Nourishment

Flesh Mother

23/01/2018

Autoproduction

Voilà une pochette qui sent bon le Larzac, la vie à la fraîche, le lait de chèvre, le laid de chanvre, les robes de chambre, et qui s’entortille autour de vos mirettes comme les poils de barbe d’un vieux beatnik perdu dans les limbes post-soixante-huitardes. On imagine assez bien cette demoiselle avec un chemisier blanc en lin, s’extasier devant la beauté d’un parterre de marguerites sauvages, chantant et dansant la nature en ressentant soudainement le besoin de s’affranchir de toute couche de tissu superflu. Mais pas de bol pour vous sales petits voyeurs virtuels à deux sous, cette scène se passe à Cincinnati dans l’Ohio, et en guise de communion avec mère nature, vous allez vous cogner un EP/LP de Sludge bien poisseux, urbain comme un chewing-gum collé sous une godasse à l’heure de pointe, et sale comme un container de quartier qui vomit ses immondices par ses interstices. Et vous savez quoi ? Finalement, le tableau me plait infiniment plus qu’une ode champêtre dédiée aux existentialistes ruraux exilés pour cause de ras-le-bol du métro. Hop. Pas de malaise.

Mais vous en risquez un par contre en confiant vos tympans à cette horde de pesants qui n’ont pas oublié la lourdeur et la graisse dans la poche de leur salopette. Leur unique but semble en effet de rendre concrète la dualité qui existe entre l’oppression et l’agression, en confrontant les deux concepts dans un même exutoire, à deux tiers du chemin entre le Sludge sud-américain que la vague Nola affectionne tant, et un tiers des poussées de colère des PRIMITIVE MAN et autres NAILS. Pour autant, c’est tout de même le Heavy qui l’emporte sur l’embolie, même si le dénominateur commun reste la folie. Et sur ce sujet-là, nos amis du jour semblent incollables.

Entendons-nous bien, le Sludge, on commence à connaître aussi bien qu’un fan d’Ozzy et Tony ses idoles de BLACK SABBATH en 1975. On se disait justement que le style, comme celui de ses aînés commençait à tourner en rond, sauf qu’à chaque fois que cette assertion affleure la surface de la raison, une bande de tarés se pointe avec son esprit de contradiction. C’est le cas des FLESH MOTHER, qui tout en respectant les dogmes du créneau qu’ils honorent, prennent leurs distances pour affirmer leur indépendance, et nous offrent un premier jet presque longue-durée qui remet le débat sur le tapis usé. D’un coup de dés (ou de sept, plus exactement), les originaires de l’Ohio ne se demandent pas d’où en vient le O, mais en fond de jolis avec la fumée qui sort de leurs instruments. Riffs de mammouth, voix rauque dégueulée, basse pachydermique assurée, rythmique plombée, tout y est pour que notre compte soit bon, sauf qu’en plus, les gus y ajoutent deux ou trois soudaines accélérations. Alors, on ne sait plus trop sur quel pied stagner, puisque la surprise nous guette à chaque rangée, bien que la cohésion de l’ensemble soit confortée. Lourd donc, mais aussi nerveux, et surtout, créatif dans la méchanceté, puisque ce Nourishment aux accents aussi psychédéliques que dissonants n’évite aucunement de nous provoquer. D’une part, avec l’utilisation d’un format très court pour des morceaux du cru, bien cuits, qui ne dépassent que très rarement les trois minutes (une seule fois d’ailleurs). Le Sludge et le Doom nous ont habitués à des digressions bien plus élargies, et c’est avec un plaisir non feint que l’on constate que certains osent enfin bousculer les conventions pour modifier notre horizon. D’autre part, et ce dès l’introductif et glauque « High Power » - et son riff à faire verdir de dégoût Kirk Windstein accro à ELECTRIC WIZARD - FLESH MOTHER n’hésite pas à se barrer en couille Grind et Crust pour ne pas nous laisser nous installer trop confortablement dans notre foi aveugle en des prévisions trop certaines.

Mais pas de méprise. Les lascars sont Sludge quand même, et ce, jusqu’aux trous de leurs chaussettes. Ils sont simplement un peu plus que des feignasses lambda qui se reposent sur un thème unique pour causer la panique.

Et ce bouillonnement de puissance nous fascine. En tout cas, ME fascine, parce qu’un groupe qui parvient à me faire apprécier la lourdeur par contraste de terreur, je suis preneur. D’autant plus qu’ils ont travaillé leur copie pour la rendre impeccable et sans fouillis, en bossant les transitions histoire que l’eau continue de couler sous les ponts. Un travail de mixage presque digne de celui de sir George Martin sur Sgt Pepper (j’exagère à peine, mais je suis de bonne humeur), pour seize minutes de logique instrumentale à deux voix parfois (John Hays & Tyler Bollinger), le tout dissimulé sous une production impeccable de John Hoffman et Jerome Westerkamp. Et ne cherchez pas à en savoir plus sur le produit en question, puisque les facétieux n’ont ni page Facebook, si site sous leur propre nom. Quant à leur Bandcamp, il préfère se taire et laisser parler la musique. Ce qu’il y a de mieux à faire, puisqu’elle parle beaucoup mieux que n’importe quel argument présomptueux. On pourrait même dire que les musiciens l’ont tellement mauvaise qu’ils nous la jouent bonne, en affirmant qu’après tout, nous « ne sommes pas humain, juste une maladie ». Et ils n’ont pas tort. Sauf que leur virus à eux est du genre pur et non muté, et qu’il galvanise l’organisme tout en faisant descendre le moral en flèche. Paradoxal ? Pas tant que ça, puisque Sludge mais pas que. Et ce groove qui sort de nulle part sur « Disgusting Creatures », fabuleux non ? Et ce sens de la concision mid sur le gluant « Lizard King », via une schizophrénie vocale pleine de mordant…Impeccable, je prends. Aussi. Des constats à l’avenant ? Oui, « Sick World / Sick Shit », qui s’accompagne d’une embardée de blasts à main levée, et d’un mélange d’OLD et EYEHATEGOD. Effets offerts par la maison, et larsen trituré plus que de raison. 

Basse profonde comme une tombe sur laquelle des poivrots pissent (« Felt Death », le fameux à presque franchir la barre des quatre minutes), tombe en elle-même pas vraiment fleurie mais qui sent bon le bourbier Sludge bien moisi (« Graves »), et puis…c’est fini. Mais pour eux, l’aventure commence, ou continue plutôt (vous référer à leur Bandcamp pour en savoir plus sur leur passé, j’ai la flemme). Elle continue dans l’Ohio, et ne finira pas dans le Larzac, puisque les FLESH MOTHER sont à peu près aussi américains que les bayous de Louisiane. Et il n’y a pas de chèvre dans les bayous.


Titres de l'album:

  1. High Power
  2. Lizard King
  3. Hounds
  4. Disgusting Creatures
  5. Sick World-Sick Shit
  6. Graves
  7. Felt Death

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 13/02/2018 à 14:11
79 %    921

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Hatebreed + Crowbar

RBD 18/06/2024

Live Report

Nostromo + Nwar

RBD 03/06/2024

Live Report

Dvne + My Diligence

RBD 29/05/2024

Live Report

Anthems Of Steel VI

Simony 24/05/2024

Live Report

Pessimist + Demiurgon

RBD 14/05/2024

Live Report

Voyage au centre de la scène : ARGILE

Jus de cadavre 12/05/2024

Vidéos

Mercyless + Nervous Decay + Sekator

RBD 08/05/2024

Live Report

Birds in Row + Verdun

RBD 02/05/2024

Live Report

Hexagon Doom Tour

Simony 29/04/2024

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Humungus

Je pense que DL100 causait du clip...Et là, on peut pas lui donner tort hein... ... ...

19/06/2024, 06:55

Gargan

Plutôt injuste comme commentaire, je m’attendais à qqch de super cheap alors qu’il n’en est rienet musicalement ça se tient (parfois même l’impression d’entendre du Alastis !).

18/06/2024, 22:28

Gargan

La pochette évoque un retour au sources, mais ça ne me fera pas oublier phantoms, qui reste indétrônable.

18/06/2024, 22:20

Kiss the Goat

Un renouveau dans ce qui se fait en français 

18/06/2024, 21:43

DL100

Ah ouais, quand-même... C'est hautement ridicule et pathétique là...

18/06/2024, 12:07

Gargan

Hmmm j'ai tendance à préférer cette version, c'est mal. J'ai le sentiment que c'est plus lisible et pêchu et - heureusement - le son des toms est préservé, le genre de détail qui devait persister. Vont-ils nous refaire le coup po(...)

17/06/2024, 09:04

RBD

C'est une bonne surprise. Kerry n'a eu évidemment aucun mal à bien s'entourer mais ses partenaires ont apporté une pêche supérieure aux derniers Slayer. Ce Thrash à fond est mieux inspiré que celui de "Repentless" sans(...)

16/06/2024, 18:58

Humungus

De ces deux extraits proposés, il ne ressort effectivement pas grand chose...En tous cas, beaucoup moins que sur la réédition de "Morbid visions" qui m'avait bizarrement beaucoup plu l'année dernière.En même temps, et je s(...)

16/06/2024, 08:52

Moshimosher

Franchement, très bonne surprise ! Et vraiment content pour eux qu'ils puissent continuer ! Malgré la vie, la mort continue et c'est bon !!! \m/

15/06/2024, 20:44

Arioch91

L'édition originelle est intouchable, avec un son qui lui est propre et qui l'identifie dès les premières secondes. Sans oublier ce son particulier des toms d'Igor, comme sur le Pleasure to Kill de Kreator.Avec ce réenregistrement, on est loin de (...)

15/06/2024, 19:42

Humungus

Ouais... ... ...Bah à l'écoute de ce titre, cela ressemble comme deux gouttes de foutre à NIFELHEIM hein.Et à du très bon NIFELHEIM qui plus est !De fait, étant über fan de ce groupe, j'attends cette galette avec impati(...)

15/06/2024, 09:11

Moshimosher

Bon, par contre, l'extrait me laisse dubitatif...

15/06/2024, 06:37

Moshimosher

En tant que grand fan, je suis partagé... mais bon, pourquoi pas ! Surtout que j'ai tous les albums d'Edge of Sanity (Until Eternity Ends compris) et une bonne moitié des Nightingale... donc, qui sait... s'ils sont aussi en digital, je pourrais me laisser tenter par c(...)

15/06/2024, 06:33

RBD

Les concerts ne sont qu'une partie de ce petit festival. La dernière fois il y avait des conférences, des "masterclass", un marché aux puces, etc. Ce n'est pas évoqué ici mais je m'attends à retrouver tout cela. La progra(...)

14/06/2024, 11:18

Gargan

Pas un groupe de métal « trad » pour des « états généraux », ça donne vraiment beaucoup d’envie et de crédibilité…

14/06/2024, 07:43

metalrunner

Merci pour la redécouverte Ravage in peace c est trop bon

13/06/2024, 20:13

LeMoustre

Oh la torgnole thrash !Ah oui on sent bien l'influence du Dark Fuckin' Angel période Don Doty a plein nez. Le tempo effréné, les vocalises dans l'esprit. Parfait Achat direct cash de chez cash.J'adore, tout a fait pile poil ma cam(...)

11/06/2024, 20:30

Arioch91

Écouté ce matin en mode découverte tout en bossant, pas l'idéal mais pas le choix.Au premier ressenti, j'ai pensé à un croisement endiablé entre le Darkness Descends de Dark Angel et le Pleasure to Kill de Kreator. On a connu pire (...)

11/06/2024, 12:28

Humungus

"System Shock est un sérieux prétendant au titre d’album Thrash de l’année"Itou mec !!! !!! !!!Pour ma part, je vois plus dans ce superbe album la patte des "Trois Grands Teutons" (KREATOR, DESTRUCTION &(...)

11/06/2024, 11:01

Jus de cadavre

La prod est une fois de plus monstrueuse, bordel il s'est fait attendre celui là !

11/06/2024, 08:49