Du Thrash, du Thrash et encore du Thrash. Si ça continue à ce rythme, je vais bientôt organiser un memorial tour en bus sur les traces des héros de la Bay Area et de la Ruhr, histoire d’offrir aux lecteurs un panorama complet de la saga…

Il semblerait en effet que les guitares saccadées et les rythmiques affolées n’aient de cesse d’inspirer les musiciens de la nouvelle (ou presque) génération, au point de devoir faire face à une production pléthorique dont l’ampleur est passée d’un épiphénomène très localisé à un raz-de-marée mondial en forme de tsunami que rien ne semble pourvoir arrêter.

En témoigne la sortie au mois de janvier du premier EP d’un collectif très inspiré par la vague US des pionniers, et qui a dû faire face à pas mal de tragédies et coups du sort avant d’en arriver là et de pouvoir proposer ses vues sur un Thrash racé et claqué.

Les SEVERPULL se sont donc formés en octobre 2014 autour du batteur Ryan Shutter, artiste estampillé Metal Blade records et membre de LAZARUS A.D., délocalisé de Kenosha dans le Wisconsin à Sacramento, Californie, histoire de prendre un break après la tournée intensive ayant suivi la sortie du second album de son groupe officiel.

Avec l’aide de Tom Jimenez (HABEAS CORPUS, ART OF CHAOS) à la guitare et de Greg Sherman (SLIP INTO COMA, ART OF CHAOS) à la basse, puis de Josh Gibson (KILL RITUAL) au chant, la troupe commence à composer quelques titres, avant que ce dernier ne s’en aille voir si l’herbe Thrash n’était pas plus brûlée ailleurs.

Mais là n’était pas l’évènement le plus tragique de leur histoire, puisque peu après ce départ, c’est Ryan Shutter lui-même qui quitta le groupe de façon involontaire et tragique, puisqu’il décéda d’une attaque cardiaque le 17 mai 2015, laissant ses compagnons sans leader.

Dans un désir de lui rendre hommage et de continuer son projet, les deux membres restants Tom Jimenez et Greg Sherman recrutèrent de nouveaux partenaires pour enfin finaliser les premières compos ébauchées, afin de pouvoir sortir un EP en mémoire de feu leur batteur trop tôt disparu.

C’est donc à une sorte d’adieu auquel nous convie ce Divided By Two, qui en quatre petits morceaux représente le plus beau témoignage de fidélité et d’amitié dont le regretté Ryan aurait pu rêver. Mais aussi, et on l’espère, un nouveau départ.

Pourtant pas de nostalgie ni de mièvrerie au programme, mais plutôt une attaque franche et brutale, dans la plus grande lignée des références citées par le groupe lui-même. Les SEVERPULL n’hésitent pas à se placer sous l’aune de l’influence de grands noms du style, tels ceux qu’ils affichent sur leur page Facebook, SLAYER, COROSION OF COMFORMITY, OVERKILL, EXODUS, PANTERA, LED ZEPPELIN, VIO-LENCE, ANTHRAX ou BATTLECROSS, ce qui vous offre un panel assez large d’artistes intra et extra muros…Et si l’on ne trouve pas grand trace des LED ZEP dans leur symphonie en Thrash majeur, il est évident que les noms de DEATH ANGEL, VIO-LENCE, ACCUSER et WARBRINGER pour les plus récents semblent les plus pertinentes, même si la vitesse de croisière assez élevée peut aussi évoquer le Crossover des IRON REAGAN et autres MUNICPAL WASTE, sans jamais pour autant tomber dans l’agression de potaches à la Troma Thrash.

Le Thrash des SEVERPULL au contraire est en effet d’une limpidité et d’un radicalisme exemplaire, tout en restant d‘une fluidité impressionnante, qui les place d’emblée dans les rangs des héritiers les plus méritants et méchants du genre.

On pense évidemment au séminal Eternal Nightmare de l’ancienne bande de Robb Flynn, mais aussi aux deux exactions fugaces des RECIPIENTS OF DEATH, pour cette incroyable aisance dans la violence coulée qui permet à des plans accélérés de s’enchaîner avec une délicatesse affirmée.

Halte au chaos, malgré leur véhémence très à propos, les SEVERPULL ne se posent pas avec Divided By Two en nouveaux chantres d’un Thrashcore baveur, mais plutôt en héros d’un Thrash très frondeur, qui reste musical malgré la brutalité débridée de sa teneur.

Certes, le propos est tout sauf original, mais reste percutant en diable, avec quatre entrées assez similaires faisant la part belle aux riffs les plus légendaires et à un chant vraiment mordant, au phrasé très coulé.     

Cinq minutes en moyenne par intervention, et une jolie succession de plans lourds et béton, et de saccades à l’unisson, profitant d’une belle osmose entre la guitare et la rythmique qui avancent de concert sans marquer aucune pause.

Les esprits mesquins vous diront que tout peut se résumer au morceau d’ouverture « Lasting Impressions » qui se permet d’unir dans un même élan le FORBIDDEN le plus virulent et l’EXODUS le plus récent, mais il est évident que chaque titre à sa raison d’être, malgré une cohérence globale qui unit le tout dans une même chanson de geste Thrash assez preste.

Instrumentistes très capables et rodés à l’exercice de la brutalité dans leurs combos respectifs, qui alignent les tirs de barrage en lâchant intelligemment leurs cartouches. On pense même à une version plus compacte des DESTRUCTION pour cette façon de faire tournoyer les licks à la Speed/Thrash des late 80’s, et les soli très TESTAMENT se chargent d’apporter le glaçage final, transformant ce premier EP en carte de visite qu’on range précieusement dans sa poche en attendant une démonstration plus à fond.

Et lorsque le tempo s’accélère, la fièvre des VIO-LENCE fait monter la pression, et nous laisse avec un « Traced In Chalk » qui nous rappelle le turbulent « Who Dominates Who » des ACCUSER et ses BPM enfilés comme autant de perles autour d’un collier Thrash pas vraiment rouillé.

Gageons que si le regretté Ryan Shutter à l’occasion d’entendre de loin le témoignage de ses anciens copains, il va se mettre à headbanger avec fierté, rassuré quant à la pérennisation de son envie de tout défoncer. Avec Divided By Two, les SEVERPULL ont plutôt tendance à tous nous unir dans une même passion, et à nous donner le frisson, se posant même en valeur montante de la scène revival Thrash qui pourtant ne manque pas de représentants en violence de saison.


Titres de l'album:

  1. Lasting Impression
  2. Divided by Two
  3. Optical Implode
  4. Traced In Chalk

Facebook officiel


par mortne2001 le 10/04/2017 à 16:22
78 %    329

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Véhémence

Par le Sang Versé

A Pale Horse Named Death

When The World Becomes Undone

Jetboy

Born To Fly

Lugnet

Nightwalker

Insanity Alert

666-Pack

Triste Terre

Grand Oeuvre

Flotsam And Jetsam

The End of Chaos

Necrogosto

Necrogosto

Mayhem

De Mysteriis Dom Sathanas

Horrisonous

A Culinary Cacophony

Dust Bolt

Trapped in Chaos

Pissgrave

Posthumous Humiliation

Aberracion

Nadie Esta Libre

Malevolent Creation

The 13th Beast

Together To The Stars

An Oblivion Above

Queensrÿche

The Verdict

Musmahhu

Reign of the Odious

Cold Colours

Northernmost

Destiny Ocean

Peace Love & Heavy Metal

Endless Disease

The End of All Life

Liévin Metal Fest #4 (samedi)

JérémBVL / 18/03/2019
Benighted

Cernunnos Pagan Fest 2019

Simony / 12/03/2019
Celtic Metal

LORDS OF CHAOS / Critiques du film

Jus de cadavre / 12/03/2019
Film

Interview HATRED DUSK

JérémBVL / 11/03/2019
Death Metal

Concerts à 7 jours

+ Meshiaak + Overkill

20/03 : Le Trabendo, Paris (75)

Meshiaak + Overkill + Flotsam And Jetsam

20/03 : Le Trabendo, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

Exactement la même sensation d'un rendu un peu plus "pop" avec ce nouvel album mais une fois rentré dedans je le trouve absolument excellent. Je me suis forcé à l'enlever de ma platine parce que sinon il aurait fait l'année dessus, mais il va très vite y revenir comme ses illustres prédécess(...)


Aaaaaahhh !!!
A PALE HORSE NAMED DEATH !!!
Un des rares groupes actuels dont j'attends les sorties et tournées avec toujours la même réelle impatience.
Une fois de plus, je ne suis pas déçu par leur dernier ouvrage.
Comme le dit très justement Simony, il faut toujours u(...)


Un album juste incroyable. Une ambiance de fou, des riffs guerriers et mélodiques, une production très claire (limite trop "bonne", ce serait mon seul "reproche"). Le premier morceau est pour moi une leçon de Black épique. Juste excellent !
Un grand bravo au groupe et merci mortne pour ce(...)


Ah oui, bizarre, c'était 18h la semaine dernière.
Comme y'a "que" 3 groupes au lieu de 4, ceci explique cela. Cool, tant mieux !


Sur le site du Trabendo, il est annoncé une ouverture des portes à 19h00...
http://www.letrabendo.net/overkill-2/


Meshiakk a jeté l'éponge, remplacé par Chronosphere sur la tournée mais pas sur la date de Paris, ni en suivant. Dommage, c'était un choix plus cohérent. Du coup, pas de groupe local avant Flotsam n'est annoncé. Quelqu'un sait-il si le premier show démarre juste à l'ouverture des portes, pr(...)


"De Kristian Vikernes ou d’ Øystein Aarseth, qui est le vrai coupable ? On ne le saura sans doute jamais, et c’est tant mieux."

Le vrai coupable ça reste celui qui a tué l'autre.


Hmmm... le nouvel Abnormality n'a pas l'air de dévier et c'est bien ce qu'on demande !


plutot death que thrash. definitivement


mème chose on est loin du 1er album (ah jeunesse)....


Un côté très old school, et autant proche du thrash que du Death.

Morceau sympa, j'attend un peut mieux du reste.


Ah ah ah !
Ouais merde... Putain, je pensais pourtant avoir fait "le tour de la question"...

PS : Il me semble même qu'il escompte adopter avec son compagnon du moment.


Va falloir que je l'écoute en entier cet album, j'ai ignoré quasiment tout le mouvement black de ces années, mis a part ugra karma et ceremony of the opposites.


TU as oublié de préciser qu'il était homo également


Une pierre angulaire du black, un album essentiel, un manifeste à le fois séminal et terminal. J'ai dû l'écouter des centaines de fois depuis mes débuts de metalhead il y a près de 25 ans, et je ne m'en lasse toujours pas...


D'après mes sources, Emory Cohen (Varg Vikernes dans le film) est effectivement juif.
Mais également éthiopien par sa mère, gitan du côté de son père, encarté au Parti Communiste et d'obédience maçonnique.


"Le plus drôle, c'est que l'acteur qui joue Vikernes s'appelle Cohen"

Et encore, il aurait pu être noir !!!


1) "Je ne jurais que par Darkthrone en BM Norvégien"
Rassures-toi, il y a pire comme référentiel hein.
2) "A l'occasion d'un concert (en salle) où le groupe jouait "De mysteriis (...)" en intégralité y a eu le déclic"
J'avais forcément vu le groupe avant en live (claquasse (...)


Oui il est juif, le réal avait vraiment une dent contre Varg je crois, ou alors de l'humour :D ! Ça lui reste en travers de la gorge ce film je pense à Varg, il fait des vidéos ou il commente le film, énumère toutes les erreurs et mensonges (selon lui bien sur)... Je comprends qu'il veuille se(...)


J'ai vu le film est il est super captivant, je retiens pleins de bons point donc je vais dire le peut de "décevant".

1-Certains membre de Mayhem trop en retrait, Necrobutcher viré comme ça en quelques seconde, Hellhammer trop discret, pas une seul fois le nom de Maniac.

(...)