Formé fin 2011 du côté de Sinalunga, en Toscane, RAZGATE s’est dans un premier temps retrouvé dans une configuration inédite pour un groupe de Metal. Trois guitaristes et un batteur, pour une entame de carrière un peu chaotique. Départ du batteur en question, arrivée d’un bassiste, retour du batteur et départ d’un guitariste, pour finalement opter pour la voie en quatuor, avec Giacomo Burgassi - (guitare/chant)- Niccolò Olivieri-(basse) Edoardo Natalini - (batterie) et Francesco Monaci (guitare). Depuis 2012, pas mal de changements donc, mais surtout, des tournées, locales et un peu plus étendues, et un premier EP, Countdown to the End, en 2014, qui resservait alors des réminiscences Thrash très appuyées, sans forcément chercher à les transcender, ou au moins à les accommoder à sa propre sauce. Depuis, trois années ont passé, le groupe italien a évolué, et ose aujourd’hui s’éloigner un peu des sentiers battus et rebattus, en nous livrant un solide premier album de Heavy Thrash très américain dans le rendu, mais européen dans le vécu. Un LP de presque une heure de musique, qui est allé piocher à la terre source de la violence de quoi faire pousser son jardin de puissance, et finalement, en se voulant plus traditionnel tout en l’étant moins, le quatuor est devenu diablement intéressant, en tout cas beaucoup plus que la horde de groupes singeant les éternels KREATOR, DESTRUCTION et consorts. Ici, les influences sont aussi manifestes, mais plus souples, et permettant des digressions mélodiques plus poussées, même si parfois l’ombre de certaines légendes plane bas au-dessus des plans…

Impossible en effet de ne pas citer METALLICA, MEGADETH, SANCTUARY ou TESTAMENT en abordant le cas des toscans, qui ont dû être salement traumatisés par des disques comme And Justice For All, Countdown To Extinction, Low ou Refuge Denied durant leur adolescence, sans pour autant avoir oublié de jeter une oreille sur Risk, Load et d’autres suites d’histoires beaucoup plus mainstream. Ce qui ne les a nullement empêchés de ne pas tomber dans l’oreille SLAYER d’un thrasheur pas si sourd que ça, lorsque l’intensité grimpe d’un cran, pour abandonner le mid tempo pas assez allegro. Mais à vrai dire, ce sont surtout les guitares et leurs riffs cycliques qui font penser à Araya & co, plus que l’intensité dont ce premier album se sert d’une façon très modérée. Le chant, assez rauque et sec nous ramène sur la piste d’un ACCUSER tempéré, et l’optique générale très progressive est assez envoutante, d’autant plus que les RAZGATE n’ont pas hésité à laisser les morceaux voguer au gré d’une inspiration assez fournie. En se permettant des saillies de plus de huit minutes, et d’autres qui la plupart du temps passent allégrement la barre des six, la prise de risques est totale, et s’avère pourtant payante, puisque chaque plan rebondit sur le précédent, d’un allant qui ne se démentit que très rarement. De fait, impossible de ne pas penser à la première partie de carrière des Four Horsemen, lorsque ces derniers étiraient au maximum la durée, pour accoucher de « Disposable Heroes », de « And Justice For All », ou de « One ». Ici, c’est la même chose, mais quelques décennies plus tard, et avec une patte personnelle qui synthétise le meilleur de la Bay Area en moins d’une heure.

Niveau instrumental, rien à redire. Les musiciens italiens sont salement affutés, et proposent une partition léchée, qui oscille entre harmonies surgonflées et parties Thrash maîtrisées. Enregistré, mixé et masterisé par le groupe lui-même, avec un petit coup de main de Riccardo Cherubini et Francesco Riganelli des BPA studios, Feral Evolution est un petit bijou de Heavy/Thrash à l’ancienne, qui pourtant ne sacrifie pas son époque sur l’autel de la nostalgie. En fait, on pourrait presque dire qu’un pont temporel et stylistique est tendu entre deux âges, ce que la longue suite « Hear My Sentence » confirme de son parfum MEGADETH nuancé d’un beat chaloupé très contemporain. Soli d’airain, qui ne sont pas sans rappeler le talent inné d’Alex Skolnick, travail rythmique solide, complémentarité des guitares, tout évoque une osmose patente, qui se reflète dans une assurance incroyable. Il est évident que le quatuor a foi en ses chansons, qu’il interprète avec conviction, sans pour autant tenter de séduire les masses en cédant aux sirènes d’un old-school tenace. Mais dès « Psychopatic Control », la messe en Metal majeur est dite, et la double grosse caisse distille ses croches pour tenter l’accroche, que l’hameçon du riff central affirme avec aisance. C’est moyennement rapide, mais éminemment catchy, et aussi efficace qu’un bœuf entre Hetfield et Mustaine autour du verre de la réconciliation. Tout n’est bien sûr pas parfait, et certaines pistes semblent suivre la trace d’une voie largement empruntée par les aînés, mais on se laisse fédérer sans trop résister, surtout lorsque le binaire groovy vient délicatement nous bousculer (« Night Painted Red », ça a l’odeur du SLAYER, mais aussi le goût d’ailleurs, tout autant que la saveur d’un « 2X4 » de METALLICA).

Les RAZGATE tentent même lorsque la température monte, de nous faire le coup d’un Crossover assez bien senti (« The Decline », une fois de plus assez proche d’un ACCUSER au tempo décéléré), tout en masquant avec une certaine finesse les quelques baisses d’inspiration d’arrangements ludiques à foison (« Worms », un riff un peu redondant et passe-partout qui affaiblit le tout). Heureusement, ces quelques relâchements sont minoritaires sur un album qui laisse les riffs imposants majoritaires (« My Revenge », ou comment ralentir à l’extrême le MEGADETH de « Holy Wars » sans le laisser à la traîne), et le final vient à point nommé relancer l’affaire (« Century of Cain », le plus catchy et up in time du lot, avec ses quelques harmoniques et son chant costaud).

Pour un premier album, Feral Evolution s’impose donc sur la durée sans trop forcer, malgré quelques redites que personne ne peut éviter. C’est un LP chargé, gonflé, à défaut d’être culotté, mais aux ambitions mélodiques affirmées. On sent même que la NWOBHM aurait pu s’imposer avec plus de fermeté, si les tierces des guitares avaient bénéficié d’un espace moins confiné, pour transcender cet hommage au Big Four à peine dissimulé. Mais c’est joué avec tant d’énergie et de talent qu’on en vient à oublier les quelques reproches à formuler, et gageons que le temps passé sur les routes apportera au quatuor de Toscane la personnalité suffisante pour bientôt se dégager de ces influences parfois trop envahissantes. En l’état, et en presque une heure, ce premier effort se hisse largement au niveau des meilleurs hommages récents, et oublie enfin les sempiternels accès de violence auxquels nous avons droit chaque semaine.

Alors, tous mes encouragements, et rendez-vous dans un an, ou deux, pour mesurer l’évolution des éléments. D’ici là, ces huit morceaux vous tiendront compagnie, my friends of misery


Titres de l'album:

  1. Psychopatic Control
  2. Night Painted Red
  3. Pulling Out
  4. Hear My Sentence
  5. The Decline
  6. Worms
  7. My Revenge
  8. Century of Cain

Facebook officiel


par mortne2001 le 10/10/2017 à 18:45
78 %    76

Commentaires (1) | Ajouter un commentaire


Jus de cadavre
membre enregistré
10/10/2017 à 19:19:27
Ah oui, les influences seront difficiles à renier :D

Ajouter un commentaire


Frozen Graves

Frozen Graves

Betrayed

The Unbeliever

Bucium

Miorița

Profane Order

Tightened Noose of Sanctimony

Midnight City

Не умрем

Phantasm

Three Men Make a Tiger

Jarun

Sporysz

Primero Muerto

Dividen Para Gobernar

The Animal In Me

Helping Won't Help

Obskuritatem

U Kraljevstvu Mrtvih...

In Shadows And Dust

A Fleur de Peau

Blackest Sin

Blood Eagle

Wargame

Dead Skaters Brigade

Steel Shock

For Metal To Battle

Malakhim

Demo I

Eternal Torment

Blind to Reality

Carousel Vertigo

Revenge Of Rock And Roll

Ascended Dead

Abhorrent Manifestation

Cruentator

Ain't War Hell

Gods Of Violence Tour

Simony / 15/01/2018
Death Metal

VAMACARA STUDIO

youpimatin / 05/01/2018
Vacamara Studio

Interview du groupe SKELETHAL

Jus de cadavre / 02/01/2018
Death Metal

Interview Samuel SANTIAGO (BLACK MARCH)

youpimatin / 30/12/2017
Black Metal

Concerts à 7 jours

Civil War + Gloryhammer

16/01 : Le Ferrailleur, Nantes (44)

Civil War + Gloryhammer

17/01 : Le Petit Bain, Paris (75)

Inquisition + Septic Flesh

18/01 : Le Metronum, Toulouse (31)

+ Arch Enemy + Wintersun

18/01 : Le Transbordeur, Lyon (69)

Loudblast + Teska

19/01 : La Carene, Brest (29)

Inquisition + Septic Flesh

19/01 : Le Chabada, Angers (49)

Fleshdoll + Anamorh + Ascendance

20/01 : Le Mondo Bizarro, Rennes (35)

Inquisition + Septic Flesh

20/01 : La Machine Du Moulin Rouge, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

Ouais ! Bien prometteur !


Coucou Arioch91, heureux aussi de te recroiser sur ce site fort sympathique ! Comme quoi, l'odeur du bon métal en fusion rapproche tous les fins gourmets autour de la gamelle !!!


Pour ma part "son black album" est deja sorti et porte le titre de "the blackening"..
Tout a fait d'accord avec RBD, Flynn est l'incarnation même de la mentalité Américaine concernant la réussite professionnelle ;-)
Différente de la notre et donc difficile à comprendre pour nous Eu(...)


Y'a pas à chercher plus loin. En tant que vieux fan du groupe, je peux dire que Flynn reflète parfaitement la mentalité Américaine dans son rapport au succès personnel. Et en plus c'est une très grande gueule !
Quoi qu'on pense des albums de Machine Head, son tour de force est d'être pa(...)


Oui, rien de surprenant dans cette déclaration. Dès "Burn my Eyes" ( qui à son intérêt) Machine Head à été opportuniste et c'est plus respectable de dire "que le métal doit viser le grand public" que " nous voulons plus de succès et d'argent "