On glose sur la tendance du Thrash à perpétuellement se ressourcer vers son passé, mais le Death semble t’il connaît la même propension à aller chercher du côté de ses racines de quoi faire pourrir l’arbre de vie. Les exemples sont certes moins nombreux que ceux transformant la vague Thrash old-school en déferlante, mais les groupes réfutant tout principe d’évolution limpide sont aussi nombreux si j’en juge par le volume de sorties depuis quelques années. Il est certain que le Death des origines, si violent et putride, reste une référence absolue pour la nouvelle génération, mais peu sont parvenus à retrouver le souffle rauque de ses premières exhortations à la violence larvée. Peut-être pouvons-nous ajouter à ce recensement le premier album des grecs de WAR POSSESSION, qui n’ont cure des progrès technologiques et des concessions de composition, et qui se retournent pour voir dans leur rétro embué les silhouettes fantomatiques de grands anciens sans user du pilotage automatique.

Un brin d’histoire cependant, puisque la leur ne date pas d’hier. Les originaires d’Athènes se sont donc regroupés en 2008, provenant tous de formations différentes comme EMBRACE OF THORNS, MERCILESS CRUCIFIXION ou WARGOAT, dans un désir commun de coller aux préceptes de base d’un Death guerrier et barbare. Fasciné par l’approche passéiste des BOLT THROWER, DEMIGOD, TREBLINKA, TERRORIZER,

NAUSEA, ASPHYX, INCANTATION et autres ARCHGOAT, le quatuor (Vaggelis : chant, Haris : guitares, Bill : basse et George : batterie) a donc pris son temps pour imposer son propre son, au travers d’une première démo (War Promo 08), avant d’attendre quelques années pour proposer son premier EP (Through The Ages), qui sans qu’ils s’y attendent, préfigurait de longs mois de silence qui se sont transformés en quatre ans d’absence discographique, sans aucune autre explication…

Redémarré l’année dernière, le projet allait enfin pouvoir avancer, et compter sur le soutien du label espagnol Memento Mori, qui a parié sur l’efficacité d’un premier longue-durée qui ose enfin l’exhaustivité de compositions corsées. On attendait de pied ferme cette première livraison qui allait pérenniser l’œuvre des grecs tourmentés, et osons la conclusion prématurée, Doomed To Chaos est une franche réussite, qui à l’image de son titre, impose le bruit, la fureur et la destruction comme valeurs majeures, sans autre forme de considération. Sur cet album, tout a été voulu laid, repoussant, bruyant, parfois au-delà même du fracas, entre délires en blasts et écrasement soudain de la colonne, pour une promenade qui ne privilégie pas vraiment la santé sur le danger. Le Death des athéniens a fini par nous atteindre, et nous laisser exsangues, certains d’avoir retrouvé là l’essence des premiers albums made in 90’s du genre, vague suédoise en tête de gondole pour cette froideur de ton qui nous rappelle même nos satanés MASSACRA. Certes, l’optique est d’usage, mais le talent de composition est patent, durant les quarante minutes de ce premier album décidemment bien méchant. Paré d’une production fantastique, qui donne aux guitares une ampleur presque mystique, Doomed To Chaos se frotte à la rigueur clinique des premiers ASPHYX, sans pour autant occulter le rigorisme gelé des ENTOMBED et autres UNLEASHED. Et si la référence INCANTATION domine les débats de sa lourdeur oppressante, elle n’en est pas pour autant l’influence ultime, tant le quatuor joue avec les tempi et les breaks pour nous prendre à revers, osant même le clin d’œil torve MORBID ANGEL en plus d’une occasion. Impossible de ne pas citer non plus SUFFOCATION, pour ce mélange de brutalité crue et de technique ardue, mais à vrai dire, les WAR POSSESSION ont suffisamment attendu pour voir leur identité propre retenue.

Alors, ça joue, froid, ça pilonne, droit, et ça concasse les oreilles sans pour autant jouer les nostalgiques sans réveil. Si le fond domine de son respect des codes, la forme prend des libertés pour frapper encore plus fort, et piétiner parfois les limites entre Death et Grind, sans arrière-pensée (« Doomed To Chaos », apocalyptique, mais à la mélodie sous-jacente bien prenante). Et après une intro grandiloquente qui plante le décor, le déluge nous surprend de son intensité qui ne semble jamais faiblir, même dans les passages les plus Doom. Mélange des genres ? Non, perméabilité à tout ce que le style se prête à offrir de plus nauséabond, pour un LP qui donne le ton, et vous l’enfonce dans le crane pour une trépanation. Si la distribution homogène du timing nous pousse souvent sur la lisière des quatre ou cinq minutes, les idées sont suffisamment conséquentes pour ne pas lasser, même si l’attaque est perpétuellement intensifiée par une section rythmique déchainée. La voix ignoble et à peine discernable de Vaggelis se pose sur un tapis Noise en fantôme de vocaliste immonde, et prend très au sérieux son rôle de conteur de l’extrême qui n’a pas oublié les exportations des chanteurs de légende. Mais c’est vraiment cette ambiance délétère qui nous prend à la gorge, et cette nuance de violence, qui sans perdre en pression, dégage quand même de vilaines impressions, un peu comme si une mort soudaine nous fauchait sans nous faire souffrir. La démonstration en est offerte par le létal « War Is The Father And King Of All », qui ose les riffs en circonvolutions, alors que la basse écrase les harmonies au pilon.

Factuellement, pour se faire une idée précise de ce qui vous attend, il suffit de jeter un coup d’œil à cette superbe pochette vintage en noir et blanc, qui affiche clairement les intentions d’un quatuor véhément. Une osmose incroyable entre tous les instruments, des inclinaisons à une oppression vraiment suffocante (« Slapton Sands Tragedy », plus lourd qu’un MORTICIAN maudit et plus grave qu’un DISEMBOWELMENT bien pourri), et surtout, une concision de tous les diables, qui leur autorise même quelques débordements bien catchy (« The Sword Of Stalingrad », seule incursion plus en aval dans le temps, et proche de l’école Néo-Death scandinave). Mais pas de soucis à se faire, seul l’éternel d’enfers figés et pétrifiés les concerne, ce que l’outro dantesque « Mass For The Dead » confirme, toisant même de ses éclairs un AUTOPSY certainement intrigué de l’outrecuidance ce ces acharnés. Le travail accompli justifie amplement des années de préparation consacrées à élaborer un produit fini peaufiné, qui a pourtant su garder l’authenticité des premiers jets, et leur pigment au gros grain irritant. Rien de neuf, mais une belle prouesse qui nous empeste les narines de ses parfums tous plus malsains les uns que les autres, et une belle adaptation des dogmes séculaires dans un contexte de production presque contemporain. Et finalement, on se dit avec étonnement que le Death, lorsqu’il est pratiqué avec autant de ferveur, reste le style barbare le plus jouissif, pour peu qu’il ne se contente pas de fouiller les caniveaux de la créativité pour s’affirmer. Doomed To Chaos pue la mort et la fureur, et il n’y a rien que vous puissiez faire pour vous en préserver.

A compter que vous le souhaitiez…


Titres de l'album:

  1. March into Hell (Beyond the Chaos Gate)
  2. Operation Neptune
  3. God of a Wicked Mind
  4. Verdun Hell
  5. Doomed to Chaos
  6. War is the Father and King of All
  7. Slapton Sands Tragedy
  8. The Sword of Stalingrad
  9. Haunted by Carnage
  10. Mass for the Dead

Facebook officiel


par mortne2001 le 16/11/2017 à 14:31
78 %    410

Commentaires (1) | Ajouter un commentaire


Simony
@212.157.240.242
16/11/2017 à 15:03:45
En effet, ça sent bon la putréfaction ce truc là ! Chant bien noyé dans la reverb', des leads de guitare bien marquant, du beau boulot ! Merci pour cette découverte.

Ajouter un commentaire


Denner's Inferno

In Amber

Sorcery

Necessary Excess of Violence

Voyager

Colours In The Sun

Cyhra

No Halos In Hell

Mur

Brutalism

Nocturnal Breed

We Only Came for the Violence

Work Of Art

Exhibits

Deceitome

Flux of Ruin

Risen Prophecy

Voices from the Dust

Desolation

Screams of the Undead

Une Misère

Sermon

Aro Ora

Wairua

White Mantis

Sacrifice Your Future

Hatred Dusk

Hatred Dusk

Diocletian

Amongst the Flames of a Burning God

Maïeutiste

Veritas

Alunah

Violet Hour

Sacrilege

The Court Of The Insane

Thicket

Descend into Darkness

Leaving Eden

The Agony of Affliction

Birds in Row

RBD / 13/11/2019
Emocore

The Murder Capital + Whispering Sons

RBD / 07/11/2019
Gothic Rock

MORTUARY, Interview avec Patrick (Chant) et Jean-Noël (Basse)

youpimatin / 05/11/2019
Brutal Death Metal

Nesseria + Stuntman

RBD / 01/11/2019
Hardcore

Concerts à 7 jours

+ Father Merrin + All In The Small

16/11 : L'appart Café, Reims (51)

Father Merrin + Clegane + Nornes

17/11 : Le Do It Yourself, Lille (59)

Photo Stream

Derniers coms

Les mags étrangers, lisant difficilement l'anglais, tu comprendras que je m'en cogne avec une certaine force.

Oui j'ai connu Noise Mag', du temps d'Alex Citram mais je préfère RockHard, même si sa ligne éditoriale penche il est vrai trop sur un certain Hard Rock provenant d'Austral(...)


Ça n'étonnera personne. Ça devait bien arriver un jour. J'ai pas vu d'image mais apparemment il serait carrément tombé de la scène... franchement c'est une bonne chose, c'était au delà du pathétique sur scène (déjà au Motoc l'année dernière). En espérant qu'il soigne vraiment son turb(...)


Ah ben faut pas être trop difficile, à mon humble avis, surtout si on compare avec les mags étrangers (purée, z'avez lu Deaf Forever, Legacy mag, voire en France Noise mag, bien plus complet, même si ça cause pas de metal exclusivement loin de là ? C'est autre chose, niveau qualité et conten(...)


Non, du tout. Les deux groupes se partagent la couverture, c'est tout.


Trust a fait un truc avec Airbourne j'ai pas suivi ?


Je suis fan de ce mag' pour plusieurs raisons, même si je reconnais le côté soft de bien des groupes et un certain penchant virant parfois à l'obsession pour AC/DC (que je n'aime pas particulièrement).

Mais pour peu qu'on ne soit pas un die hard de Metal Extrême (y a Metallian pou(...)


J'avais arrêté Rock Hard pendant un certain temps pour cette raison ("mou du genou" dans sa ligne éditoriale) mais au final j'y reviens de temps en temps maintenant, car justement pour les découvertes plus "soft" c'est tout de même pas mal. Et je trouve encore de la passion dans ce mag...


Pas forcément. Le nom du mag a toujours été RockHard. Il ne vise pas le même public que Metallian.

Moi ça me va à 100 %


Je ne suis pas sûr que ce soit de la HM-2 sur le 1er album. Tout ce qui passait au Sunlight n'avait pas toujours ce son caractéristique (Tiamat et Grave par exemple ;-) )


Ouais c'est bourré de feeling ce morceau je trouve. Cette légende (si ce n'est LA légende) du sludge n'empêche ce mec ! Et ce look de loubard qui va bien :D !


@stench: Je fais encore un paquet d'échanges à l'étranger, l'underground s'arrête pas à ta région, voir à la France :)
Tu parles de split tapes de VACARME?


Le premier extrait est vraiment intéressant, Kirk en a encore dans le ventre !


La date prévue à Barcelone dans la première version de cette tournée a carrément sauté. Ils doivent être dégoûtés.


"Pas de date pour la France".....


Putain "Noose" sur la compile Metallian n°3 je crois... outch le flashback fait mal là...


NecroKosmos, pareil pour moi. Même si, de mémoire, il y avait deux ou trois bons morceaux sur Amok. Mais le style de plus en plus heavy me convenait moins.


'North from here' est un de mes albums cultes !! Mais c'est le seul de Sentenced que j'aime.


Oui c'est bien les français !


Sortilège, c’est les français?
Si oui c’est cool pour eux


A l'époque, j'avais acheté l'album "North from here" de Sentenced et j'aimais beaucoup. Je ne connais pas KYPCK par contre et je vais écouter ça.

Le morceau de Sepult' a l'air sympa.