Un peu de brutal pour entamer une journée banale ne peut pas faire de mal. Et en choisissant de chroniquer le premier album des Parisiens de BLEED, il semblerait que j’ai fait le bon choix pour affronter le froid.

Qui sont donc ces pourfendeurs de Metal tiède qui manient la guitare comme d’autres la hache pour couper du bois ?

Des musiciens visiblement fascinés par le Thrash dit « moderne », qui ne crachent pas sur un brin de Hardcore pour provoquer l’étincelle, et qui semblent avoir pensé chacun de leurs morceaux pour obtenir une efficacité maximale en live.

Nous retrouvons donc au casting Florent Orsini (chant), Damien Wiater (basse), Vincent le Guével (guitare solo), Olivier Ribeiro Dias (guitare rythmique/chant) et Nicolas Collet (batterie), dont une partie poursuit vraisemblablement l’histoire d’un ancien combo à l’identité masquée (le lien Deezer vers l’album n’existe plus, donc impossible d’en savoir plus sur ce mystérieux groupe à l’unique album acclamé).

Ceci relevant du caractère de l’anecdote, je n’ai pas cherché à en savoir plus, préférant me concentrer sur l’actualité, et ce fameux Chaos Impact qui effectivement, mérite son nom à chaque intervention.

Du sang, du chaos, de la brutalité, tels sont les éléments à prendre en compte en écoutant les onze pistes de cet effort initial, qui avec sa presque heure d’écoute n’a pas joué la parcimonie, ce qui le handicape partiellement, puisque certaines idées semblent avoir été répétées inconsciemment.

Pour faire simple et direct (comme le groupe d’ailleurs), nous pourrions dire que ces parisiens jouent un Neo Thrash très efficace, empreint d’influences revendiquées (MACHINE HEAD, LAMB OF GOD, SYLOSIS, SWORN ENEMY, CHIMAIRA, avec ça, vous savez où vous mettez les pieds), aussi percutant que groovy, qui toutefois ne ménage pas ses efforts pour tenter de trouver des accroches un poil plus originales que la moyenne des groupes du cru.

Si chaque morceau se veut l’équivalent d’un parpaing vous tombant sur la tête au détour d’une ruelle, les nuances de caresse du vent ne pointent pas forcément aux abonnés absents, et le niveau technique global assez élevé, permet aux costauds de se hisser au niveau des meilleures productions du genre, comprenez celles des références citées.

Alors évidemment, on trouve des éléments déjà utilisés par des groupes comme AT THE GATES (« The Foreigner », terrassant de vélocité et d’agressivité), des dissonances symptomatiques déboulant sur un concassage de riffs tétanisant (« Retaliation », qui nous replonge dans les affres d’un CREMATORY plus puissant qu’à l’accoutumée), des accélérations foudroyantes tâtant du Thrashcore infecté d’un groove hypnotique et virevoltant (« Prohibited », aux accents putrides d’un Death à la CANCER en version métastases se multipliant méchamment), mais aussi une lourdeur oppressante accentuant son emprise de quelques mélodies maladives contagieuses (« Chaos Impact », se transformant vite en déroulé Thrash alertant avec flair fièvre Modern Core et rage Deathcore).

En gros, un catalogue de figures imposées déposées avec talent et férocité pour prendre l’auditeur à la gorge sans jamais le relâcher.

Là est donc la force de ce quintette qui n’a pas cherché à jouer la carte de l’originalité mais plutôt celle de l’efficacité, et reconnaissons que ça fonctionne à plein régime, puisque les BLEED ont eu la clairvoyance d’agencer leurs morceaux très finement.

Car même si les titres se veulent d’une durée assez inhabituelle dans le domaine, ils se sont vus agrémentés de suffisamment de plans différents pour oser le prolongement, à l’image de ce progressif et envoutant « The Fall », qui fricote avec le Heavy séduisant pour mieux nous fracasser d’un Neo Thrash suintant de méchanceté. Accumulation de riffs pertinents, parties rythmiques à l’avenant, et surtout, un chant qui ose les modulations Death/Thrash/Hardcore pour donner du corps et ne pas se contenter de vociférer sans effort.

Chœurs mélodiques, progression ludique, et punch harmonique, telle est la démarche des cinq parisiens à qui on ne la fait pas, et qui ne sauraient se contenter d’une orgie de décibels pour nous mettre à genoux.

Alors évidemment, tout ça ne fonctionne pas systématiquement, et les essais les plus réchauffés nous renvoient à une mise en abime qu’on ne peut éviter, lorsque le contenant se calque sur le contenu et répète des plans déjà entendus (« Within The Machine », un peu long et meublé de guitares qui balbutient leur LAMB OF GOD avec hésitation), et il est certain que plusieurs entrées auraient gagnées à être raccourcies pour se ramener à une brièveté plus adaptée.

Mais ne soyons pas mauvaise langue, puisque ces quelques approximations ne gâchent en rien l’écoute de cet album tonitruant, qui cogne, défonce, avec une efficacité indéniable, et sait faire preuve d’audace quand il le faut pour avancer sans trop se faire repérer.

Impossible en effet de nier la pertinence d’une clôture orgiaque comme celle que célèbre le final dantesque « Never Surrender » qui en dit long sur les intentions des BLEED, avec sa rythmique heurtée et ses riffs effilés à la SEPULTURA des temps modernes, tandis que le chant se veut plus coulé et parfois susurré dans sa gravité, assurant au titre une portée maximale pour un lot de dommages collatéraux.

Ajoutons à la liste des grosses baffes surprises l’entame hyper efficace de « Time To Bleed » qui impose le groove avec conviction, et qui incarnera une ouverture live du meilleur ton pour mettre les foules en transe pour de bon.

Basse énorme, guitares tranchantes en accord, vocaux caverneux mais fielleux, l’osmose est patente, et la puissance dégagée par les parisiens est efficiente de bout en bout malgré ces quelques errances qui finalement ne handicapent pas la démonstration de force.

Chaos Impact méritée donc son nom sans conteste, et synthétise la vélocité du Thrash le plus violent, l’épaisseur du Neo Core le plus percutant, et la fluidité de mélodies Heavy qui aèrent la symphonie de l’outrance en toute humilité.

 Le genre d’album qui prendra toute sa dimension une fois les musiciens sur les planches, pour un massacre annoncé qui vous fera saigner et prendre des uppercuts plein le nez.


Titres de l'album:

  1. Prelude To Desolation (Intro)
  2. Time To Bleed
  3. Your Answer
  4. The Foreigner
  5. Retaliation
  6. Prohibited
  7. Chaos Impact
  8. The Fall
  9. Within The Machine
  10. War Brothers
  11. Never Surrender

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 04/02/2017 à 14:08
75 %    515

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Thornbridge

Theatrical Masterpiece

Spectrum Orchestrum

It's About Time

Ares Kingdom

By The Light Of Their Destruction

The End Machine

The End Machine

Vitriol

Chrysalis

Altar Of Oblivion

The Seven Spirits

Inculter

Fatal Visions

Venom Prison

Samsara

Sammy Hagar

Space Between

Final Cut

Jackhammer

Eivør

Live In Tórshavn

Burning Rain

Face The Music

Sisters Of Suffocation

Humans Are Broken

Jack Slamer

Jack Slamer

Misery Index

Rituals of Power

Black Oak County

Theatre of the Mind

Helium Horse Fly

Hollowed

Bergraven

Det Framlidna Minnet

Mgła - Revenge - Doombringer // Paris

Mold_Putrefaction / 19/05/2019
Death Metal

Dead can Dance

RBD / 19/05/2019
Darkwave

NETHERLANDS DEATHFEST IV / Tilburg, Pays-Bas

Jus de cadavre / 16/05/2019
Death Metal

Tour-Report ACOD (support Cradle Of Filth / Avril 2019)

Jus de cadavre / 14/05/2019
Death Black Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Pour l'anecdote en sortant de la salle (opération qui prend un certain temps lorsqu'on a eu la bonne idée de se mettre un peu devant dans un Petit Bain plein comme un œuf) mes voisins s'émerveillaient de n'avoir "jamais vu'" un concert de Black qui bouge autant...

Enfin ça m'a fait(...)


Ça fait belle lurette qu'on se fait chier en concert de "Black Metal"...
En bon suceur de Deathlike Silence, tout le monde se la joue trop sérieux avec la mentalité no mosh et oublie le côté no trend. Et MGŁA s'est l'archétype du très bon groupe de studio qui ne sert à rien sur scène(...)


ouais c'est clair ça tabasse toujours autant, et comme a chaque sortie je me demande si un jour ils vont revenir en europe...


C'est sûr qu'avec une pochette comme cela, on a tout de suite envie d'acheter l'album...


Très sympa, j'aime beaucoup !


C'est pas tous les jours qu'un aussi bon album est chroniqué sur Metalnews, ne boudons pas notre plaisir. Un bon 8.5/10 pour ce thrash war metal.


On ne peut plus classique, mais toujours aussi efficace...


Merci pour le report, vieux Jus, ça donne presque envie :)
On se retrouve à DisneyHell en Juin


Exactement le même avis que toi concernant REVENGE et MGLA sur scène !
Pour le public amorphe, à mon avis il devait y avoir pas mal de Hollandais dans la salle :D !


La reprise Autumn Sun est de Deleyaman...le nom du groupe est mal écrit dans l'article ;)


Je te rassure : le "désormais" n'existe pas pour moi puisque je n'ai jamais aimé Korn et consorts (hormis durant ma prime adolescence... donc au temps jadis).


Par contre, Lisa, elle est malade ou quoi ? A la vue des vidéos sur YT, on dirait qu'elle a pris 30 kilos.


Merci pour ce papier, DCD fait partie des grands, et j'imagine les poils se hérisser aux sons de "Xavier" ou l'intemporel "Anywhere...". Ca a dû être de grands moments.


Ce qu'il faudra donc retenir de cette discussion de bon aloi entre Satan et JDTP, c'est que le terme Néo Metal (qui est effectivement une des influences flagrantes de ce groupe) est désormais perçu de façon totalement péjorative...
Intéressant non ?


Autant pour moi !
Ce que j'aime bien dans le projet, c'est qu'on a un peu l'impression de déconner entre potes de longue date.


Alors dans mon esprit ce n'était pas du tout du second degré en fait. C'est une des influences principales du groupe (parmi de nombreuses autres), c'est pourquoi j'ai choisi cette dénomination.
Quoiqu'il en soit je suis absolument d'accord avec toi, c'est carrément bien fichu et d'une inc(...)


"La voix, sa voix, est là, toujours hostile, semblant parvenir du plus profond des enfers. Elle est intacte, unique"
Tout est dit mec !


Je trouve ça un peu sévère de qualifier ça de "néo métal". Car même si le côté humoristique ferait penser à un truc sans prétention, ça reste quand même plutôt bien fait.


https://necrokosmos.blogspot.com/2019/05/le-groupe-americain-sort-son-premier.html


"Autre phénomène à la mode bien ridicule est à mon sens le « Ghost bashing »"...
Bah excuses moi gars, mais si je n'aime pas GHOST et surtout ce qu'ils sont devenus désormais, crois moi bien que je ne vais certainement pas me faire prier pour le dire.
Je les ai vu pour la toute pr(...)