On dit que la foi peut déplacer des montagnes. Je n’ai jamais vérifié cet adage, mais m’est d’avis que Sisyphe aurait aimé qu’il soit vrai. D’ailleurs, le parallèle entre cette figure mythologique et un groupe de Metal n’est pas sans intérêt. Car après tout, lorsqu’on regarde de plus près le parcours d’un combo lambda, il ressemble en tout point à la tâche ubuesque assignée à ce pauvre Sisyphe, rouler son rocher de jour en jour pour toujours se retrouver à son point de départ. Trouver les financements pour enregistrer un album, tenter de mettre sur pied une tournée en se débrouillant seul ou en faisant confiance à un tourneur, galérer pour vendre suffisamment de LPs et de places de concert pour rentrer dans ses frais (sans aller jusqu’à parler de bénéfices), faire une pause pour encaisser le tout, et recommencer, encore une fois, mois après mois, année après année. Alors oui, finalement, sans déplacer des montagnes, la foi peut vous permettre de les gravir sans relâche…Ce principe est encore plus avéré pour un groupe accusant des décennies d’existence, qui a tout connu, des débuts prometteurs au statut de « nouveau gros », « next big thing », « meilleur groupe de », jusqu’à la signature sur un label européen aux moyens de promotion conséquents, en passant par le split, le trou noir, la traversée du désert et son évasion, pour enfin connaître un semblant de sérénité. Et ADX a déjà tout connu, l’enfant chéri des boomers Heavy des années 80 est un dur à cuire, et la peau de son perfecto est tannée, et difficile à trouer. Mais aussi affectueux soit le lien nous reliant à ce groupe historique, il serait inconvenant et rabaissant de le mettre en relief au moment de juger du potentiel d’un nouvel album. Car ADX, malgré son passé/passif brillant, ne mérite pas d’être réduit à une attraction de nostalgie qu’on ressort des tiroirs la larme à l’œil. Parce qu’en 2020, le groupe est plus vivant que jamais, et aussi décidé qu’au début de sa carrière à faire tomber les barrières le séparant de nouveaux fans. En témoigne ce onzième album studio au titre adapté, Bestial. Et cet album, comme les autres, a une histoire. Celle qui relie le quintet à ses fans.

Comme beaucoup d’autres avant eux, les mecs ont eu recours à une astuce évitant les céphalées et autres prises de portefeuille au moment d’enregistrer leur nouvel album. En ayant eu recours au financement participatif, ils ont limité les risques, et se sont assuré un minimum de ventes, pour ne pas se retrouver le bec dans l’eau. Les fans, trop heureux de contribuer à l’histoire, ont mis la main à la poche pour s’assurer de la livraison d’un beau CD ou d’un double LP flambant neuf, ce qui me permet aujourd’hui d’écouter Bestial et de donner mon avis sur la bête. Et la bête est énorme, aux muscles saillants, elle a un visage connu, des attitudes familières, des réflexes conditionnés, mais plus important, elle est bien de son temps, sans oublier les combats passés. On ne change pas un groupe comme ADX en lui faisant humer le parfum de l’opportunisme. Les musiciens sont là depuis trop longtemps pour ne pas savoir que céder aux modes, c’est perdre son âme sans en gagner une autre, plus moderne. Ils ont un temps abandonné le français pour tenter de faire plier le public anglo-saxon, mais c’est bien la seule concession qu’on puisse leur attribuer. Le français est depuis longtemps redevenu leur langue de narration, ce qui nous permet aujourd’hui d’apprécier les textes proposés, toujours signés de Phil qui n’a pas la langue historique dans sa poche. Mais au-delà de tous ces constats, que nous réserve ce onzième album studio, au moment d’en apprécier la puissance et les astuces ? Rien de neuf, rien que le groupe n’ait déjà exprimé sur ses œuvres précédentes, juste un surplus d’énergie, une hargne renouvelée, et une qualité assumée. En s’assurant du talent de Francis Caste derrière la console, sans doute eu égard à son travail avec LOUDBLAST, NO RETURN et KLONE, le groupe a fait le bon choix. Francis a en effet doté ADX d’un son énorme, mais qui n’écrase pas les tympans, et qui n’oublie pas le passé dans une commode. Le résultat, une production dans les couloirs du temps, entre celle de Suprématie et Non Serviam, moderne mais analogique, efficace mais précise, enrobée, mais humaine. Au graphisme, on retrouve la précision diabolique de Stan W Decker, qui offre au groupe une imagerie digne des cadors Power Metal mondiaux, avec cette créature mi-homme mi-loup menaçant de son sourire diabolique un cortège de cavaliers. Pochette qui pourrait symboliser le parcours du groupe, toujours en route malgré les dangers d’un destin capricieux, et toujours prompt à aller de l’avant. Voyez-y ce que vous voulez, mais j’aime assez cette métaphore délicatement bleutée.

Musicalement, le groupe n’a rien changé à sa formule. On retrouve ce Heavy Metal flamboyant aux connotations historiques, et aux échos mystiques, malgré un nouveau changement de line-up qui semble-t-il n’a pas altéré la cohésion d’ensemble. Derrière les deux pères fondateurs Phil et Dog, derrière les deux derniers arrivants Julien et Nicklaus, on trouve aujourd’hui à la guitare autrefois malmenée par Betov un certain Neo, Neogeofanatic pour les intimes, le démonstrateur fou des réseaux sociaux et collaborateur de Guitar Part, ce qui insuffle un peu de sang neuf à l’entreprise, sans renier l’héritage de trente années dévouées à la cause. Les compositions, nombreuses, ne dérogent à aucune règle établie par les dix albums précédents, avec toujours en exergue cet équilibre entre Heavy féroce et solide et Speed maitrisé et modéré, une recette connotée eighties mais qui grâce à la vague nostalgique actuelle retrouve de sa superbe. On en a la démonstration dès le premier vrai morceau, « Au Dessus Des Croix Noires », qui nous ramène à la grande époque de « Les Enfants de l’Ombre » et autres hits d’une carrière impeccable. Evidemment le sceptique et les esprits chafouins argueront du caractère éminemment classique d’une telle réalisation. Mais leur expliquer pourquoi ADX est aujourd’hui aussi important qu’il y a trente ans pour le Heavy Metal serait tâche vaine et il est donc inutile de lancer le débat. Leur expliquer que si « Du Sang Sur Les Pierres » se veut lyrique et témoin d’un temps que les moins de vingt ans ne peuvent connaître que par procuration, c’est parce que le groupe croit encore en ce qu’il faisait si bien entre 1985 et 1988, et que cette foi est la plus belle preuve d’amour qu’il puisse adresser à ses fans. Que si la voix de Phil n’a plus ces envolées dramatiques et suraigües qu’on aimait tant c’est parce qu’il a gagné en maturité. Que ces riffs qui semblent défier le calendrier sont les plus francs et honnêtes que l’on puisse écouter en 2020, parce qu’ils ont été composés par des musiciens ayant connu le « faste » d’antan.                                                          

Bestial, plus prosaïquement, est très intelligemment agencé. Avec ses nombreuses intros et inserts, ses coupures et son ambiance générale héroïque et sombre, il offre une progression fascinante et pourtant des compositions courtes et simples, et accessibles à chacun. A chacun d’ailleurs d’en tirer une playlist personnelle, anticipant par la même la campagne de promotion live du groupe. Accordez à votre serviteur une préférence pour le féroce et emphatique « Overlord », pour le lapidaire et sans pitié « Action Cannibale », suintant de méchanceté avec un Phil remonté et des chœurs survoltés, et pour le final homérique et Heavy « Le Mensonge ». Permettez-moi aussi de craquer pour cette basse claquante, et pour cette atmosphère générale qui le confine à une procession nocturne secrète, de chevaliers fiers mais fatigués, rentrant enfin chez eux. Des chevaliers qui depuis plus de trente ans contournent les montagnes au lieu de les déplacer, trop intelligents pour encore tenter l’impossible.

 

Titres de l’album :

                          01. Rituel Ancestral

                          02. Au Dessus Des Croix Noires

                          03. Les Sanguinaires

                          04. Overlord

                          05. Collecteurs De Chair

                          06. La Marche Des Spectres

                          07. Action Cannibale

                          08. Disgrâce

                          09. L’Epreuve

                          10. Du Sang Sur Les Pierres

                          11. Le Désordre

                          12. La Traque

                          13. L’Incertitude

                          14. Le Mensonge

Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 27/01/2020 à 17:29
85 %    502

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Mutilatred

Ingested Filth

Pearl Jam

Gigaton

Crypt Dagger

From Below

Lamentari

Missa Pro Defunctis

Almanac

Rush of Death

Mariana Semkina

Sleepwalking

Glaciation

Ultime Eclat

Milking The Goatmachine

From Slum to Slam - The Udder Story

Aevum

Multiverse

Burning Witches

Dance with the Devil

Aleister

No Way Out

Conny Bloom

Game! Set! Bloom!

Death. Void. Terror.

To The Great Monolith II

Vulcano

Eye In Hell

Vaisseau

Horrors Waiting In Line

Justify Rebellion

The Ends Justify The Means

Uncut

From Blue

Invocation

Attunement to Death

Lag I Run

Vagrant Sleepers

White Ward

Love Exchange Failure

LA CAVE #4 : une sélection d'albums / Spécial Black Metal

Jus de cadavre / 21/03/2020
Black Metal

Napalm Death + Eyehategod + Misery Index + Rotten Sound

RBD / 09/03/2020
Brutal Death Metal

Stolearm

RBD / 17/02/2020
New Wave

Pastor of Muppets

RBD / 12/02/2020
Brass Band

J'irais Mosher chez vous ! Episode 2 : Indonésie

Jus de cadavre / 08/02/2020
Asie

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

ce qu'il ne faut pas lire comme âneries ici...


Je rejoins aussi ton avis, me souviens encore de leurs débuts, c.était même pour ma part difficile d'avaler un album au complet d'une esti shot. Conqueror aussi dans le même chariot.


Pas mal du tout ça !
La production est excellente, très organique, proche d'une captation live mais restant fine et précise ! Ca promet.


L'artwork est l’œuvre d'un certain Jibus


Intéressant, on pourrait savoir qui a fait l'artwork? il est magnifique et je trouve dommage que les crédits des artistes ne soient que rarement mentionnés alors que c'est eux qui fournissent le contenu.


Tu nous feras deux pater et trois avé en pénitence.


J'avoue avoir utilisé la désignation d'Encyclopaedia Metallum sans chercher à vérifier tellement j'ai confiance en ce qui y est mis habituellement.


Dimmu Borgir en PLS ! Impressionnantes les orchestrations, et pourtant je ne suis vraiment pas client de Black sympho !


J'aime toujours Revenge, mais je trouve que le groupe a sacrément perdu de son aura malsaine et dérangeante aujourd'hui... Trop d'albums et surtout trop de live selon moi, ça perd en "mystère"... Après c'est toujours bien bestial et nihiliste comme on aime, mais bon. Enfin ce n'est que mon avis(...)


Effectivement pire mascotte de tous les temps.
Elle porte un nom je crois d'ailleurs mais je ne sais plus lequel...


Bien plus Grunge que Sludge Doom ce truc...


Excellent groupe, avec un son en avance, des putains de riffs et la plus horrible mascotte qui soit.


pas le 27 Avril mais c est le 17 Avril voir site;
https://wickedmetalreview.wixsite.com/wickedmetalreview/post/reptilium-adrenochromacy?fbclid=IwAR3mQiBqH-HFePj2K1w3WrzchVjL2mABPa-drsZ2slIrmbxKotYt1qe3r6g


Ah, effectivement : la pochette est terrible !!


merci pour ton report
Je n'ai pas pû me déplacer pour cette affiche monstrueuse, ce qui rend la lecture douce et cruelle à la fois.


Un produit plastique crée de toutes pièces, sasns identité ni âme. Merci Nuclear Blast de cracher sur le patrimoine.


Seul le premier album était excellent, les 2 autres dont celui-ci de moins en moins bons.


Et bien... quelle chronique Mr Mortne une fois de plus !
Un album pas encore écouté pour ma part, mais j'ai limite l'impression pourtant, tellement on en entend parler partout. J'y jetterais une oreille certainement, en asseyant de faire fi des polémiques l'entourant.


Ah ah ah !!!
C'te pochette est juste géniale bordel !


Effectivement le chant fait très Hreidmarr.