Seeds of Downfall

Blackflow

15/12/2023

Personal Records

Le Doom et moi, c’est un peu une relation amour-haine, née dans les années 80, et qui n’a cessé d’évoluer depuis. Autant le Death/Doom trouvera toujours grâce à mes oreilles, autant le Doom classique se doit d’être un minimum créatif pour que je daigne en aborder le cas. Tout ceci remonte à ma découverte du premier album de CANDLEMASS, en 1986, le seul à avoir été enrichi par le chant de Johan Längqvist, session-man à la voix incroyable, et qui est devenu mon mètre-étalon en termes de qualité sonore et de construction instrumentale. Et avec un tel point de comparaison, difficile d’encenser des groupes se contentant souvent de reprendre à leur compte les astuces des seventies pour imposer une lourdeur pénible, et des atermoiements insipides.

Mais lorsqu’un excellent disque frappe à la porte de mes chroniques, j’en accepte la charge et la promotion. Ce qui est le cas des chiliens de BLACKFLOW, déjà responsables de deux formats courts dont un live enregistré durant la pandémie.

Víctor Prades (chant), Miguel Canessa (batterie), Frane Franulic & Víctor Silva (guitares), et Felipe Vuletich (basse) sont des passionnés qui depuis 2014 tentent d’imposer leur vision d’un Heavy Metal épique, via le prisme d’un Doom mélodique et fluide, dans la plus droite lignée du BLACK SABBATH des années Tony Martin. Et ce premier album vient à point nommé prouver qu’un Doom joué par des musiciens capables et intelligents peut se montrer aussi perforant que n’importe quel album de Metal emphatique et dramatique.

Comparé à des références diverses dont MY DYING BRIDE, SOLITUDE AETERNUS, ou le SOLSTICE anglais, BLACKFLOW est donc en bonne compagnie, dans son Santiago de résidence, et prêt à mettre le monde à pleurs et à mélancolie, par l’entremise d’un habile jeu d’influences régurgitées de façon personnelle. Et avec un pavé de l’ampleur de « Neo Middle Ages » en ouverture, les intentions sont claires, et le but à atteindre assez relevé.

Très traditionnelle, cette musique lourde mais gracile à la fois séduit par ses intonations mélancoliques, et par sa richesse harmonique, qui fait souvent défaut aux artistes du cru. Entre la pierre de rosette Epicus Doomicus Metallicus, un PARADISE LOST des jours de pluie, un THE GATHERING de jeunesse et un BLACK SABBATH de la fin des années 80 (plus spécialement celui de Headless Cross), Seeds of Downfall est loin d’une chute dans les oubliettes du temps, et plus une ascension abrupte d’une montagne de gravité, avec en premier de cordée un chanteur à l’organe malléable et profond, imposant ses injonctions sans avoir à en rajouter dans le pathos.

Cette lenteur théâtrale qu’on déguste sur l’impérial « Iron To Rust » est donc plus que supportable, et même stimulante. Car les chiliens osent ouvrir leur champ de perception à d’autres genres moins minimalistes, entre Heavy classique de la NWOBHM et Progressif sobre et allusif, ce qui permet de proposer un contenu plus varié, des breaks plus riches, et des digressions plus inventives. Nous sommes donc loin des processions pachydermiques qui traînent la patte durant un enterrement de troisième zone. Et Seeds of Downfall au final incarne plus volontiers le meilleur d’un Heavy Metal opératique et funèbre, qu’une moyenne Doom à peine passable une nuit de pleine lune.

Avec une durée raisonnable de cinq ou six minutes, les neuf titres de ce premier long jouent la concision, mais ne manquent pas de flair. Redoutablement bien produits et masterisés par Seba Puente (AudioCustom Estudio), ces neuf morceaux nous entraînent sur la voie d’une quête pas si impossible que ça, à la recherche des origines d’un genre qui depuis quarante ans ou plus sait se montrer irritant, redondant, balbutiant, et un poil trop insistant. Mais en trouvant le juste équilibre entre Heavy et Doom, BLACKFLOW renoue avec la magie des premières années de CANDLEMASS, et se permet même parfois de tutoyer la grâce de classiques comme « Crystal Ball » ou « A Sorcerer's Pledge ».

Sacrée comparaison donc, que le quintet assume sans fausse modestie. Mais avec des arguments aussi solides que « 1830 », il était évident que les musiciens avançaient à découvert et en pleine confiance, certains de la valeur ajoutée de leur méthode à cheval entre les dogmes, impératifs, et maigres libertés.

Ce Doom-là est donc le bienvenu. Délicatement ouvragé, ne nous prenant pas pour des moutons aveuglés par le Panurge de la gravité musicale, il développe des qualités indéniables, et offre une symphonie superbe en hommage à un genre qui sait encore se sublimer lorsqu’il le faut. Et avec le final grondant et menaçant de « Aspiration Of The Species » qui s’offre un featuring en growls de Claudio Carrasco (POEMA ARCANUS), BLACKFLOW boucle la boucle et lâche un clin d’œil appuyé aux premières années de Peaceville.

La séduction marche donc à plein régime, et me propulse des décennies en arrière, lorsque mon intérêt pour le Doom était validé par quelques formations moins obstinées que la moyenne. On n’est jamais à l’abri d’un retour de flamme, et les souvenirs sont parfois plus agréables que la réalité présente.                  

   

Titres de l’album:

01. Neo Middle Ages

02. Egomaniacal Fraternity

03. Society Worm

04. Indifferent To Others

05. Iron To Rust

06. Inhumane

07. Corrupted

08. 1830

09. Aspiration Of The Species (Bonus Track)


Facebook officiel


par mortne2001 le 27/11/2023 à 16:06
82 %    429

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Crisix + Dead Winds

RBD 20/02/2024

Live Report

Abbath + Toxic Holocaust + Hellripper

RBD 21/01/2024

Live Report

1984

mortne2001 10/01/2024

From the past

SÉLECTION METALNEWS 2023 / Bonne année 2024 !

Jus de cadavre 01/01/2024

Interview
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Tourista

@ Gargan : en parlant du best-of de Pestilence, les fans ont tellement gueulé qu'ils ont changé de visuel !  &(...)

05/03/2024, 11:42

Gargan

Faites chier, j'apprécie le groupe (enfin surtout l'ep comme beaucoup, je me demande si je ne l'ai pas découvert avec ce bon Shaxul) et je trouvais l'artwork très réussi ("oh bah c'est pas l'AI de Pestilence hein"), mais là(...)

05/03/2024, 09:43

Capsf1team

Balle de match...Un peu de silence s'il vous plait, les joueurs sont prêts...

05/03/2024, 08:03

Tourista

Hep ! on ne dépasse pas les bouées, siouplè !

05/03/2024, 07:05

Tourista

Acheté samedi, écoute en cours. BD absolument sans intérêt mais album bien plus intéressant que le dernier Maiden.

04/03/2024, 17:58

LeMoustre

Citer  INCUBUS, ASSASSIN et RIGOR MORTIS sur le même papier = obligé d'écouter les deux titres, et en effet, tout à fait ma came ! Merci pour cette petite découverte aux allures de pépite.M'en vais commander cela de ce pas(...)

04/03/2024, 09:59

LeMoustre

Excellent album

04/03/2024, 07:14

Saddam Mustaine

Le seul à être présent sur chaque album c'est Paulo Jr, peut-être le seul qui a vraiment les droits officiellement ? Kisser après est devenu très impliqué aussi 

02/03/2024, 19:55

RBD

Les frères Cavalera ont récemment réenregistré le premier album, le seul où Andreas Kisser n'était pas encore là. Cavalera Conspiracy existe déjà pour ceux qui voudraient un Sepultura avec les frères Cavalera, et tant mieu(...)

02/03/2024, 13:16

Humungus

Ah ah ah !Alors ça pour le coup, cela pourrait me faire plaiz...

02/03/2024, 07:27

Saddam Mustaine

Max et Igor vont donc pouvoir réformer Sépultura dans 2 ans...

01/03/2024, 18:15

Jus de cadavre

Ouais du tout bon. Assez balèze pour un groupe avec autant de bouteille de sortir un album aussi "frais" ! Et puis ce côté Metal "nola" : irrésistible !

01/03/2024, 15:22

Humungus

J'avais déjà hâte d'écouter ça, mais avec une chronique pareille...Vivement.Pis surtout, vivement la tournée de mai prochain bordel !

01/03/2024, 10:06

Tourista

Je me rappelle avoir vu UNE fois Sepultura avec Derrick Green en festoche, époque dreadlocks, j'ai dû tenir 3 morceaux.  Mais évidemment les propositions arriveront, les gros sous se profiler, le groupe reviendra avec une cote renforcée et des cachets g(...)

29/02/2024, 22:36

Gargan

´Vont ptêtre se reformer deux ans après la tournée, avec lui.

29/02/2024, 21:48

Cupcake Vanille

Quitter Sepultura pour peut-être (voir les rumeurs du moment) pour un autre groupe commençant par la lettre S sur le son américain du côté Iowa. 

29/02/2024, 21:24

RBD

Il a déjà un autre groupe de Rock chrétien qui marche bien au Brésil. C'est vrai que c'est bizarre de partir maintenant alors que la fin prochaine du groupe est déjà programmée à assez court terme. En tout cas c'est un batteur(...)

29/02/2024, 21:12

Buck Dancer

Même si je comprends l'opportunité de jouer dans Slipknot (si la rumeur dit vrai) dommage d'être resté toutes ces années pour partir juste avant la dernière tournée.

29/02/2024, 18:48

senior canardo

@Humungus sur la date de Magny le hongre, Paulo avait un tshirt Houwitser    sur scène ça ma remis un coup de (...)

29/02/2024, 10:09

Orphan

Batteur absolument génial.https://www.youtube.com/watch?v=PkmUSjkTJCgV'la le niveau du gamin qu'il était.

29/02/2024, 08:24