Un groupe HC qui utilise une photo de la Cathédrale Notre-Dame du Siège de Séville n’est déjà pas chose banale. Tout ça nous change des sempiternels symboles straight-edge, des photos posées l’air belliqueux, ou des iconographies passées à la ronéo histoire de rester roots…Mais à vrai dire, les Texans d’ILLUSTRATIONS ne sont pas des musiciens comme les autres. Et inutile de disséquer leur artwork pour s’en convaincre, il suffit pour ça d’écouter leur musique.

Alors Hardcore, évidemment, puisqu’ils le disent eux-mêmes, mais lorsqu’on cite des influences aussi disparates que le BM ou la Cold-Wave poétique des COCTEAU TWINS, c’est qu’on dispose d’un bagage culturel musical certain, et très personnel.

Et bien évidemment, qu’on voit beaucoup plus loin qu’un binaire enragé rudimentaire déjà servi tiède par des hordes des rues…Non que je conchie ici ce que je vénérais hier, mais un peu d’inédit ne fait jamais de mal à personne, et de fait, Acts of God se pose en nouveauté immanquable pour tous ceux que le Blackened Core séduit.

Mais là encore, un Blackened Core surprenant, à peu près aussi démarqué que les SHINING et leur sax de malheur…

ILLUSTRATIONS, Texas donc, et un premier album paru il y a trois ans (In Vain, février 2014), pour un quintette qui ne fait décidément rien comme tout le monde. Line-up ? Cesar Bernal (guitare), James Beveridge (batterie), Matt King (chant), Nicodemus Gonzalez (guitare, basse, programmation), et Tyson Swindell (basse). Indications techniques de ce second LP ?

Enregistré en quatre parties (Chuck Macak aux Electrowerks Recording, Aaron Bastinelli aux Big Orange Recording, Justin Douglas aux Shine Studios et Nicodemus Gonzalez lui-même aux Public Profile), produit et mixé par Nicodemus Gonzalez, mastering signé Brad Boatright aux immanquables Audiosiege.

Une fois évacuées ces considérations, il est grand temps de parler de ce qui pourrait bien être le plus grand album d’un genre qui n’existe pas encore, paru en 2017. Voire, de ces cinq dernières années. Si l’enthousiasme opacifie parfois mon objectivité et mon libre arbitre, je dois préciser que tel n’est pas le cas. En tant que grand amateur de Hardcore et connaisseur éclairé de la chose Blackened Core, je me sens loin de toute subjectivité de surface en affirmant qu’Acts Of God est un des albums les plus féroces et créatifs que j’ai pu entendre depuis bien longtemps. Loin de se contenter de répéter les tours de passe-passe virulents des sempiternels NAILS, PRIMITIVE MAN, SIBERIAN HELL SOUNDS, OATHBREAKER et autres INTEGRITY, ILLUSTRATIONS s’illustre justement en trouvant une nouvelle frontière entre le Hardcore échevelé et le BM congelé, n’hésitant pas à se plonger dans un vortex ou le Core, le Black, le Metal, le Post Rock et la Cold Wave cohabitent avec la Pop rigide et électronique, sans pour autant faire vaciller un monde parallèle qui reste encore à défricher. Ce qu’ils font d’ailleurs avec une audace toute particulière.

Ces cinq-là n’ont peur de rien, et surtout pas d’être aussi originaux que concis, et aussi séduisants que violents. Et si « This Is The Dark Era » n’ose pas encore trop pousser les meubles de son Crust/Hardcore teinté de blasts BM solides et compacts, « Pestilence » ne s’embarrasse plus de principes et intègre un saxo étrange (celui de Bruce Lamont) sorti de nulle part dans un contexte purement Darkcore. Une atmosphère poisseuse, une rythmique poussive et percussive, des guitares qui riffent et tricotent des arrangements bizarres en arrière-plan, pour cinq minutes de moiteur Darkcore, au « refrain » mélodique vénéneux qui coule dans vos oreilles comme le poison de la fiole musicale.

Difficile de résister aux arabesques arabisantes de ce saxo qui s’époumone dans le lointain, et qui teinte ce second titre d’une palette de couleurs passées, comme surgissant d’une nuit très lointaine, durant laquelle les SHINING et NEUROSIS auraient fait cause commune sous une lune blafarde.

Et si la surprise vous déstabilise au point de chercher à vous rassurer, « Iron Rain » vous bousculera encore plus sur vos bases, en vous provoquant d’un hymne Metal mid tempo horriblement accrocheur, au phrasé vocal pointu et précis. Et au moment même où vous penserez pouvoir vous raccrocher à un minimum de normalité instrumentale, un break pluvieux et inopiné sonnera la seconde charge, celle d’un Blackcore trempé de sueur Post Hardcore, avec doublement des pistes vocales et accentuation de la gravité d’ensemble. Piano à l’économie, glissando final lacéré d’éclairs, pour un final pas si apaisé qu’il n’y parait.

Mais dites-vous précisément après ce morceau que vous n’avez découvert qu’un quart d’un album qui est loin d’avoir tiré toutes ses cartouches…

D’ailleurs, la douille de « Libation », intermède électro-cosmique à peine tombée à terre, c’est le soufflant « A Blessing from Below » qui prend la suite d’une bourrasque de blasts à peine tempérés par un riff posé et délié. Le carnage Core continue de plus belle, avec toujours cette opposition de deux guitares aux motifs contraires, l’une charclant des riffs plombés, l’autre tricotant de petites harmonies discrètes, comme si la dualité de ton était le leitmotiv unique d’une formation l’étant tout autant.

« Harrowed End » ?

Ou comment se souvenir de la vague de spleen des TWINS et de THIS MORTAL COIL, tout en citant CARCASS et PARADISE LOST en moins de quatre minutes. Bluffant, admirable, et terriblement culotté. Mais arrivé à mi-parcours, on n’est plus si surpris des capacités de ce quintette hors normes…

« Chains Of Reality » ?

Un peu NINE INCH NAILS, un peu NEUROSIS, un peu Post Metal à la THE OCEAN, une ambiance désertique à la FIELDS OF THE NEPHILIM qui se fait doucement avaler par des vagues à la TENGIL/HYPNO5E, le tout recouvert de nuages Floydiens…Zen mais grondant, calme, mais bouillonnant…

« War Have Mercy » ?

Une transposition de la culture Wave des 80’s dans un contexte Hardcore moderne, pour une association de malfaiteurs Néo-Core qui confondent froideur de guitares à la Robert Smith et chaleur d’une rythmique à la SOILWORK.

« A Vacant Stare » ?

Difficile à décrire avec des mots, puisque les sons eux-mêmes sont si abstraits qu’ils échappent à tout filet descriptif. On pense à un Bowie très joueur qui finit par céder à la pression d’un Post Metal en nostalgie de volutes du Pornography des CURE. Mais cette description est tellement réductrice…

Et si « Last Communion »  ne se veut qu’ultime interlude avant l’échappatoire finale, celle-ci est incarnée avec toute la démesure indispensable par « Eternal Plight » qui s’enfonce encore un peu plus dans les profondeurs de l’abstraction…Harmonies qui se superposent, mélodies qui s’interposent, et chant qui se renferme dans les litanies d’un BM misanthropique défiant l’espoir étalé par des guitares en parcimonie…Arpèges, arrangements sourds, chœurs par intermittence, et apocalypse en forme de fin de non-recevoir d’acmé qui ne viendra pas troubler le silence…

Arrive maintenant le moment tant craint de la synthèse, qui finalement, n’en dira pas plus que tous les mots l’ayant précédé. Alors, je serai concis et succinct. Acts of God est un bijou, et il serait inadmissible qu’il reste terré dans l’underground sans accéder à la reconnaissance qu’il mérite. A vous de jouer maintenant.


Titres de l'album:

  1. This Is The Dark Era
  2. Pestilence
  3. Iron Rain
  4. Libation
  5. A Blessing From Below
  6. Harrowed End
  7. Chains of Reality
  8. The Killing Field
  9. War Have Mercy
  10. A Vacant Stare
  11. Last Communion
  12. Eternal Plight

Site officiel


par mortne2001 le 20/06/2017 à 14:13
99 %    421

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Mutilatred

Ingested Filth

Pearl Jam

Gigaton

Crypt Dagger

From Below

Lamentari

Missa Pro Defunctis

Almanac

Rush of Death

Mariana Semkina

Sleepwalking

Glaciation

Ultime Eclat

Milking The Goatmachine

From Slum to Slam - The Udder Story

Aevum

Multiverse

Burning Witches

Dance with the Devil

Aleister

No Way Out

Conny Bloom

Game! Set! Bloom!

Death. Void. Terror.

To The Great Monolith II

Vulcano

Eye In Hell

Vaisseau

Horrors Waiting In Line

Justify Rebellion

The Ends Justify The Means

Uncut

From Blue

Invocation

Attunement to Death

Lag I Run

Vagrant Sleepers

White Ward

Love Exchange Failure

LA CAVE #4 : une sélection d'albums / Spécial Black Metal

Jus de cadavre / 21/03/2020
Black Metal

Napalm Death + Eyehategod + Misery Index + Rotten Sound

RBD / 09/03/2020
Brutal Death Metal

Stolearm

RBD / 17/02/2020
New Wave

Pastor of Muppets

RBD / 12/02/2020
Brass Band

J'irais Mosher chez vous ! Episode 2 : Indonésie

Jus de cadavre / 08/02/2020
Asie

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Thanks \,,/ good news


Je ne sais pas si le groupe a été créé de toute pièce, mais je l'ai découvert lors du Clermont metal fest et c'était très très bien . Ca joue très bien et le chant est au top niveau avec quelques poussées très graves. Ok elles sont charmantes et ce n'est pas déplaisant mais leur jeu es(...)


Putain, mais c'est encore plus merdique qu'avant. Ou comment progresser dans la médiocrité.


ce qu'il ne faut pas lire comme âneries ici...


Je rejoins aussi ton avis, me souviens encore de leurs débuts, c.était même pour ma part difficile d'avaler un album au complet d'une esti shot. Conqueror aussi dans le même chariot.


Pas mal du tout ça !
La production est excellente, très organique, proche d'une captation live mais restant fine et précise ! Ca promet.


L'artwork est l’œuvre d'un certain Jibus


Intéressant, on pourrait savoir qui a fait l'artwork? il est magnifique et je trouve dommage que les crédits des artistes ne soient que rarement mentionnés alors que c'est eux qui fournissent le contenu.


Tu nous feras deux pater et trois avé en pénitence.


J'avoue avoir utilisé la désignation d'Encyclopaedia Metallum sans chercher à vérifier tellement j'ai confiance en ce qui y est mis habituellement.


Dimmu Borgir en PLS ! Impressionnantes les orchestrations, et pourtant je ne suis vraiment pas client de Black sympho !


J'aime toujours Revenge, mais je trouve que le groupe a sacrément perdu de son aura malsaine et dérangeante aujourd'hui... Trop d'albums et surtout trop de live selon moi, ça perd en "mystère"... Après c'est toujours bien bestial et nihiliste comme on aime, mais bon. Enfin ce n'est que mon avis(...)


Effectivement pire mascotte de tous les temps.
Elle porte un nom je crois d'ailleurs mais je ne sais plus lequel...


Bien plus Grunge que Sludge Doom ce truc...


Excellent groupe, avec un son en avance, des putains de riffs et la plus horrible mascotte qui soit.


pas le 27 Avril mais c est le 17 Avril voir site;
https://wickedmetalreview.wixsite.com/wickedmetalreview/post/reptilium-adrenochromacy?fbclid=IwAR3mQiBqH-HFePj2K1w3WrzchVjL2mABPa-drsZ2slIrmbxKotYt1qe3r6g


Ah, effectivement : la pochette est terrible !!


merci pour ton report
Je n'ai pas pû me déplacer pour cette affiche monstrueuse, ce qui rend la lecture douce et cruelle à la fois.


Un produit plastique crée de toutes pièces, sasns identité ni âme. Merci Nuclear Blast de cracher sur le patrimoine.


Seul le premier album était excellent, les 2 autres dont celui-ci de moins en moins bons.