Cold Beer, Space Dick

Thrashtalk

20/07/2021

Autoproduction

Du Thrash jusqu'à plus soif ! Formé en 2016 par de joyeux drilles fans de Métal extrême, le groupe Cherbourgeois propose un set tout en finesse alliant agressivité du Thrash Métal et la fulgurance du Grindcore.

Buvez des bières et encore des bières. Et lorsque vous avez terminé, buvez plus de bières.

 

J’aurais pu continuer comme ça pendant quelques lignes, tant ces marsouins aiment les formules à l’emporte-pièce. Mais je me méfie comme la peste des formules à l’emporte-pièce. Souvent, elles ne servent que de paravent à la médiocrité, comme l’humour permet de tartiner un morceau de pain rassis en le faisant passer pour un sublime goûter au Nutella. Déjà, mélanger Thrash et Grindcore dans la même phrase à tendance à éveiller ma méfiance. Et comme je ne suis pas complaisant de nature envers nos groupes nationaux, j’abordais cette chronique avec un oeil à moitié fermé pour indiquer que quelques gimmicks n’allaient pas me séduire sans que je ne fouille un peu plus.

Les THRASHTALK sont donc bien français, originaire de Cherbourg, sans les parapluies et les comptines pour midinettes de Jacques Demy. Malgré cinq ans d’existence, le combo n’a daigné jusqu’à présent nous offrir qu’une petite démo en 2018, avant d’enfin se lancer avec ce Cold Beer, Space Dick faisant méchamment penser à l’humour houblonné de TANKARD. Et d’ailleurs, les similitudes existent, pas forcément d’un point de vue artistique, tant les frenchies se rapprochent de la génération américaine la plus célébrée. D’ailleurs, si j’ai bien compris quelques articles, la presse underground les compare déjà aux institutions SUICIDAL TENDENCIES, SOD, DEATH ANGEL ou D.R.I., et évidemment aux allemands de TANKARD, ce qui donne quelques indications précieuses au moment de glisser l’objet entre vos esgourdes.

Mais avant les oreilles, ce sont les yeux que ce premier album flatte de son superbe graphisme et de sa pochette flashy/mouche. Des tonalités jaunes et verdâtres dans la grande tradition, un design léché, qui donne clairement envie de confier ses tympans à cette horde de dégénérés. Et justement, ce quintet sans foie ni l’oie (Hugo - basse, Sébastien - batterie, Frédéric & Christophe - guitares, et Frédéric - chant) en sont vraiment, si j’en juge par l’intensité de ce premier album qui ne ménage pas ses efforts pour nous persuader de sa crédibilité Crossover. Le Crossover, on connaît bien par ici. Un mélange de Thrash et de Hardcore, le tout saupoudré de galéjades plus ou moins drôles, ou de revendications politiques et sociales. Les lecteurs de Metalnews auront épuisé la discographie des groupes susmentionnés comme références (même si DEATH ANGEL est clairement hors-sujet), et connaissent aussi l’œuvre de GAMA BOMB, WEHRMACHT, EXCEL, SIXTY NINE, et autres fonceurs de l’extrême qui ne crachent pas sur un brin de fantaisie.

Immédiatement, on est saisi par celle qui anime ces dix morceaux, beaucoup moins bas du front qu’on aurait pu le penser. En penchant vos oreilles sur le miraculeux « N.A.B.A.S.G », vous comprendrez rapidement que ces délinquants de la violence heureuse sont tout sauf des manchots perdus sur la banquise de la brutalité, et qu’ils manient leur manche comme des adolescents découvrant l’onanisme face à un catalogue de La Redoute édition 1983. De la transparence dans les soutiens gorges comme dans les intentions, des capacités certaines, mais surtout, une folie qui fait plaisir à entendre et qui pourrait même reléguer le séminal Among the Living au rang d’antiquité poussiéreuse de bibliothèque d’EHPAD.

Les cherbourgeois ne sont donc pas nés de la dernière pluie acide, et manient la fluidité comme des profs en grève dans un cortège maussade. On en prend acte dès l’introduction « Kill to Drink », qui sous couvert d’une prise de contact formelle lance un riff purement SABBATH avant de nous les briser menu d’une accélération foudroyante. Immédiatement, on pense à D.R.I, mais aussi à nos anciens héros de NOMED, en version plus Cherbourg et moins NYC. Le chant juvénile, la rythmique bombastic, l’entrain général, et le refus de calmer les ardeurs font de ce début d‘album la présentation idéale pour en groupe en devenir, et si les transitions sont encore un peu trop téléphonées, la joie de jouer compense bien des approximations. Basse ronde, assise Hardcore, connaissance du vocable Thrash borderline des années 80, et poussées de fièvre Thrashcore (plus que Grind, oui messieurs désolé). D’ailleurs « 10 pas 10 » nous rappelle parfois au bon souvenir des intraitables CRYPTIC SLAUGHTER,  lorsque le tempo s’emballe, à la différence près que nos frenchies savent rester précis.

Sans se montrer complaisant ou chauvin, je dois admettre que le groupe a tapé dans le mille, et a évité tous les poncifs les plus éculés. Assez intelligents pour ne pas se contenter du minimum de quelques secondes ajoutées à une ou deux minutes, les THRASHTALK ont de la conversation, et troussent des ambiances prenantes. L’Orwellien « Alien Attack » se love au creux d’un TANKARD de « Space Beer » avec beaucoup plus de consistance, tandis que le gag « Porno / Koenigsbier » nous fait jouir de sa brièveté de potache.

On retiendra de l’affaire le talent des guitaristes pour délier des riffs moins convenus que la moyenne, mais surtout, cette sensation d’euphorie qui nous plonge dans la même transe que des champis trouvés au pied d’une bouse. Tout ça sans laisser la gueule de bois contrairement à ce que « Hangover » affirme de sa puissance, et en nous offrant un peu de paracétamol purement Thrash pour soulager notre migraine (« Bar Closing »).

Drôle, efficace, probant, professionnel mais branleur juste ce qu’il faut, Cold Beer, Space Dick est une excellente surprise, et l’avènement d’un nouveau clown (dans le bon sens du terme) dans le jeu de quilles difficile du Crossover. Et surtout - le plus important - n’oubliez pas :

Buvez des bières et encore des bières. Et lorsque vous avez terminé, buvez plus de bières.

  

                                                                                                                                                                                                        

Titres de l’album:

01. Kill to Drink

02. 10 pas 10

03. Darwin Awards

04. N.A.B.A.S.G

05. Alien Attack

06. Exterminator

07. Porno / Koenigsbier

08. Ouh !

09. Hangover

10. Bar Closing


Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 05/10/2021 à 17:24
82 %    56

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Voyage au centre de la scène : SUPURATION

Jus de cadavre 17/10/2021

Vidéos

Déluge + Dvne

RBD 29/09/2021

Live Report

Blood Sugar Sex Magik

mortne2001 25/09/2021

From the past

Benighted + Shaârghot + Svart Crown

RBD 22/09/2021

Live Report

Use Your Illusion I & II

mortne2001 18/09/2021

From the past

Witchfuck : le contre-pouvoir en Pologne

Simony 14/09/2021

Interview

Voyage au centre de la scène : CATACOMB

Jus de cadavre 29/08/2021

Vidéos

LA CAVE #6 : une sélection d'albums Metal Extreme

Jus de cadavre 20/08/2021

La cave
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Humungus

OUHLALALALA !!! !!! !!!Incontestablement une des news de l'année ça !!!Achat sans écoute !!!

19/10/2021, 09:28

Wildben

Entre cette triste nouvelle et le décès du bassiste de Bukowski, ça a vraiment été une journée de merde pour notre scène au sens large.

19/10/2021, 07:07

Moshimosher

J'apprends la nouvelle ici-même... Quel gâchis ! RIP...

18/10/2021, 23:37

Bones

Elle apparaît sur The Principle Of Evil Made Flesh. Je l'ignorais.  Bien triste fin, quoi qu'il en soit. :-(

18/10/2021, 23:08

sofs

Des loups dans les chiottes. Très fin comme nom de groupe...La musique est à l'avenant: bien chiasseuse.

18/10/2021, 21:19

Humungus

Bah merde !!!J'étais loin d'imaginer que quelqu'un comme ça faisait parti des victimes...(Oui, je sais, c'est une phrase à la con mais c'est tellement vrai)J'écoute du HAGALAZ' RUNEDANCE depuis la fin des 90s et s(...)

18/10/2021, 20:27

RBD

Ses multiples projets ne s'adressaient pas beaucoup à moi mais ce n'était pas une inconnue. Quand j'ai vu ça hier soir, je suis resté incrédule un petit moment.

18/10/2021, 18:47

Jus de cadavre

Pareil, le choc. L'album Frigga's Web a énormément tourné chez moi. Quelle tristesse.

18/10/2021, 18:45

Pomah

Épisode trop court, y'a encore tellement de chose à dire sur ce groupe fabuleux. 

18/10/2021, 16:47

Raumsog

A sa décharge il produit des oeuvres assez différentes (tout en restant un bon disciple de Beksinski quand même) mais les groupes ne semblent vouloir de lui qu'une seule chose : un gros bonhomme de 300 mètres de haut avec une serviette sur la tête (et des tou(...)

18/10/2021, 16:46

Pomah

Elle aura bercé pas mal de mes nuits d'automne, notamment avec Volven. C'est quand même con de mourir comme çà. RIP

18/10/2021, 16:41

Simony

Je ne sais pas si c'est lui mais cela ressemble étrangement à celle de Mirror Reaper de BELL WITCH ou celle de Walk Beyond the Dark de ABIGAIL WILLIAMS, de même du dernier NECROGOD et effectivement ça commence à se voir...

18/10/2021, 15:09

KRONEMBOURG

Remarque, mourir assassiné c'est très BLACK METAL ! non je plaisante, quel manque de bol.... RIP

18/10/2021, 13:44

Satan

Une des plus tristes nouvellles de l'année assurément...

18/10/2021, 12:16

Buck Dancer

Mariusz Lewandowski ( j'imagine que c'est lui la pochette) est très doué, mais il devient comme AC/DC. On ne change pas une formule qui marche! 

18/10/2021, 11:11

piem

NOMED du Nord !! mais alors au nord de la Loire

18/10/2021, 10:31

Simony

Je suis d'accord, rencontrer les bonnes personnes au bon moment ne suffit pas, faut-il encore pratiquer une musique intéressante et personnelle ce qui est le cas pour SUP / SUPURATION.

17/10/2021, 12:31

Kerry King

https://www.blabbermouth.net/news/kerry-king-on-his-post-slayer-project-it-will-be-fking-good/Le pere King parle de son projet justement. 

15/10/2021, 23:04

afarf

bof 

15/10/2021, 21:01

Humungus

C'est plus ce que c'était c'est sûr, amis cela reste du UNLEASHED pur jus..."D'après les deux extraits, j'ai l'impression que le groupe s'assoupli alors qu'il gagnerait à se durcir"CLAIR !!!

15/10/2021, 09:05