Un peu de brutal pour entamer une journée banale ne peut pas faire de mal. Et en choisissant de chroniquer le premier album des Parisiens de BLEED, il semblerait que j’ai fait le bon choix pour affronter le froid.

Qui sont donc ces pourfendeurs de Metal tiède qui manient la guitare comme d’autres la hache pour couper du bois ?

Des musiciens visiblement fascinés par le Thrash dit « moderne », qui ne crachent pas sur un brin de Hardcore pour provoquer l’étincelle, et qui semblent avoir pensé chacun de leurs morceaux pour obtenir une efficacité maximale en live.

Nous retrouvons donc au casting Florent Orsini (chant), Damien Wiater (basse), Vincent le Guével (guitare solo), Olivier Ribeiro Dias (guitare rythmique/chant) et Nicolas Collet (batterie), dont une partie poursuit vraisemblablement l’histoire d’un ancien combo à l’identité masquée (le lien Deezer vers l’album n’existe plus, donc impossible d’en savoir plus sur ce mystérieux groupe à l’unique album acclamé).

Ceci relevant du caractère de l’anecdote, je n’ai pas cherché à en savoir plus, préférant me concentrer sur l’actualité, et ce fameux Chaos Impact qui effectivement, mérite son nom à chaque intervention.

Du sang, du chaos, de la brutalité, tels sont les éléments à prendre en compte en écoutant les onze pistes de cet effort initial, qui avec sa presque heure d’écoute n’a pas joué la parcimonie, ce qui le handicape partiellement, puisque certaines idées semblent avoir été répétées inconsciemment.

Pour faire simple et direct (comme le groupe d’ailleurs), nous pourrions dire que ces parisiens jouent un Neo Thrash très efficace, empreint d’influences revendiquées (MACHINE HEAD, LAMB OF GOD, SYLOSIS, SWORN ENEMY, CHIMAIRA, avec ça, vous savez où vous mettez les pieds), aussi percutant que groovy, qui toutefois ne ménage pas ses efforts pour tenter de trouver des accroches un poil plus originales que la moyenne des groupes du cru.

Si chaque morceau se veut l’équivalent d’un parpaing vous tombant sur la tête au détour d’une ruelle, les nuances de caresse du vent ne pointent pas forcément aux abonnés absents, et le niveau technique global assez élevé, permet aux costauds de se hisser au niveau des meilleures productions du genre, comprenez celles des références citées.

Alors évidemment, on trouve des éléments déjà utilisés par des groupes comme AT THE GATES (« The Foreigner », terrassant de vélocité et d’agressivité), des dissonances symptomatiques déboulant sur un concassage de riffs tétanisant (« Retaliation », qui nous replonge dans les affres d’un CREMATORY plus puissant qu’à l’accoutumée), des accélérations foudroyantes tâtant du Thrashcore infecté d’un groove hypnotique et virevoltant (« Prohibited », aux accents putrides d’un Death à la CANCER en version métastases se multipliant méchamment), mais aussi une lourdeur oppressante accentuant son emprise de quelques mélodies maladives contagieuses (« Chaos Impact », se transformant vite en déroulé Thrash alertant avec flair fièvre Modern Core et rage Deathcore).

En gros, un catalogue de figures imposées déposées avec talent et férocité pour prendre l’auditeur à la gorge sans jamais le relâcher.

Là est donc la force de ce quintette qui n’a pas cherché à jouer la carte de l’originalité mais plutôt celle de l’efficacité, et reconnaissons que ça fonctionne à plein régime, puisque les BLEED ont eu la clairvoyance d’agencer leurs morceaux très finement.

Car même si les titres se veulent d’une durée assez inhabituelle dans le domaine, ils se sont vus agrémentés de suffisamment de plans différents pour oser le prolongement, à l’image de ce progressif et envoutant « The Fall », qui fricote avec le Heavy séduisant pour mieux nous fracasser d’un Neo Thrash suintant de méchanceté. Accumulation de riffs pertinents, parties rythmiques à l’avenant, et surtout, un chant qui ose les modulations Death/Thrash/Hardcore pour donner du corps et ne pas se contenter de vociférer sans effort.

Chœurs mélodiques, progression ludique, et punch harmonique, telle est la démarche des cinq parisiens à qui on ne la fait pas, et qui ne sauraient se contenter d’une orgie de décibels pour nous mettre à genoux.

Alors évidemment, tout ça ne fonctionne pas systématiquement, et les essais les plus réchauffés nous renvoient à une mise en abime qu’on ne peut éviter, lorsque le contenant se calque sur le contenu et répète des plans déjà entendus (« Within The Machine », un peu long et meublé de guitares qui balbutient leur LAMB OF GOD avec hésitation), et il est certain que plusieurs entrées auraient gagnées à être raccourcies pour se ramener à une brièveté plus adaptée.

Mais ne soyons pas mauvaise langue, puisque ces quelques approximations ne gâchent en rien l’écoute de cet album tonitruant, qui cogne, défonce, avec une efficacité indéniable, et sait faire preuve d’audace quand il le faut pour avancer sans trop se faire repérer.

Impossible en effet de nier la pertinence d’une clôture orgiaque comme celle que célèbre le final dantesque « Never Surrender » qui en dit long sur les intentions des BLEED, avec sa rythmique heurtée et ses riffs effilés à la SEPULTURA des temps modernes, tandis que le chant se veut plus coulé et parfois susurré dans sa gravité, assurant au titre une portée maximale pour un lot de dommages collatéraux.

Ajoutons à la liste des grosses baffes surprises l’entame hyper efficace de « Time To Bleed » qui impose le groove avec conviction, et qui incarnera une ouverture live du meilleur ton pour mettre les foules en transe pour de bon.

Basse énorme, guitares tranchantes en accord, vocaux caverneux mais fielleux, l’osmose est patente, et la puissance dégagée par les parisiens est efficiente de bout en bout malgré ces quelques errances qui finalement ne handicapent pas la démonstration de force.

Chaos Impact méritée donc son nom sans conteste, et synthétise la vélocité du Thrash le plus violent, l’épaisseur du Neo Core le plus percutant, et la fluidité de mélodies Heavy qui aèrent la symphonie de l’outrance en toute humilité.

 Le genre d’album qui prendra toute sa dimension une fois les musiciens sur les planches, pour un massacre annoncé qui vous fera saigner et prendre des uppercuts plein le nez.


Titres de l'album:

  1. Prelude To Desolation (Intro)
  2. Time To Bleed
  3. Your Answer
  4. The Foreigner
  5. Retaliation
  6. Prohibited
  7. Chaos Impact
  8. The Fall
  9. Within The Machine
  10. War Brothers
  11. Never Surrender

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 04/02/2017 à 14:08
75 %    661

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Surgical Strike

Part of a Sick World

Annihilator

Ballistic, Sadistic

Scratches

Rundown

Mass Worship

Mass Worship

King Legba

Back From The Dead

Liturgy

H.A.Q.Q.

Obscure

Darkness Must Prevail

Beyond The Void

Ex Nihilo Nihil

Bütcher

666 Goats Carry My Chariot

Stormrider

What Lies Within

Coffin Rot

A Monument to the Dead

Merging Flare

Revolt Regime

Sepultura

Quadra

Decarlo

Lightning Strikes Twice

Jorn Lande

Heavy Rock Radio II - Executing The Classics

Abisme

As Fear Falls In

Those Darn Gnomes

Calling Whitetails to a Tuned Bow

Norman Shores

De L'ombre Surgit La Lumière

Wolfbrigade

The Enemy : Reality

Stolearm

RBD / 17/02/2020
New Wave

Pastor of Muppets

RBD / 12/02/2020
Brass Band

J'irais Mosher chez vous ! Episode 2 : Indonésie

Jus de cadavre / 08/02/2020
Asie

Incite + Skaphos

RBD / 04/02/2020
Black Death Metal

Concerts à 7 jours

Lindemann

21/02 : L'olympia, Paris (75)

Neptrecus + Manzer + Nokturn Gorgon

22/02 : L'auditorium, Laval (53)

Visions Of Atlantis + Chaos Magic + Morlas Memoria

27/02 : Le Grillen, Colmar (68)

+ Putrid Offal + Sublime Cadaveric Decomposition

28/02 : Le Bistrot De St So, Lille (59)

Photo Stream

Derniers coms

Si mais il a quitté le groupe entre l'enregistrement et la sortie, d'où son absence dans le clip, même si, je te le concède, si Jean Noel avait été présent dans le clip, ça n'aurait pas été déconnant non plus.


C'est le Ptiot qu'on voit à la basse? C'est pas Jean Noel qui a enregistré l'album?


Et bien moi je prends ça comme une putain de bonne nouvelle !
Deux PRIESTs pour le prix d'un, que demander de plus ?!
Hâte de voir ça en live...


Comme vous je vais me pencher sur cet album. Par contre je n'ai jamais bouder ke groupe lors de ses prestations live. Leur chanteur est un très puissant frontman


C'est très bon


En effet pas mal du tout dans le genre. Même si déjà entendu 1000 fois. Plus Grave que Grave !


Ca sent vraiment la fin du bal, là.


Le pire la dedans, c'est que tout le monde serait d'accord pour qu'il dise stop. Mais malgré son statut de star, ses thunes etc... Il ne sait faire qu'une chose, c'est chanter sur scène. Dans ce sens, la célébrité c'est moche. Ozzy est mort vive ozzy !


Excellente nouvelle ! Hâte de les voir à Toulouse avec Holt.


Merci pour la réponse Simony. Et donc, rien de bien méchant apparemment, un petit bizutage !
En même temps dans Death, comme les musiciens changeaient tout le temps ou presque, tout le monde était toujours le petit nouveau.


100 % d'accord avec la chronique !!


Magnifique chronique. Chapeau l'artiste !


D'après les différentes rumeurs et témoignages, James Murphy a été la cible de nombreuses blagues de la part de Chuck notamment, le syndrome du p'tit nouveau quoi !


"Pas un mot dans la presse française." Pas étonnant, mais peut-être pas plus mal au final.
J'imagine le truc : "Il y a 50 ans le rock métal naissait avec le premier album de Black Sabath et son chanteur ozi osborn star de télé réalité. Mais les fan de métal ne sont pas méchant, comme(...)


@ Living Monstrosity : excellent, on sent le bon souvenir ;)


Pas un mot dans la presse française. J'ai juste vu dans le journal barcelonais "La Vanguardia" un long article sur l'histoire du Heavy Metal à partir de ce disque, truffé d'erreurs au milieu d'analyses générales pas trop mal vues.


J'allais posé la même question ?!


"...subi l'humour particulier du reste du groupe." : c'est à dire ?


Déjà 30 balais ! Merci pour ce coup de projecteur !

Je suis en 5ème et et me souviens d'un pote au collège qui m'annonce que le nouveau Death vient de sortir. On est pré-boutonneux mais déjà accros à ce nouveau son depuis la découverte d'Altars of madness ou Leprosy.
Le m(...)


Quand Iron Maiden prend des ecstas !