Unlocked & Reloaded

Sainted Sinners

04/12/2020

El Puerto Records

Le grand chambardement c’est maintenant, et c’est en Allemagne que ça se passe. Frank Pané, ex-BONFIRE a renouvelé le line-up de son groupe SAINTED SINNERS et accueille de petits nouveaux qui n’en sont pas vraiment. Le combo ayant accueilli en son sein des pointures comme David Reece ou Ferdy Doernberg se voit donc rafraichi au niveau de la nuque, avec l’arrivée du nouveau bassiste Rico Bowen (Paul McCartney et Madonna) et du claviériste Ernesto Ghezzi (Eros Ramazotti, GOTTHARD). En sus de ces deux bleus au métier incontestable, SAINTED SINNERS peut s’enorgueillir d’un vocaliste de légende, avec la prise de micro de Iacopo “Jack” Meille, chanteur chez les renommés et très NWOBHM TYGERS OF PAN TANG, le tout complété par la frappe du fidèle Berci Hirleman. Deux-tiers de la formation renouvelés, ce qui n’est pas rien, et pourtant, en écoutant la musique de ce troisième album, on constate rapidement que les choses n’ont pas tant changé que ça. Frank Pané reste fidèle à son éthique en forme de hashtag Instagram, et affiche fièrement cette étiquette #TheEssenceOfRocknRoll qui lui colle à la peau. Le leader de la formation reste toujours focalisé sur cette passion pour le Hard Rock des années 80 qui selon lui, constitue l’apothéose du Rock moderne dont il est si friand. De fait, rien de révolutionnaire à attendre de cet Unlocked & Reloaded, qui ne fait que prolonger les travaux antérieurs du groupe, et qui reste focalisé sur une simplicité de ton toujours soulignée de riffs directs et purement Rock n’Roll. On pense donc toujours à cette façon très allemande d’accommoder les recettes US, et ce nouveau chapitre de la saga ne saurait décevoir les fans les plus hardcore.

Et dès l’introduction fort peu discrète de « Same Ol’ Song » c’est un déluge de sextolets qui vous attend, avant que Meille ne vous les remonte par les naseaux avec une fuite plaintive à la David Coverdale. D’ailleurs, l’ambiance très « Bad Boys » de ce morceau nous ramène en pleine heure de gloire du Hard Rock sur les premières marches du Billboard, et on comprend immédiatement que SAINTED SINNERS n’a pas l’intention de trahir son leitmotiv ou de céder aux sirènes de la modernité. Le propos est classique, la musique formelle, mais jouée avec une belle énergie, et la production dense mais claire permet d’apprécier le talent du bassiste Rico Bowen, qui jongle entre les boucles et les déliés pour cimenter la rythmique pilonnée par Berci Hirleman.

Mixé par Dick Dropkick au SpitFire Studio et masterisé par le grand Harry Hess (HAREM SCAREM, DANKO JONES, GRIM REAPER), Unlocked & Reloaded lâche donc les watts et célèbre une nouvelle ère dans la carrière du quintet germain, qui depuis son premier éponyme paru en 2017 n’a jamais vraiment déçu. Les anciens fans seront peut-être choqué par le timbre de Iacopo, très différent de celui de David Reece et beaucoup plus fluide et moins rauque, mais l’attitude globale très Rock mélodique saura les rassurer sur la confiance qu’ils ont accordé depuis trois ans à Frank Pané. Comme un poisson dans l’eau (sic), Frank se détend sur fond de morceaux purement traditionnels, et très inspirés par la vague Hair Metal de la fin des années 80, imposant même des plages d’orgue dignes du PURPLE des années 70, pour évoquer le meilleur du Rock des deux décennies. Bien évidemment, ce troisième pavé ne dévie pas d’une ligne de conduite déjà suivie par bon nombre de combos nostalgiques, mais la fraîcheur qui émane d’Unlocked & Reloaded montre que le nouveau line-up croit en ce qu’il fait, et preuve en est qu’il le fait de mieux en mieux. Assez proche parfois d’un PINK CREAM 69 mâtiné de TESLA, SAINTED SINNERS ne cherche pas la complication mais juste le plaisir, ce qu’indique assez fermement le hit « Standing On Top » judicieusement placé sur les starting-blocks.

Entre électricité omniprésente et acoustique à la LED ZEP (« The Hammer Of The Gods », le titre n’a pas été choisi au hasard…), entre hits faciles au déhanché diabolique et au groove suintant (« 40 Years »), les allemands tracent leur route sur l’autoroute du Rock, et nous surprennent d’un surplus d’énergie, qui en remontre à la jeune génération, certaine d’avoir trouvé la fontaine de jouvence à la source des anciennes références. Mais on n’apprend pas aux vieux singes à faire la grimace Rock lorsqu’ils l’ont eux-mêmes inventée, et cette musique qui renvoie à diverses époques fonctionne à plusieurs niveaux, réveillant les démons des seventies pour les confronter à la magie blanche des eighties, et le ballet est étourdissant, mais revigorant. Les nouveaux musiciens se sont si bien intégrés à la machine qu’on a le sentiment qu’ils en ont toujours été des rouages, et les plans de basse de Rico huilent les mécanismes, et proposent des harmonies qui adoucissent l’ambiance (« Free To Be »). Blindé d’hymnes, Unlocked & Reloaded est un troisième album dans le sens le plus noble du terme, et nous entraine sur les chemins de traverse menant à la vérité absolue : le Rock ne mourra jamais tant qu’il sera défendu par des chevaliers aussi valeureux.

Et même avec ses cinquante-deux minutes bien tapées, ce nouveau tome de l’épopée ne lasse pas, grâce à une variation intelligente des ambiances, tour à tour musclées ou plus intime, avec volutes de basse et plainte lascive de la guitare en arrière-plan (« I Can’t Wait »). Presque une heure de musique trépidante, énergique et convaincante, explosive quand il le faut et festive comme un vendredi soir dans un club à découvrir un petit groupe local (« Stone Cold Sober », mais on reprendra quand même une bière), et à trépigner de joie au son d’un Hard Rock de grande classe qui évite tous les travers roboratifs du banquet Heavy allemand (« Call It Love »).

Il fallait à Frank ce lifting pour retrouver un second souffle, et si les afficionados de la première heure formuleront quelques griefs, ce LP risque fort de fédérer de nouvelles troupes, prêtes à suivre le groupe dans son orientation. Et comme en sus le combo nous gratifie d’une sortie de route des plus nobles (« Farewell To Kings », progressif et touchant à souhait), le bilan est plus que satisfaisant, il est imperfectible. Belle mutation que celle opérée par SAINTED SINNERS, qui se renouvèle sans se trahir, et qui signe l’album de pur Hard Rock de cette fin d’année 2020.              

       

                                                                                              

Titres de l’album:

01. Same Ol’ Song

02. Standing On Top

03. Early Light Of Day

04. 40 Years

05. The Hammer Of The Gods

06. Free To Be

07. I Can’t Wait

08. Stone Cold Sober

09. Call It Love

10. Wall Of Sound

11. Farewell To Kings


Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 06/04/2021 à 14:15
88 %    574

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Fange + Pilori + Skullstorm

RBD 25/10/2021

Live Report

Voyage au centre de la scène : SUPURATION

Jus de cadavre 17/10/2021

Vidéos

Déluge + Dvne

RBD 29/09/2021

Live Report

Blood Sugar Sex Magik

mortne2001 25/09/2021

From the past

Benighted + Shaârghot + Svart Crown

RBD 22/09/2021

Live Report

Use Your Illusion I & II

mortne2001 18/09/2021

From the past

Witchfuck : le contre-pouvoir en Pologne

Simony 14/09/2021

Interview

Voyage au centre de la scène : CATACOMB

Jus de cadavre 29/08/2021

Vidéos
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
LeMoustre

Clair que c'est pas leur point fort, les pochettes, la dernière étant particulièrement moche. A part celle du premier album, et à la limite Anomaly, par son côté épuré, beaucoup de mauvais choix, c'est vrai.Par contre la musi(...)

25/10/2021, 10:58

LeMoustre

Excellent disque, en effet

25/10/2021, 10:55

Humungus

"Imago" une pochette à sauver ?!?!Tous les goûts sont dans la nature, mais là tout de même... Le vieux "papillon-visage" digne d'apparaître sur une chemise all print vendu en foire du premier mai... ... ...Sincèrement, (...)

25/10/2021, 08:45

RBD

Colin Richardson est plus âgé. Sa première production Metal était si je ne me trompe l'EP de Napalm Death "Mentally Murdered" en 1989, et il avait déjà presque dix ans de carrière dans le Rock. La lassitude doit venir facilem(...)

24/10/2021, 23:46

Arioch91

Même pour la thune, Jeff Loomis ne devrait pas rester dans un groupe pareil, bordel !Avoir sorti des albums aussi classe du temps de Nevermore pour finir en second couteau chez Arch Enemy, putain la loose.C'est devenu un exécutant. Quel gâchis.

24/10/2021, 18:45

totoro

Super producteur effectivement, malheureusement passé de mode. C'est dommage. Un peu comme Colin Richardson, des mecs qui ont façonné le son d'une scène et qui tombent dans un oubli un peu ingrat. Même si les productions des deux ne vieillissent pas, je(...)

24/10/2021, 13:30

totoro

C'est assez vrai. "Room 7" avec lequel j'ai découvert le groupe est peut-être mon disque préféré de SUP, mais sa pochette est douloureusement ignoble. Quelques unes sont néanmoins à sauver, "Hegemony", "Angelus&quo(...)

24/10/2021, 13:26

totoro

C'est vrai que Loomis dans Arch Enemy, c'est un putain de gâchis... C'est doublement con car je suis persuadé que s'il participait à la composition, le groupe en sortirait grandi. Mais bon, c'est le truc de Mike Amott qui préfère resservi(...)

24/10/2021, 13:18

RBD

Fredrik Nordstöm est surtout connu pour avoir produit toute la scène mélodique suédoise en ordre de marche mais aussi collaboré avec de gros groupes de styles plus ou moins voisins comme Dimmu, Opeth, Old Man's Child, Septic Flesh, Powerwolf, Architects... m&(...)

24/10/2021, 13:17

totoro

Quel sacré bon disque !!! Je suis tombé dessus par hasard, je ne savais pas que le groupe existait encore. Je suis passé directement de "The Stench Of The Swelling" avec Arno Strobl à celui-ci et me suis pris une énorme claque. L'électro Sy(...)

24/10/2021, 13:10

Simony

@Humungus / @Bones vous avez mis le doigt sur ce qui m'a freiné à succomber à ce groupe pendant de très nombreuses années. A chaque fois que j'entendais un titre, je me disais "Allez cet album, c'est l'occasion de découvrir" (...)

24/10/2021, 11:01

Bones

@ Humungus : Mais complètement ! à l'époque de la sortie d'Anomaly, je faisais du fanzinat dans un projet mort-né. J'ai reçu un exemplaire promo du digi : hallucination devant la nullité absolue de la pochette. Clairement il y a(...)

23/10/2021, 23:35

Humungus

Tracasses RBD !Moi vivant, ils ne tomberont pas dans l'oubli !Pour tout ce que tu viens d'évoquer...PS : Seul bémol à SUPURATION et SUP : La quasi totalité de leurs pochettes !

23/10/2021, 21:39

RBD

Merci car je connaissais très mal les débuts de Supuration (à part que S. Buriez leur avait donné un coup de main). C'est l'un des premiers groupes de Death que j'ai vu, c'était l'un des plus originaux avec son univers particulier. S&apo(...)

23/10/2021, 20:50

Medrawt

En concert avec Konvent le 19 avril à Paris. Ca va être un bon moyen de découvrir le groupe. j'aime plutôt bien les 3 titres proposés en écoute.

23/10/2021, 18:36

Baltringue

@seb : des sous

23/10/2021, 14:20

Bones

Pour moi, dès que Johan Liiva s'est barré, c'était déjà une affaire terminée ce groupe.

23/10/2021, 14:08

Kairos

original le clip quant même... le groupe qui joue seul dans un hangar, du jamais vu!

23/10/2021, 11:55

Seb

putain mais qu'est ce que Jeff Loomis fait dans ce groupe ...

22/10/2021, 19:25

Invité

Un titre bien trouvé, ça fait longtemps que ce groupe est décevant...

22/10/2021, 17:52