Dead End

Night Fever

02/02/2024

Svart Records

Si nous mettions autant d’énergie à changer le monde que NIGHT FEVER à jouer sa musique, alors il deviendrait en un rien de temps un endroit magnifique, où la vie s’écoule paisiblement. Et finalement, un constat s’impose : seul le Hardcore peut transposer le marasme dans lequel nous évoluons, sociétal, environnemental, et financier. Les uns se tournent vers les autres, les autres se castagnent avec les uns, et rien n’avance, la machine tournant à vide, comme une turbine s’alimentant elle-même juste pour continuer à tourner.

NIGHT FEVER vient de Copenhague, et s’évertue depuis ses débuts à retrouver la puissance de la rue. Après deux albums remarqués par la critique et les fans, le quintet s’était muré dans un silence inquiétant, nous laissant même croire à une mort prématurée. La résurrection n’en est que plus heureuse, puisque c’est aujourd’hui par le biais de Svart records que le groupe revient, et franchement pas content. Et avec douze cris de haine et un timing d’une demi-heure, Dead End s’impose comme l’impasse qu’il incarne.

Une impasse formidablement bien transposée par cette pochette menaçante, plaçant cinq silhouettes inquiétantes à la sortie d’une bouche de métro ou d’un tunnel quelconque. Des silhouettes qui rappellent les gangs des années 80, prêts à en découdre, les poings serrés dans les poches, et la mine basse. Une violence sous-jacente qui permet à la musique de faire son office en toute tranquillité.

Cette musique est viscérale, autant que le Hardcore peut l’être. Une violence de la rue, que connaissent bien les parias, les vilains, les oppressés et les révoltés, et qui permet de rester lucide alors que la morale et la politique vous obligent à fermer les yeux. Mais le regard fixé sur un présent qui ne leur plait guère, les NIGHT FEVER nous rappellent au bon souvenir du POISON IDEA historique et de l’AGNOSTIC FRONT atomique, tout en saluant la scène Punk-Hardcore suédoise.

DEATH SIDE, SLAPSHOT, YOUTH OF TODAY, le spectre des influences est large, mais seule la conviction reste importante. Et à ce petit jeu de brulots qui explosent les illusions et exposent les trahisons, les NIGHT FEVER passent pour des cadors, chaque tranche de vie étant animée d’une haine féroce et d’un ressentiment nucléaire. Cathartique au premier et au second degré, ce troisième album dit de la maturité reste un manifeste revanchard qui se base sur des postulats anciens pour tirer un bilan actuel :

C’est la grosse merde, et personne ne semble s’en préoccuper.

Alors on met les mains dans le cambouis, et on redémarre la machine anarchique. Guitares en surchauffe constante, chant braillé comme un veau séparé de sa mère, rythmique en béton qui utilise le moindre roulement pour faire tomber les murs, et cette hargne constante qui tient au corps, et vous permet d’aller plus loin. Plus loin dans la dénonciation, mais aussi plus loin dans l’action. Et Dead End est exactement l’album de Hardcore dont nous avions besoin pour ouvrir les yeux.  

Aussi vilain et méchant que la scène New-yorkaise, aussi dangereux et fielleux que les cousins de Portland, mais fluide en mode SoCal Punk, NIGHT FEVER fonce dans le tas, et se pose des questions une fois les yeux au beurre noir comptabilisés.

Cet album passe comme le cortège d’une manifestation altermondialiste, cortège euphorisé par quelques slogans bien sentis. La révolte des laissés pour compte fait froid dans le dos, mais si nous voulons encore avoir une chance de survivre sur cette planète de plus en plus hostile, il va falloir nous sortir les doigts de vous savez où. Et avec des hymnes endiablés comme « Dead End », « Rot », « Waiting For Death » ou « Lone Wolf », il reste encore un  peu d’espoir. Tous ne sont pas anesthésiés par les fausses promesses et les fausses idoles, et le consumérisme ne séduit pas tout le monde. Et mieux même : il dégoûte de plus en plus de communautés.

Et le disque qui tourne certainement plus vite que la normale nous fait réaliser qu’il est temps de se recentrer sur l’essentiel, et de redonner à l’humain la place centrale qu’il occupe dans une société viciée et vicieuse. Alors merci aux cinq danois de nous avoir rappelé l’urgence du véritable Hardcore, un Hardcore encore lové dans le giron rassurant d’un Rock n’Roll joué à la RAMONES, mais éructé à la URSUT.

Pas de temps à perdre les gars. Et si Dead End vous motive comme il le devrait, vous êtes sans doute prêt à dresser les barricades et à lancer les pavés.

Et « By The Throat » impressionnera suffisamment les forces de police pour qu’elles reculent de peur. Le seul sentiment encore pur.

            

      

Titres de l’album:

01. Dead End

02. Rot

03. Numb The Pain

04. Lone Wolf

05. Amen

06. Up The Wall

07. Reunited

08. Waiting For Death

09. By The Throat

10. Life Is Hell

11. The Killing Floor

12. Make 'Em Pay


Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 23/03/2024 à 17:21
80 %    386

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Anthems Of Steel VI

Simony 24/05/2024

Live Report

Pessimist + Demiurgon

RBD 14/05/2024

Live Report

Voyage au centre de la scène : ARGILE

Jus de cadavre 12/05/2024

Vidéos

Mercyless + Nervous Decay + Sekator

RBD 08/05/2024

Live Report

Birds in Row + Verdun

RBD 02/05/2024

Live Report

Hexagon Doom Tour

Simony 29/04/2024

Live Report

Midnight + Cyclone + High Command // Paris

Mold_Putrefaction 24/04/2024

Live Report

DIONYSIAQUE + JADE @La Chaouée

Simony 23/04/2024

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
DPD

Je vois pas l'homophobie, je réalise les souhaits d'un homosexuel, j'essaye d'aider, tu veux quoi, j'y vais direct au Talmud ?

27/05/2024, 15:49

Lea

DPD je ne comprends pas du tout pourquoi tu t'acharnes comme ça, on a bien compris tes messages. Tu te fais plaisir à cracher sur tout et n'importe quoi, je vois pas trop le délire, tu t'emmerdes ?

27/05/2024, 12:50

Cämille

Vous pouvez pas virer cette merde homophobe ? Histoire de remonter le niveau. Merci

27/05/2024, 12:19

Gargan

Merci pour ce live report étoffé, va vraiment falloir que je me bouge les miches pour le prochain !

26/05/2024, 21:48

Gargan

Y’a pas de batteur ? J’aurais du mal à comprendre un changement de style..

26/05/2024, 20:55

NecroKosmos

26/05/2024, 19:13

NecroKosmos

J'y étais dès le jeudi et c'était vraiment top !! Mes coups de coeurs sont, dans l'ordre d'apparition, SWAMP LORDZ, WITCHES, VENEFIXION, ABYSMAL GRIEF et SKINFLINT. Quelques déceptions (musicales) mais peu importe. Quel bon festival !! J'ai bie(...)

26/05/2024, 18:59

Humungus

Putain d'affiche c'est clair...Ne serait-ce déjà que pour ABYSMAL GRIEF.Je dois les voir dans un peu plus d'un mois en Belgique... Et ta critique Simony me fout l'eau à la bouche bordel !!!Pis DESTRUCTION... Totalement d'accord av(...)

26/05/2024, 11:02

DPD

J'y peux rien si cette interface de clodo m'empêche d'éditer mes messages, habituellement j'écris très vite je poste et je me relis ensuite.Donc ouais, Bescherelle dans ton cul je sais que t'aimes ça pé(...)

25/05/2024, 16:19

DPD

Je vais te foutre un Bescherelle dans le cul va, ça te rappellera des souvenirs!

25/05/2024, 16:16

Steelvore666

Atrocia (les copains !!!!!), Skelethal, Venefixion... quelle affiche !!!!!!Et dire que j'avais gagné un pass pour m'y rendre...

25/05/2024, 10:30

Humungus

Buck Dancer je t'aime... ... ...

24/05/2024, 21:00

MorbidOM

"si je le ferais ce serait un album culte mais j'ais autre chose à foutre."Consulter un Bescherelle ?

24/05/2024, 03:50

DPD

Ceci dit si je le ferais ce serait un album culte mais j'ais autre chose à foutre.+ metallica c'est de la merde depus longtemps, rien à foutre de Slayer, pareil pour Iron Maiden. Les nostalgiques devraient dégager-

24/05/2024, 01:06

DPD

On aura au moins pu constater que DPD>UPS.

23/05/2024, 10:56

DPD

@UPSJe peux brancher ma guitare avec mon pc jouer avec une boite a rythme et sortir quelque chose de merdique en 1 semaine, est-ce que ça en vaut la peine? tellement de sorties polluent la scène.Je suis absolument contre l'idée que faire quelque (...)

23/05/2024, 10:54

Buck Dancer

Franchement, je ne m'attendais pas à un album aussi bon. Quelques morceaux peuvent vite devenir des classiques et surtout le groupe semble avoir son identité. Bien sûr c'est similaire  à Motley Crue.... euh Slayer, mais c'est pas un simple copi&eacut(...)

22/05/2024, 21:11

fuck the fuck off motherfucker

Calmez-vous les boomers mentaux, Rock Hard va bien vous pondre un article sur AC/DC pour vous contenter.

22/05/2024, 14:36

UPS

Effectivement, ne faisons rien et restons vissés à nos sièges en pleurant sur internet : on aura l'air nettement moins vieux jeu et plus aventureux comme ça. 

22/05/2024, 12:35

Pierrot

Toujours aussi envoûtant, darkthrone combine continuité et qualité 

22/05/2024, 09:14