Principio de la Fuerza

Testiculos De Jehova

13/08/2017

Autoproduction

Voilà un groupe éminemment sympathique qui n’hésite pas à forcer sur les détails au moment de coucher sa bio sur Facebook…Nous avons donc droit à tout le parcours du groupe depuis ses débuts en tant que cover band, en 2008, ses différentes étapes de carrière, ses concerts, ses enregistrements, mais aussi pas mal d’autres infos, que les hispanophones comprendront mieux que les autres…

Car ces cinq-là nous viennent de Santiago du Chili, terre Hardcore consacrée, qui pourtant ne rechigne pas à loucher du côté de la puissance Metal pour agrémenter ses riffs Rock’n’Core. D’ailleurs, les TESTICULOS DE JEHOVA (tout le monde aura compris, même ceux pour qui l’espagnol reste du charabia intraduisible) l’avouent eux-mêmes, les frontières de style ne sont pas leur truc, et le crossover reste leur mode d’expression préféré. Sauf qu’ils l’assaisonnent à leur façon, bien pimentée évidemment, ce qui aboutit à une mixture bien relevée, mais surtout très goûtue et addictive.

Crossover donc, un peu à la façon d’un SUICIDAL tapant le skate avec les MUNICIPAL WASTE dans la piscine abandonnée d’une faille spatio-temporelle. En plus d’une occasion, on croit reconnaître quelques plans et astuces qui constellaient les premiers efforts de la bande à Mike Muir, mais aussi l’explosion de la scène sud-américaine des années 90, lorsque la transition entre Metal et Hardcore n’avait plus lieu d’être, et laissait la place à une osmose entre les deux scènes.

Beaucoup d’énergie donc, de la bonne humeur, mais aussi des morceaux hauts en couleur qui nous ramènent à la grande époque Core des glorieuses 80’s, pour une inspiration multiple qui bouffe un peu à tous les râteliers. Mais attention, point de pillage à l’horizon, plutôt une ouverture d’esprit de bon ton, qui sert d’ailleurs de fil rouge à la discographie du groupe.

Et ainsi, après un initial Escupe los Viejos Dogmas!! format EP publié en 2012, et une suite longue durée Tarroterapia! deux ans après, les TESTICULOS DE JEHOVA nous en reviennent donc avec ce Principio de la Fuerza, qui ne déroge à aucune règle pré établie, et qui continue le combat contre la morosité à grands coups de riffs francs et massifs, et de rythmiques ne l’étant pas moins. Aux commandes de la troupe, cinq potes (Loco Toto – chant, Gato & Tronko – guitares, Pozo – basse et Pablito – batterie) qui se connaissent bien, et qui savent ce qu’ils veulent. Jouer fort, vite, mais rester mesurés et compréhensibles pour ne pas s’aliéner une frange importante du public extrême. Dès lors, et en onze morceaux, les chiliens font le tour de la question Core résolue façon Metal, mais ayant gardé ses racines Punk et son inspiration ibère. Une musique très dynamique donc, qui ne tombe jamais dans le piège fatal du chaos désorganisé, ni dans celui tout aussi dangereux de la mièvrerie mélodique. Et même si on pense parfois à une version métallisée des KORTATU, l’ambiance générale festive nous permet d’affranchir toute influence trop marquée, même si le groupe n’hésite pas à en citer.

Ainsi, les noms de LOS MUERTOS DE CRISTO, VIOLATOR, LOS CRUDOS, FISKALES ADHOK, SLAYER, DEAD KENNEDYS, PANTERA, MOTORHEAD, ou 2 MINUTOS sont relayés sur leur page Facebook, sans qu’aucun ne soit usurpé ou hors contexte. Et si les couilles de Jésus n’ont pas la puissance divine de PANTERA ou SLAYER, ils ont par contre gardé la foi de Lemmy dans leurs psaumes, dont certains auraient pu être interprétés et composés par la tête de moteur (« Presa Facil »).

Hardcore, Thrash, mais surtout Rock, ce que ne dément pas l’ouverture tonitruante de « Principio De La Fuerza », qui cavale comme un dératé, mais se fixe sur un thème de guitare mélodique appuyé. Chant clair et très Core, chœurs guerriers mais pas du genre hooligan affamé, ligne conductrice logique et sans surprise, c’est une bonne saillie qui entame les hostilités avec l’hostie frappée à la main, qu’on avale de bon cœur sans penser au lendemain.

Hésitant entre pièces conséquentes et embardées plus fugaces, les chiliens nous offrent donc un LP qui bondit et rebondit, suggérant parfois une version très légère des débuts de SLAYER (« Falta De Dinero », argent, nerf de la guerre), ou une adaptation sudiste de la colère blanche des MINOR THREAT (« Basta » et son refrain entêtant et hystérique).

Parfois, l’ambition prend le dessus sur l’instinct, et les allumés se calment pendant quelques instants pour développer un sens inné de l’ambiance empesée (« Al Vacio », ou comment réunir dans un même crédo MOTORHEAD et les CLASH), sans pour autant oublier de balancer la sauce sur les badauds assistant à la crucifixion l’air hébété (« Juventud », la jeunesse emmerde les règles et les limites de vitesse).

D’ailleurs, le trip se termine sur une reprise bien cachée des RAMONES honorés (« Sacate Una Pilsen », cover de « My Brain is Hanging Upside Down” (Bonzo goes to Bitburg) » très respectable), qui ne dénote absolument pas dans le répertoire original des chiliens.

Les RAMONES, influence de plus ? Oui, pour cette façon d’aborder le Hardcore comme une extension du Rock N’Roll, tout comme MOTORHEAD tournait le dos aux querelles de styles en amalgamant le Punk, le Hard-Rock et le Rock dans une même explosion de guitares rebelles.

Ici, pas de question à se poser inutilement, les TESTICULOS DE JEHOVA n’y répondront pas. A vous de voir ce que vous voulez entendre dans leur musique, ils se contentent de la jouer, et plutôt bien, dans une atmosphère qui sent bon les bars de Santiago, et les samedis soir de héros.

Un Crossover assez personnel qui plaira sans doute plus aux fans de Hardcore qu’aux mordus de Thrashcore, mais qui reste pertinent, joyeux et incandescent.

Il est certain que Dieu leur pardonnera ce léger blasphème envers son fils, contaminé par l’allant et la foi qu’ils injectent à leur musique de leur talent.


Titres de l'album:

  1. Intro
  2. Principio De La Fuerza
  3. Falta De Dinero
  4. Presa Facil
  5. Timepo Muerto
  6. Fracturas
  7. Basta
  8. Los Caminos De Sudamerica
  9. Al Vacio
  10. Juventud
  11. Sacate Une Pilsen

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 13/08/2017 à 17:52
70 %    421

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Xtreme Fest 2016

RBD 08/07/2020

38'48 Regeneration

mortne2001 07/07/2020

Harmony Corruption

mortne2001 03/07/2020

Little Monsters

mortne2001 30/06/2020

Complicated Mind

mortne2001 15/06/2020

Dossier spécial Bretagne / LA CAVE #5

Jus de cadavre 15/06/2020

Screams and Whispers

mortne2001 12/06/2020

Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Hoover

Je n'aime vraiment pas ce qu'est devenu ce groupe. Perdition city était une évolution osée mais avec un résultat brillant, depuis ça oscille entre le chiant et le sans grand intérêt.

13/07/2020, 19:34

sart

Pas mal du tout.

13/07/2020, 19:28

sart

Meilleur et moins mélodique que le précédent, ce dernier Pocahontas n'en reste pas moins trop polissé, sans âme et s'oublie très vite.

13/07/2020, 19:27

sart

Du metal pompeux dit "'epique" bien raccoleur et de fort mauvais goût auquel sont juxtaposées quelques parties dites folk. A oublier au plus vite...

13/07/2020, 19:23

sart

Ca sonne comme du death suédois sans les fréquences basses.

13/07/2020, 19:21

Saddam Mustaine

Pas si mauvaise la suite, bien que très varié.

13/07/2020, 19:06

Humungus

Bien d'accord avec vous les gars.
... Même si j'ai tout de même une nette préférence pour leur premier album.
Quand au reste de leur discographie, elle m'en touche une sans faire bouger l'autre.

13/07/2020, 13:22

Gargan

Idem, dans mon top 10. Totalement dérouté à l'époque mais je ne m'en suis jamais lassé depuis, riffs et mélodies imparables. T'en écoute un morceau, puis deux puis l'ensemble sans t'en rendre compte. Enfin ce sont surtout les autres qui s'en rendent compte, because air guitar et air drums heh(...)

13/07/2020, 11:51

Saddam Mustaine

Amorphis cet album est sensationnel.

12/07/2020, 14:20

Pomah

Y'a clairement un côté synthwave pas dégeu, à creuser.

11/07/2020, 14:36

RBD

Voilà un groupe et un homme qui m'ont marqué à une époque où je commençais à être blasé. Ce n'est pas toujours facile à suivre d'un album sur l'autre, c'est un vrai fêlé. Mais comme dit le proverbe, ce sont des esprits comme ça qui font entrer la lumière.

10/07/2020, 23:41

aeas

Seul le batteur a encore un semblant d'intégrité à travers ses activités.

10/07/2020, 20:35

Jus de cadavre

Idem, découverte pour moi grâce à cette chronique. La prod est excellente pour l'époque !
Un bien bel hommage en tout cas Mortne...

10/07/2020, 17:38

JTDP

@jus : +9986457 !
@gerard : fais péter le "name dropping" on n'attend que ça de faire de nouvelles découvertes ! ;-)

10/07/2020, 17:10

JTDP

Purée c'est vrai qu'il est excellent cet album !!! Et malgré Youtube et le poids des ans, le son est franchement bon ! Une réédition s'impose, c'est indéniable.

10/07/2020, 17:08

Oliv

Ah bon

10/07/2020, 12:51

y'a pus d'jus

faut dire à BEBERT de pousser son camion ,il bloque la porte du garage et j'peux pas sortir la dépanneuse !

10/07/2020, 12:29

Gargan

Haha la ref à Hanson ! Belle découverte, merci.

10/07/2020, 11:59

Thrashing Metropolity

Super anecdote, Goughy ! Merci pour le partage !
Ca ne fait que confirmer tout le bien que nous sommes nombreux à penser de ce groupe culte.

Vraiment, si ces albums pouvaient être réédités, ce ne serait que justice !
Quelqu'un a évoqué plus haut l'accent franglais du (...)

10/07/2020, 11:07

goughy

Bon allez je me lance, juste histoire d'en rajouter sur les sentiments positifs qui émanent ce très beau papier (je savais pas l'histoire du début des Bérus...)
Ca devait être en 94 ou 95, on avait 14 ans, on écoutait MST et, avec deux autres potes, Mickey était une star du niveau de Br(...)

10/07/2020, 10:42