Du Thrash, du Thrash et encore du Thrash. Si ça continue à ce rythme, je vais bientôt organiser un memorial tour en bus sur les traces des héros de la Bay Area et de la Ruhr, histoire d’offrir aux lecteurs un panorama complet de la saga…

Il semblerait en effet que les guitares saccadées et les rythmiques affolées n’aient de cesse d’inspirer les musiciens de la nouvelle (ou presque) génération, au point de devoir faire face à une production pléthorique dont l’ampleur est passée d’un épiphénomène très localisé à un raz-de-marée mondial en forme de tsunami que rien ne semble pourvoir arrêter.

En témoigne la sortie au mois de janvier du premier EP d’un collectif très inspiré par la vague US des pionniers, et qui a dû faire face à pas mal de tragédies et coups du sort avant d’en arriver là et de pouvoir proposer ses vues sur un Thrash racé et claqué.

Les SEVERPULL se sont donc formés en octobre 2014 autour du batteur Ryan Shutter, artiste estampillé Metal Blade records et membre de LAZARUS A.D., délocalisé de Kenosha dans le Wisconsin à Sacramento, Californie, histoire de prendre un break après la tournée intensive ayant suivi la sortie du second album de son groupe officiel.

Avec l’aide de Tom Jimenez (HABEAS CORPUS, ART OF CHAOS) à la guitare et de Greg Sherman (SLIP INTO COMA, ART OF CHAOS) à la basse, puis de Josh Gibson (KILL RITUAL) au chant, la troupe commence à composer quelques titres, avant que ce dernier ne s’en aille voir si l’herbe Thrash n’était pas plus brûlée ailleurs.

Mais là n’était pas l’évènement le plus tragique de leur histoire, puisque peu après ce départ, c’est Ryan Shutter lui-même qui quitta le groupe de façon involontaire et tragique, puisqu’il décéda d’une attaque cardiaque le 17 mai 2015, laissant ses compagnons sans leader.

Dans un désir de lui rendre hommage et de continuer son projet, les deux membres restants Tom Jimenez et Greg Sherman recrutèrent de nouveaux partenaires pour enfin finaliser les premières compos ébauchées, afin de pouvoir sortir un EP en mémoire de feu leur batteur trop tôt disparu.

C’est donc à une sorte d’adieu auquel nous convie ce Divided By Two, qui en quatre petits morceaux représente le plus beau témoignage de fidélité et d’amitié dont le regretté Ryan aurait pu rêver. Mais aussi, et on l’espère, un nouveau départ.

Pourtant pas de nostalgie ni de mièvrerie au programme, mais plutôt une attaque franche et brutale, dans la plus grande lignée des références citées par le groupe lui-même. Les SEVERPULL n’hésitent pas à se placer sous l’aune de l’influence de grands noms du style, tels ceux qu’ils affichent sur leur page Facebook, SLAYER, COROSION OF COMFORMITY, OVERKILL, EXODUS, PANTERA, LED ZEPPELIN, VIO-LENCE, ANTHRAX ou BATTLECROSS, ce qui vous offre un panel assez large d’artistes intra et extra muros…Et si l’on ne trouve pas grand trace des LED ZEP dans leur symphonie en Thrash majeur, il est évident que les noms de DEATH ANGEL, VIO-LENCE, ACCUSER et WARBRINGER pour les plus récents semblent les plus pertinentes, même si la vitesse de croisière assez élevée peut aussi évoquer le Crossover des IRON REAGAN et autres MUNICPAL WASTE, sans jamais pour autant tomber dans l’agression de potaches à la Troma Thrash.

Le Thrash des SEVERPULL au contraire est en effet d’une limpidité et d’un radicalisme exemplaire, tout en restant d‘une fluidité impressionnante, qui les place d’emblée dans les rangs des héritiers les plus méritants et méchants du genre.

On pense évidemment au séminal Eternal Nightmare de l’ancienne bande de Robb Flynn, mais aussi aux deux exactions fugaces des RECIPIENTS OF DEATH, pour cette incroyable aisance dans la violence coulée qui permet à des plans accélérés de s’enchaîner avec une délicatesse affirmée.

Halte au chaos, malgré leur véhémence très à propos, les SEVERPULL ne se posent pas avec Divided By Two en nouveaux chantres d’un Thrashcore baveur, mais plutôt en héros d’un Thrash très frondeur, qui reste musical malgré la brutalité débridée de sa teneur.

Certes, le propos est tout sauf original, mais reste percutant en diable, avec quatre entrées assez similaires faisant la part belle aux riffs les plus légendaires et à un chant vraiment mordant, au phrasé très coulé.     

Cinq minutes en moyenne par intervention, et une jolie succession de plans lourds et béton, et de saccades à l’unisson, profitant d’une belle osmose entre la guitare et la rythmique qui avancent de concert sans marquer aucune pause.

Les esprits mesquins vous diront que tout peut se résumer au morceau d’ouverture « Lasting Impressions » qui se permet d’unir dans un même élan le FORBIDDEN le plus virulent et l’EXODUS le plus récent, mais il est évident que chaque titre à sa raison d’être, malgré une cohérence globale qui unit le tout dans une même chanson de geste Thrash assez preste.

Instrumentistes très capables et rodés à l’exercice de la brutalité dans leurs combos respectifs, qui alignent les tirs de barrage en lâchant intelligemment leurs cartouches. On pense même à une version plus compacte des DESTRUCTION pour cette façon de faire tournoyer les licks à la Speed/Thrash des late 80’s, et les soli très TESTAMENT se chargent d’apporter le glaçage final, transformant ce premier EP en carte de visite qu’on range précieusement dans sa poche en attendant une démonstration plus à fond.

Et lorsque le tempo s’accélère, la fièvre des VIO-LENCE fait monter la pression, et nous laisse avec un « Traced In Chalk » qui nous rappelle le turbulent « Who Dominates Who » des ACCUSER et ses BPM enfilés comme autant de perles autour d’un collier Thrash pas vraiment rouillé.

Gageons que si le regretté Ryan Shutter à l’occasion d’entendre de loin le témoignage de ses anciens copains, il va se mettre à headbanger avec fierté, rassuré quant à la pérennisation de son envie de tout défoncer. Avec Divided By Two, les SEVERPULL ont plutôt tendance à tous nous unir dans une même passion, et à nous donner le frisson, se posant même en valeur montante de la scène revival Thrash qui pourtant ne manque pas de représentants en violence de saison.


Titres de l'album:

  1. Lasting Impression
  2. Divided by Two
  3. Optical Implode
  4. Traced In Chalk

Facebook officiel


par mortne2001 le 10/04/2017 à 16:22
78 %    374

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Backyard Babies

Silver & Gold

Pestilent Death

Chapters of Depravity

Torch Runner

Endless Nothing

Noctambulist

Atmospheres of Desolation

Gods Forsaken

Smells of Death

Mass Destruction

Panic Button

Vigilance

Enter The Endless Abyss

Conjurer

Sigils

Pagan Altar

Judgement of the Dead

Coventrate

Roots of all Evil

Ember

Ember & Dust

Towering

Obscuring Manifestation

Calamity

Kairos

Deathspell Omega

The Furnaces Of Palingenesia

Pectora

Untaken

Warchest

Sentenced Since Conception

Sangue

Culś

Wormwitch

Heaven That Dwells Within

Wings Of Decay

Crossroads

Tour Report - BARE TEETH Asie 2019 Part. II

Simony / 26/06/2019
Punk Rock

Tour Report - BARE TEETH Asie 2019

Simony / 23/06/2019
Punk Rock

Pitfest

Mold_Putrefaction / 08/06/2019
Crust

Warm-Up Hellfest

JTDP / 07/06/2019
Hellfest

Concerts à 7 jours

+ Gorgasm + Cenotaph

03/07 : Quartier Libre, Reims (51)

Photo Stream

Derniers coms

J'aime beaucoup le premier album mais je suis passé à côté du deuxième. Vu le côté classique mon intérêt dépends aussi beaucoup de l'humeur du moment. Mais Willetts à retrouver un peu de voix j'ai l'impression.


Bof. Bof depuis toujours. La relève de Bolt-Thrower n'est pas assuré sur ce coup-là. Sans grand intérêt ce groupe et surtout une déception car j'en espérais beaucoup.


Le son était aussi radical que leur musique... Le genre de concerts où le circle-pit n'a pas sa place en somme, et où le public se prend juste un mur du son qui le paralyse.


Excellent ! Tout ça nous fait rêver et voyager avec vous. Merci !


Le morceau passe bien mais rien d'extraordinaire pas même en terme de old school. Video faite par un veteran de retour d'Iran d'après ce que je lis à la fin, le geste y est mais je doute de son intêret au vu de sa qualité que je trouve très passable.


Excellent !!! on y est totalement ! vivement la suite !


"On a le choix dans les saveurs proposées : 54 ou 58 degrés, l’un étant aussi dégueulasse que l’autre. Le premier shot goûte le pneu et râpe bien le gosier, le deuxième passe nettement mieux vu que le premier a annihilé ton sens du goût et cautérisé de ta langue jusqu’à ton estomac(...)


En effet, ça avait l'air ! Vu qu'un seul morceau en passant devant la Temple, mais ça ne faisait pas mine du tout !


Leur prestation au Hellfest fut d'une rare intensité.


En tout premier lieu, pardon de préciser que sur la photo choisie, on voit l'autre fou dangereux de Karl Logan qui pourtant ne fait plus partie du groupe. Si on veut le voir, c'est maintenant vers les archives de la police américaine qu'il faut se tourner...
En second lieu, Manowar est égal(...)


... et ce fut une des plus grandes prestations de ce Hellfest 2019. Personnellement je ne fus pas surpris car la dame exerce une musique d'un très très haut niveau, que ce soit émotionnellement ou techniquement parlant.
Par contre, je (ne) remercie (pas) tous les crevards et autres irrespec(...)


Surtout que officiellement c'est oas Entombed, c'est avec Hellid qui a reformé le groupe avec deux anciens époque Clandestine.


Un commentaire qui fait plaisir à lire, merci lolo pour ce retour.


Album acheté la semaine dernière à la suite de la lecture de cette chronique (+visionnage des deux deux clips disponibles, certes).
Je dois encore creuser mais les premières écoutes sont plus que prometteuses.

Un grand merci au chroniqueur, dont la plume m'a donné envie de m(...)


On a tous raison, sur le fil de coms, mais n'étant pas un fan absolu des albums d'Entombed depuis perpette (allez, Wolverine Blues reste le dernier indispensable à mon sens) disons que ce titre suscite de l'intérêt. Après, il est placé en opener, alors, de là à penser que c'est le meilleur t(...)


Bien, efficace, mais en effet pas très original...


J'y entends Grave époque Soulless vers 1'40, mais c'est vrai que le morceau est pas mal. De là a créer un intérêt pour l'album ?


Truc entendu 14 779 fois donc rien d'exceptionnel, mais ça envoi.


Idem, agréablement surpris...


Il est bien ce titre ! Etonné agréablement je suis.