Wine of Gods

Hellish War

19/07/2019

Autoproduction

Et sinon, qu’en est-il de la question du Power et du Heavy traditionnels ? Ils se portent très bien je vous remercie, un peu en marge de la vague old-school actuelle et des débordements BM/Deathcore/Post Metal, mais bénéficiant toujours d’un énorme capital sympathie auprès du public et des musiciens. Et comment mettre en doute la parole des dits musiciens lorsqu’ils affirment être le « groupe le plus européen du Brésil », et quand ils ont publié un premier pamphlet au titre aussi définitif que Defender of Metal ? C’est impossible je vous l’accorde, et c’est avec une joie non feinte que je me retrouve donc à traiter du cas limpide du quatrième LP de HELLISH WAR, combo nous venant de Campinas, São Paulo, et actif depuis les mid nineties. Formé plus précisément en 1995, ce sympathique quintette lusophone (Bil Martins - chant, Vulcano & Daniel Job - guitares, JR - basse et Daniel Person - batterie) a tout de même fait patienter ses fans plus de six ans entre ses deux derniers efforts, Keep It Hellish et son baptême en forme de clin d’œil accusant déjà un certificat de naissance tamponné en 2013. Souhaitant sans doute peaufiner leur comeback, les brésiliens ont donc pris leur temps, mais ne gâchent pas le nôtre, ce quatrième longue-durée se hissant sans peine au niveau de leurs meilleurs travaux, avec toujours en exergue cette fascination pour le Heavy Metal anglais et allemand des années 80. D’ailleurs, le groupe s’enorgueillit à juste titre de son album en public, Live in Germany, qui selon eux représentait l’apothéose de leur démarche, et qui en 2010 avait permis aux néophytes ne les ayant jamais vus sur scène d’apprécier leur potentiel en conditions live. Et à écouter les dix pistes de ce Wine of Gods, il n’est pas difficile de gloser sur l’efficacité du quintet sur scène, leurs morceaux étant forgés dans l’acier le plus inoxydable, celui-là même que les dieux IRON MAIDEN, SAVATAGE, MANOWAR et autres ANGRA ont croisé durant leur longue carrière.

Alors, serment d’allégeance ou véritable album de Metal fort et fédérateur ? Les deux mes chers amis, et surtout, la preuve que les HELLISH WAR ne rendront jamais les armes de la nostalgie pour conquérir le royaume moderne de l’opportunisme. Se la jouant vintage alors que personne ne songeait encore à remettre les 80’s à la mode, les brésiliens peuvent se targuer d’avoir toujours été fidèles à une éthique, certes connue et inamovible, mais digne d’intérêt pour les plus puristes des fans de Hard Rock et de Heavy. Toujours à la lisière d’un Power Metal un peu maintenu sous contrôle, ces instrumentistes avec foi et loi font parler la foudre de riffs puissants, soutenus par une rythmique d’airain et un chant délicatement lyrique. A la moindre intervention, on sent l’importance des influences, qu’ils nomment d’ailleurs sans gêne, IRON MAIDEN, MANOWAR, RUNNING WILD, ACCEPT, HELLOWEEN, JUDAS PRIEST, SCORPIONS, et qui balisent relativement bien le champ d’action. Certains esprits chagrins iront même parler parfois de repompe, lorsque la grandiloquence nous ramène aux tics les plus emphatiques de Bruce Dickinson et ses amis (« Dawn Of The Brave », qui sur Piece of Mind n’aurait pas choqué), mais les moins pointilleux sauront se satisfaire sans arrière-pensée de l’entrée en matière dantesque et tonitruante « Wine Of Gods », turbocompresseur du Walhalla conduit conjointement par ANGRA, PRIMAL FEAR et IRON MAIDEN, et signifiant la colère des Dieux antiques forts mécontents qu’on remette leur suprématie en doute.

Cette pression est d’ailleurs maintenue à écarts réguliers, puisque « Trial By Fire » continue de tout exploser sur son passage, avec cette rythmique effective qui colle une basse ronflante à une batterie puissante, mais c’est évidemment le chant très dramatique de Bil Martins qui suggère le mieux cette fascination pour une décade durant laquelle les plus grands vocalistes rivalisaient de talent. En mixant les obsessions épiques de DIO, les constructions évolutives de MAIDEN, la puissance d’HELLOWEEN et l’efficacité de GAMMA RAY et de tous les fonceurs mélodiques allemands, les HELLISH WAR tapent dans le mille d’une cible traditionnelle, et nous servent même des interventions plus posées, mais pas moins chauffées (« Falcon », un genre de « Two Minutes To Midnight » à la sauce QUEENSYCHE brésilienne). Sans bousculer l’ordre établi, et en glissant parfois vers l’emprunt un peu flagrant (« House On The Hill », ses tierces à la Murray/Smith et ses galopades à la Harris/McBrain), Wine of Gods est un cru très personnel d’un breuvage traditionnel, qui vieillira très bien en fût, et qui se déguste en tastemétal qui connaît ses vignes harmoniques. Bien sûr, ce Heavy est d’usage, mais les astuces de composition fluidifient souvent des approches formelles (« Burning Wings » et son chorus enflammé sur fond de guitares presque Rock qui rappellent les formules magiques de RATT, soit un mélange assez étonnant), et lorsque l’imagination n’est pas forcément mise à contribution, c’est l’efficacité qui prend le relais, celle qui invite le Power/Speed aux agapes de la violence abordable (« Warbringer », qui bénéficie en outre de la caution vocale par intermittence de Chris Boltendahl, chanteur de GRAVE DIGGER, et idole des brésiliens). Pas le temps de s’ennuyer donc dans ce passage en revue des forces du passé en présence, qui s’amuse beaucoup à jouer avec les codes du Metal germain pour les adapter à la souplesse anglaise, sans perdre de son exotisme d’Amérique du Sud.

Cinquante-trois minutes qui n’ennuient jamais, qui répètent parfois, mais ne balbutient pas, que l’ambiance se modère et la lumière se tamise (« Paradox Empire », toujours du Heavy, toujours des riffs, mais des lignes de basse rondes et un chant qui module ses ardeurs de hardeur), ou que le final prenne les proportions homériques que l’on est en droit d’exiger d’un tel effort (« The Wanderer », la majesté de Ronnie James dans un décorum égyptien à la MAIDEN). Production parfaite, qui n’agresse pas les tympans, avec un mixage efficace qui ne lèse personne, instrumentation d’école mais développée avec hargne et envie, et allant général générique mais typique, pour un retour en grâce d’un groupe qui vieillit très bien, et n’a rien à envier à ses collègues plus jeunes, qui imitent plus finement, mais qui finalement, ne passent pas toujours très bien le test du temps. Des nouvelles du ciel des idoles d’antan, qui le sont toujours aujourd’hui, et une prière adressée aux Metal Gods les plus loués, qui trouvera un écho dans le cœur des fidèles qui n’ont jamais cessé de fréquenter la Metal Church.

   

Titres de l’album :

                           1. Wine Of Gods

                           2. Trial By Fire

                           3. Falcon

                           4. Dawn Of The Brave

                           5. Devin

                           6. House On The Hill

                           7. Burning Wings

                           8. Warbringer

                           9. Paradox Empire

                           10. The Wanderer

Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 02/07/2020 à 18:29
80 %    471

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Open Bar Vol2 : Antoine Perron

Baxter 20/04/2021

Interview

Dirge + Spinning Heads 2005

RBD 05/04/2021

Live Report

Voyage au centre de la scène : Frank Arnaud

Jus de cadavre 21/03/2021

Vidéos

Nile + Krisiun + Grave + Ulcerate 2009

RBD 03/03/2021

Live Report

Killing For Culture - Tome 2

mortne2001 23/02/2021

Livres

Voyage au centre de la scène : MASSACRA

Jus de cadavre 21/02/2021

Vidéos

Killing For Culture - Tome 1

mortne2001 15/02/2021

Livres
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Orphan

"c'est" - "ces" / "groupe" - "groupes" / "ame" - "âme" / "voila" - "voilà" / "ca" - "ça"(chaud les fautes...)

22/04/2021, 12:40

Orphan

22/04/2021, 12:36

Orphan

Rhan....c'est groupe à chanteuse sans ame bordel....Voila ce que ca fait du Karine Ferri metal

22/04/2021, 12:31

Orphan

Exactement !C'est pas tant la nostalgie de retrouver un black sans concession, mais celle d'un plaisir coupable d'etre face à une vraie pureté dans l'execution.un bon 95% pour moi  

22/04/2021, 12:22

Humungus

Et oui...Bizarrement HATE FOREST fait du HATE FOREST.Et c'est bien tout ce que je voulais.

22/04/2021, 10:06

Humungus

Farpait !S''il est aussi bon que "The dirt", cela nous changera des merdes habituelles dont ils nous abreuvent...

22/04/2021, 10:00

Gargan

Comme quoi, on ne vit pas les albums de la même manière, je crois que demanufacture serait dans mon top 10 quand-tu-t-echoues-sur-une-île-fortuitement-mais-avec-une-selection-drastique-et-top-en-esperant-que-le-lait-de-cocotier-te-fournisse-du-jus-(lol)-pour-ta-chaine-hifi-elle(...)

22/04/2021, 09:09

Pomah

Pas mal putain

21/04/2021, 19:54

Humungus

"Pire que GUNS N' ROSES" ?!?!Tu pousses là Hoover hé hé hé...

21/04/2021, 10:10

Humungus

Oh mais je ne sais que trop bien que les premiers DIMMU sont typés "vrai"...(Une fois de plus, mon intervention précédente n'était en réalité que boutade chers amis)Mais même à l'époque de leurs sortie(...)

21/04/2021, 10:07

Humungus

Putain...Après la box "Paranoid" et "Vol 4", encore une qu'il va me falloir acheter...Font chier à en sortir autant bordel ! J'suis pas Crésus moi merde !PS : Par contre, j'comprends pas trop leur façon(...)

21/04/2021, 10:02

Hoover

Je ne comprendrai jamais l'intérêt pour ce groupe. Pour moi tout l'apport de Fear Factory tient en deux ou trois morceaux sur Demanufacture plutôt sympathiques en dépit d'une durée de vie très faible (vraiment le genre dont je me désin(...)

21/04/2021, 08:29

Arioch91

Bien plus convainquant sur album que sur l'EP partagé avec Vektor.Ca donne envie de s'y pencher !Merci pour la chro :)

21/04/2021, 08:25

Hoover

Le black n'est certainement pas mort car il y a énormément de gens qui y sont extrêmement attachés et continuent à le faire vivre, et j'ai énormément de respect pour eux. Par contre pour quelqu'un comme moi dont les goûts dans l(...)

21/04/2021, 08:23

Hoover

L'album que j'aime le moins des 7 premiers Sabbath: c'est vraiment pas fait pour moi!

21/04/2021, 08:15

Rotten Tooth

Y sont sacrément bons ces gars là ! Et ils ont le don de faire dans la surprise ! Nu Black sous le papier cadeau cette fois ! Je passe mon tour sur ce coup mais je serai là au prochain tirage !

20/04/2021, 20:06

Saddam Mustaine

Les premiers albums de Dimmu sont du "true black".Comme Behemoth si l'on veut, j'aurais du aller plus loin.Le Black type année 80 mi-90 quoi (meme si Dimmu est arrivé plus tard mais les premiers sonnes dans le genre).

20/04/2021, 19:47

Seb

C'est vraiment mauvais ...

20/04/2021, 15:05

JTDP

En tout point d'accord avec cette (belle) chronique ! Cet album fut une vraie belle surprise de l'année passée. 

19/04/2021, 21:28

Buck Dancer

J'ai jamais vraiment accroché a Pestilence, mais ce morceau est loin d'être degueu. Comme dit Simony, bien meilleur que les précédentes sorties récentes du groupe. 

19/04/2021, 10:49