Apocatastase

Corpus Diavolis

19/11/2021

Les Acteurs De L'ombre Productions

L’Apocatastase désigne la restauration finale de toutes choses en leur état d'origine. CORPUS DIAVOLIS exprime ce concept à travers la nudité du Black Metal, reflétée dans le miroir du Diable. La confession intime d’une messe noire la veille de l’Apocalypse. Le rituel se déshabille dans l’intense sophistication d’un voyage hors de la réalité des apparences. Il n’y a point de Dieu mais le Bouc. 

 

La restauration finale de toutes choses en leur état d'origine. Est-ce à dire qu’à l’origine tout était mal ? Que finalement, Dieu serait la supercherie la plus grotesque de l’histoire de l’humanité ? A en croire le quatrième album des marseillais de CORPUS DIAVOLIS, le doute n’est pas permis. L’humanité est régie par des règles de malfaisance, d’égoïsme, de violence et de brutalité gratuite, et cette apocalypse programmée est la seule manière d‘assurer une fin digne à ce monde exsangue, et trop fatigué de s’être caché la vérité ultime : point de sauveur, point de rédemption, et juste cette damnation dans les flammes d’un enfer que nous avons largement mérité. Dès lors, inutile de faire acte d’attrition ou de contrition, puisque le jugement est déjà prononcé : l’après sera comme l’avant, dominé par le mal, dirigé par les esprits malins, et l’enfer sera peut être encore plus redoutable que nous le pensions.

Quatre ans après leur dernière sentence longue-durée, les français glissent d’un label à l’autre, et réapparaissent sur Les Acteurs de l’Ombre, pour mieux affirmer leur grandiloquence. Il n’est guère étonnant de constater que Gérald s’est montré fort intéressé par ce quatrième tome de noirceur, tant sa logique s’inscrit dans la sienne, purement artistique et conceptuelle. En phase avec les autres poulains de l’écurie, CORPUS DIAVOLIS livre là son œuvre la plus ambitieuse, en termes de concept, mais aussi d’application musicale. Si les trois précédents chapitres de l’histoire étaient tous impressionnants à leur manière, Apocatastase a des airs d’apocalypse pour le Black Metal traditionnel, transcendant les influences pour rendre le résultat encore plus létal et irréfutable.

Daemonicreator (chant, synthés), Analyser (guitare), Lord Khaos (guitare), Funeral (basse) et IX (batterie) nous offrent avec Apocatastase un postulat définitif, et une charge virulente qui laissera des stigmates sur les paumes de fans. Désormais surs de leur direction, certains de leurs opinions, les cinq musiciens se permettent toutes les exagérations, toutes les dérives et les combinaisons pour accoucher d’un travail titanesque, découpé en six parties d’humeur égale et de durée excessive. Pourtant, aucun plan, aucune idée ne parait incongru, déplacé ou réchauffé. A cheval entre la brutalité sans frein de Hellfire et le malaise traumatique et cryptique de Demonoir, CORPUS DIAVOLIS livre une équation 1349 très personnelle, et se sert de toutes les astuces les plus diaboliques pour parvenir à ses fins.

Enregistré par Daemonicreator, mixé et masterisé par George au Pentagram Studio et emballé dans un sublime artwork signé Khaos Diktator Design, Apocatastase est plus qu’une nouvelle étape sur un parcours bien dessiné. Il est une œuvre définitive, aux confins de l’imagination la plus maléfique, et une synthèse de tout ce que le BM moderne à de plus laid et grandiloquent à offrir. Ces chœurs qui traînent en arrière-plan comme des fantômes de l’histoire, ces riffs lancinants et insistants qui obsèdent et finissent par rendre fou, ces accélérations soudaines qui font perdre tous les repères forment un canevas très serré qui oblige l’auditeur à s’immerger dans un monde terrifiant, et qui se veut pourtant à l’image d’un quotidien que nul ne peut ignorer. Et comme pour bien affirmer son point de vue et camper sur ses positions, CORPUS DIAVOLIS a placé aux avant-postes le morceau le plus caractéristique de son nouveau visage. Et ce titre éponyme, de plus de neuf minutes, guidé par une intro sourde et grinçante, est sans doute le reflet le plus fidèle du CORPUS DIAVOLIS 2021. De la maîtrise, des certitudes, et une ambition qui n’admet plus aucune limite.

Même en admettant que le BM français est un leader depuis des années, le pari tenté par les marseillais paraît fou. Rarement album aura atteint des sommets d’intensité sans avoir à en rajouter dans le tragique ou l’emphase. Ici, l’imposant est naturel, les proportions gigantesques logiques, et le contexte habituel. En choisissant de construire une cathédrale blasphématoire en plein paysage musical, le quintet s’est accordé une place de choix aux côtés du malin, et ces arrangements sombres, ces cassures ludiques, ces mélodies amères et empoisonnées font de ce premier morceau un achèvement à lui seul, qui préfigure d’une explosion logique au vu du cheminement du groupe.

Brutal sans tomber dans l’ultraviolence compressée, aventureux sans frôler le spectre de l’avant-gardisme si susceptible, lourd et malsain sans verser dans le Doom/Death trop évident, Apocatastase confronte la musicalité à l’anti-musicalité, dans un jeu de miroirs qui laisse dupe tous ceux qui pensent encore que le style n’est que violence gratuite et itérative d’un groupe à l’autre. Et comme l’annonce de son titre ce nouvel album, le retour aux sources du mal était indispensable pour CORPUS DIAVOLIS. Retrouver les réflexes les plus primaires, et faire la jonction entre l’avant et le maintenant, avant que le futur ne se dévoile sous ses atours les plus hideux.

Bien sûr, les riffs concentriques, les blasts, la voix incantatoire et ferme, le labyrinthe de plans qui transforment la moindre chanson en puzzle du diable, font que la tradition est respectée, mais transcendée d’une envie d’atteindre les cimes de la qualité et de la pertinence. Pas un morceau faible, des éclairs de génie macabres, des cris de haine poussés longuement et sans complaisance dans un mur de son et de ressenti (« The Dissolution and Eternal Extasy in the Embrace of Satan »), des transitions plus brèves mais d’une acidité difficilement supportable (« Triumphant Black Flame »), et une réelle envie : imposer le mal comme seule échappatoire et la souffrance comme seule émotion tangible.

« At The Altar of Infinite Night » nous projette donc dans un futur que l’on sait plus proche que prévu, ne cherche pas à amplifier le son d’origine des hordes BM, se souvient de MAYHEM et de tous les acteurs nordiques, pour une fois encore imposer la patte française sur la scène internationale.

Chaque détail soigné, chaque note à sa place. La dernière prière a commencé, alors agenouillez-vous, et tournez-vous vers le seul vrai Dieu.         

       

                                                                                                                                                                                                 

Titres de l’album:

1. Apocatastase

2. Colludium

3. The Dissolution and Eternal Extasy in the Embrace of Satan

4. The Pillar Of The Snake

5. Triumphant Black Flame

6. At The Altar of Infinite Night


Site officiel

Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 08/12/2021 à 18:24
90 %    221

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Kraftwerk 3 D

RBD 14/05/2022

Live Report

Mosh Fest 7

RBD 12/05/2022

Live Report

The Exploited + Fat Society + F.O.M.

RBD 27/04/2022

Live Report

100 Albums à (re)découvrir - Chapitre 1

mortne2001 25/04/2022

La cave

DEFICIENCY : entretien avec Laurent Gisonna (guitare/chant)

Chief Rebel Angel 20/04/2022

Interview

Author and Punisher + Mvtant + HAG

RBD 10/04/2022

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
RBD

Avec un nouvel album il y a trois ans, Opprobrium semblait décidé à repartir. Ce retour inattendu le confirme. S'il pouvait apporter un peu de pêche, c'est tout ce qu'il faudrait.

17/05/2022, 12:45

Krohr

Merci pour la découverte ! En effet, dans la même veine sanguinolente que Hexecutor ou Bütcher.Je suis allé yeuter leur biographie, pour info : "Le Diamant de Lucifer" sera leur deuxième album, le premier étant "La Mort Triomphante"(...)

17/05/2022, 12:28

metalrunner

Super new vite du live

17/05/2022, 11:33

Jus de cadavre

Tuerie ! ! ! Bon les mecs ne sont pas des lapins de 6 semaines, mais bordel, quelle maturité pour un premier album ! Un des meilleurs albums de Speed depuis fort longtemps selon moi !

16/05/2022, 08:47

RBD

Je continue à prendre des places très à l'avance pour les concerts (ou plus exactement les tournées) que je veux absolument voir. Et avec les reports consécutifs, on arrive à des délais de cabourd ! Et parfois les annulations des uns permetten(...)

15/05/2022, 01:03

RBD

C'est un festival de format quasi-familial entre connaisseurs, quelques dizaines de passionnés qui se lâchent ensemble chaque année pour le plaisir des groupes qui participent. Ils sont tellement extrêmes qu'ils ont rarement l'occasion de réunir aut(...)

15/05/2022, 00:50

Crouton

Plus de concert pour moi, trop cher, plus motivé pour passer une soirée debout dont la moitié à me faire chier devant des premières parties qui ne plaisent pas, le prix des conso, du merch et une prestation pas toujours de qualité quand c'est pas l&a(...)

14/05/2022, 12:35

Crouton

Les grands méchants metalleux satanistes qui fuient au premier crachat d'un chrétien.

14/05/2022, 12:22

Sphincter Desecrator

Juste ne pas tomber dans l'excès... Réserver les concerts du mois en cours, un peu plus tôt pour les trucs les plus attendus et pour lesquels on sait que ça sera tendu, ça me paraît raisonnable.Mais toujours courir après l'év&(...)

13/05/2022, 20:36

Gargan

Je crois par ailleurs que Nougaro avait chanté une ôde à leur sujet, ô Tulus, un truc comme ça.

13/05/2022, 13:14

grinder92

Escroquerie absolue ou influence parfaitement intégrée ?Franchement, y'a des riffs qui sont quand même très très très proches de certains riffs de Carcass (périodes Necro / Heartwork / Swansong) ! Et la prod est aussi lourde que sur Heartwork, (...)

13/05/2022, 10:04

Humungus

"Tu ne vas pas avancer 12 places à 40€ et six mois d'avance, avec de toute façon le risque que ça soit quand même annulé"Typiquement mon cas.Avant le Covid, je prenais régulièrement mes places plusieurs mois à(...)

13/05/2022, 06:46

Jus de cadavre

Oh putain comment ça pompe Carcass (les riffs, le chant, les compos, tout !)   ! C'est hyper bien fait, m(...)

12/05/2022, 18:39

Jus de cadavre

Merci pour ce bien bon report. Un fest que j'aimerais beaucoup faire un de ces jours, je suis pas un immense amateur de Grind mais en live c'est toujours des baffes assurées (Chiens, Blockheads et Sublime en particulier ici).

12/05/2022, 18:32

RBD

Pas mieux qu'Ander... J'écoutais justement l'album de Soreption où il prêtait main forte hier soir. Qu'il repose en paix.

12/05/2022, 12:11

Buck Dancer

Classique, mais plutôt sympa ce morceau. Moi qui attends toujours un successeur à Antithesis, ça me donne envie d'écouter l'album. 

12/05/2022, 12:07

Simony

Oui je suis peut-être un peu dur je te l'accorde mais c'est parce que je les aime bien, la pochette de Hundre år gammal était excellente, très inquiétante, comme celle de Krek par exemple.Mais le principal étant que la musique soit bonne et &c(...)

12/05/2022, 10:17

Humungus

Toujours été fan de TULUS et KHOLD.Donc j'attends forcément celui-ci au tournant.Assez d'accord avec toi Gargan concernant la redondance des albums mais je fais avec hé hé hé...PS : T'es dur Simony là (...)

12/05/2022, 10:10

Ander

Pas un grand connaisseur de son groupe mais on le voyait régulièrement en invité sur des albums  de death metal (Aborted, Soreption, Disentomb...) Ca fait toujours bizarre, 41 piges bordel...R.I.P.

12/05/2022, 08:22

Moshimosher

Triste et dégoûté... RIP

12/05/2022, 07:17