Quatre mecs qui vous proposent une visite guidée de leur ville, le tout en musique, pendant trois quarts d’heure ? Hum ? Thessalonique, ça vous parle un peu, non ?

Alors justement, allez humer l’air de là-bas en bonne compagnie, vous ne le regretterez surement pas…Surtout si vous êtes fan d’un Hard-Rock burné, aux entournures plus fines que ses accords ne le laissent présager. Je vous présente donc vos accompagnateurs de la matinée, qui se feront un malin plaisir de vous montrer les coins les plus louches et les milieux interlopes de leur cité, les Grecs de DOWNTOWN ASSOCIATION. Vous verrez, les mecs n’aiment pas la complication, ont les guitares franches et la rythmique de raison, et s’avèreront les meilleurs pour vous faire passer un bon quart d’heure, et plus….

DOWNTOWN ASSOCIATION, c’est un quatuor, formé de figures connues de la scène locale. Né sous l’impulsion du guitariste George Matikas (SHOCK ABSORBER), le groupe a commencé par intégrer le cogneur Tasos D. (PRASSEIN ALOGA), avant de fédérer à sa cause le bassiste Nik Danielos (BEND FOR ELEVEN, BLUE FLAMES) et le frontman/vocaliste Dean Mess (W.A.N.T.E.D.).

Une fois le line-up complété, le désir de jouer un gros Rock à tendance Hard s’est affirmé, George désirant durcir le son de son ancien groupe pour s’orienter vers quelque chose d’un peu plus costaud, en phase avec ses influences personnelles.

D’ailleurs, le six-cordiste cite volontiers les noms des grands anciens, comme AC/DC, BLACK SAB’, mais aussi les figures emblématiques du Hard-Rock des 80’s et 90’s, avec les SKIDROW, GUNS, WHITESNAKE, PANTERA, AUDIOSLAVE et ALICE IN CHAINS…Comme vous le voyez, le panel est large, et cette diversité de références s’entend autour des sillons de ce premier album, qui ne cache pas ses multiples accointances classiques et plus modernes.

D’ailleurs, il n’est pas anodin de constater que les albums que l’énergique guitariste eut aimé composer ne sont rien d’aussi différents que le Fair Warning De VAN HALEN et le Vulgar Display of Power de PANTERA. Alors, pour une meilleure compréhension et une indication globale de la tendance, voyez City Guide comme un pont improbable construit entre ces deux albums phare.

Plus concrètement, City Guide, outre sa dérive urbaine, est un joli voyage dans les couloirs du temps et de l’espace du Metal, se permettant d’aborder un peu toutes ses composantes pour restituer un style propre. Sans se compliquer la vie ou jouer les opportunistes, les Grecs louvoient d’un style à l’autre pour affirmer le leur, et proposent des morceaux concis, qui frappent fort ou chaloupent à mort, et nous font passer un très bon moment.

On sent un joli mélange entre la rugosité des seventies, les mélodies franches et la morgue des 80’s, et l’assombrissement harmonique et rythmique des 90’s. Et en tout cas, attendez-vous à un festival de riffs mordants, de parties vocales chaudes et d’une osmose basse/batterie libre et qui ose, pour neuf morceaux qui sont autant d’hymnes à la diversité d’un Hard Rock tirant parfois sur l’Alternatif ou le Heavy Metal.

On peut penser sans être accusé d’être dérangé en écoutant leurs chansons évoluer dans un monde où GREAT WHITE et ALICE IN CHAINS se tiennent la main pour réconcilier le Rock Zeppelinien et le Grunge reptilien (« Dynamo », hit en puissance aux soli qui mettent en transe), ou dans un univers parallèle au sein duquel les SKIDS, KIX et AC/DC taperaient le bœuf autour d’un Hard Rock béton lié par des riffs de sang coulant sur un up tempo mordant (« Deep Cut »).

Le Rock Grec est donc sans fioritures, mais s’en permet certaines, sans pour autant perdre de vue son objectif de base. Vous faire bouger les pieds et taper la tête (ou l’inverse) au son d’une musique franche et honnête, qui ne se refuse aucune allusion directe ou pas. George Matikas a un don certain pour lâcher des riffs vraiment mémorisables et accrocheurs (« Obeydian Girl », sorte de croisement entre le groove des ZODIAC MINDWARP et le marteau pilon des AIRBOURNE), mais il sait aussi faire parler sa guitare avec verve en la laissant partir dans des dialogues empruntant au vocable Power-Metal et Grunge (« King Of The Hole », sorte d’ALICE IN CHAINS revu et corrigé par les VELVET REVOLVER).

En gros, de la variété, mais surtout, un énorme plaisir de jouer. Une production qui s’avère parfaite pour le non créneau proposé, un peu sèche et matte mais généreuse dans la frappe et les déliés, et finalement, une ouverture globale qui me rappelle nos 7 WEEKS nationaux, ceux-là même qui refusent aussi de rester coincés dans un costume trop étriqué.

Beaucoup d’énergie donc, mais aussi quelques intermèdes un peu plus sombres et nuancés, comme ce terriblement Heavy « Braindead », qui réconcilie au sein d’un même thème le serpentin reptilien ZEP et le Stoner des QOTSA, avant d’exploser sur un refrain vraiment malin.

Pas de temps à perdre, ça semble être le leitmotiv de la bande, qui n’oublie pas pour autant l’émotion d’une ballade un peu amère, devant autant à Rachel Bolan qu’à Phil Anselmo ou Dave Pirner (« Lover’s Shadow »).

Mais pour ne laisser planer aucun doute, les DOWNTOWN ASSOCIATION terminent la visite par deux morceaux toujours aussi costauds, « Downfall », à la syncope qui affole et au refrain qui décolle, et «Predictable Chaos », qui une fois de plus s’inspire de la renaissance Heavy des 90’s, en citant le groove des frères Abbott, adapté à cette sensibilité 70’s qui leur semblait si chère. Le tout, en restant instrumental et en frisant quelques soli d’une dextérité infernale. Pas mal.

Non sincèrement, vous pouvez leur faire confiance, les mecs sont honnêtes et ne vous veulent que du bien et une virée downtown avec eux s’annonce haute en couleurs et en rencontres à toute heure. City Guide est bien plus efficace pour déambuler dans les rues de Thessalonique qu’un bus rempli de touristes aux blagues salaces, et joue la carte cosmopolite en termes d’inspiration diatonique. Du Hard, du Rock, du Heavy pas toc et du Grunge ad hoc, recette radicale et libérale, qui vous fera voyager en terre amicale.

Du solide, de l’ouvert, de quoi passer l’hiver au chaud. Une association à but non lucratif qui va vous enchanter de son crédo.

 Des clients ?


Titres de l'album:

  1. Obeydian Girl
  2. King of the Hole
  3. Media Dope
  4. Dynamo
  5. Deep Cut
  6. Braindead
  7. Lover's Shadow
  8. Downfall
  9. Predictable Chaos

Facebook officiel


par mortne2001 le 18/01/2017 à 15:16
75 %    414

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Hellsodomy

Morbid Cult

Anal Slave Of Satan

Anal Slave of Satan

Detherous

Hacked to Death

Grand Slam

Hit The Ground

Lindemann

F & M

The Dead Daisies

Locked and Loaded (The Cover Album)

Sun

Brutal Pop

Sleep Token

Sundowning

Pretty Maids

Undress Your Madness

Morbid Cross

Disciples Of The Goat

Blood Incantation

Hidden History Of The Human Race

3rd From The Sun

3rd From The Sun

Agnostic Front

Get Loud!

Spoil Engine

Renaissance Noire

Lightning Born

Lightning Born

Sapiens

Sapiens Project

Nitrate

Open Wide

(echo)

Below The Cover Of Clouds

Exylle

Exylle

Godspeed You ! Black Emperor

RBD / 25/11/2019
Drone

BEHIND THE DEVIL #12 Interview avec David de SHARE YOUR PAIN RECORDS

L'Apache / 20/11/2019
Depressive Black Metal

Birds in Row

RBD / 13/11/2019
Emocore

The Murder Capital + Whispering Sons

RBD / 07/11/2019
Gothic Rock

Concerts à 7 jours

+ Verdun + Nornes

13/12 : Circus, Lille (59)

Photo Stream

Derniers coms

Miammmmmmm

https://www.youtube.com/watch?v=NOfwWvd2rR8


Decade est énorme c'est vrai et surement le meilleur live.

Mais Still Reigning bordel moi ça m'a autant marqué.

Cette version de ANGEL OFFFFFF DEAAAAATH.

https://www.youtube.com/watch?v=Ol87N0nxfVs

Non c'est énorme, putain je donnerais une fort(...)


Belle découverte pour moi, j'aime le côté thrashy de certains riffs.


Excellente chronique !


Old school cette pochette ???
La thématique oui, mais la réalisation pas du tout. On dirait un comic Marvel récent...


On dirait du Pestilence la pochette.


Cet artwork très "old-school death metal" !


La musique me replonge directement dans les années 90' cassage de nuques et headbanging, mais j'ai plus de mal avec le chant.


L'intro de "Hell Awaits" sur Decade... M. A marqué à vie !


Gros respect pour Slayer même si j'ai seulement 2 mauvais souvenirs de concert (sur plus d'une quinzaine) Pour moi aussi decade reste le meilleur live , ne serait ce que pour l'intro de hell awaits qui plante le décor pour tout le reste de l'album.


Ah bon, pas le dimanche ?!


Qu'il revienne en 2021 pour les 40 ans et des dates en France et on en parle plus.


@Jus de cadavre ;

oui pour Decade of Aggression auquel je juxtapose Dance of the Dead, bootleg enregistré au Zénith le 22/11/1991.

Ca tombe bien, j'y étais :p


Ach !
Vous n'êtes peut-être pas assez trve pour brûler leur stock, mais dénoncez nous ce groupe si dégueulasse...
On veut un nom et le pourquoi du comment bordel !

(#Closer #Public #Voici)


@king : nan, le meilleur live de l'histoire c'est Decade Of Aggression !!! ;)
Concernant la violence de ce groupe, je me suis toujours demandé d’où venais leur colère et même cette haine palpable. Surtout à leur débuts : King est un premier de la classe à l'école, aucun dans le grou(...)


Je me retape le Still Reigning en ce moment.

LE MEILLEUR LIVE DE L'HISTOIRE.


+ 1000.

Le plus grand groupe de Metal de l'histoire tout simplement...


@JDC : j'aurai pas dit mieux ! J'ai eu la chance de les voir pour la tournée Divine Intervention en 94 au Zénith de Paris (Machine Head en 1ère partie). Effectivement, le concert le plus brutal que j'ai jamais fait. Les morceaux sur scène et sur album sont d'une intensité rare. Est-ce du aux ry(...)


J'aurais vraiment aimé les voir une dernière fois. Mais on connaît l'histoire, Hellfest tout ça ....

Jusqu'à maintenant je pensais aussi qu'un jour ils seraient de retour, mais maintenant je suis moins convaincu.

Dommage que Lombardo n'ai pas participé à la fête, m(...)


@Humungus :
Araya, ça m'étonnerait tout de même.

Veut profiter de sa retraite durement gagnée :p

Pis sans déconner, tune ou pas tune, le genre de zique pratiquée par Slayer + la vie en tournée + loin de chez soi au bout d'un moment, ça doit vraiment peser lour(...)