxième fois que je rate Soft Kill notamment sur annulation.


Quelque chose m'échappe totalement dans la démarche : ils ont toujours revendiqué d'être "à part" et là ils signent sur un label impersonnel. Il va falloir qu'ils m'expliquent ce qui a pu les motiver à quitter un label aussi pointu que Prophecy, hormis de basses considérations financières.


Je n'ai jamais vraiment écouté Accept, à part Balls... et encore, (je ne sais même pas vraiment pourquoi en fait... c'est pas ma génération on va dire...), mais vos coms de passionnés donne envie de s'y pencher un peu plus sérieusement.


Eh ben merci à Metalnews et à toi Monsterman, vous relancez un débat que j'ai avec moi même et quelques amis sur la place de cet album dans la discographie d'Accept (avec Udo hein, restons sérieux).
Pour l'instant il est derrière le quatuor indiscutable (j'ajoute "Breaker" aux trio que t(...)


En me relisant, je me suis mal exprimé : je voulais dire que j'ai fait écouter cet album il y a 4 ou 5 ans à un vieux fan de Heavy qui était totalement passé à côté... eh bien il avait pris SA CLAQUE ! Voilà le souvenir qui revient. :-)
un album qui a sacrément bien vieilli !


Sans doute le meilleur Accept. Le plus mur, le mieux produit...
des textes monstrueux et bien plus affutés que chez la concurrence (lisez attentivement ceux de "Heaven is hell" ou "TV War")...
cet album est un must à écouter à fort volume ! Tuerie de prod !!
Souvenir d'un pote (...)


Jamais accroché à ce groupe... Et ce n'est pas leurs dernières productions qui ont pu me faire changer d'avis. Néanmoins, très chouette live-report ! Bienvenue Kamel ! :-)


Groupe vu sur la tournée d'In Search of Truth, depuis je trouve que le groupe tourne en rond se reposant trop sur la voix exceptionnelle de son chanteur. Mais en live si je peux les revoir... j'hésiterais pas une seconde.
Bienvenue à Kamel !


Bienvenue à Kamel dans l'équipe!


Je pense que ça vient du fait que le groupe "travail" (ils sont payés quoi) et que c'est donc un visa particulier qu'il faut et non un simple visa touristique. En fait si j'ai bien compris il n'y a pas eu de refus de visa mais un retard (c'est très long les délais apparemment) et du coup le grou(...)


Pourquoi ?


Quel dommage pour Gorod.

Pour une fois, j'aimerais bien savoir ce qui motive un refus de visa. Est ce que c'est parceque c'est lié à un visa de tourisme vs un visa de travail ?

ça me fait beaucoup penser au problèmes de visa qui ont fait que Morbid Angel ont du annuler (...)


Tiens, tiens... Turbo music était déjà salement réputé à l'époque. Rip-off d'un jour, rip-off toujours...