Inutile de jouer les amateurs éclairés, j’ai comme la plupart d’entre vous connu la belle Robin BECK dans les années 80, via son énorme tube « First Time », qui illustrait la campagne de promotion d’un certain soda dont nous tairons le nom. Sachons juste qu’il fait des bulles et qu’il décrasse les pièces de monnaie de leur rouille, mais ce breuvage aux propriétés multiples a eu le mérite de nous révéler une des artistes les plus attachantes du Rock à tendance FM/AOR américain, qui aujourd’hui encore, poursuit sa carrière avec fougue et entrain. On retrouvait d’ailleurs ce single à succès sur le second LP de la dame, Trouble or Nothin', que nous sommes nombreux aussi à avoir écouté et acheté, et qui succédait à son premier effort, Sweet Talk, publié en 1979 soit…dix ans de Disco auparavant. Entre temps, la vocaliste avait largement eu le temps de se forger une identité, aux facettes différentes, qui lui ont permis de se construire une carrière aussi riche qu’éclectique, passant sans regret d’une comédie musicale à un disque de Rock saignant, sans perdre en crédibilité. Aujourd’hui, c’est avec un plaisir non feint que Robin retrouve le giron italien de Frontiers, pour un nouvel effort qui vaut vraiment la peine d’être écouté, tant on retrouve la flamboyance des plus belles années de l’interprète, qui une fois encore, a confié son destin musical aux mains de son mari, James Christian de HOUSE OF LORDS, qui pour l’occasion a travaillé de concert avec Clif Magness pour produire l’objet en question.

Cet objet, à la pochette flanquée d’un portrait flatteur, c’est donc ce Love Is Coming, au nom prédestiné, qui risque bien de faire revenir les troupes dans le sillage d’une artiste qui mérite sensiblement votre admiration et votre dévotion.

La liste des artistes fameux ayant collaboré avec Robin tient du who’s who absolu, tant les instrumentistes les plus renommés ont un jour apporté leur patte à son univers. On retrouve dans les crédits de ses albums des musiciens comme Steve Lukather (TOTO), Paul Stanley (KISS), Diane Warren, Desmond Child, Mark Spiro, Jeff Kent, Jonathan Cain, Ann et Nancy Wilson de HEART, mais pour autant, ces featurings prestigieux ne doivent jamais faire oublier que le talent de Robin justifie à lui seul votre intérêt. Une fois encore, et ça finit par faire la coutume, elle a mis les petits plats dans les grands pour vous offrir des agapes Rock luxuriantes et opulentes, aptes à rassasier les plus affamés des amateurs d’AOR/Melodic Rock léché et peaufiné. Pourtant, ce qu’on remarque assez rapidement, c’est que la vocaliste semble avoir bénéficié d’un regain d’énergie assez net, tant Love Is Coming se démarque plus volontiers de sa hargne que d’un romantisme déplacé. En témoigne un morceau impeccable et rageur comme « Girl Like Me », qu’on croirait emprunté au « Rag Doll » d’AEROSMITH, et qui dégage une puissance incroyable, sans pour autant se départir de mélodies imparables et de cœurs mémorables. Voix qui part dans des digressions animales, soli qui enflamment les sillons, le ton est bon, et le son béton. Robin n’a pas oublié son Hard au placard, et nous livre une démonstration de son pouvoir vocal, que les années ont laissé intact, voire encore plus puissant qu’avant. Alors, que toutes les fines bouches qui s’apprêtaient à dégainer leur pince-nez pour aborder le cas de la belle américaine enlèvent leur gants et osent toucher la grâce de près, puisque ce nouvel LP ruissèle de sueur et d’expérience, et laisse bien des combos modernes sur le carreau…

Mais non, l’émotion n’en est pas pour autant occultée, ce qui serait un non-sens vu l’art de la chanteuse pour aborder des registres plus veloutés. Mais les ballades ici, loin d’être empesées et calibrées, sont plutôt à fleur de peau, et la laissent satinée et les poils relevés. On peut parler de Pop, de Country, de Smooth Rock, de West Coast, ou de ce que vous voulez, mais ça fonctionne comme jamais, et « Warrior » de refermer des portes grandes ouvertes en prenant soin de nous souhaiter bonne nuit du bout des paupières. On pense même à Alanis Morissette, dans certaines intonations, et dans ces arrangements subtilement synthétiques, bien que le piano se rapproche d’un HEART des grands jours…Ces comparaisons en disent long sur la qualité du LP en question, qui vous réserve de bien belles surprises, et sans avoir à attendre son terme…Il faut dire que si James Christian a soigné l’enrobage, Clif Magness a magnifié le contenu, puisque l’homme s’est chargé de la totalité de l’instrumentation, laissant des miettes à Tommy Denander (Michael Jackson, KISS, Alice Cooper, DEEP PURPLE, Anastacia), ou John Huldt pour un solo, et James pour quelques intros de claviers et percussions. Et dire que le producteur/musicien a lâché les chiens est un doux euphémisme qui se révèle dès l’entame tonitruante de « Island », qui après un bref abordage soft, explose d’un riff moderne et d’un cri Plantien pour nous plonger dans une ambiance Néo-ZEP convaincante. Cette entrée en matière prouve que la belle Robin n’avait pas du tout l’intention de laisser planer un doute sur la crédibilité Rock N’hard de son retour discographique, et nous embarque dans un tourbillon de Hard Rock contemporain qui n’a rien oublié de ses grands classiques.

Des classiques, ou futurs, ou assimilés, Love Is Coming en déborde, et entérine le regain de hargne live que Robin a acquis depuis sa tournée Rock Meets Classic (en compagnie de Ian Gillan, Steve Lukather et Jimi Jamison), ou celle promouvant son dernier effort studio de 2013 Underneath, qui trouve ici une belle continuité dans la puissance nuancée. Nuancée, parce que toujours teintée d’une Pop high on energy, à l’image de ce sautillant « On The Bright Side », qui nous offre le meilleur côté de la vie, vu sous l’angle AOR de la lorgnette, et qui nous déroule un panorama haut en couleurs et en chœurs de bonheur. Musicalement, on avait plus entendu la belle aussi affutée depuis longtemps, et ce nouvel LP déborde de joie de vivre et de chanter, à tel point que même les blue songs comme « In These Eyes » gardent une approche très power ballad, dans la grande tradition des MEAT LOAF, Bonnie Tyler, et autres chantres du dramatisme d’arrangements plus ou moins subtils…Mais Robin n’est pas là pour jouer les romantiques à tout va, et nous consume d’un feu ardent, au rythme chaloupant, nous annonçant le retour d’un amour pour un Rock déhanché qui nous fait méchamment craquer (« Love Is Coming » et son crescendo de guitare hargneuse sur un refrain chanté comme une teigneuse). Robin l’avoue d’ailleurs, dans un élan de franchise, celle qui tient le micro et vocalise, c’est elle, juste elle (« Me Just Being Me » au parfum Funky blanc très « Scars » de Richard MARX), et en laissant trainer nos oreilles sur le très Alanis « Lost », on a franchement du mal à croire qu’elle se soit perdue en route…

Vous l’aurez compris, Love Is Coming n’est pas du genre à faire du remplissage, ou à regarder en arrière pour tenter de repartir de l’avant. C’est un album bien dans son temps, qui pérennise l’héritage tout en rentrant dedans, et qui offre à Robin un écrin magnifique pour sa voix lyrique. Lyrique N’Rock, car la belle n’a pas oublié comment crier lorsque le feeling l’exige, et qui mélange avec bonheur Rock smooth, Hard Rock en touffes, et sensibilité sans esbroufe. Un retour quasiment parfait, qui nous fait instantanément oublier que lady BECK est dans le métier depuis des 70’s depuis longtemps enterrées, tant on a le sentiment que sa carrière ne fait que recommencer, d’année en année. Une cure de jouvence, vous en reprenez ?


Titres de l'album:

  1. Island
  2. On The Bright Side
  3. In These Eyes
  4. LOve Is Coming
  5. Me Just Being Me
  6. On To Something
  7. Lost
  8. Crave The Touch
  9. If You Only Knew
  10. Here I Am
  11. Girl Like Me
  12. Warrior

Site officiel


par mortne2001 le 02/11/2017 à 17:51
80 %    370

Commentaires (2) | Ajouter un commentaire


Jus de cadavre
membre enregistré
02/11/2017 à 18:53:44
Oh la vache ça pique les yeux la cover ! Très... américain... :D

LDP
@86.244.64.236
03/11/2017 à 19:41:39
Ce gouffre entre la cover et le clip!
Le combo make up + photoshop est redoutable.

Ajouter un commentaire


Divide

From Seed to Dust

Soul Grinder

The Prophecy of Blight

Silverstage

Heart n’Balls

Surgical Strike

Part of a Sick World

Annihilator

Ballistic, Sadistic

Scratches

Rundown

Mass Worship

Mass Worship

King Legba

Back From The Dead

Liturgy

H.A.Q.Q.

Obscure

Darkness Must Prevail

Beyond The Void

Ex Nihilo Nihil

Bütcher

666 Goats Carry My Chariot

Stormrider

What Lies Within

Coffin Rot

A Monument to the Dead

Merging Flare

Revolt Regime

Sepultura

Quadra

Decarlo

Lightning Strikes Twice

Jorn Lande

Heavy Rock Radio II - Executing The Classics

Abisme

As Fear Falls In

Those Darn Gnomes

Calling Whitetails to a Tuned Bow

Stolearm

RBD / 17/02/2020
New Wave

Pastor of Muppets

RBD / 12/02/2020
Brass Band

J'irais Mosher chez vous ! Episode 2 : Indonésie

Jus de cadavre / 08/02/2020
Asie

Incite + Skaphos

RBD / 04/02/2020
Black Death Metal

Concerts à 7 jours

Neptrecus + Manzer + Nokturn Gorgon

22/02 : L'auditorium, Laval (53)

Visions Of Atlantis + Chaos Magic + Morlas Memoria

27/02 : Le Grillen, Colmar (68)

+ Putrid Offal + Sublime Cadaveric Decomposition

28/02 : Le Bistrot De St So, Lille (59)

Photo Stream

Derniers coms

Ah et puis Sieur Simony, je n'ai pas pu attendre votre fameux crédit à si faible taux...
Ma pré-commande est déjà passée.


Titre plus que prometteur en effet !


Après quelques minutes de recherche sur la toile, voici ce qu'il y a réellement dans cette fameuse box :
"Vinyl Features:
+ Mud-Green / Black Marbled Vinyl
+ Gatefold Jacket
+ A1 Size Poster (~23.4" x 33.1")

Box Set Includes:
----------------------
(...)


@Blind :
Ah ah ah !!! !!! !!!
Ton intervention (très gentille au demeurant...) m'a laissé perplexe quelques secondes avant de me rendre compte que tu avais mal compris mon propos : N'ayant pas vu de descriptif de ladite box et ne m'étant donc fié qu'aux photos de NUCLEAR BLAST, je ne(...)


@Humungus: Les patches ce sont les bon vieux écussons à coudre sur ta veste en jean ou ton cuir (ou comme le faisait le lycéen que j'étais au début des années 2000 sur ton sac à dos Eastpack).


T'as ça aussi sur le label d'origine Metal Blade. Bon morcif, déjà que le EP contient un sacré titre, ils ont gardé leur sens de la composition, les gaziers. Hâte d'avoir ça en mains.


"J'vous ai d'jà dit que j'prêtais d'l'argent à des taux pas dégueulasses ?"


La pochette, c'est un peu ce qui reste sous mon cerisier à une certaine période.


Rooohhhlala !!!
Je viens de voir qu'il y avait actuellement chez NUCLEAR BLAST une preorder pour une box collector de ce futur album avec double vinyles + double CDs + drapeau + slipmat + patchs (autocollants ?)…
Pas bon pour mes finances tout ça bordel !


Dommage que ce soit loin de chez moi...


Miam miam !!!


Si mais il a quitté le groupe entre l'enregistrement et la sortie, d'où son absence dans le clip, même si, je te le concède, si Jean Noel avait été présent dans le clip, ça n'aurait pas été déconnant non plus.


C'est le Ptiot qu'on voit à la basse? C'est pas Jean Noel qui a enregistré l'album?


Et bien moi je prends ça comme une putain de bonne nouvelle !
Deux PRIESTs pour le prix d'un, que demander de plus ?!
Hâte de voir ça en live...


Comme vous je vais me pencher sur cet album. Par contre je n'ai jamais bouder ke groupe lors de ses prestations live. Leur chanteur est un très puissant frontman


C'est très bon


En effet pas mal du tout dans le genre. Même si déjà entendu 1000 fois. Plus Grave que Grave !


Ca sent vraiment la fin du bal, là.


Le pire la dedans, c'est que tout le monde serait d'accord pour qu'il dise stop. Mais malgré son statut de star, ses thunes etc... Il ne sait faire qu'une chose, c'est chanter sur scène. Dans ce sens, la célébrité c'est moche. Ozzy est mort vive ozzy !


Excellente nouvelle ! Hâte de les voir à Toulouse avec Holt.