Quel nom étrange pour une formation de Post BM Russe…Venant de Moscou, L'HOMME ABSURDE (pléonasme, quand tu nous tiens…) a été fondé en 2015 en tant que one-man band, par le mystérieux A. batteur de la plupart des formations locales de Doom (MARE INFINITUM, WHO DIES IN SIBERIAN SLUSH, COMATOSE VIGIL), mais aussi maître d’œuvre du combo de Doom/Downtempo A YOUNG MAN’S FUNERAL.

Rejoint quelques temps plus tard par trois autres membres (Georgiy Bykov de MARE INFINITUM à la guitare, Isod à la guitare aussi et Yuri S. à la basse), pour compléter son line-up, A. s’est alors fendu d’un premier EP éponyme, paru l’année dernière lui aussi.

Quelques mois plus tard, les musiciens s’attèlent donc à ma réalisation d’un premier longue durée que j’ai donc eu la chance d’écouter ce matin, Monsters, qui s’avère représenter une synthèse toute personnelle de tous les courants inhérents au Post Black contemporain, en gardant comme trame de fond l’abrasivité du Black le plus impitoyable, pour l’orner de digressions plus contemplatives et introspectives. Mais pas d’inquiétude à avoir, malgré une longueur de morceaux somme toute assez large, le concept du groupe n’a pas occulté la violence indispensable à ce genre de réalisation, et reste un des espoirs les plus probants d’une scène qui a souvent tendance à tourner en rond autour de la queue fourchue de Lucifer.

En substance, Monsters s’accorde du patronyme de ses géniteurs, pour nous présenter une nature humaine concrète et objective. Oui, l’homme est une créature absurde vouée à l’extinction de sa propre race, un monstre à plusieurs facettes qui n’a cure de l’espoir mais conçoit l’empathie, et qui fait preuve d’un égoïsme forcené pour satisfaire ses plus bas instincts, tout en sachant de temps à autres se soucier de ses congénères.

Ce que la musique de ce quatuor Russe illustre avec pertinence et logique déviante.

En choisissant de se focaliser sur les aspects les plus nihilistes et glacials d’un BM vraiment terrifiant, L'HOMME ABSURDE a fait le bon choix, celui de s’inspirer des racines nordiques du genre pour y insuffler un esprit de l’est fatalement sombre et pessimiste. Mais sans se départir d’une volonté mélodique manifeste (encore plus sur des segments comme le superbe « Apathy »), le quatuor n’est pas tombé dans le piège de la redondance hypnotique à outrance, et propose de véritables morceaux agencés comme tels, proposant des digressions et progressions logiques et intelligentes, et pour le moins envoutantes.

Nous sommes donc loin d’un simple assemblage de sons qu’on laisse dériver selon son manque d’inspiration, mais bien proches d’un concept viable et efficace, qui oppose la laideur la plus repoussante à la beauté la plus saisissante, dans la plus grande tradition d’un Post Black Metal intelligent et mature, mais néanmoins profondément misanthrope.

A l’écoute de ce Monsters, plusieurs références s’imposent, comme celle de BOSSE DE NAGE, ou même de WOLVES IN THE THRONE ROOM, mais pour être franc, ces noms sont plus cités pour poser un contexte que pour établir un parallèle vraiment probant.

En effet, la musique des Russes est suffisamment personnelle pour se situer par rapport à elle-même, même si parfois, une union frigorifiante entre un BURZUM des premières années et un OPETH malmené par sa propre poésie semble être l’image la plus frappante.

Dire que L'HOMME ABSURDE n’a pas choisi la facilité est d’un doux euphémisme. Une seule piste sous la barre des quatre minutes, pour le final « Wires », qui en effet tend des câbles entre l’outrance d’un EMPEROR et le désir d’harmonie d’un SOLSTAFIR, avant de cavaler sur les traces d’un pur BM ultraviolent et fort peu apprivoisable.

A l’exact opposé de cet exemple se situe le très long « Wanderer », qui pendant près de huit minutes s’ingénie à développer de belles qualités acoustiques pures sur une longue intro de cent-vingt secondes, avant de retomber dans des travers abrasifs terrassants.

Double grosse caisse omniprésente et écrasante, blasts qui simulent une tempête de l’âme, et chant sous mixé en arrière-plan qui hurle ses litanies d’une voix possédée, pour mieux casser le moule sans prévenir et osciller entre BM vraiment ténébreux et Post Metal beaucoup plus lumineux, et pas si éloigné que ça d’un ALCEST vraiment très minimaliste.

« Disillusion » se taille aussi la part du démon, avec son timing presque aussi étiré, et son inspiration qui ne l’est pas moins.

Travail rythmique fabuleux et puissant, riffs toujours aussi rigides et dénués de tout souffle de vie, et multiplicité des plans qui se succèdent avec fluidité et logique, pour une danse enivrante autour du destin humain qui n’en finit plus d’attendre que quelqu’un allume la flamme sous son bûcher de vanité.

Passages en mid accrocheurs et séduisants, presque Post Wave dans le rendu, harmonies de guitares discrètes mais efficaces qui rappellent les errances d’un THE GATHERING, pour un Post BM progressif efficient et non suffisant.

Tout fonctionne, chaque idée est à sa place, et les notes s’envolent sans que l’on puisse les attraper, se voulant calquées sur la nature de l’homme, tantôt acides, tantôt acoustiques et douces, mais toujours expressives.

Si le BM le plus assourdissant vous sied le mieux, jetez-vous sur le tétanisant « Villains », qui semble vouloir incarner à lui seul les caractéristiques les plus néfastes de notre espèce, mais si l’ouverture d’esprit et la versatilité sont plus en phase avec vos inclinaisons, alors « Escapist » saura vous donner le ton, en mélangeant des influences Doom, Post Metal, Black et Heavy, dans une farandole apaisée qui vous permettra de vous voir tel que vous êtes, complexe, mais semblable à tous vos contemporains, comme un miroir fidèle à une image trouble, mais inamovible.

Pour un premier album, Monsters fait avancer la cause d’un Post Black qu’on devine toujours aussi affranchi de toute contrainte. Se montrant aussi créatif qu’audacieux, aussi violent que délicat, ce premier effort de L'HOMME ABSURDE est aussi libre qu’il n’est logique, et reste dans un créneau défini tout en s’en extirpant de ses désirs de multitude. 

 Une autre façon de concevoir l’absurdité d’une nature humaine qui se veut sommet de la chaîne naturelle, d’une intelligence indéniable, mais d’une stupidité incroyable.


Titres de l'album:

  1. Sold
  2. Villains
  3. Apathy
  4. Disillusion
  5. Wanderer
  6. Strayed
  7. Escapist
  8. Wires

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 20/02/2017 à 15:25
78 %    461

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Babymetal

Metal Galaxy

Numen

Iluntasuna Besarkatu Nuen Betiko

Mister Misery

Unalive

Goatess

Blood And Wine

Laetitia In Holocaust

Fauci Tra Fauci

Vhs

We're Gonna Need Some Bigger Riffs

Municipal Waste

The Last Rager

Magic Pie

Fragments of the 5th Element

Metallica

S&M 2

Spread Eagle

Subway To The Stars

Eggs Of Gomorrh, Sarinvomit

Encomium of Depraved Instincts

Klone

Le Grand Voyage

The Neptune Power Federation

Memoirs of a Rat Queen

Hatriot

From Days Unto Darkness

Throes

In The Hands Of An Angry God

Enforced

At The Walls

Exhumed

Horror

Sekkusu

Satyromania

Soren Andersen

Guilty Pleasures

Kadinja

DNA

Violent Instinct

Simony / 15/10/2019
Roman

Bloodshed Fest 2019

Mold_Putrefaction / 13/10/2019
Crust

British Steel Saturday Night VIII

Simony / 13/10/2019
Heavy Metal

Interview ABBYGAIL

JérémBVL / 11/10/2019
Abbygail

BEHIND THE DEVIL #9 - Interview avec Laurent de MYSTYK PROD.

youpimatin / 09/10/2019
Behind The Devil

Concerts à 7 jours

Chaos E.t. Sexual + Moonskin + Barabbas

19/10 : Le Klub, Paris (75)

+ Gutalax + Spasm

21/10 : Le Glazart, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

Pareil que Kerry King, je reste sur Burn My Eyes (vus pour ma part avec Emtombed début années 90) et The Blackening qui reste un excellent disque. Pour le reste, je passe mon tour, mais live, ça sonne différemment en fonction de l'orientation de l'album en promotion. La tournée Locust fut bien (...)


Pareil vinyle d'époque et compile d'Agressor sortie il y a peu pour la version CD. Bon, les morceaux inédits, ce sont les démos ?


Ils ont pas dû aimé Secondé B...


C'est parce que j'ai loupé cette tournée à l'époque que j'ai la motivation dès que le Flynn Band passe dans mon périmètre.

Machine Head est en pleine refondation. C'est un moment très ressemblant, en plus important, à la période de gestation de "Through the Ashes...". Ce titre(...)


Morceau pas terrible voire assez ridicule, mais je serai à Lyon et pourtant j'ai bien plus de 25 ans. Ça me rappellera leur tournée avec meshuggah et mary beats jane.


J'aime et j'aime pas Machine Head suivant les albums, mais en live c'est très bon.


Très belle pochette.


Machine Head a quand meme m'y un bon coup de pied au cul a pas mal de monde sur Burn My eyes.

Le reste n'a rien d'extraordinaire, sauf le second et the blackening qui sont de bon défouloir.

Les deux albums Neo c'est du pompage pour surfer sur la vague.


Machine Head a quand meme m'y un bon coup de pied au cul a pas mal de monde sur Burn My eyes.

Le reste n'a rien d'extraordinaire, sauf le second et the blackening qui sont de bon défouloir.

Les deux albums Neo c'est du pompage pour surfer sur la vague.


Excellente nouvelle


Arrêtez, merde, je me prends un sale coup de vieux à cause de vous ! ^^


Il était meilleur dans VIO-LENCE, c'est clair...


Achat obligatoire !! Même si je l'ai en vinyle d'époque, hé, hé...


AH AH AH !!!
Superbe vanne de quarantenaires effectivement...


Buck Dancer + 1.


J'ai jamais aimé, ni même en encadrer Machine Head et j'ai pourtant essayé. En plus Robb Flynn me paraît insupportable sur scène.... Mais 3h30 de concert et ça sur quasiment toute les tournées c'est RESPECT.


Merci pour la piqûre de rappel sur la sortie de ce nouvel album, dont j'étais passé à côté. A l'écoute du titre sorti il y a quelques semaines, Chritus manquait, mais le côté un peu plus direct du morceau n'était pas fait pour me déplaire. J'espère, en tout cas, un aussi bon album que le(...)


Mon bientôt futur pays d'adoption ! ( 3615 My life) J'espère y faire quelques concerts bien cool. Ça risque d'être intense


J'avais oublié. Du reste je ne suis pas certain qu'il ait été diffusé près de chez moi. Il y a une quantité certaine de titres déjà apparus dans le premier essai avec Michael Kamen, mais si on nous dit que les arrangement sont très différents, pourquoi pas. J'aime vraiment bien celui qui e(...)


Alors là tous les moins de 30 ans ne savent pas de quoi tu parles JTDP... peut-être même les moins de 40 ans.