B1nary Dream

Turbulence

08/03/2024

Frontiers Records

Le Metal progressif traite souvent de thèmes passés, d’évènements historiques, de légendes racontées depuis des siècles, ou, au contraire, s’intéresse à l’avenir, le nôtre et celui que nous laisserons à nos enfants. C’est cette deuxième option que les libanais de TURBULENCE ont choisie pour leur troisième album, celui dit de la confirmation. Et comme ces musiciens comptent parmi les plus doués et créatifs de leur scène, B1nary Dream explose toutes les attentes, intronisant le quintet sur une chaire qui sera sienne pour de longues années.

B1nary Dream, c’est quoi ? Prosaïquement, un second long pour l’écurie Frontiers, trois ans après le déjà stratosphérique Frontal, et une confiance renouvelée entre la maison de disques italienne et le combo du Liban. Thématiquement, tout autre chose. Ce concept album raconte l’aventure de 8b+1, robot expérimentant le rêve binaire, et qui va passer du statut de simple d’objet à celui de conscience, en passant par différents états. Ces neuf morceaux sont donc liés par la même histoire, que le groupe nous raconte entre mélodie, puissance, nuance et insistance.

TURBULENCE partage avec MYRATH ce goût pour sa propre culture orientale, et pour ces arabesques qui viennent agrémenter les mélodies européennes. Mais ils partagent aussi pour cet album un batteur, Morgan Berthet, puisque leur fidèle Sayed Gereige était indisponible pour l’enregistrement. La frappe puissante de Morgan vient donc prêter main forte au line-up (Anthony Atwe - basse, Alain Ibrahim - guitare/chant, Mood Yassin - claviers, Omar El Hajj - chant) qui s’est senti pousser des ailes et a encore repoussé ses propres limites en nous offrant un véritable festival d’harmonies, d’arythmie, de complexité instrumentale et de fluidité Metal. Sans renier évidemment son propre background, on sent que le quintet a ouvert ses possibilités à d’autres influences, allant parfois jusqu’à incarner une version Proche-Orient de DREAM THEATER ou PEROPERO.

Des textures, de la profondeur, de la perspective, voilà ce que dévoile un travail de titan, pour que chaque note sonne juste et parfaitement à sa place. On savait déjà que le quintet avait des capacités largement au-dessus de la moyenne, on sait maintenant qu’il est capable de composer de véritables chansons, avec une âme, pour illustrer ce conte d’anticipation avec le plus d’acuité possible.

Nous suivons donc l’évolution et la transformation de8b+1, dans le dédale de ses rêves, et l’histoire nous entraîne dans un monde où tout semble possible, même les choses les plus extraordinaires. L’éveil de ce robot à la conscience humaine est très bien illustré par des morceaux aussi différents que complémentaires, et la perfection est souvent frisée d’un ou deux cheveux. J’en tiens pour preuve le phénoménal « Manifestations » et ses six minutes et trente secondes de défi rythmique, qui tient en haleine, fait tournoyer, perdre ses repères pour finalement se crasher sur la délicatesse de « Ternary » et ses harmonies vocales sublimées par un solo magnifique.

Sensibilité, agressivité, délire diurne pour trip nocturne, B1nary Dream dessine un univers très coloré, au blanc immaculé et aux teintes contrastées, pastels, pour mieux décrire les sensations éprouvées par cette machine devenant presque humaine. Si la complexité des arrangements saute aux oreilles immédiatement, la facilité avec laquelle TURBULENCE fait passer ses plans les plus acrobatiques à quelque chose de divin, sautant d’un îlot Metalcore sur une plage Progressive traditionnelle. Parfois Djent, parfois Rock, parfois Post Metal mais toujours précieux et précis, le groupe tente toutes les bifurcations pour être certain de ne rien oublier, et de nous offrir un panoramique le plus large possible.

De proportions raisonnables, ce troisième album se contente donc des idées les plus pertinentes, laissant les bavardages inutiles au placard. Et même lorsque toute raison est mise de côté, sur le titanesque « Binary Dream », rien n’est superflu, à côté de la plaque ou trop redondant, et le résultat est évidemment sublime de finesse et d’exigence instrumentale. On louera évidemment le talent d’un guitariste qui connaît son instrument par cœur et qui partage avec lui une relation fusionnelle, mais on n’oubliera pas de féliciter un claviériste qui sait exactement quel preset utiliser pour densifier la musique, et non la rendre stérile ou trop Pomp.

Quant à Omar El Hajj, sa voix nuancée plaque un glaçage délicieux sur le gâteau, ses intonations ne cherchant pas la prouesse technique, mais bien le feeling, la sincérité et la justesse. Son falsetto est totalement sous contrôle, et sa voix de poitrine très pure et ample. L’osmose entre les musiciens est donc palpable, ce qui permet à « Binary Dream » de passer comme dans un rêve justement, ou comme un court métrage pour les oreilles aux images futuristes, mais au thème universel.

Attaques personnelles, coups fourrés, chemins de traverse pour un point de rendez-vous qui évoque avec malice un monde nouveau, dans lequel cohabiteront les hommes et les machines. Nos alter-ego auront donc visage humain, et leur âme leur permettra de vivre parmi nous sans susciter de rejet. C’est en tout cas ce que semble suggérer « Hybrid », et sa partie de batterie stellaire, qui use du contretemps et des mesures impaires comme Rick Deckard de son arme et de son flair.

Petit chef d’œuvre ?

La formule me plaît, et se montre fidèle au sceau de qualité apposé sur une œuvre fantastique, dans tous les sens du terme. Les accents orientaux, loin d’occuper le premier plan servent souvent de couleur d’arrière-plan, qui permet de nuancer les tableaux les plus fragiles (« Corrosion »). Et comme B1nary Dream se termine dans le coton mélodique de « Deerosion », avant que l’alarme assourdissante ne sonne le réveil, on se perd dans les draps de l’art pour mieux ouvrir les yeux sur une réalité alternative.

Du Progressif qui n’abuse pas de son statut élitiste, et qui sonne comme du Heavy Metal moderne joué par des surdoués. Un concept album comme le style les affectionne, et une nouvelle étape franchie sur un parcours pour le moment royal. Merci à TURBULENCE de secouer l’actualité de son unicité, et de nous permettre d’écouter autre chose qu’un simple disque enregistré sans ambitions.             

      


Titres de l’album:

01. Static Mind

02. Theta

03. Time Bridge

04. Manifestations

05. Ternary

06. Binary Dream

07. Hybrid

08. Corrosion

09. Deerosion


Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 18/05/2024 à 17:29
90 %    76

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Hatebreed + Crowbar

RBD 18/06/2024

Live Report

Nostromo + Nwar

RBD 03/06/2024

Live Report

Dvne + My Diligence

RBD 29/05/2024

Live Report

Anthems Of Steel VI

Simony 24/05/2024

Live Report

Pessimist + Demiurgon

RBD 14/05/2024

Live Report

Voyage au centre de la scène : ARGILE

Jus de cadavre 12/05/2024

Vidéos

Mercyless + Nervous Decay + Sekator

RBD 08/05/2024

Live Report

Birds in Row + Verdun

RBD 02/05/2024

Live Report

Hexagon Doom Tour

Simony 29/04/2024

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Humungus

Je pense que DL100 causait du clip...Et là, on peut pas lui donner tort hein... ... ...

19/06/2024, 06:55

Gargan

Plutôt injuste comme commentaire, je m’attendais à qqch de super cheap alors qu’il n’en est rienet musicalement ça se tient (parfois même l’impression d’entendre du Alastis !).

18/06/2024, 22:28

Gargan

La pochette évoque un retour au sources, mais ça ne me fera pas oublier phantoms, qui reste indétrônable.

18/06/2024, 22:20

Kiss the Goat

Un renouveau dans ce qui se fait en français 

18/06/2024, 21:43

DL100

Ah ouais, quand-même... C'est hautement ridicule et pathétique là...

18/06/2024, 12:07

Gargan

Hmmm j'ai tendance à préférer cette version, c'est mal. J'ai le sentiment que c'est plus lisible et pêchu et - heureusement - le son des toms est préservé, le genre de détail qui devait persister. Vont-ils nous refaire le coup po(...)

17/06/2024, 09:04

RBD

C'est une bonne surprise. Kerry n'a eu évidemment aucun mal à bien s'entourer mais ses partenaires ont apporté une pêche supérieure aux derniers Slayer. Ce Thrash à fond est mieux inspiré que celui de "Repentless" sans(...)

16/06/2024, 18:58

Humungus

De ces deux extraits proposés, il ne ressort effectivement pas grand chose...En tous cas, beaucoup moins que sur la réédition de "Morbid visions" qui m'avait bizarrement beaucoup plu l'année dernière.En même temps, et je s(...)

16/06/2024, 08:52

Moshimosher

Franchement, très bonne surprise ! Et vraiment content pour eux qu'ils puissent continuer ! Malgré la vie, la mort continue et c'est bon !!! \m/

15/06/2024, 20:44

Arioch91

L'édition originelle est intouchable, avec un son qui lui est propre et qui l'identifie dès les premières secondes. Sans oublier ce son particulier des toms d'Igor, comme sur le Pleasure to Kill de Kreator.Avec ce réenregistrement, on est loin de (...)

15/06/2024, 19:42

Humungus

Ouais... ... ...Bah à l'écoute de ce titre, cela ressemble comme deux gouttes de foutre à NIFELHEIM hein.Et à du très bon NIFELHEIM qui plus est !De fait, étant über fan de ce groupe, j'attends cette galette avec impati(...)

15/06/2024, 09:11

Moshimosher

Bon, par contre, l'extrait me laisse dubitatif...

15/06/2024, 06:37

Moshimosher

En tant que grand fan, je suis partagé... mais bon, pourquoi pas ! Surtout que j'ai tous les albums d'Edge of Sanity (Until Eternity Ends compris) et une bonne moitié des Nightingale... donc, qui sait... s'ils sont aussi en digital, je pourrais me laisser tenter par c(...)

15/06/2024, 06:33

RBD

Les concerts ne sont qu'une partie de ce petit festival. La dernière fois il y avait des conférences, des "masterclass", un marché aux puces, etc. Ce n'est pas évoqué ici mais je m'attends à retrouver tout cela. La progra(...)

14/06/2024, 11:18

Gargan

Pas un groupe de métal « trad » pour des « états généraux », ça donne vraiment beaucoup d’envie et de crédibilité…

14/06/2024, 07:43

metalrunner

Merci pour la redécouverte Ravage in peace c est trop bon

13/06/2024, 20:13

LeMoustre

Oh la torgnole thrash !Ah oui on sent bien l'influence du Dark Fuckin' Angel période Don Doty a plein nez. Le tempo effréné, les vocalises dans l'esprit. Parfait Achat direct cash de chez cash.J'adore, tout a fait pile poil ma cam(...)

11/06/2024, 20:30

Arioch91

Écouté ce matin en mode découverte tout en bossant, pas l'idéal mais pas le choix.Au premier ressenti, j'ai pensé à un croisement endiablé entre le Darkness Descends de Dark Angel et le Pleasure to Kill de Kreator. On a connu pire (...)

11/06/2024, 12:28

Humungus

"System Shock est un sérieux prétendant au titre d’album Thrash de l’année"Itou mec !!! !!! !!!Pour ma part, je vois plus dans ce superbe album la patte des "Trois Grands Teutons" (KREATOR, DESTRUCTION &(...)

11/06/2024, 11:01

Jus de cadavre

La prod est une fois de plus monstrueuse, bordel il s'est fait attendre celui là !

11/06/2024, 08:49