Pourquoi s’embarrasser d’une formulation classique en trio, quatuor ou quintette lorsqu’on est capable de faire plus de barouf à deux ? Telle semble être la devise des VULTUREPEAK ou VLTRPK pour les intimes, qui depuis 2012 s’évertuent à brouiller les frontières du Noise et du Hardcore en les jouant de façon très personnelle, et en configuration réduite. Le duo a donc émergé du sud-ouest de la Pennsylvanie en 2012, pour proposer une démo éponyme huit titres, avant d’oser l’officiel via le EP Filament Palace, sur lequel on pouvait trouver une pièce conséquente de neuf minutes, « Cast Out The Third Act », qui en disait assez long sur leurs obsessions, dans tous les sens du terme. S’ensuivirent une cassette live/improvisée, distribuée par Lonesome Waltz Records, qui mélangeait d’anciens morceaux en live et délires Noise en public, pour finalement se laisser aller à une réalisation complète de Harsh Noise/Drone/Dark Ambient en janvier de notre belle année 2018. Autant dire qu’en termes de versatilité et de productivité, l’association de Robert Neil et Jeff Hartley n’a de leçon à recevoir de personne, mais si je sens pointer au bout de vos yeux et oreilles des craintes formelles tout à fait justifiées, je vous rassure de suite. Pas question de bruit, ni d’improvisation sur ce Shake Body, mais bien de Hardcore légèrement Noisy sur les bords, mais largement assez structuré et condensé pour vous intéresser. Le propos n’est pas de faire fuir vos voisins à grands coups de stridences, mais de vous rappeler les univers de CONVERGE, des COWARDS, de COMITY et autres KRUGER ou NAILS, tout en imposant un vocable assez personnel pour ne pas avoir à souffrir de références un peu trop prononcées. Et en raisonnant en ces termes, autant dire que les VULTUREPEAK ne craignent pas grand monde non plus, puisque ces dix nouveaux titres se placent dans le peloton de tête des nouveautés Core de ce début d’année, et de loin. Quelques explications ? Avec plaisir.

Rodés par d’incessantes tournées et autres expérimentations live, les deux musiciens ont donc décidé de se focaliser sur une forme de Hardcore très virulente, en convergence de plusieurs courants, mais concentrée autour d’une formulation brute fort viscérale. On sent évidemment pas mal de réminiscences déjà citées, mais l’élan dont font preuve Robert et Jeff est si intense et déstabilisant, qu’on ne peut se résoudre à les rattacher à un mouvement particulier. D’ailleurs, ils affirment leur individualité dès l’entame gigantesque de « Wraith », qui n’emprunte aucun détour pour imposer son riff purement Core sur une rythmique ébouriffante et percutante. Renonçant pour une fois au sacro-saint système de l’autoproduction, les deux hommes ont confié leur destin aux mains expertes d’Eric Novroski aux Novro Studios de Shavertown, et en ressortent amplifiés, démesurés, et prêts à en découdre fermement, à l’aide d’une dizaine de morceaux sans concession, mais dotés d’un son à décoiffer Kurt Ballou et Brad Boatright eux-mêmes. Des graves qui prennent au thorax, une guitare malmenée mais jamais bridée, et pas mal de breaks pour déconstruire le Hardcore et lui redonner forme inhumaine, se rapprochant même parfois des inégalables TENGIL (« Bliss Trap »), dans une tentative de replacer le Post dans un contexte moins vague et plus brutal. Si quelques mélodies parviennent à se tailler un chemin dans la fureur ambiante, c’est bien la colère instrumentale et vocale qui domine les débats, et sans marquer la moindre pause, le groupe se permet d’éviter l’écueil dangereux de la redite, en variant simplement les tempi et les thèmes de guitare. Il est même possible en ayant l’esprit ouvert d’y entrevoir des prémices de Post Chaotic Hardcore, en étant un peu tordu sur les bords, tant la virulence le dispute à la construction, toujours logique, anémique parfois, mais jamais rachitique, pour une symphonie de violence ininterrompue. Si parfois le timing relâche la pression, ça n’est jamais au détriment de la concision, et les titres les plus amples s’autorisent quelques digressions, tout en restant formellement chaotiques (« Pariah », quasi instrumental dans le fond, et à la croisée des chemins Crust, D-beat, et Post Hardcore).

Difficile de croire en faisant front à ce raz-de-marée que deux hommes seuls sont responsables de ce mur du son infranchissable, puisque le volume et les niveaux frisent souvent l’overdose, tout en se maintenant hors de portée d’un Noise qui aurait pu faire sombrer le projet dans le bordel ingérable. En choisissant de tirer ses cartouches les plus rapides d’entrée de jeu, les VULTUREPEAK nous prennent à revers, et nous tendent un piège de seconde partie qui nous laisse un peu désorientés, et dès « Frozen River » et sa longue intro bruitiste, l’ambiance change sans modifier le fond de l’air, qui reste toujours aussi torride et digne d’un Enfer de purgatoire. Feedback, percussions tribales, crescendo sous contrôle, et accents à la NEUROSIS, pour un exutoire à rendre fous les UNSANE, certainement fort marris de se voir dessaisis de leur couronne de tarés notoires de l’underground nauséeux. « The Strain » ne calme aucunement la donne, malgré une entame aux harmonies prononcées, et une fois encore, ce son de batterie bluffe de sa profondeur et de sa gravité, profitant d’une distorsion excessive pour s’affirmer, et redevenir un instrument de premier plan. Il faut dire que Jeff Hartley ne manque pas une seule occasion de s’illustrer, malmenant ses futs et transperçant sa grosse caisse d’une foulée ferme et définitive, laissant son comparse s’amuser avec les sonorités pour rapprocher le projet d’un Post Hardcore enfin débarrassé de ses oripeaux les plus contemplatifs. Ici, c’est l’action qui prime, et la réaction, saine mais subtilement déviante, et « Bright Eyes » d’accentuer encore plus l’ambivalence d’un duo qui décolle toutes les étiquettes pour profiter d’une liberté bien mérité. Ce titre, apothéose de déconstruction s’emballe à l’envol d’une batterie qui décolle, et qui ne se fixe jamais sur un beat régulier, lui préférant des figures d’équilibriste, dans la grande tradition des différents frappeurs de l’école DILLINGER ESCAPE PLAN.

Sans jamais laisser la pression retomber, Shake Body module et ondule, se déplaçant soudainement au déhanchement d’un Crust maladif et disharmonique (« Nostalgic Fever »), avant de se laisser aller à un aveu terminal, qui en dit long sur les intentions des deux auteurs (« This Was Meant To Hurt », paroxysme qui cite NEUROSIS, PRIMITIVE MAN et les THOU dans le même texte, sans guillemets, mais avec classe). Album monobloc constitué de petites pièces s’assemblant en toute logique, ce nouvel effort des VULTUREPEAK vous en demandera beaucoup en résistance auditive, mais saura vous séduire de sa méchanceté suintante. Nul besoin dès lors pour Robert et Jeff d’enrôler dans leur troupe des soldats additionnels, puisqu’ils parviennent largement à deux à égaler en puissance bien des factions plus étoffées. Du Hardcore qui s’amuse avec ses propres dogmes, et qui réfute toute théorie trop figée. Et surtout, une façon de se libérer du poids d’une société étouffante, par le biais le plus valable qui soit.

La haine.


Titres de l'album:

  1. Wraith
  2. Bliss Trap
  3. Acid Gates
  4. Trench Weight
  5. Frozen River
  6. The Strain
  7. Pariah
  8. Bright Eyes
  9. Nostalgic Fever
  10. This Was Meant to Hurt

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 15/04/2018 à 14:22
88 %    322

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Various Artists

Brutal Africa - The Heavy Metal Cowboys of Botswana

The Central

Van Dyke Browne's Crystal

Jd Miller

Afterglow

Acid Reign

The Age Of Entitlement

Babymetal

Metal Galaxy

Numen

Iluntasuna Besarkatu Nuen Betiko

Mister Misery

Unalive

Goatess

Blood And Wine

Laetitia In Holocaust

Fauci Tra Fauci

Vhs

We're Gonna Need Some Bigger Riffs

Municipal Waste

The Last Rager

Magic Pie

Fragments of the 5th Element

Metallica

S&M 2

Spread Eagle

Subway To The Stars

Eggs Of Gomorrh, Sarinvomit

Encomium of Depraved Instincts

Klone

Le Grand Voyage

The Neptune Power Federation

Memoirs of a Rat Queen

Hatriot

From Days Unto Darkness

Throes

In The Hands Of An Angry God

Violent Instinct

Simony / 15/10/2019
Roman

Bloodshed Fest 2019

Mold_Putrefaction / 13/10/2019
Crust

British Steel Saturday Night VIII

Simony / 13/10/2019
Heavy Metal

Interview ABBYGAIL

JérémBVL / 11/10/2019
Abbygail

Concerts à 7 jours

+ Gutalax + Spasm

21/10 : Le Glazart, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

Je suis assez d'accord avec toi Hummungus sur la qualité qu'aurait eu cet album avec Chritus, il a fallu que je l'écoute une bonne quinzaine de fois avant de pouvoir me dire : "OK, le chanteur a quand même des trucs intéressants, laisse-lui une chance." Toutefois, ils ont eu l'intelligence de me(...)


Je suis assez d'accord avec toi Hummungus sur la qualité qu'aurait eu cet album avec Chritus, il a fallu que je l'écoute une bonne quinzaine de fois avant de pouvoir me dire : "OK, le chanteur a quand même des trucs intéressants, laisse-lui une chance." Toutefois, ils ont eu l'intelligence de me(...)


Bravo pour le travail accompli, le sérieux de la distro et le personnage attachant. Je me rappelle avoir vu des CDs de Manzer dans une boutique de CD/LP/shirts metal de Pékin, affiliée à Areadeath Records. Pas beau, ça ?


Intéressant.


Je ne vais pas rejoindre le chroniqueur dans son désir d'auto persuasion. Mais si certains y trouvent leur compte...


Modern melo metal


Bon... ... ...
Que dire si ce n'est que durant TOUTE l'écoute de cet album, je n'ai pas pu m'empêcher de m'imaginer Chritus au chant et de me dire que, de fait, la galette aurait été cent fois meilleure avec lui.
Alors évidemment, étant un pur inconditionnel du chanteur précité,(...)


Oh putain ! "Seconde B" quoi...


Super nouvelle ce retour de The Old Dead Tree. Mais j'ai bien peur qu'il ne s'agisse que d'un one shot malheureusement...


Des réponses sans langue de bois, comme on pouvait s'y attendre avec Shaxul. Un personnage !
En tout cas chapeau pour le travail accompli. La scène underground c'est uniquement grâce à des mecs comme lui qu'elle vit (même si c'est difficile aujourd'hui oui...). Le constat est sombre cert(...)


Oui, superbe album. Surtout que c'est le vieux fan que je suis qui parle. Certes, c'est moderne et différent mais la réussite est totale !!


Sur les extraits clippés présentés, je leur trouve un (gros) côté AVATAR aussi, non ? En tout cas, c'est efficace, aussi bien visuellement que musicalement !


Pareil que Kerry King, je reste sur Burn My Eyes (vus pour ma part avec Emtombed début années 90) et The Blackening qui reste un excellent disque. Pour le reste, je passe mon tour, mais live, ça sonne différemment en fonction de l'orientation de l'album en promotion. La tournée Locust fut bien (...)


Pareil vinyle d'époque et compile d'Agressor sortie il y a peu pour la version CD. Bon, les morceaux inédits, ce sont les démos ?


Ils ont pas dû aimé Secondé B...


C'est parce que j'ai loupé cette tournée à l'époque que j'ai la motivation dès que le Flynn Band passe dans mon périmètre.

Machine Head est en pleine refondation. C'est un moment très ressemblant, en plus important, à la période de gestation de "Through the Ashes...". Ce titre(...)


Morceau pas terrible voire assez ridicule, mais je serai à Lyon et pourtant j'ai bien plus de 25 ans. Ça me rappellera leur tournée avec meshuggah et mary beats jane.


J'aime et j'aime pas Machine Head suivant les albums, mais en live c'est très bon.


Très belle pochette.


Machine Head a quand meme m'y un bon coup de pied au cul a pas mal de monde sur Burn My eyes.

Le reste n'a rien d'extraordinaire, sauf le second et the blackening qui sont de bon défouloir.

Les deux albums Neo c'est du pompage pour surfer sur la vague.