Metal Forces

Trance

06/08/2021

Metalapolis Records

Encaissant la vague old-school comme un gamin de six ans sur sa petite planche de bodyboard, il est bon parfois de retrouver les sensations d’origine telles qu’elles ont été pensées par les véritables créateurs d’époque. Apprenant que les allemands de TRANCE remettaient le couvert en 2021, je me suis rué sur leur nouvel album comme un pauvre chiant errant sur un quignon de pain. Pensez-donc, un groupe qui depuis la fin des années 70 répand la bonne parole Hard n’Heavy sans s’affilier à la trop légendaire NWOBHM n’est pas chose courante, et si beaucoup les rangent dans la même case que les précurseurs ACCEPT et SCORPIONS, il y a toutefois une limite à ne pas franchir. A l’image des HIGH TENSION et autres acteurs de la série B germaine, TRANCE a toujours été un ajout de choix au patrimoine national, mais jamais un chef d’œuvre en péril. J’en veux pour témoignage leurs trois albums eighties, Break Out, Power Infusion ou Victory, très honnêtes et groovy, mais à cent lieues des pierres de rosette Blackout, Restless & Wild, Metal Heart ou Love at First Sting.

Honnêtes artisans, les membres de TRANCE n’ont pas connu un parcours tranquille. Plusieurs splits et périodes de hiatus sont venus combler les trous, et c’est seulement depuis 2011 que le quintet a trouvé un semblant de stabilité. En une décennie, le combo d’Edenkoben n’a pris le temps de ne graver qu’un seul album, dernier en date d’ailleurs, le très en forme The Loser Strikes Back. Et avec son titre en forme d’aveu face au destin, le groupe a pioché la bonne carte et prouvé que l’arrière-garde se meurt, mais ne se rend jamais.

J’ai toujours éprouvé beaucoup de sympathie pour ces ensembles qui s’acharnent en seconde division, convaincu que le gâteau du destin a été découpé depuis longtemps, sans leur laisser une petite part. Mais les fans, les seuls vrais juges savent à quel point ces travailleurs de l’ombre sont essentiels à la légende, et Metal Forces vient à point nommé pour le rappeler. Avec un nouveau frontman en la personne de Nick Holleman (METHUSALEM, POWERIZED, SINBREED, ex-INDUCTION, ex-VICIOUS RUMORS), TRANCE a fait le bon choix, et Markus Berger (guitare, depuis 1979) et Thomas Klein (basse, depuis 1981) peuvent se frotter les mains et savourer leur victoire : ce nouvel album du gang (le neuvième seulement en quarante ans) est une vraie réussite, et pas seulement un gros plat de Heavy en vrac suintant de graisse et pénalisé par une cuisson au micro-ondes pour réchauffer la nostalgie plus rapidement.

TRANCE fait donc du TRANCE, mais ne se contente pas de s’asseoir sur sa réputation pour flatter les instincts rétrogrades des fans les englués dans les eighties. Le groupe a travaillé ses ambiances, modulé son propos, et proposé des choses plus étonnantes, à l’image de ce lourd et guerrier « Deep Dance », au tempo tribal, et à l’esprit légèrement Folk traduit dans un idiome Heavy. Mais pas d’inquiétude à avoir : TRANCE n’a pas changé son fusil d’épaule, et nous sert encore bouillants des récits de bataille sous la forme de narration en burners qui sentent bon le Metal d’autrefois (« The Fighter »).

Très intelligemment agencé, ce neuvième album du quintet (complété de Joris van Rooij à la guitare et Neudi à la batterie depuis 2016) propose des intermèdes aérant le propos, et surtout, le plus important, une collection de riffs à filer le tournis à Wolf Hoffmann lui-même. Retrouvant l’impulsion de leur début de carrière et fauchant quelques parallèles avec le MAIDEN le plus galopant (« Believers »), TRANCE joue sur tous les tableaux, mais reste homogène et crédible. Sans rien renier de ses racines, le combo tente de retranscrire la rage des jeunes années dans un langage plus mature et en phase avec son temps.

Alors évidemment, sans jouer les midinettes affolées, autant dire qu’on prend son pied en dégustant ce Metal Forces qui en appelle à toutes les factions Metal pour fédérer une armée entière de fans dévoués. Le propos est certes classique la plupart du temps, avec ce Heavy à l’allemande qu’on aime tant après quelques bières et deux groupes d’ouverture (« As Long as I Live »), mais les quelques arrangements plus modernes, et ce groove typiquement 82/83 (« Metal Forces ») font tomber les derniers doutes quant à la viabilité du projet. Un revival comme on les aime, avec de la rage, de la foi, une interprétation hors-pair (à la limite du Progressif parfois, les musiciens n’ont pas oublié leur solfège), et quelques instants de douceur qui évidemment, penchent du côté de la sensibilité des SCOPRIONS, les frères d’armes de la A-list de l’époque (« Ballad for a Group »).

Sans appuyer sur la valise pour y faire entrer les clous et le cuir superflus, TRANCE reste dans les balises eighties des sacro-saintes quarante minutes, et nous délivre une composition quasiment parfaite. Largement à la hauteur de son petit mythe des années 80, le quintet se balade dans les couloirs du temps, et revisite quelques épisodes connus du Hard-Rock allemand de tradition. Mais loin d’être coincés dans un passé castrateur, les musiciens osent le relooking partiel, et dament le pion à la nouvelle génération qui se contente d’imiter sans vraiment comprendre comment tirer les ficelles.   

    

                                                                                                                                                                                                                 

Titres de l’album:

01. The Fighter

02. Troublemaker

03. Death Machine

04. Deep Dance

05. Believers

06. The Horns of Jericho

07. As Long as I Live

08. The Drums of Waterloo

09. Metal Forces

10. Ballad for a Group


Facebook officiel


par mortne2001 le 28/08/2021 à 17:43
80 %    613

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

J'irai Mosher chez vous ! Episode 4 : Seattle

Jus de cadavre 12/08/2022

J\'irai mosher chez vous

Suffocation + Kharkov

RBD 08/08/2022

Live Report

Hysteria

mortne2001 04/08/2022

From the past

Voyage au centre de la scène : DEATH POWER

Jus de cadavre 31/07/2022

Vidéos

Incantation + Akiavel + Horror Within

RBD 30/07/2022

Live Report

Appetite For Destruction

mortne2001 21/07/2022

From the past

100 Albums à (re)découvrir - Chapitre 3

mortne2001 18/07/2022

La cave

HELLFEST 2022 / Part 2 / Du jeudi 23 au dimanche 26 juin

Jus de cadavre 06/07/2022

Live Report
Concerts à 7 jours
Gang + Balls Out + Overdrivers 20/08 : Place Du Rietz, Burbure ()
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Fakino

Excellent ! J'adore leur style musical Faaitoito Aroma et TE RUKI

15/08/2022, 20:50

David ghetto

Manque de rythm sur le montage mais le son est lourd !

15/08/2022, 13:46

Steelvore666

Excellent titre pour un putain d'album, que je ne saurais que trop conseiller à ceux qui sont passés à coté jusqu'à présent.

15/08/2022, 10:11

Simony

Extraordinaire album ! En tout point d'accord avec cette chronique. De mon côté l'influence de CHRISTIAN DEATH est plus que perceptible en effet.

15/08/2022, 10:00

Humungus

Pourquoi pas De Villiers avec un t-shirt DISRUPT ?

15/08/2022, 09:10

Stench

Musicalement c'est plutôt bon mais qu'est-ce que le chant manque de puissance ! 

14/08/2022, 07:43

Humungus

Fan de l'Action Française avec un t-shirt DROPDEAD...J'approuve.

12/08/2022, 23:08

Humungus

Hé hé hé...Dans ce genre d'attroupement, le back patch DISSECTION méritant le haut et court et pour le mieux le goudron et les plumes... ... ...

12/08/2022, 23:02

pierre2

Je préfère mon Nick bougon dans Paradise Lost....   

12/08/2022, 19:58

FaFa

Fred, sale petite pute de balance, lâche de gauchiste. Fallait lui dire en face. Et ses convictions n'ont rien à voir avec la musique. Pauvre tocard.

12/08/2022, 15:40

Jus de cadavre

Merci ! Et non pour la veste à patch ha ha ! On était déjà bien grillés en tant que frenchies (avec notre accent et... nos bouteilles de rouge !) je voulais pas en rajouter pour se faire remarquer

12/08/2022, 13:44

Humungus

Non, non Jus de cadavre, tu as très bien fait de poster ce nouvel épisode.Même si je ne compte absolument pas aller à Seattle ou Vancouver un jour, c'est toujours très intéressant d'avoir une vision autre d'une ville, d'une r&eac(...)

12/08/2022, 13:08

Humungus

Mouais...En même temps, des groupes qui font du playback dans un hangar en guise de clip, y'a pas que ces deux là hein... ... ...

12/08/2022, 12:56

Moi

Je confirme, le réalisateur est le même pour les 2 vidéos, et le créateur de Gaerea

12/08/2022, 11:43

Jean

C’est vrai que la plupart des artistes ont déjà tourné dans des festivals cet été en France . C’est pas la folie 

12/08/2022, 09:06

Humungus

C'est moi ou l'affiche n'est vraiment pas folle cette année ?

12/08/2022, 07:10

Fred

Croisé une fois, ce mec est une sorte de connard fan de l'Action Française et nostalgique d'un temps révolu, dommage qu'il n'ait pas l'honnêteté d'en parler dans cet interview. Saoulant et gavant.

11/08/2022, 21:06

Jus de cadavre

Merci pour ce très bon report (comme d'habitude) RBD.Nous avons encore et toujours la même vénération pour Suffocation, hé hé. Un groupe éternellement en immense forme sur scène. On se demande quand ils baisseront de r(...)

11/08/2022, 18:39

Simony

Je retiens MOOR et DEATH FILE RED avec LYMBOLIC SCYTHE dans un coin de la tête parce qu'il y a quelque chose je trouve dans cette démo...Merci Mortne2001 pour cette mise en lumière des suintantes abimes du Metal

11/08/2022, 08:20

Satan

@ Gargan : Pour le coup le réalisateur est apparemment un membre de Gaerea par ailleurs...

10/08/2022, 21:36