Un peu de brutal pour entamer une journée banale ne peut pas faire de mal. Et en choisissant de chroniquer le premier album des Parisiens de BLEED, il semblerait que j’ai fait le bon choix pour affronter le froid.

Qui sont donc ces pourfendeurs de Metal tiède qui manient la guitare comme d’autres la hache pour couper du bois ?

Des musiciens visiblement fascinés par le Thrash dit « moderne », qui ne crachent pas sur un brin de Hardcore pour provoquer l’étincelle, et qui semblent avoir pensé chacun de leurs morceaux pour obtenir une efficacité maximale en live.

Nous retrouvons donc au casting Florent Orsini (chant), Damien Wiater (basse), Vincent le Guével (guitare solo), Olivier Ribeiro Dias (guitare rythmique/chant) et Nicolas Collet (batterie), dont une partie poursuit vraisemblablement l’histoire d’un ancien combo à l’identité masquée (le lien Deezer vers l’album n’existe plus, donc impossible d’en savoir plus sur ce mystérieux groupe à l’unique album acclamé).

Ceci relevant du caractère de l’anecdote, je n’ai pas cherché à en savoir plus, préférant me concentrer sur l’actualité, et ce fameux Chaos Impact qui effectivement, mérite son nom à chaque intervention.

Du sang, du chaos, de la brutalité, tels sont les éléments à prendre en compte en écoutant les onze pistes de cet effort initial, qui avec sa presque heure d’écoute n’a pas joué la parcimonie, ce qui le handicape partiellement, puisque certaines idées semblent avoir été répétées inconsciemment.

Pour faire simple et direct (comme le groupe d’ailleurs), nous pourrions dire que ces parisiens jouent un Neo Thrash très efficace, empreint d’influences revendiquées (MACHINE HEAD, LAMB OF GOD, SYLOSIS, SWORN ENEMY, CHIMAIRA, avec ça, vous savez où vous mettez les pieds), aussi percutant que groovy, qui toutefois ne ménage pas ses efforts pour tenter de trouver des accroches un poil plus originales que la moyenne des groupes du cru.

Si chaque morceau se veut l’équivalent d’un parpaing vous tombant sur la tête au détour d’une ruelle, les nuances de caresse du vent ne pointent pas forcément aux abonnés absents, et le niveau technique global assez élevé, permet aux costauds de se hisser au niveau des meilleures productions du genre, comprenez celles des références citées.

Alors évidemment, on trouve des éléments déjà utilisés par des groupes comme AT THE GATES (« The Foreigner », terrassant de vélocité et d’agressivité), des dissonances symptomatiques déboulant sur un concassage de riffs tétanisant (« Retaliation », qui nous replonge dans les affres d’un CREMATORY plus puissant qu’à l’accoutumée), des accélérations foudroyantes tâtant du Thrashcore infecté d’un groove hypnotique et virevoltant (« Prohibited », aux accents putrides d’un Death à la CANCER en version métastases se multipliant méchamment), mais aussi une lourdeur oppressante accentuant son emprise de quelques mélodies maladives contagieuses (« Chaos Impact », se transformant vite en déroulé Thrash alertant avec flair fièvre Modern Core et rage Deathcore).

En gros, un catalogue de figures imposées déposées avec talent et férocité pour prendre l’auditeur à la gorge sans jamais le relâcher.

Là est donc la force de ce quintette qui n’a pas cherché à jouer la carte de l’originalité mais plutôt celle de l’efficacité, et reconnaissons que ça fonctionne à plein régime, puisque les BLEED ont eu la clairvoyance d’agencer leurs morceaux très finement.

Car même si les titres se veulent d’une durée assez inhabituelle dans le domaine, ils se sont vus agrémentés de suffisamment de plans différents pour oser le prolongement, à l’image de ce progressif et envoutant « The Fall », qui fricote avec le Heavy séduisant pour mieux nous fracasser d’un Neo Thrash suintant de méchanceté. Accumulation de riffs pertinents, parties rythmiques à l’avenant, et surtout, un chant qui ose les modulations Death/Thrash/Hardcore pour donner du corps et ne pas se contenter de vociférer sans effort.

Chœurs mélodiques, progression ludique, et punch harmonique, telle est la démarche des cinq parisiens à qui on ne la fait pas, et qui ne sauraient se contenter d’une orgie de décibels pour nous mettre à genoux.

Alors évidemment, tout ça ne fonctionne pas systématiquement, et les essais les plus réchauffés nous renvoient à une mise en abime qu’on ne peut éviter, lorsque le contenant se calque sur le contenu et répète des plans déjà entendus (« Within The Machine », un peu long et meublé de guitares qui balbutient leur LAMB OF GOD avec hésitation), et il est certain que plusieurs entrées auraient gagnées à être raccourcies pour se ramener à une brièveté plus adaptée.

Mais ne soyons pas mauvaise langue, puisque ces quelques approximations ne gâchent en rien l’écoute de cet album tonitruant, qui cogne, défonce, avec une efficacité indéniable, et sait faire preuve d’audace quand il le faut pour avancer sans trop se faire repérer.

Impossible en effet de nier la pertinence d’une clôture orgiaque comme celle que célèbre le final dantesque « Never Surrender » qui en dit long sur les intentions des BLEED, avec sa rythmique heurtée et ses riffs effilés à la SEPULTURA des temps modernes, tandis que le chant se veut plus coulé et parfois susurré dans sa gravité, assurant au titre une portée maximale pour un lot de dommages collatéraux.

Ajoutons à la liste des grosses baffes surprises l’entame hyper efficace de « Time To Bleed » qui impose le groove avec conviction, et qui incarnera une ouverture live du meilleur ton pour mettre les foules en transe pour de bon.

Basse énorme, guitares tranchantes en accord, vocaux caverneux mais fielleux, l’osmose est patente, et la puissance dégagée par les parisiens est efficiente de bout en bout malgré ces quelques errances qui finalement ne handicapent pas la démonstration de force.

Chaos Impact méritée donc son nom sans conteste, et synthétise la vélocité du Thrash le plus violent, l’épaisseur du Neo Core le plus percutant, et la fluidité de mélodies Heavy qui aèrent la symphonie de l’outrance en toute humilité.

 Le genre d’album qui prendra toute sa dimension une fois les musiciens sur les planches, pour un massacre annoncé qui vous fera saigner et prendre des uppercuts plein le nez.


Titres de l'album:

  1. Prelude To Desolation (Intro)
  2. Time To Bleed
  3. Your Answer
  4. The Foreigner
  5. Retaliation
  6. Prohibited
  7. Chaos Impact
  8. The Fall
  9. Within The Machine
  10. War Brothers
  11. Never Surrender

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 04/02/2017 à 14:08
75 %    578

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Ancient Moon

Benedictus Diabolica, Gloria Patri

The Defiants

Zokusho

Lee Aaron

Power, Soul, Rock N' Roll – Live in Germany

Aphrodite

Lust and War

Freternia

The Gathering

Urkraft

Our Treacherous Fathers

Monarque

Jusqu’à la Mort

Black Star Riders

Another State Of Grace

Sacral Night

Ancient Remains

Kryptos

Afterburner

Immortal Bird

Thrive On Neglect

Korn

The Nothing

Damim

A Fine Game Of Nil

Kobold

Masterpace

Warvictims

The Horse and Sparrow Theory

Dead Heat

Certain Death

Void King

Barren Dominion

The New Death Cult

The New Death Cult

Axxios

Beneath the Blood Red Sky

Reality Suite

Awaken

Death Feast Open Air 2019

Mold_Putrefaction / 19/09/2019
Brutal Death Grind

Dopethrone + Wormsand

RBD / 12/09/2019
Doom

DISOWNING, Interview avec Butcher (chant)

youpimatin / 10/09/2019
Death Metal

Concerts à 7 jours

+ Electric Shock + Praying Mantis

21/09 : Jas'rod, Pennes Mirabeau (13)

Belenos + Griffon + Nydvind

21/09 : Salem, Le Haillan (33)

Darkenhöld + Bovary + Eternal Hunt

21/09 : Secret Place, St Jean De Védas (34)

Kadinja + Tranzat + Juggernautt

21/09 : Espace Le Goffic, Rennes (35)

Krassier + Frekkr + Conquerors

21/09 : Dropkick Bar, Reims (51)

Evil Invaders + Warkunt + Disgorged Foetus

21/09 : Maison Du Temps Libre, Rolampont (52)

Deficiency + Fractal Universe + Destinity

21/09 : ThÉÂtre De La MÉdiathÈque, Freyming (57)

Warfaith + Mortuary + Dust In Mind

21/09 : Salle Désiré Granet, Anould (88)

Flush!! + Xbreak Outx

26/09 : L'ambuscade, Lyon (69)

Elyose + Ancient Bards

26/09 : Le Gibus, Paris (75)

Mars Red Sky + Lysistrata + It It Anita

27/09 : La Nef, Angoulême (16)

Pictured + Evilness + Gengis

27/09 : Le Spot, Spézet (29)

A Very Sad Story + Cleaver

27/09 : Le Dropkick, Reims (51)

Vola + Arch Echo + Rendezvous Point

27/09 : Hard Rock Café, Lyon (69)

Misþyrming + Vortex Of End + Darvaza

27/09 : Le Gibus, Paris (75)

Bliss Of Flesh + MÖhrkvlth + Vosegus

28/09 : Espace Leo Ferre, Brest (29)

Alea Jacta Est + Stinky + Wank For Peace

28/09 : Le Rex, Toulouse (31)

Blood Ages + Pray Manticore + From Dusk To Dawn

28/09 : Ecole Des Filles, L'isle-bouzon (32)

Pictured + Evilness + Gengis

28/09 : La Fontaine De Brocéliande, Saint-péran (35)

Fange + Grist + Verdun

28/09 : Molodoï, Strasbourg (67)

Malkavian + Warband + Shut The Fuck Up

28/09 : Rock'n'eat, Lyon (69)

Temple Of Baal + Archgoat + Au Champ Des Morts

28/09 : Le Petit Bain, Paris (75)

Furies + Nemost + No Return

28/09 : Salle Claude Pouillet, Evry-gregy-sur-yerres (77)

Monarch! + Vouna

28/09 : L'hélice, Toulon (83)

Photo Stream

Derniers coms

Vraiment très bonne chronique qui m'a donné envie de redécouvrir ce magnifique album.


J'aime burn excoriate et merci pour la piqure de rappel avec gurkkhas


Une excellente de putain de bonne nouvelle !!


@humungus : j'ai dû mal m'expliquer. Le type a été balancé du public par dessus la barrière et est retombé bien lourdement derrière quoi. Pas sur ses guiboles... et les gars de la secu l'ont relevé ensuite. ;)


Artwork horrible. En espérant qu'il sera un peu plus solide que le dernier.


1) Inutile de dire que ce report et une fois de plus hyper complet.
Cela devient vraiment lassant d'écrire ça à chaque fois mec...
2) "Pour manger, c’est soit des frites, soit une part de pizza"
QUOÛÛÛAH ?!?!
Pas de stands vegano-pakistanais sur ce genre de fest ? Imp(...)


1) JTDP + 1.
2) "Un spectateur un peu plus chaud que les autres passe par-dessus la barrière suite à un slam qui tourne mal et s'écrase juste devant la scène ! la volée qu'il a pris le mec !"
Donc si j'ai bien suivi, un spectateur passe par dessus les barrières (involontairement qu(...)


Bah vu qu'Exodus est plus en moins en stand-by tant que Holt n'en a pas fini avec Slayer, Altus a bien raison de réactiver Heathen. Perso c'est une excellente nouvelle, qui sera encore meilleure si je parviens à voir le groupe live.


Des piges Heathen, le mec est dans Exodus aujourd'hui je savais pas que ça tourné encore.


Et bien, une chronique de Freternia, si je m'attendais à ça! J'avais en effet totalement perdu de vu ce groupe, disparu des radars et visblement peu regretté. A l'époque (et cela ne nous rajeunit pas), j'avais été emballé par le côté épique du 1er album, mais j'avais trouvé le second part(...)


Bravo pour ce report exhaustif. Sur ce genre de festival je suis certain que je me calerais plutôt sur les têtes d'affiche, si j'y allais. Elles sont plus de ma génération (je confirme en passant que Decapitated a été un groupe majeur alors) et je trouve que les vieilles écoles étaient plus (...)


Cela a été corrigé, ce sera bien le 2 mai à Toulouse, un samedi.


"Pendant ce temps là le batteur de KORPSE fait un slam, et une nana vomit à côté de moi, parfait" xD !

Sinon excellent report Mold, comme d'habitude. Tu m'impressionne à tout voir / tout retenir comme ça ! Le gros kiff sur Waking tu m'as tué ;)


Excellent album ! Plus dynamique que le précédent tout en gardant cette lourdeur et cette hargne si caractéristiques du groupe !


merci beaucoup pour ce report, concis et précis...et merci de faire suivre l'actualité du brutol jusqu'à Roazhon...
Et enfin cimer pour Smat's...
ROM1 - KDS CREW


Hihi, je savais que c'était fait pour toi... :-D


Cette affiche... J'en rêvais... ... ...


@kairos +1 !


Cool report, comme d'hab' ! Et toujours intéressant de retracer l'historique musical d'une ville ;-)


Si Scott Wino ne peut plus se défoncer en paix, ou va le monde !