On ne peut pas dire que la discrétion soit le fort de cette bande là. Cette pochette mazette, genre comics cheap ou film de Richard Z Thompson relooké D.C pour l’occasion, et ses super-héros sortant d’une boutique de location de costumes frappe les esprits, et surtout, fait briller le regard. Mais dès lors, les interrogations se multiplient pour le néophyte. Qui sont ces hurluberlus qui non contents de nous épater de leur retape bon marché, nous refourguent un troisième album de plus d’une heure de musique presque inclassable ? Mais il n’y a aucune réponse à cette question si vous ne connaissez pas les MORGANATICS, qui trustent quand même le hit-parade du Spleen Rock depuis un paquet d’années. Spleen Rock ? Encore une astuce marketing pour attirer le chaland perdu dans la normalité, ou vrai style développé par des musiciens doués ? Un peu des deux je pense, et avec des influences aussi étendues, un parcours aussi hors-norme, et une approche artistique unique, ce collectif ce gentils doux-dingues au verbe haut et à la musique amplifiée s’est construit un monde à part, perdu dans la galaxie Rock, entre la démesure des MUSE, l’efficacité des ENHANCER et les mélodies surmultipliées du Metalcore le plus branché. Le genre de mecs qu’on invite toujours à la fête parce qu’ils y mettent l’ambiance, mais qui font peur de leur comportement à pisser dans les pots de fleurs et à se barrer avec l’argenterie de grand-mère Yetta. Faites un effort, vous connaissez les MORGANATICS. Vous les connaissez d’une façon ou d’une autre, parce que vous les avez admirés comme des héros en concert, ou parce que vous avez posé vos délicates oreilles sur les pas-si-délicats Never be Part of your World ou We Come from the Stars. So, enjoy, so, be it, les cinq marsouins reviennent fin mai 2019 avec un disque qui aurait pu ne jamais voir le jour, mais qui a fini par s’exposer à la lumière…Ce Love Riot Squad Vs The F-world, aussi tape-à-l’œil que probant musicalement parlant, qui semble pousser à bout les concepts et les renouveler en même temps.

Toujours aussi attachés à leur racines Rock, ces cinq individus (Seb - chant/guitare/claviers, Chris - chant/samples, Lauris - guitare, PM - basse/chant saturé et Franck - batterie) conservent donc leur singularité tout en adoptant des postures à même de séduire le plus grand dénominateur commun. Sans vraiment s’affilier à une scène particulière, mais sans conchier la cohérence et la logique, les MORGANATICS gardent donc les pieds sur terre, et continuent leur voyage en DIY, après avoir séduit les M&O Music lors de leur entrée en matière. Mais avec une bonne boîte de promo derrière eux, et des morceaux qui tiennent encore une fois admirablement bien la route, le quintet aurait tort de ne pas faire preuve d’une certaine morgue, même si une fois encore, quelques défauts entachent les nombreuses qualités. Ces qualités, nous les connaissons. Un sens de la démesure prôné par Lauris au niveau de ses propres riffs, une tendance à la dramatisation à outrance, et surtout, des sons hétérogènes qui donnent lieu à un mélange homogène, entre Modern Hard Rock décomplexé et Pop suramplifiée aux rythmiques élastiques et aux chœurs dramatiques. « 18'44’ » pour l’exemple, n’est pas le genre de morceau qu’on compose quand on veut discrètement se faire introniser à l’Iconoclast Hall of Fame. Des voix toujours aussi traitées, des cassures toujours aussi prononcées, la voix éthérée de Chris qui nous entraîne dans ses rêves de douceur brutale, et une ambiance générale de fête un peu triste, un genre d’after de veillée funèbre avec l’émotion dans la poche et les yeux vers les étoiles. Se décrivant toujours avec ironie comme la rencontre entre « la voix de LINKIN PARK, l’ambiance d’ARCHIVE et les guitares de PORCUPINE TREE », THE MORGANATICS fait encore la jonction entre le Nu Metal des années 2000, la Pop-Rock légèrement électro de la même décennie, et un univers plus personnel, piquant à Devin de quoi rendre à EVANESCENCE, et aimant humer la truculence de Zappa pour la confronter à la grandeur décadente de THE GATHERING. Le tout emballé dans une production énorme signée par le pote d’occasion Bill, d’ENHANCER, qui en plus de poser son flow sur un morceau, a doté le groupe d’un son gigantesque, ample comme une nouvelle galaxie, et puissant comme un aphorisme lâché en pleine salade de mots.

Word salad, no ballad. Si, pourtant, on en trouve sur ce troisième album, qui passe la rampe difficile avec brio, se rattachant aux qualités intrinsèques de départ tout en prenant ses distances de sa rudesse inattendue. Plus agressif et volumineux que ses deux aînés, moins accessible pour les allergiques de la saturation, Love Riot Squad Vs The F-world est une somme de travail contre l’adversité et les complications de la sacro-sainte trilogie famille/boulot/impôts. La perte du frappeur Nico aurait pu les réduire au silence, surtout après un travail accompli pareil, mais c’était sans compter sur l’opiniâtreté des quatre restants (plus le producteur, plein d’allant), qui ne comptaient pas voir leur boulot réduit à néant. On sent cette urgence de la revanche sur l’ouverture « Table 9 », qui après une longue intro et des présentations d’usage bondit de son Rock moderne et pugnace, aux arrangements électroniques, qui en disent long sur l’envie des musiciens de se battre contre le destin. Sorte de Pop song idéale cachée derrière un épais mur du son, ce premier titre est une déclaration de guerre à la morosité, sur laquelle la voix de Chris se veut infantile, alors que la guitare de Lauris s’affirme comme indicateur de méchanceté probant. De son côté « Hannah » préfère planter les bases de toutes les recherches futures, et développe de beaux arguments harmoniques, ceux que l’on connait et apprécie depuis quasiment les débuts du groupe. Les astuces ? Toujours les mêmes, un couplet soft et doucereux, la fusion des voix, et un refrain qui éclate au-dessus de vos têtes avec une force de balayage commerciale indéniable.

Point fort mais aussi point faible, puisque encore une fois, le groupe se repose un peu trop sur cette astuce pour surprendre, même si quelques chapitres s’éloignent du schéma avec un certain panache. « Stubborn Girl » par exemple, et ses presque dix minutes de développé/couché progressif et emphatique. Plus de simplicité dans la complexité, une osmose basse/batterie à tomber, et une recherche qui s’éloigne enfin des sentiers battus. Mais trop de riffs coupés au biseau, trop de saccades interrompues électroniquement, trop de gimmicks parfois, et des lignes de chant similaires rendent cet album encore plus long qu’il ne l’est à la base, et nous empêchent de voir en ces héros les véritables sauveurs d’un monde encore trop stylisé. Heureusement, « OMDB (Il Faudra me Passer sur le Corps) », titre en français et astucieusement placé en final relève un peu la barre, et nous laisse sur une bonne impression et un goût moins acidulé. Une aventure ? Oui, car avec les MORGANATICS c’en est toujours une, mais gare à la normalisation dans l’excès. On a connu des naufrages graves pour moins que ça…     

    

Titres de l’album :

                           01. Table 9

                           02. Hannah

                           03. Shark Or Tank

                           04. 18'44

                           05. Done With The Wings

                           06. The Bitter Strife

                           07. Gloria

                           08. Stubborn Girl

                           09. Square One

                           10. Can't Rise (To your Expectations)

                           11. OMDB (Il Faudra me Passer sur le Corps)

Facebook officiel


par mortne2001 le 03/06/2019 à 17:10
78 %    84

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Pestilent Death

Chapters of Depravity

Torch Runner

Endless Nothing

Noctambulist

Atmospheres of Desolation

Gods Forsaken

Smells of Death

Mass Destruction

Panic Button

Vigilance

Enter The Endless Abyss

Conjurer

Sigils

Pagan Altar

Judgement of the Dead

Coventrate

Roots of all Evil

Ember

Ember & Dust

Towering

Obscuring Manifestation

Calamity

Kairos

Deathspell Omega

The Furnaces Of Palingenesia

Pectora

Untaken

Warchest

Sentenced Since Conception

Sangue

Culś

Wormwitch

Heaven That Dwells Within

Wings Of Decay

Crossroads

Ares Kingdom

By the Light of Their Destruction

Tour Report - BARE TEETH Asie 2019

Simony / 23/06/2019
Punk Rock

Pitfest

Mold_Putrefaction / 08/06/2019
Crust

Warm-Up Hellfest

JTDP / 07/06/2019
Hellfest

Ad Patres / Iron Flesh / Origin'Hell - Live-report Rennes

Jus de cadavre / 28/05/2019
Death Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Excellent ! Tout ça nous fait rêver et voyager avec vous. Merci !


Le morceau passe bien mais rien d'extraordinaire pas même en terme de old school. Video faite par un veteran de retour d'Iran d'après ce que je lis à la fin, le geste y est mais je doute de son intêret au vu de sa qualité que je trouve très passable.


Excellent !!! on y est totalement ! vivement la suite !


"On a le choix dans les saveurs proposées : 54 ou 58 degrés, l’un étant aussi dégueulasse que l’autre. Le premier shot goûte le pneu et râpe bien le gosier, le deuxième passe nettement mieux vu que le premier a annihilé ton sens du goût et cautérisé de ta langue jusqu’à ton estomac(...)


En effet, ça avait l'air ! Vu qu'un seul morceau en passant devant la Temple, mais ça ne faisait pas mine du tout !


Leur prestation au Hellfest fut d'une rare intensité.


En tout premier lieu, pardon de préciser que sur la photo choisie, on voit l'autre fou dangereux de Karl Logan qui pourtant ne fait plus partie du groupe. Si on veut le voir, c'est maintenant vers les archives de la police américaine qu'il faut se tourner...
En second lieu, Manowar est égal(...)


... et ce fut une des plus grandes prestations de ce Hellfest 2019. Personnellement je ne fus pas surpris car la dame exerce une musique d'un très très haut niveau, que ce soit émotionnellement ou techniquement parlant.
Par contre, je (ne) remercie (pas) tous les crevards et autres irrespec(...)


Surtout que officiellement c'est oas Entombed, c'est avec Hellid qui a reformé le groupe avec deux anciens époque Clandestine.


Un commentaire qui fait plaisir à lire, merci lolo pour ce retour.


Album acheté la semaine dernière à la suite de la lecture de cette chronique (+visionnage des deux deux clips disponibles, certes).
Je dois encore creuser mais les premières écoutes sont plus que prometteuses.

Un grand merci au chroniqueur, dont la plume m'a donné envie de m(...)


On a tous raison, sur le fil de coms, mais n'étant pas un fan absolu des albums d'Entombed depuis perpette (allez, Wolverine Blues reste le dernier indispensable à mon sens) disons que ce titre suscite de l'intérêt. Après, il est placé en opener, alors, de là à penser que c'est le meilleur t(...)


Bien, efficace, mais en effet pas très original...


J'y entends Grave époque Soulless vers 1'40, mais c'est vrai que le morceau est pas mal. De là a créer un intérêt pour l'album ?


Truc entendu 14 779 fois donc rien d'exceptionnel, mais ça envoi.


Idem, agréablement surpris...


Il est bien ce titre ! Etonné agréablement je suis.


autant pour moi, avec mozilla c'est nettement mieux


Moi j'ai pu voir Carcass.


Ca fonctionne pas pour tous leur livestream, j'ai pu mater ultra vomit, dropkick et kvelertak, mais là ça bugg pour pestilence ou carcass. En tous cas pour ultra vomit c'est géant, superbe concert