Formé fin 2011 du côté de Sinalunga, en Toscane, RAZGATE s’est dans un premier temps retrouvé dans une configuration inédite pour un groupe de Metal. Trois guitaristes et un batteur, pour une entame de carrière un peu chaotique. Départ du batteur en question, arrivée d’un bassiste, retour du batteur et départ d’un guitariste, pour finalement opter pour la voie en quatuor, avec Giacomo Burgassi - (guitare/chant)- Niccolò Olivieri-(basse) Edoardo Natalini - (batterie) et Francesco Monaci (guitare). Depuis 2012, pas mal de changements donc, mais surtout, des tournées, locales et un peu plus étendues, et un premier EP, Countdown to the End, en 2014, qui resservait alors des réminiscences Thrash très appuyées, sans forcément chercher à les transcender, ou au moins à les accommoder à sa propre sauce. Depuis, trois années ont passé, le groupe italien a évolué, et ose aujourd’hui s’éloigner un peu des sentiers battus et rebattus, en nous livrant un solide premier album de Heavy Thrash très américain dans le rendu, mais européen dans le vécu. Un LP de presque une heure de musique, qui est allé piocher à la terre source de la violence de quoi faire pousser son jardin de puissance, et finalement, en se voulant plus traditionnel tout en l’étant moins, le quatuor est devenu diablement intéressant, en tout cas beaucoup plus que la horde de groupes singeant les éternels KREATOR, DESTRUCTION et consorts. Ici, les influences sont aussi manifestes, mais plus souples, et permettant des digressions mélodiques plus poussées, même si parfois l’ombre de certaines légendes plane bas au-dessus des plans…

Impossible en effet de ne pas citer METALLICA, MEGADETH, SANCTUARY ou TESTAMENT en abordant le cas des toscans, qui ont dû être salement traumatisés par des disques comme And Justice For All, Countdown To Extinction, Low ou Refuge Denied durant leur adolescence, sans pour autant avoir oublié de jeter une oreille sur Risk, Load et d’autres suites d’histoires beaucoup plus mainstream. Ce qui ne les a nullement empêchés de ne pas tomber dans l’oreille SLAYER d’un thrasheur pas si sourd que ça, lorsque l’intensité grimpe d’un cran, pour abandonner le mid tempo pas assez allegro. Mais à vrai dire, ce sont surtout les guitares et leurs riffs cycliques qui font penser à Araya & co, plus que l’intensité dont ce premier album se sert d’une façon très modérée. Le chant, assez rauque et sec nous ramène sur la piste d’un ACCUSER tempéré, et l’optique générale très progressive est assez envoutante, d’autant plus que les RAZGATE n’ont pas hésité à laisser les morceaux voguer au gré d’une inspiration assez fournie. En se permettant des saillies de plus de huit minutes, et d’autres qui la plupart du temps passent allégrement la barre des six, la prise de risques est totale, et s’avère pourtant payante, puisque chaque plan rebondit sur le précédent, d’un allant qui ne se démentit que très rarement. De fait, impossible de ne pas penser à la première partie de carrière des Four Horsemen, lorsque ces derniers étiraient au maximum la durée, pour accoucher de « Disposable Heroes », de « And Justice For All », ou de « One ». Ici, c’est la même chose, mais quelques décennies plus tard, et avec une patte personnelle qui synthétise le meilleur de la Bay Area en moins d’une heure.

Niveau instrumental, rien à redire. Les musiciens italiens sont salement affutés, et proposent une partition léchée, qui oscille entre harmonies surgonflées et parties Thrash maîtrisées. Enregistré, mixé et masterisé par le groupe lui-même, avec un petit coup de main de Riccardo Cherubini et Francesco Riganelli des BPA studios, Feral Evolution est un petit bijou de Heavy/Thrash à l’ancienne, qui pourtant ne sacrifie pas son époque sur l’autel de la nostalgie. En fait, on pourrait presque dire qu’un pont temporel et stylistique est tendu entre deux âges, ce que la longue suite « Hear My Sentence » confirme de son parfum MEGADETH nuancé d’un beat chaloupé très contemporain. Soli d’airain, qui ne sont pas sans rappeler le talent inné d’Alex Skolnick, travail rythmique solide, complémentarité des guitares, tout évoque une osmose patente, qui se reflète dans une assurance incroyable. Il est évident que le quatuor a foi en ses chansons, qu’il interprète avec conviction, sans pour autant tenter de séduire les masses en cédant aux sirènes d’un old-school tenace. Mais dès « Psychopatic Control », la messe en Metal majeur est dite, et la double grosse caisse distille ses croches pour tenter l’accroche, que l’hameçon du riff central affirme avec aisance. C’est moyennement rapide, mais éminemment catchy, et aussi efficace qu’un bœuf entre Hetfield et Mustaine autour du verre de la réconciliation. Tout n’est bien sûr pas parfait, et certaines pistes semblent suivre la trace d’une voie largement empruntée par les aînés, mais on se laisse fédérer sans trop résister, surtout lorsque le binaire groovy vient délicatement nous bousculer (« Night Painted Red », ça a l’odeur du SLAYER, mais aussi le goût d’ailleurs, tout autant que la saveur d’un « 2X4 » de METALLICA).

Les RAZGATE tentent même lorsque la température monte, de nous faire le coup d’un Crossover assez bien senti (« The Decline », une fois de plus assez proche d’un ACCUSER au tempo décéléré), tout en masquant avec une certaine finesse les quelques baisses d’inspiration d’arrangements ludiques à foison (« Worms », un riff un peu redondant et passe-partout qui affaiblit le tout). Heureusement, ces quelques relâchements sont minoritaires sur un album qui laisse les riffs imposants majoritaires (« My Revenge », ou comment ralentir à l’extrême le MEGADETH de « Holy Wars » sans le laisser à la traîne), et le final vient à point nommé relancer l’affaire (« Century of Cain », le plus catchy et up in time du lot, avec ses quelques harmoniques et son chant costaud).

Pour un premier album, Feral Evolution s’impose donc sur la durée sans trop forcer, malgré quelques redites que personne ne peut éviter. C’est un LP chargé, gonflé, à défaut d’être culotté, mais aux ambitions mélodiques affirmées. On sent même que la NWOBHM aurait pu s’imposer avec plus de fermeté, si les tierces des guitares avaient bénéficié d’un espace moins confiné, pour transcender cet hommage au Big Four à peine dissimulé. Mais c’est joué avec tant d’énergie et de talent qu’on en vient à oublier les quelques reproches à formuler, et gageons que le temps passé sur les routes apportera au quatuor de Toscane la personnalité suffisante pour bientôt se dégager de ces influences parfois trop envahissantes. En l’état, et en presque une heure, ce premier effort se hisse largement au niveau des meilleurs hommages récents, et oublie enfin les sempiternels accès de violence auxquels nous avons droit chaque semaine.

Alors, tous mes encouragements, et rendez-vous dans un an, ou deux, pour mesurer l’évolution des éléments. D’ici là, ces huit morceaux vous tiendront compagnie, my friends of misery


Titres de l'album:

  1. Psychopatic Control
  2. Night Painted Red
  3. Pulling Out
  4. Hear My Sentence
  5. The Decline
  6. Worms
  7. My Revenge
  8. Century of Cain

Facebook officiel


par mortne2001 le 10/10/2017 à 18:45
78 %    322

Commentaires (1) | Ajouter un commentaire


Jus de cadavre
membre enregistré
10/10/2017 à 19:19:27
Ah oui, les influences seront difficiles à renier :D

Ajouter un commentaire


Ancient Moon

Benedictus Diabolica, Gloria Patri

The Defiants

Zokusho

Lee Aaron

Power, Soul, Rock N' Roll – Live in Germany

Aphrodite

Lust and War

Freternia

The Gathering

Urkraft

Our Treacherous Fathers

Monarque

Jusqu’à la Mort

Black Star Riders

Another State Of Grace

Sacral Night

Ancient Remains

Kryptos

Afterburner

Immortal Bird

Thrive On Neglect

Korn

The Nothing

Damim

A Fine Game Of Nil

Kobold

Masterpace

Warvictims

The Horse and Sparrow Theory

Dead Heat

Certain Death

Void King

Barren Dominion

The New Death Cult

The New Death Cult

Axxios

Beneath the Blood Red Sky

Reality Suite

Awaken

Death Feast Open Air 2019

Mold_Putrefaction / 19/09/2019
Brutal Death Grind

Dopethrone + Wormsand

RBD / 12/09/2019
Doom

DISOWNING, Interview avec Butcher (chant)

youpimatin / 10/09/2019
Death Metal

Concerts à 7 jours

+ Electric Shock + Praying Mantis

21/09 : Jas'rod, Pennes Mirabeau (13)

Belenos + Griffon + Nydvind

21/09 : Salem, Le Haillan (33)

Darkenhöld + Bovary + Eternal Hunt

21/09 : Secret Place, St Jean De Védas (34)

Kadinja + Tranzat + Juggernautt

21/09 : Espace Le Goffic, Rennes (35)

Krassier + Frekkr + Conquerors

21/09 : Dropkick Bar, Reims (51)

Evil Invaders + Warkunt + Disgorged Foetus

21/09 : Maison Du Temps Libre, Rolampont (52)

Deficiency + Fractal Universe + Destinity

21/09 : ThÉÂtre De La MÉdiathÈque, Freyming (57)

Warfaith + Mortuary + Dust In Mind

21/09 : Salle Désiré Granet, Anould (88)

Flush!! + Xbreak Outx

26/09 : L'ambuscade, Lyon (69)

Elyose + Ancient Bards

26/09 : Le Gibus, Paris (75)

Mars Red Sky + Lysistrata + It It Anita

27/09 : La Nef, Angoulême (16)

Pictured + Evilness + Gengis

27/09 : Le Spot, Spézet (29)

A Very Sad Story + Cleaver

27/09 : Le Dropkick, Reims (51)

Vola + Arch Echo + Rendezvous Point

27/09 : Hard Rock Café, Lyon (69)

Misþyrming + Vortex Of End + Darvaza

27/09 : Le Gibus, Paris (75)

Bliss Of Flesh + MÖhrkvlth + Vosegus

28/09 : Espace Leo Ferre, Brest (29)

Alea Jacta Est + Stinky + Wank For Peace

28/09 : Le Rex, Toulouse (31)

Blood Ages + Pray Manticore + From Dusk To Dawn

28/09 : Ecole Des Filles, L'isle-bouzon (32)

Pictured + Evilness + Gengis

28/09 : La Fontaine De Brocéliande, Saint-péran (35)

Fange + Grist + Verdun

28/09 : Molodoï, Strasbourg (67)

Malkavian + Warband + Shut The Fuck Up

28/09 : Rock'n'eat, Lyon (69)

Temple Of Baal + Archgoat + Au Champ Des Morts

28/09 : Le Petit Bain, Paris (75)

Furies + Nemost + No Return

28/09 : Salle Claude Pouillet, Evry-gregy-sur-yerres (77)

Monarch! + Vouna

28/09 : L'hélice, Toulon (83)

Photo Stream

Derniers coms

Vraiment très bonne chronique qui m'a donné envie de redécouvrir ce magnifique album.


J'aime burn excoriate et merci pour la piqure de rappel avec gurkkhas


Une excellente de putain de bonne nouvelle !!


@humungus : j'ai dû mal m'expliquer. Le type a été balancé du public par dessus la barrière et est retombé bien lourdement derrière quoi. Pas sur ses guiboles... et les gars de la secu l'ont relevé ensuite. ;)


Artwork horrible. En espérant qu'il sera un peu plus solide que le dernier.


1) Inutile de dire que ce report et une fois de plus hyper complet.
Cela devient vraiment lassant d'écrire ça à chaque fois mec...
2) "Pour manger, c’est soit des frites, soit une part de pizza"
QUOÛÛÛAH ?!?!
Pas de stands vegano-pakistanais sur ce genre de fest ? Imp(...)


1) JTDP + 1.
2) "Un spectateur un peu plus chaud que les autres passe par-dessus la barrière suite à un slam qui tourne mal et s'écrase juste devant la scène ! la volée qu'il a pris le mec !"
Donc si j'ai bien suivi, un spectateur passe par dessus les barrières (involontairement qu(...)


Bah vu qu'Exodus est plus en moins en stand-by tant que Holt n'en a pas fini avec Slayer, Altus a bien raison de réactiver Heathen. Perso c'est une excellente nouvelle, qui sera encore meilleure si je parviens à voir le groupe live.


Des piges Heathen, le mec est dans Exodus aujourd'hui je savais pas que ça tourné encore.


Et bien, une chronique de Freternia, si je m'attendais à ça! J'avais en effet totalement perdu de vu ce groupe, disparu des radars et visblement peu regretté. A l'époque (et cela ne nous rajeunit pas), j'avais été emballé par le côté épique du 1er album, mais j'avais trouvé le second part(...)


Bravo pour ce report exhaustif. Sur ce genre de festival je suis certain que je me calerais plutôt sur les têtes d'affiche, si j'y allais. Elles sont plus de ma génération (je confirme en passant que Decapitated a été un groupe majeur alors) et je trouve que les vieilles écoles étaient plus (...)


Cela a été corrigé, ce sera bien le 2 mai à Toulouse, un samedi.


"Pendant ce temps là le batteur de KORPSE fait un slam, et une nana vomit à côté de moi, parfait" xD !

Sinon excellent report Mold, comme d'habitude. Tu m'impressionne à tout voir / tout retenir comme ça ! Le gros kiff sur Waking tu m'as tué ;)


Excellent album ! Plus dynamique que le précédent tout en gardant cette lourdeur et cette hargne si caractéristiques du groupe !


merci beaucoup pour ce report, concis et précis...et merci de faire suivre l'actualité du brutol jusqu'à Roazhon...
Et enfin cimer pour Smat's...
ROM1 - KDS CREW


Hihi, je savais que c'était fait pour toi... :-D


Cette affiche... J'en rêvais... ... ...


@kairos +1 !


Cool report, comme d'hab' ! Et toujours intéressant de retracer l'historique musical d'une ville ;-)


Si Scott Wino ne peut plus se défoncer en paix, ou va le monde !