« Mexico, Mexico...Sous ton soleil qui chante, le temps paraît trop court, pour goûter au bonheur de chaque jour…Mexico, Mexico...Tes femmes sont ardentes, et tu seras toujours, le paradis des cœurs, et de l'amour. »

Bon, OK, tout ça sonne un peu cliché. Mais s’il est certain que le soleil de Mexico réchauffe les cœurs, je ne suis pas certain que les mexicaines soient plus ardentes qu’à Rio ou Paris, et si le soleil chante, il connaît visiblement un autre air que celui de l’opérette du Chanteur de Mexico de Francis Lopez…

Et si j’en crois ce que mes oreilles ont entendu ce matin, l’astre ardent serait plutôt du genre thrashisant, et apte à brûler la peau de guitares incendiaires et de harangues vocales infernales.

Oublions donc les vocalises chevrotantes et concentrons-nous sur les vocations hardantes, puisque l’objet de la chronique du jour se focalise sur un jeune quintette de chiens fous, qui sont plutôt portés sur les attaques franches et massives de la Bay Area et les soubresauts rythmiques à l’allemande.

Le nom de ce nouveau projet qui électrifie les nuits de Léon sans sombrero ?

Pas vraiment du meilleur goût, mais du genre qu’on retient du premier coup, THIRD REICH.

Je vous arrête tout de suite, aucune référence malsaine ni provocation cheap. Et si analogie vous cherchez, regardez plutôt du côté des séminaux SACRED REICH ou de WEHRMACHT, qui eux aussi jouaient de la provocation patronymique sans friser le mauvais gout nationaliste.

Et même si stylistiquement, les cinq originaires de Léon partagent un minimum de points communs avec ces deux références, leurs inclinaisons pour une musique brutale et des textes qui ne le sont pas moins sont assez explicites pour oser le rapprochement.

Mais pas de doute, les influences du quintette (Miguel – chant, Dave – batterie, Fer & Cristian – guitares et Alex – basse) sont clairement indiquées sur leur page Facebook, et se contentent de baliser les sempiternels classiques, citant SLAYER, MEGADETH, ANTHRAX, IRON MAIDEN, EXODUS, KREATOR ou NUCLEAR ASSAULT. Un panel large évoqué sans grand risque de se tromper, même si leur musique n’a rien d’aussi professionnel que toutes ces références placées en guise de balises génériques.

En suivant leur bio, mais en prenant note et comparaison sur leur Bandcamp et leur page Metal Archives, les THIRD REICH disposeraient d’une discographie assez contradictoire. Si les deux pages désignent Degeneration comme étant une première œuvre, leur laïus Facebook nous parle d’une première démo publiée en 2015 par Bunker Records, et d’un premier LP l’année suivante, enregistré aux Kunak studios. Mais après tout, peu importe et précisons juste en guise de conclusion que le quintette s’est formé en 2014, qu’il est complètement autonome, et qu’il a partagé la scène avec quelques grands noms du créneau.

Lequel ? Celui d’un Thrash franc et assez massif, qui ne crache toutefois pas sur quelques subtilités bienvenues. Disposant d’un son très rêche et un peu fluctuant, ce premier/second album a opté pour un parti pris assez risqué, puisque la plus courte des huit compositions se sent bien seule avec ses trois minutes et trente secondes, alors que la plus longue surnage à près de huit minutes.

De là, on comprend assez vite sans même avoir encore écouté la moindre note que les THIRD REICH vont nous la jouer finaude et de biais, en privilégiant l’alternance Heavy et le Thrash en furie, ce qui est exactement le cas chers amis.

Ne cherchant pas l’originalité sous le moindre caillou soulevé, les mexicains osent un Thrash en demi-teinte, qui a parfois tendance à se mordre la queue dans des plans assez plats, même si une basse claquante vient toujours sauver le manque de fronde par ses graves fouettant.

Niveau technique, pas de souci à se faire, les musiciens connaissent leur boulot, mais il faut reconnaître qu’ils restent souvent à la surface des débats sans vraiment chercher à fouiller dans les hauts fonds de quoi nous surprendre pour de bon.

A l’écoute de ce Degeneration, on pense plutôt au Crossover des CRUMBSUCKERS en moins béton, voire à une digression sur le Thrash Punk des DETENTE/DISSECTION, le radicalisme légèrement atténué dans le ton (« Hate’s On »).

L’ensemble n’est pas désagréable et assez frais dans l’âme, même si les passages les plus speedés sont les plus enjoués, alors même que les longues digressions Heavy nous font plutôt dériver. On aurait aimé plus de folie et de diversité, et surtout, moins de riffs réchauffés, même si ceux-ci sont servis avec efficacité.

La production un peu amateur sur les bords attise la chaleur, et évoque quelques pistes vintage d’il y a trente ans (INDESTROY, EXUMER), mais le fait d’opter presque systématiquement pour des contretemps certes claquant, mais un peu prévisibles, ou un mid tempo pas forcément écrasant, relègue souvent les THIRD REICH au rang d’acteurs de série B se contentant de reprendre à leur compte des idées déjà abondamment utilisées.

Pourtant, lorsqu’ils le souhaitent, ils sont tout à fait capables de composer éclaté, comme le démontre ce multiple « Judgement Day », qui profite d’une rythmique un peu Hardcore et de riffs aiguisés par la mort pour se rapprocher d’un très bon DARK ANGEL ou d’une ébauche de DEATH ANGEL mâtiné de LUDICHRIST de transition, entre Crossover et Thrash médian en fusion.          

L’évolutif pamphlet final « Degeneration », quoiqu’un poil trop long, distille une ambiance un peu délétère et nous renvoie les pieds en l’air pour une séance de Thrash progressif massif, avec breaks intuitifs et chant qui flirte avec un Death plaintif, sur lequel Miguel se sort les tripes et Alex ses notes les plus typiques. Dans une mouvance TESTAMENT diluée d’une basse à la Lilker/SOD, les mexicains s’en tirent plutôt bien, même si les tics les plus énervants des morceaux précédents sont toujours constants, quoiqu’un peu moins patents. Riffs qui se ressemblent, production qui amalgame le tout sans faire de différence, et chant un peu linéaire, soli qui pâtissent d’une baisse de dynamique d’enfer, enfin, le genre de reproches que l’on formule assez souvent aux nostalgiques du Thrash qui se contentent souvent du tout-venant.

Et si « Bloodface » n’est pas l’entame rêvée avec son Thrash encore balbutié, trempant encore les pieds dans un Heavy tâtonné, si « Assassins » nous colle un lick assez anodin et typique d’une NWOBHM un peu chafouin, si « Hell Is Here » se voit soudainement boosté d’un volume sonore pas vraiment maîtrisé, « War Reigns » nous la joue SLAYER enfumé et « Death Holocaust » travaille enfin la nuance et accentue la méfiance, en disposant d’une atmosphère délétère sincère.

En gros, un équilibre pas encore parfait, qui demandera quelques efforts pour vraiment nous faire adhérer à la cause d’un quintette encore un peu timoré.

Mais ne soyons pas trop catégorique et laissons les THIRD REICH devenir moins hermétiques. Je ne sais pas s’ils nous chanteront les Parisiennes en retour, mais gageons que leur Thrash nous inondera d’un soleil torride pas forcément paradis des cœurs et de l’amour.


Titres de l'album:

  1. Bloodface
  2. Hell Is Here
  3. War Reigns
  4. Assassins
  5. Death Holocaust
  6. Hate's On
  7. Judgement Day
  8. Degeneration

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 27/05/2017 à 14:23
66 %    218

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Maligner

Attraction To Annihilation

Black Bart

Casnewydd-Bach

Obszön Geschöpf

Master Of Giallo

Azusa

Heavy Yoke

Soulfly

Ritual

The Struts

Young & Dangerous

Northward

Northward

Malm

Kollaps

Bonehunter

Children Of The Atom

Amaranthe

Helix

Gaslarm

Dusk Mothers Children

Tourniquet

Gazing At Medusa

W.m.d.

Lethal Revenge

Daeria

Fenix

Antagonism

Thrashocalypse

Newbreed

Law

Khandra

There is no Division Outside Existence

Riser

Temple of Addiction

Chthonic

Battlefields Of Asura

Cor Serpentii

Phenomankind

Interview AZUSA (Eleni Zafiriadou)

mortne2001 / 11/11/2018
Azusa

Cortez + Stuntman

RBD / 10/11/2018
Hardcore

The Studio Experience #3

grinder92 / 08/11/2018
Benighted

Photo Report - Garmonbozia 20 ans !

Simony / 06/11/2018
Anniversaire

Concerts à 7 jours

+ Venenum + Slægt

16/11 : Le Mondo Bizarro, Rennes (35)

Samavayo + Greenleaf

16/11 : Le Glazart, Paris (75)

Watain + Rotting Christ + Profanatica

16/11 : Cc John Lennon, Limoges (87)

Watain + Rotting Christ + Profanatica

17/11 : Le Trabendo, Paris (75)

Omnium Gatherum + Wolfheart + Nothgard

19/11 : Le Petit Bain, Paris (75)

Sick Of It All + The Worst Doubt + Lugosi

19/11 : Espace Icare, Issy-les-moulineaux (92)

Photo Stream

Derniers coms

Pauvre Abbath... lui qui a dû se sentir comme un couillon après l'écoute du dernier Immortal. "Personne n'est irremplaçable" est une phrase qui lui sied à la perfection désormais !


Un nouvel album, donc ensuite une tournée... Ça promet donc encore de grands moments de solitudes pour les musiciens qui l'accompagneront sur scène ! :D


Don't feed the troll.


Je vous rejoins assez tout les deux (notamment pour les truc prog' machin et le côté mainstream) mais avec un bémol tout de même : la chronique de Charlélie Arnaud qui, en plus de nous faire découvrir des pépites méconnus, le fait avec un ton, une plume et une passion qui font plaisir à lir(...)


Oui c'est vrai que je me base sur l'ensemble de leurs parutions et ce qui était vrai à leurs débuts ne l'est plus forcément. De mon côté, je me disais que c'était moi qui avait des goûts peut-être de moins en moins "mainstream" et y trouvais de moins en moins mon compte, mais je vois que je(...)


P'tite erreur dans la news, les gars : Schammasch vient de Suisse et Der Weg einer Freiheit d'Allemagne :-)


Mouais, moyennement d'accord avec la dernière partie de la phrase de Simony, la ligne éditoriale de ce magazine étant clairement orientée prog/mou du genou et délaisse quasiment toute la scène extrême / true / thrash. S'il y a trois chroniques par numéro sur ces scènes, c'est le maximum. Au(...)


Juste monstrueux ce morceau... comme tout l'album en fait !!!


Malheureusement, c'est le genre de une qui fait vendre. Rock Hard a déjà maintes fois expliqué le dilemme auquel ils sont confrontés pour trouver le juste milieu entre coup de cœur et aspect purement mercantile, reste qu'à l'intérieur la mise en avant de certains groupes encore obscurs est to(...)


Metallica qui ressort son dernier album potable en remaster. Et cover. Décidemment la presse n'a pas fini de se prostituer pour sauver ses miches.


Merci beaucoup !
Quel talent !


Merci beaucoup !
Quel talent !


@meloman , et si tu t’asseyai un peu sur tes doigts, ça te ferait du bien non ?
Et au passage va faire un tour ailleurs, pas besoin de pleureuses comme toi au propos totalement inutiles.


Excellente affiche également que voilà là !


@ meloman : euh... la bière "de la merde" une "idée stupide" ? On a pas les mêmes valeurs :D !
Faut se détendre hein... quand Opeth sortira quelques choses musicalement t'en fais pas on en parlera.


@Meloman: on se détend, pourquoi tant d'agressivité? Tu es certain de ne pas déjà avoir un gode Lordi coincé quelquepart?


Je vois le nom Opeth, je me dis que c'est une new musicale concernant le groupe en question...mais non ça parle de bières, bientôt le groupe sortira des godemichets à son effigie et vous vous empresserez de publier tout ça avec photo à l'appuie...évidemment.

J'appelle ça de la(...)


Merci pour ce récit très instructif, qui complète ce qu'on peut capter du processus en regardant les DVDs de studios-reports qui sont parfois joints aux albums. Effectivement une réactualisation s'imposait, tant l'évolution est allée vite.
On comprend comment le Metal extrême est devenu(...)


Superbe affiche une fois de plus ouais (BETHLEHEM !!!)...
Malheureusement, cette année, cela sera sans moi (sob).


Ouais, ça va saigner !