Dehumanify

Dark Age Of Technology

08/09/2021

Autoproduction

Le progrès, la technologie ont toujours été source de doutes et de craintes de la part de la population. Au moyen-âge, la science était souvent perçue comme de la sorcellerie remettant en cause les enseignements des physiciens et des mathématiciens de référence, la révolution industrielle a laissé pas mal de monde sur le carreau, les progrès de la médecine s’accompagnent d’une terreur quant à la progression de l’humanité sous couvert d’expérimentations fumeuses et de virus lâchés dans la nature, mais parfois, le progrès est plus insidieux, plus sournois, et s’insinue dans vos maisons sans que vous ne le sachiez vraiment. Ainsi, l’ère informatique qui a permis à tout le monde d’avoir accès à l’information n’importe où et en temps réel s’est accompagnée d’une isolation des consciences, et d’une peur de ne plus vraiment savoir qui nous sommes et à qui nous avons affaire. Sans parler de ces fake-news, d’Internet qui a méchamment lésé les artistes, des puces et relais de géolocalisation qui informent la plèbe de votre présence quelque part, et de tout ce cortège de flicage qui a rendu l’anonymat impossible.

Le Thrash a souvent été le vecteur de dénonciation des dérives globalistes, parlant de l’environnement, du collectivisme social et de sa traînée de négation de l’individualité, mais aussi des avancées qui ont permis à des esprits élitistes de dominer le monde derrière leur écran. C’est cette déshumanisation d’un monde déjà exsangue que les américains de DARK AGE OF TECHNOLOGY dénoncent aujourd’hui au travers d’un troisième album méchamment solide et puissant.  

Après un premier LP éponyme en 2018, rapidement suivi par un Ragnarok rageur en 2020, les texans n’ont donc pas traîné pour mettre en forme leurs récriminations conceptuelles et musicales. En formation resserrée de trio, DARK AGE OF TECHNOLOGY dégage une puissance phénoménale, et nous propose avec Dehumanify de nous pencher sur cette époque moderne de communication biaisée, de surveillance étatique, et de solitude accentuée par la lumière d’écrans qui peinent à masquer l’ombre menaçante de la solitude.

Ted D (batterie), Ben Randolph (guitare) et Alex Crews (guitare/chant/basse) dévoilent donc leurs craintes, et leur rébellion. Avec cinquante minutes de musique pour neuf morceaux, les trois musiciens n’ont pas lésiné sur les arguments, qui immédiatement frappent de leur brutalité. Car si le trio admet rapidement sur son Bandcamp des influences qu’il juge évidentes (TESTAMENT, SLAYER, OVERKILL, METALLICA), leur réalité musicale est toute autre, et pas forcément ancrée dans un passéisme de rigueur, qui de toute façon dénoterait trop eu égard au concept choisi.

C’est ainsi que dès les premières mesures de « Indomitus », l’auditeur prend acte d’un Thrash flirtant avec le Death Metal le plus abordable dans les faits. Entrée en matière lourde comme l’enclume du destin, riff lancinant, échos mélodiques, accélération impromptue, le groupe passe immédiatement en revue le cahier des charges du Thrash moderne, et nous sert bouillante une prédiction funeste. Malgré son autoproduction, DARK AGE OF TECHNOLOGY dispose d’un son ample, et peut immédiatement compter sur la complémentarité de ses guitares, et sur ce chant caverneux et rauque de Crews, qui éructe plutôt qu’il ne grogne. Le phrasé très imposant du chanteur et sa capacité à manier les riffs les plus complexes est assez bluffante, et rapproche souvent le projet d’un Techno-Thrash sourd et épais, bien que les prouesses techniques soient plutôt à chercher du côté de la fluidité des enchaînements et dans la disparité des idées. Les soli, très carrés et mélodiques sont pertinents, et la cohésion entre les trois musiciens est palpable. Avec ce petit côté GRIP INC malmené et gonflé aux stéroïdes, Dehumanify affiche la morphologie d’une créature virtuelle en guerre contre son propre monde, et si ses muscles ne sont pas forcément les plus saillants du marché, sa manière de les utiliser est très convaincante.

Véritable maelstrom sonore, ce troisième album fait honneur à son statut d’œuvre pivot, non par son culot, mais par sa solidité rythmique. Avec des pistes plus ambitieuses de l’envergure de « The Great Crusade », cet album se démarque de l’évidence de la production actuelle, et permet quelques exactions progressives du meilleur goût, sans pour autant dénaturer sa puissance assourdissante.

Certes, le tout est encore un peu empesé et rythmiquement compact, mais la ligne est bien tracée, les exercices rythmiques de décalage sont probants, et si les guitares restent encore en terrain balisé, quelques idées plus culottées permettent de remarquer le talent de composition. On se laisse facilement amadouer par cet avertissement contre l’asservissement, spécialement lorsque les ambiances se font plus nuancées et aérées (« Revolt of the Peasants »), ou au contraire, lorsque l’atmosphère adopte des inclinaisons plus catchy et séduisantes (« Daemonifuge », mid tempo en rouleau-compresseur).

On soulignera évidemment le caractère répétitif des harangues d’Alex Crews, qui gagnerait à moduler ses inflexions, mais le travail global est suffisamment remarquable pour qu’on excuse quelques erreurs d’aiguillage. Manquant encore de précision dans le rendu, Dehumanify adopte les réflexes robotiques d’un système binaire qui régente nos vies, mais ne dénonce pas assez musicalement parlant cette déshumanisation qui nous guette à chaque clic inutile. Mais l’album est bien ancré dans son temps et ses craintes, et nous prévient des dérives de plus en plus intrusives à venir.       

 

                                                                                                                                                                                                         

Titres de l’album:

01. Indomitus

02. Stormbringer

03. Omnissiah

04. The Temple Beneath the Sand

05. The Great Crusade

06. Revolt of the Peasants

07. Daemonifuge

08. Exothermic Antagonist

09. Dawn of the Final Darkness


Facebook officiel

Bandcamp officiel



par mortne2001 le 02/05/2022 à 18:23
75 %    55

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Peter Hook and The Light

RBD 24/05/2022

Live Report

Kraftwerk 3 D

RBD 14/05/2022

Live Report

Mosh Fest 7

RBD 12/05/2022

Live Report

The Exploited + Fat Society + F.O.M.

RBD 27/04/2022

Live Report

100 Albums à (re)découvrir - Chapitre 1

mortne2001 25/04/2022

La cave

DEFICIENCY : entretien avec Laurent Gisonna (guitare/chant)

Chief Rebel Angel 20/04/2022

Interview

Author and Punisher + Mvtant + HAG

RBD 10/04/2022

Live Report
Concerts à 7 jours
Kaleidobolt + Sacri Monti 24/05 : Shop , Chalons-en-champagne (51)
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
ars

Ils auraient du arreter depuis longtemps. Les plaisanteries les plus courtes sont les meilleures.

24/05/2022, 10:32

asr

Vince Neil n'a jamais su chanter. Il a juste bousille ses cordes vocales en forcant sans aucune technique

24/05/2022, 09:38

Chief Rebel Angel

C'est la tournée qui devait avoir lieu avant le confinement il me semble. Motley Crue ont eu toutes les peines du monde pour justifier ce retour mdr

23/05/2022, 11:25

L\'Anonyme

Vince Neil sait de nouveau chanter ?

23/05/2022, 09:29

Sharon Osbourne sale putain

New Noise, c'est pour les bobos élevés au soja

21/05/2022, 19:50

Le zizi au cancer de LG Petrov

Humungus le sale assisté, c'est pas parce que t'es occupé à boire ton RSA qu'il ne faut pas aller te rencarder sur le net. Enfin, je veux dire, te rencarder pour autre chose que les dernières vidéos de Pascal OP.

21/05/2022, 19:48

Simony

Désolé Humungus !   

21/05/2022, 15:33

Chief Rebel Angel

@Humungus mieux vaut tard que jamais ;)

21/05/2022, 13:52

Humungus

Simony + 1 (comme d'hab'...).Seul bémol à tout ça : Pourquoi vous prévenez si tard du bazar ?!?!

21/05/2022, 13:10

NecroKosmos

Comparez NEW NOISE et METALLIAN et vous comprendrez tout. Et à propos de ROCKHARD, avez-vous déjà vu la version allemande ? Le jour et la nuit...

21/05/2022, 07:23

NecroKosmos

Pas faux, surtout depuis la fermeture du Mondo Bizarro.

21/05/2022, 07:18

Simony

Au-delà de la ligne éditoriale du magazine que l'on aime ou pas, moi c'est plutôt la longévité, 30 ans tout de même, lorsque l'on connait la scène Metal française, c'est une durée qui en impose. Après je parta(...)

20/05/2022, 22:46

Arioch91

J'achète Metallian de temps à autre, p'tet 2 fois par an mais guère plus.Pour moi, ça a toujours frôlé l'amateurisme, ce mag et j'aime pas leur manière de proposer autant de pages pour un gros groupe que pour un groupe net(...)

20/05/2022, 20:42

BOULOGNE WOOD NECRO TRANNY

Rennes, cette ville de clodo et de cafards.

20/05/2022, 19:37

Brutal caca

Comme quoi, on peut faire de la merde sur le long terme. Merci Merdallian!

20/05/2022, 19:36

Jus de cadavre

La scène rennaise qui continue de mettre des taloches bien comme il faut ! Terrible !

20/05/2022, 09:44

Namless

Metallian, ou le magazine non reçu 1 mois et demi après l'avoir commandé ?

20/05/2022, 08:38

Jus de cadavre

J'y trouve un petit coté Revenge aussi... Ça aussi c'est sale décidément !   

19/05/2022, 18:59

Jus de cadavre

Ah ouais   Bestial et old-school la vache ! Je sais pas ce qu'ils bouffent en Australie mais ils aiment le sale !Exce(...)

19/05/2022, 18:56

Fred

Sans parler de la partie restauration avec toutes les pénuries , vaut mieux s’abstenir des stands et apporter sa bouffe . 

19/05/2022, 17:02