Strike III

Brut Boogaloo

25/08/2017

Mother Likes It Records

« Dans le Languedoc, à Tombouctou, dans l’Orénoque, n’importe où, les gens se toquent pour le Boogaloo, si vous me prêtez votre instrument, je vais vous chanter un truc fumant, c’est plus qu’un tube, c’est un monument »

Avec un peu de chance, vous êtes comme moi né à l’orée des seventies regrettées, et vous aurez donc, avec un peu de culture populaire, reconnu ces quelques paroles utilisées en entame à peine référencée. Oui, « Le Boogaloo du Loup-Garou » était un tube que le jovial Carlos entonnait sur les plateaux télé en compagnie d’un Joe Dassin habilement déguisé en créature griffue et affamée. Je l’ai chantonné pendant des années, je le chantonne encore à l’occasion, sans réel succès quant à convaincre mon entourage de son statut culte. C’est bien joli tout ça me direz-vous, et récréatif, mais qu’est-ce que Carlos et Joe Dassin ont à faire dans une chronique supposé métallique ? Rien, c’est un fait, mais entre le Boogaloo rondouillard et le BRUT BOOGALOO Norvégien braillard, il n’y avait qu’un pas que j’ai allégrement franchi. Et comme la musique intrépide et accrocheuse du quatuor d’Oslo a largement de quoi convaincre les fans du Languedoc à Tombouctou, pourquoi se gêner dans le parallèle culotté et imagé ?

Mais BRUT BOOGALOO est une affaire autrement plus sérieuse, et ce, depuis une bonne dizaine d’années et deux, puis trois LP. D’ailleurs, ce troisième pas en est un de géant, et risque de faire exploser la côte de ces musiciens du froid, pourvu que les bonnes oreilles sans bonnet s’y collent tout en émoi.

Capables donc, mais pas vraiment productifs, et ils assument. Il leur aura fallu huit ans pour donner un successeur à leur dernière offrande, publiée en 2009, mais gageons que les années perdues ne l’auront pas vraiment été, puisque les musiciens (Henning Solvang – chant/guitare, Peter Olofsson – guitare, Peter Boström – basse et Børge Sageng Henriksen – batterie) en ont profité pour jouer, jouer et rejouer, arpentant les scènes pour parfaire leur réputation live qui semble t’il n’est pas usurpée. N’ayant jamais eu la chance de les voir performer, je me contenterai de baser mon opinion sur ce Strike III, qui en l’état, est l’un des meilleurs témoignages vintage Classic Rock de ces dix dernières années. En se voulant ouvert mais sans bouffer à tous les râteliers, il parvient à unir dans un même élan l’euphorie d’un Rock seventies légèrement psychédélique, la simplicité d’un Rock pas si mainstream qu’il n’y paraît, et le lyrisme des grandes œuvres qui ont constellé l’histoire de la route US, avec ces kilomètres avalés au doux son d’un bande originale décomplexée. Naturel, efficacité, propension à disséminer des mélodies accrocheuses sous les traces de leurs pieds, les BRUT BOOGALOO ont en effet un déhanché assez brut, mais n’en sont pas pour autant de simples Neandertals à peine capables de moduler. S’il est difficile de contenir leurs influences tant leur champ est multiple, on pourrait citer à la volée, et pêle-mêle JET, Tom PETTY, les STAGE DOLLS, BLUES PILLS sans le côté trop empêtré dans le douze mesures, mais aussi les MONKEES, et pas mal d’autres références sixties, seventies, le tout traité avec un minimum de modernité pour ne pas stagner.

C’est donc du Rock simple tout craché, mais joué avec les tripes tout en gardant le contrôle sur l’abrasivité. Pas de fuzz’ qui dégouline, pas de wah-wah qui s’éparpille, pas d’écho et de delay intempestifs, juste un excellent Rock bluffant, qui nous prend au cœur et nous réchauffe en chœur. Des musiciens solides qui connaissent leur boulot, et qui se permettent de signer une bonne dizaine de brulots, que leurs aînés/héros d’une décennie acclamée auraient sans doute pu composer. Prenons pour exemple le hit en puissance « Top Of The Molehill », qu’on imagine très bien signé par BOWIE pour SWEET, ou l’inverse, ou « Afterglow » que des STONES plus obnubilés par les harmonies que par les smarties auraient pu balancer sur un Exile On Main Street moins expatrié. On pourrait aussi aborder le groove d’une section rythmique crue qui s’accorde très bien de phrasés ventrus (« Shadow From The Past », que les RED HOT pourraient paraphraser s’ils s’occupaient plus de DAG que de leur ego), ou de cette touchante simplicité qui pousse le quatuor à relativiser, et à se considérer comme le groupe le plus humble de la cité (« Band For You », up tempo d’enfer pour saillie Bob SEGER/YARDBIRDS en hiver). Guitare carillonnantes qui autorisent les BYRDS à justifier une caution NERVES/PLIMSOULS à postériori, le tout teinté d’un psychédélisme de folie (« Get Your Heart », le plus proche d’une union entre Folk sous acides et Vintage Rock intrépide), pour un Rock pas si limpide, et qui trouble la mémoire d’une basse assassine et humide (« King of Crap », vocoder, phaser, et effets utilisés avec efficacité).

Exercice de style ? Tout sauf ça, et une naïveté dans l’amour des classiques qui frappe et laisse hébété. Tous les morceaux de ce Strike III te frappent toi, cher auditeur qui aura certainement beaucoup de mal à te remettre de cette leçon en nostalgie majeure qui pourtant ne tourne pas le dos à son époque. Même si la production va chercher la crudité sans artifices d’une batterie en écho et d’une basse en ondulations à la Zorro, l’impression est nette et sans bavures, et adapte des standards d’un autre temps au notre. Et dans la déferlante tenant presque de la brocante des groupes qui s’enivrent d’effluves chargées d’années 70 qui commencent à s’épuiser, les BRUT BOOGALOO font figure de bouée, au point de rappeler le meilleur GRAVEYARD (c'est-à-dire, le seul et le permanent), lors d’une conclusion en émotion majeure, accentuée d’une giclée de soli enflammés qui consument un Rock bluesy passionné (« One For All »). Donnant un aperçu du spectre de Bolan à l’occasion d’un sensuel et déviant « Hurricane Train », payant son tribut aux « Telegram Sam » et autres « Ride a Black Swan », les norvégiens n’en font qu’à leur tête en respectant les grands anciens, et nous collent une sacrée rouste Rock que les plus puristes accepteront sans broncher. Un album qui nous fait piger que les mois et années passés sur des routes enneigées ont fini par payer, et transformer le quatuor en mécanique bien huilée, qui laisse parler sa nature plutôt que de copier des voisins peu inspirés. Et conséquemment, Strike III devient un LP qu’il convient de mettre en avant, pour ses quarante minutes de musique aussi spontanée que séduisante.

Album de la semaine, du moins ou du trimestre, ce troisième effort venu du Nord vous chatouillera la corde sensible et fédèrera les amateurs d’un Rock sincère, direct, mais suffisamment nuancé pour tout se permettre. Vintage d’accord, mais Rock d’abord. Et aucune chance qu’un chanteur barbu à la bonhommie poilue vienne nous interpréter ça à la TV avec un pote costumé. C’est déjà ça de gagné…Ah et au fait, lors d’une interview, Nicke Andersson que l’on ne présente plus, a affirmé que les BRUT BOOGALOO était le meilleur groupe du monde, tel qu’on le connaît.

Ça vous suffit pour vous décider ?


Titres de l'album:

  1. King Of Crap
  2. Afterglow
  3. Human Snake
  4. Top Of The Molehill
  5. Shadow From The Past
  6. Band For You
  7. Hurricane Train
  8. Get Your Heart
  9. Miles Away
  10. One For All

Site officiel


par mortne2001 le 14/09/2017 à 14:27
90 %    576

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Déluge + Dvne

RBD 29/09/2021

Live Report

Blood Sugar Sex Magik

mortne2001 25/09/2021

From the past

Benighted + Shaârghot + Svart Crown

RBD 22/09/2021

Live Report

Use Your Illusion I & II

mortne2001 18/09/2021

From the past

Witchfuck : le contre-pouvoir en Pologne

Simony 14/09/2021

Interview

Voyage au centre de la scène : CATACOMB

Jus de cadavre 29/08/2021

Vidéos

LA CAVE #6 : une sélection d'albums Metal Extreme

Jus de cadavre 20/08/2021

La cave

Suffocation 2014

RBD 09/08/2021

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Kerry King

https://www.blabbermouth.net/news/kerry-king-on-his-post-slayer-project-it-will-be-fking-good/Le pere King parle de son projet justement. 

15/10/2021, 23:04

afarf

bof 

15/10/2021, 21:01

Humungus

C'est plus ce que c'était c'est sûr, amis cela reste du UNLEASHED pur jus..."D'après les deux extraits, j'ai l'impression que le groupe s'assoupli alors qu'il gagnerait à se durcir"CLAIR !!!

15/10/2021, 09:05

Arioch91

J'ai aussi trouvé que la vidéo était too much pour les 30 ans de Machine Head.Un paquet de zicos présents sur la vidéo ont un groupe bien plus vieux que ça et ça balance des "30 years ! wooohhhhhhhhh ! Great ! Incredible ! Inbeliva(...)

15/10/2021, 08:21

RBD

Normal, j'en ai servi l'autre soir. C'est de saison.Monolord va tourner en Europe et en France en novembre prochain, je crois.

14/10/2021, 23:09

Gargan

Le premier truc auquel j'ai pensé : civet aux cèpes... pfff..

14/10/2021, 21:11

Hoover

 @Arioch91: Personnellement j'aime bien World painted blood, ça ne réinvente rien mais c'est bien fait, le seul album de trop pour moi c'est le dernier. Quant à King c'est de loin le membre de Slayer qui m'intéresse le moins, pas sûr(...)

14/10/2021, 18:13

l\'anonyme

@ Jus de cadavre: non, ce n'était pas avec Holt mais avec Phil Demmel. Holt avait mentionné qu'il se consacrait maintenant pleinement à Exodus et King avait dit que, avec Holt, ça ferait clone de Slayer et que ça n'aurait pas de sens. (...)

14/10/2021, 11:41

l\'anonyme

Personnellement, je trouve que "Where can you Flee?" est meilleur que "the king let his crown". Mais ce ne sera pas l'album du siècle et probablement le moins bon d'Unleashed. Et puis, ce son de guitare sur "The King...", pas vraiment percutant p(...)

14/10/2021, 10:59

pierre2

........... encore un groupe que j'ai vénéré mais qui aurait dû s'arrêter depuis bien longtemps !

14/10/2021, 10:34

Jus de cadavre

Ce n'était qu'une rumeur lancée par la femme de King (elle cause beaucoup pour ne rien dire elle) le projet de KK (ça parlait aussi de Phil Anselmo et Gary Holt, en gros Slayer sans Araya quoi). Mais rien de nouveau la dessus j'ai l'impression. Le jour ou (...)

14/10/2021, 10:25

Humungus

"Le projet du père King avec Paul Bostaph ça en est où ?"Ah bon ?!J'étais pas au jus de ça du tout...Alors du coup effectivement : Ça en est où ?

14/10/2021, 10:00

Arioch91

Pour moi, le dernier bon album de Slayer, c'était Christ Illusion.World Painted Blood partait un peu en roue libre et Repentless, j'ai pas aimé du tout.Araya étaint rincé et avait envie d'une seule chose : profiter de sa retraite.Le (...)

14/10/2021, 09:09

Kerry King

Le projet du pere King avec Paul Bostaph ça en est où ?

13/10/2021, 22:40

dawad

Ils ont fait un bon album, le premier.

13/10/2021, 20:32

RBD

Machine Head... c'est une vieille histoire de fidélité entre Flynn et moi, au gré des rédemptions successives et de lives toujours sérieux à défaut d'être très spontanés parfois. J'apprécie même les a(...)

13/10/2021, 13:41

Humungus

Je ne pensais vraiment pas à une reformation de SLAYER en disant ça mais à un autre projet monté par Kerry.Je suis en gros d'accord avec toi concernant le timing séparation de SLAYER... Même si cela me fait grandement chier hé hé h&e(...)

13/10/2021, 13:17

mortne2001

Et on va à la ligne de temps en temps monsieur AlexXxis???? TU VEUX NOUS FAIRE SUFFOQUER, C'EST CA??????

13/10/2021, 11:55

Jus de cadavre

Et bien de mon coté je ne souhaite vraiment pas le retour de Slayer par contre ! Déjà, Araya a prévenu que pour lui c’était définitivement terminé. Donc si Slayer venait à se reformer ce serait sans lui. Donc bon, ce ne serait mê(...)

13/10/2021, 11:47

Humungus

Croisons les doigts pour ça Jus de cadavre !Croisons aussi les doigts pour que cela soit bon si cela se fait... ... ...PS : Une news sur MACHINE HEAD où on fini par commenter sur SLAYER...CQFD

13/10/2021, 11:17