Inutile de jouer les amateurs éclairés, j’ai comme la plupart d’entre vous connu la belle Robin BECK dans les années 80, via son énorme tube « First Time », qui illustrait la campagne de promotion d’un certain soda dont nous tairons le nom. Sachons juste qu’il fait des bulles et qu’il décrasse les pièces de monnaie de leur rouille, mais ce breuvage aux propriétés multiples a eu le mérite de nous révéler une des artistes les plus attachantes du Rock à tendance FM/AOR américain, qui aujourd’hui encore, poursuit sa carrière avec fougue et entrain. On retrouvait d’ailleurs ce single à succès sur le second LP de la dame, Trouble or Nothin', que nous sommes nombreux aussi à avoir écouté et acheté, et qui succédait à son premier effort, Sweet Talk, publié en 1979 soit…dix ans de Disco auparavant. Entre temps, la vocaliste avait largement eu le temps de se forger une identité, aux facettes différentes, qui lui ont permis de se construire une carrière aussi riche qu’éclectique, passant sans regret d’une comédie musicale à un disque de Rock saignant, sans perdre en crédibilité. Aujourd’hui, c’est avec un plaisir non feint que Robin retrouve le giron italien de Frontiers, pour un nouvel effort qui vaut vraiment la peine d’être écouté, tant on retrouve la flamboyance des plus belles années de l’interprète, qui une fois encore, a confié son destin musical aux mains de son mari, James Christian de HOUSE OF LORDS, qui pour l’occasion a travaillé de concert avec Clif Magness pour produire l’objet en question.

Cet objet, à la pochette flanquée d’un portrait flatteur, c’est donc ce Love Is Coming, au nom prédestiné, qui risque bien de faire revenir les troupes dans le sillage d’une artiste qui mérite sensiblement votre admiration et votre dévotion.

La liste des artistes fameux ayant collaboré avec Robin tient du who’s who absolu, tant les instrumentistes les plus renommés ont un jour apporté leur patte à son univers. On retrouve dans les crédits de ses albums des musiciens comme Steve Lukather (TOTO), Paul Stanley (KISS), Diane Warren, Desmond Child, Mark Spiro, Jeff Kent, Jonathan Cain, Ann et Nancy Wilson de HEART, mais pour autant, ces featurings prestigieux ne doivent jamais faire oublier que le talent de Robin justifie à lui seul votre intérêt. Une fois encore, et ça finit par faire la coutume, elle a mis les petits plats dans les grands pour vous offrir des agapes Rock luxuriantes et opulentes, aptes à rassasier les plus affamés des amateurs d’AOR/Melodic Rock léché et peaufiné. Pourtant, ce qu’on remarque assez rapidement, c’est que la vocaliste semble avoir bénéficié d’un regain d’énergie assez net, tant Love Is Coming se démarque plus volontiers de sa hargne que d’un romantisme déplacé. En témoigne un morceau impeccable et rageur comme « Girl Like Me », qu’on croirait emprunté au « Rag Doll » d’AEROSMITH, et qui dégage une puissance incroyable, sans pour autant se départir de mélodies imparables et de cœurs mémorables. Voix qui part dans des digressions animales, soli qui enflamment les sillons, le ton est bon, et le son béton. Robin n’a pas oublié son Hard au placard, et nous livre une démonstration de son pouvoir vocal, que les années ont laissé intact, voire encore plus puissant qu’avant. Alors, que toutes les fines bouches qui s’apprêtaient à dégainer leur pince-nez pour aborder le cas de la belle américaine enlèvent leur gants et osent toucher la grâce de près, puisque ce nouvel LP ruissèle de sueur et d’expérience, et laisse bien des combos modernes sur le carreau…

Mais non, l’émotion n’en est pas pour autant occultée, ce qui serait un non-sens vu l’art de la chanteuse pour aborder des registres plus veloutés. Mais les ballades ici, loin d’être empesées et calibrées, sont plutôt à fleur de peau, et la laissent satinée et les poils relevés. On peut parler de Pop, de Country, de Smooth Rock, de West Coast, ou de ce que vous voulez, mais ça fonctionne comme jamais, et « Warrior » de refermer des portes grandes ouvertes en prenant soin de nous souhaiter bonne nuit du bout des paupières. On pense même à Alanis Morissette, dans certaines intonations, et dans ces arrangements subtilement synthétiques, bien que le piano se rapproche d’un HEART des grands jours…Ces comparaisons en disent long sur la qualité du LP en question, qui vous réserve de bien belles surprises, et sans avoir à attendre son terme…Il faut dire que si James Christian a soigné l’enrobage, Clif Magness a magnifié le contenu, puisque l’homme s’est chargé de la totalité de l’instrumentation, laissant des miettes à Tommy Denander (Michael Jackson, KISS, Alice Cooper, DEEP PURPLE, Anastacia), ou John Huldt pour un solo, et James pour quelques intros de claviers et percussions. Et dire que le producteur/musicien a lâché les chiens est un doux euphémisme qui se révèle dès l’entame tonitruante de « Island », qui après un bref abordage soft, explose d’un riff moderne et d’un cri Plantien pour nous plonger dans une ambiance Néo-ZEP convaincante. Cette entrée en matière prouve que la belle Robin n’avait pas du tout l’intention de laisser planer un doute sur la crédibilité Rock N’hard de son retour discographique, et nous embarque dans un tourbillon de Hard Rock contemporain qui n’a rien oublié de ses grands classiques.

Des classiques, ou futurs, ou assimilés, Love Is Coming en déborde, et entérine le regain de hargne live que Robin a acquis depuis sa tournée Rock Meets Classic (en compagnie de Ian Gillan, Steve Lukather et Jimi Jamison), ou celle promouvant son dernier effort studio de 2013 Underneath, qui trouve ici une belle continuité dans la puissance nuancée. Nuancée, parce que toujours teintée d’une Pop high on energy, à l’image de ce sautillant « On The Bright Side », qui nous offre le meilleur côté de la vie, vu sous l’angle AOR de la lorgnette, et qui nous déroule un panorama haut en couleurs et en chœurs de bonheur. Musicalement, on avait plus entendu la belle aussi affutée depuis longtemps, et ce nouvel LP déborde de joie de vivre et de chanter, à tel point que même les blue songs comme « In These Eyes » gardent une approche très power ballad, dans la grande tradition des MEAT LOAF, Bonnie Tyler, et autres chantres du dramatisme d’arrangements plus ou moins subtils…Mais Robin n’est pas là pour jouer les romantiques à tout va, et nous consume d’un feu ardent, au rythme chaloupant, nous annonçant le retour d’un amour pour un Rock déhanché qui nous fait méchamment craquer (« Love Is Coming » et son crescendo de guitare hargneuse sur un refrain chanté comme une teigneuse). Robin l’avoue d’ailleurs, dans un élan de franchise, celle qui tient le micro et vocalise, c’est elle, juste elle (« Me Just Being Me » au parfum Funky blanc très « Scars » de Richard MARX), et en laissant trainer nos oreilles sur le très Alanis « Lost », on a franchement du mal à croire qu’elle se soit perdue en route…

Vous l’aurez compris, Love Is Coming n’est pas du genre à faire du remplissage, ou à regarder en arrière pour tenter de repartir de l’avant. C’est un album bien dans son temps, qui pérennise l’héritage tout en rentrant dedans, et qui offre à Robin un écrin magnifique pour sa voix lyrique. Lyrique N’Rock, car la belle n’a pas oublié comment crier lorsque le feeling l’exige, et qui mélange avec bonheur Rock smooth, Hard Rock en touffes, et sensibilité sans esbroufe. Un retour quasiment parfait, qui nous fait instantanément oublier que lady BECK est dans le métier depuis des 70’s depuis longtemps enterrées, tant on a le sentiment que sa carrière ne fait que recommencer, d’année en année. Une cure de jouvence, vous en reprenez ?


Titres de l'album:

  1. Island
  2. On The Bright Side
  3. In These Eyes
  4. LOve Is Coming
  5. Me Just Being Me
  6. On To Something
  7. Lost
  8. Crave The Touch
  9. If You Only Knew
  10. Here I Am
  11. Girl Like Me
  12. Warrior

Site officiel


par mortne2001 le 02/11/2017 à 17:51
80 %    236

Commentaires (2) | Ajouter un commentaire


Jus de cadavre
membre enregistré
02/11/2017 à 18:53:44
Oh la vache ça pique les yeux la cover ! Très... américain... :D

LDP
@86.244.64.236
03/11/2017 à 19:41:39
Ce gouffre entre la cover et le clip!
Le combo make up + photoshop est redoutable.

Ajouter un commentaire


Orthostat

Monolith Of Time

Obscenity

Summoning the Circle

Psy-no-ark

Nodvs Gordivs

Stranguliatorius

Rope Soap Tabouret

Nebula Orionis

Starthrone

Valiant Bastards

Harbingers of Chaos

Samarium

Right to Get Violent

Split/cross

Rise of Discontent

Executioner

Bone Collector

Northern Light Orchestra

Greatest Hits

Ploughshare

In Offal Salvation

Conjure

Releasing The Mighty Conjure

Death Chaos

Bring Them to Die

Atomic Death Squad

Brain Dead

Blackwater

Good As Evil

Scorcher

Systems of Time

Virginia Hill

Makin' Our Bones

Psython

The Last Days of the Good Times

Nacht Und Gnosis

Det Warder Sådt I Skröplighet Och Skal Upstå Ur Kraft

Concerts à 7 jours

+ Father Merrin + Dragunov

02/03 : Black Baron, Nancy (54)

Photo Stream

Derniers coms

Merci pour ce petit clin d’œil à Heavy Sound et content de t'avoir eu au sein de l'équipe dès les tout débuts de l'aventure... et longue vie à Sleeping Church Records et Metalnews !


Rien qu'avec ces deux noms ça promet d'être très poétique en effet !


Allons allons, j'ai des gens qui m'aident bien autour de moi, tu sais de quoi je parle Jus de cadavre... c'est aussi grâce à des personnes comme toi que tout cela est possible.


Cool oui l'interview ;) Un groupe, un label et le zine... Je sais pas comment tu fais Simo ! :D


Merde, mais c'est mortel RITUALS ! J'étais complètement passé à côté... Chouette interview encore une fois et bonne continuation à Sleeping Church Records ;-)


@Kerry King : Si tu aimes Gus Van Sant, tu aimeras...


J'ai jamais regardé le "Last Days" je me demande si il vaut le coup ?

Lords of Chaos je me demande quand il sera dispo ça fait longtemps qu'on annonce le film.


Ca sent mauvais tout ca...


Tout pareil Simo ! Bienvenue Acid, ça fait plaisir une nouvelle plume ! :)


Et voilà c'est corrigé...


Parce que dans la com' du label, c'est le pays qui est indiqué... j'avoue que je n'ai pas vérifié mais effectivement en voyant Vindsval, j'aurais du corriger de moi-même, désolé c'est bien Français...


Avec cette chronique, nous accueillons dans notre équipe Acid
Vous retrouverez d'autres articles de sa part prochainement mais toute l'équipe de Metalnews.fr lui souhaite la bienvenue, en espérant que sa plume vous séduise et qu'elle vous fasse découvrir de nouveaux groupes ou vous confor(...)


Pas mal, rien d'extraordinaire et ça reste du black Telerama-compatible (ça m'empêche pas de beaucoup aimé BaN) mais il y a 2 choses que j'apprécie :

1) Ils avaient fait une itw du gars de Throane et je m'étais dit, c'est bien mais ils pourraient quand même s'intéresser à BaN q(...)


les Vegan et auters Veggie nous les cassent sévère


Ouais le "Rock" c'est la grande mode, c'est hype. Faut profiter du filon avant que ça s’essouffle !
Et si Nirvana a eu son "Last Days" de Gus Van Sant, fin c'est sur Cobain plutôt. Plus une palanquée de docu plus ou moins bon.


J'avais adoré le premier album... celui-là ne m'a pas déçu. Un groupe qui mériterait d'être plus connu.


C'est entraînant


Débat intéressant.
Autant la gars de Tyr assume complètement son truc, et c'est son droit, du moins tant que le pays d'où il vient maintient la légalité de cette pratique. Autant une asso qui se veut vegan, moi je trouve ça étrange qu'elle cautionne ça en étant partie prenante de l'(...)


Avec tout ça, TYR ne fera jamais la 1ere partie de GOJIRA . Je ne suis pas vegan je n'ai jamais écouté TYR, mais on peut aussi boycotter les concerts dont les groupes sont chasseurs ou bossent dans des abattoirs. Pour les chasseurs , il y a de tout du saoulot, du viandar mais aussi du responsabl(...)


Cette année ça y va les films qui retracent l'histoire d'un groupe...

Queen, Mayhem, Motley Crue les trois a la fois, a qui le tour ? Limp Bizkit lol

Nirvana ils ont jamais rien fait ? Je me demande.