L’Italie thrashe. Ça semble péremptoire dit comme ça, mais le pays est en pleine ébullition Bay Area depuis quelques années. Et en dehors de quelques novateurs qui poussent le Metal mordant dans ses derniers retranchements, admettons que la plupart des combos du créneau se la jouent tradition et respect des conditions. Pas forcément générale de vente, mais qui ventilent bien les permanentes.

En témoigne, l’activité débordante d’un de ces représentants, VRP Thrash très véloce et en continuel déplacement, comme le prouvent leurs récentes tournées hors Europe, aux USA et au Japon, les originaires de Ferrara, GAME OVER.

Non contents d’avoir emprunté aux NUCLEAR ASSAULT le nom d’un de leurs plus célèbres albums, les quatre membres de GAME OVER (Alessandro « Sanso » Sansone- guitare, Luca « Ziro » Zironi – guitare, chœurs, Renato « Reno » Chiccoli – chant/basse et Anthony « Vender » Dantone – batterie) cumulent les actes de bravoure et les longue durée, comptant trois chapitres à leur histoire entamée en 2008 (For Humanity en 2012, Burst Into The Quiet en 2014 et le petit dernier, Crimes Against Reality l’année dernière), ainsi que de fréquentes excursions hors de leurs contrées.

Ceci découlant sur cela, mais faisant surtout d’eux des valeurs sûres de l’exportation Thrash transalpine, ce que confirme ce nouvel EP six titres qui se veut autant bilan que prospection, et que lien entre un passé fameux et un avenir qui semble plus que radieux.

Si leur dernière offrande avait soulevé un enthousiasme avéré sur la toile, les plaçant de fait dans le peloton de tête des leaders de la scène extrême vintage Italienne, ce Blessed Are The Heretics leur permet de marquer une pause à moindre frais, sans atténuer leurs qualités déjà abondamment soulignées.

Constitué de bric et de broc, dans la plus grande lignée des EP des années 80 venant clôturer une saison de live enflammée, cet intermède sympathique est plus à envisager comme un petit cadeau aux fidèles que comme une réelle avancée. Avec deux morceaux inédits, de qualité variable, une reprise et une poignée de titres captés en concert aux USA et au Japon, Blessed Are The Heretics est une joyeuseté éphémère qui vous permettra de patienter jusqu’au prochain album, qui si l’on en croit leur régularité, devrait voir le jour en fin d’année, ou en 2018.

D’ici là, vous pourrez vous repaître de ces deux « nouvelles » compos, puisque l’une d’entre elles n’est qu’une relecture d’une ancienne qu’on trouvait déjà sur Burst Into The Quiet, « No More », repris ici à la sauce Italienne et dans leur idiome natal, qu’ils utilisent pour la première fois de leur carrière et devenant très logiquement « Mai Piu ».

De son côté, «Blessed Are The Heretics » ne vient en rien troubler l’ordre des choses, et perpétue l’approche multiple des GAME OVER, dont le Thrash flirte souvent avec le Crossover, et restant somme toute assez modéré dans l’agression. Ce titre est en outre très accrocheur et reste fermement ancré dans une inspiration séculaire, misant gros sur l’efficacité de riffs simples et de rythmiques franches, dans une optique assez MORDRED/NUCLEAR ASSAULT/LUDICHRIST/MORTAL SIN, avec quelques accélérations assassines à la clé, sachant rester raisonnables en fin de soirée.

Avec son lot de breaks bien sentis et d’écrasements mélodiques fournis, cet inédit transforme déjà ce nouvel EP en collector à posséder, et se montre bien plus intéressant que les deux segments le suivant immédiatement.

La relecture de « No More » dans la langue de Dante n’apporte pas grand-chose à l’original, mis à part un exotisme de façade pas vraiment indispensable, puisque le morceau anglophone était déjà suffisamment efficace, et la reprise assez maladroite du tube « You Spin me Round (Like a Record) » des iconoclastes et chamarrés DEAD OR ALIVE est pour sa part plus amusante que percutante, et avouons-le, foirée dans les grandes lignes dans sa réappropriation maladroite, même si les plus punks des Hardcoreux des fans de Thrash trouveront le refrain assez amusant en soi. Mais il faut reconnaître que dans le style, les ACID DRINKERS s’en étaient beaucoup mieux sortis avec le classique festif « Love Shack » des B 52’s.

La partie live propose un témoignage de l’abordage en règle des terres américaines et nippones, et nous offre donc trois extraits qui pètent le feu, « Mountains Of Madness », « Fix Your Brain » et « C.H.U.C.K. », qui soyons honnête, représentent le plus grand intérêt de cette nouvelle sortie.

Bénéficiant d’un son à déchausser les moshers, ces trois titres incarnent à merveille la puissance du groupe on stage, et sont présentés dans des versions assez accélérées et intensifiées, ce qui les rend encore plus terrifiants.  

La basse, mixée upfront, roule comme les yeux de Dan Lilker et Frank Bello en face de foules réceptives à leur chaos, et la batterie usine et turbine sans relâche en arrière-plan.

Si les soli pâtissent d’un manque de dynamique, le chant est parfaitement équilibré et pas trop sur représenté, et on oublie assez rapidement en trépidant sur ces hymnes explosifs que l’on est tranquille chez soi un verre à la main, et pas dans une salle de Chicago ou de Tokyo à headbanger comme un gros gamin. On en vient même à souhaiter que nos Italiens préférés franchissent le pas d’un live entier, tant ces trois morceaux finaux propulsent Blessed Are The Heretics dans la catégorie haut de gamme des Live at Eindhoven de TESTAMENT ou Live at The Dynamo de SACRED REICH.

Bilan largement positif donc pour nos thrasheurs aux longs tifs, qui s’en sortent encore une fois admirablement bien, sans chercher à forcer leur destin. Blessed Are The Heretics confirme l’excellente impression laissée par Crimes Against Reality, et gageons que le futur des GAME OVER sera rempli de crédits gratuits et non d’une subite fin de partie.


Titres de l'album:

  1. Blessed Are The Heretics
  2. Mai Più ("No More" in Italian)
  3. You Spin Me Round (Like A Record) (DEAD OR ALIVE Cover)
  4. Mountains Of Madness (Live)
  5. Fix Your Brain (Live)
  6. C.H.U.C.K. (Live)

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 13/05/2017 à 17:14
70 %    284

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Voz De Nenhum

Sublimation

Vertex

Scalable

This Gift Is A Curse

A Throne Of Ash

Thornbridge

Theatrical Masterpiece

Spectrum Orchestrum

It's About Time

Ares Kingdom

By The Light Of Their Destruction

The End Machine

The End Machine

Vitriol

Chrysalis

Altar Of Oblivion

The Seven Spirits

Inculter

Fatal Visions

Venom Prison

Samsara

Sammy Hagar

Space Between

Final Cut

Jackhammer

Eivør

Live In Tórshavn

Burning Rain

Face The Music

Sisters Of Suffocation

Humans Are Broken

Jack Slamer

Jack Slamer

Misery Index

Rituals of Power

Black Oak County

Theatre of the Mind

Mgła - Revenge - Doombringer // Paris

Mold_Putrefaction / 19/05/2019
Death Metal

Dead can Dance

RBD / 19/05/2019
Darkwave

NETHERLANDS DEATHFEST IV / Tilburg, Pays-Bas

Jus de cadavre / 16/05/2019
Death Metal

Tour-Report ACOD (support Cradle Of Filth / Avril 2019)

Jus de cadavre / 14/05/2019
Death Black Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Vu en 2013 au Luxembourg.
Souvenir malheureusement mitigé :
Super heureux de voir et entendre ce putain de groupe pour la toute première fois sur scène.
Mais déception totale d'avoir l'obligation d'être assis à un concert (c'était la toute première fois que cela m'arrivait (...)


Très surpris de lire que MGLA ait désormais "un public familial"...
Cela fait très longtemps que je ne les ai pas vu en live (à vu de nez je dirai qu'il y a 7 ans), mais je peux vous dire qu'à l'époque, c'était très loin d'être le cas.
Quoi qu'il en soit, groupe que perso j'ador(...)


Nous tenons là la surprise de l'année ! Un des plus grands vocalistes extrêmes sortant un opus solo, là j'en tombe de ma diabolique chaise ! Le tout a l'air bien bien barré en plus : j'adore.


Aie la pochette !!!! Ça sent pas le death metal ça....Akerfeltd doit vraiment se forcer sur scène pour jouer les vieux morceaux.
Enregistré l'an dernier et sort qu'en automne ?


"Kickback reviens ! Ils sont devenus tous mous..."


@Sphincter : ah bah mec ton com fait plaisir à lire ! Autant je ne suis pas un adepte du pit à tout prix autant, quand tu dis que les gens se prennent trop au sérieux, c'est tellement vrai ! Genre si ça se met à bouger un peu trop selon certains dans la fosse, tu as l'impression d'être une bê(...)


Pour l'anecdote en sortant de la salle (opération qui prend un certain temps lorsqu'on a eu la bonne idée de se mettre un peu devant dans un Petit Bain plein comme un œuf) mes voisins s'émerveillaient de n'avoir "jamais vu'" un concert de Black qui bouge autant...

Enfin ça m'a fait(...)


Ça fait belle lurette qu'on se fait chier en concert de "Black Metal"...
En bon suceur de Deathlike Silence, tout le monde se la joue trop sérieux avec la mentalité no mosh et oublie le côté no trend. Et MGŁA s'est l'archétype du très bon groupe de studio qui ne sert à rien sur scène(...)


ouais c'est clair ça tabasse toujours autant, et comme a chaque sortie je me demande si un jour ils vont revenir en europe...


C'est sûr qu'avec une pochette comme cela, on a tout de suite envie d'acheter l'album...


Très sympa, j'aime beaucoup !


C'est pas tous les jours qu'un aussi bon album est chroniqué sur Metalnews, ne boudons pas notre plaisir. Un bon 8.5/10 pour ce thrash war metal.


On ne peut plus classique, mais toujours aussi efficace...


Merci pour le report, vieux Jus, ça donne presque envie :)
On se retrouve à DisneyHell en Juin


Exactement le même avis que toi concernant REVENGE et MGLA sur scène !
Pour le public amorphe, à mon avis il devait y avoir pas mal de Hollandais dans la salle :D !


La reprise Autumn Sun est de Deleyaman...le nom du groupe est mal écrit dans l'article ;)


Je te rassure : le "désormais" n'existe pas pour moi puisque je n'ai jamais aimé Korn et consorts (hormis durant ma prime adolescence... donc au temps jadis).


Par contre, Lisa, elle est malade ou quoi ? A la vue des vidéos sur YT, on dirait qu'elle a pris 30 kilos.


Merci pour ce papier, DCD fait partie des grands, et j'imagine les poils se hérisser aux sons de "Xavier" ou l'intemporel "Anywhere...". Ca a dû être de grands moments.


Ce qu'il faudra donc retenir de cette discussion de bon aloi entre Satan et JDTP, c'est que le terme Néo Metal (qui est effectivement une des influences flagrantes de ce groupe) est désormais perçu de façon totalement péjorative...
Intéressant non ?