Si je vous dis Belo Horizonte, vous allez immédiatement et logiquement penser aux SEPULTURA, SARCOFAGO, HOLOCAUSTO, CHAKAL, MUTILATOR, et toute la vague sud-américaine de bestialité des années 80. L’association d’idée sera naturelle, pourtant il serait incroyablement réducteur d’associer cette ville à la brutalité Thrash et à la déliquescence Death. Après tout, cette cité, et ce pays, le Brésil, ne sont pas automatiquement reliés à une violence urbaine traduite en langage musical, même si le développement est d’usage en termes artistiques Metal. Il existe aussi de ce côté-là du monde des groupes qui osent franchir les barrières et transgresser les codes pour offrir une vision plus nuancée, et osons le terme, mélodique. Nous pourrions évidemment évoquer le cas des ANGRA, mais aussi celui des VITALISM, et tant d’autres qui ont œuvré à offrir un visage plus modulé de la vie en Amérique du Sud, bien qu’un simple coup d’œil à la page recensant les acteurs nationaux sur Encyclopedia Metallum nous prouve que les genres extrêmes se taillent la part du lion, partageant les rôles entre Death, Thrash, Black et autres extensions brutales. Nonobstant ce constat indéniable, il est toujours agréable de découvrir des groupes qui poussent des portes sans les défoncer avec un bélier, et c’est avec plaisir que je suis tombé ce matin sur la seconde réalisation longue-durée des locaux de SACRIFICED, qui ne nous avaient pas donné de nouvelles depuis bientôt sept ans. Sept années donc pour enfin donner une suite à leurs aventures entamées par The Path Of Reflections, qui finalement leur aura tracé un chemin en forme d’énigmes et de questionnement. Les années ont donc passé, sans que la passion ne s’éteigne, et nous retrouvons le quintette en pleine forme, prêt à affronter l’avenir avec beaucoup plus de sérénité, mais pas moins de colère.

Une colère qui s’incarne toujours autour d’un Heavy Metal plus complexe qu’il n’y parait, et surtout, très éloigné du folklore local et des figures imposées européennes. Les cinq instrumentistes (Kell Hell - chant, Diego Oliveira & Ronan Lopes - guitares, Thales Piassi - batterie et Gabriel Fernando - basse) sont toujours aussi affutés, et prêts à en découdre, sur de leur fait, et de l’actualité de leur Heavy moderne ne crachant pas sur des influences contemporaines, sans rien renier de ses racines classiques. Menés de front par la voix puissante et ondulante de la belle Kell Hell, les SACRIFICED livrent avec Enraged une prestation presque sans faute, technique mais efficace, directe mais pleine de sagacité, ambitieuse mais pas ampoulée, et démontrent en trois petits quarts d’heure que les cartes postales en provenance du Brésil n’évoquent pas toujours la véhémence d’un Thrash furieux ou d’un BM impétueux. Sans vraiment casser les codes, les lusophones les arrangent à leur convenance, et se complaisent dans l’élaboration de morceaux bien dans leur époque, qui piochent leurs arguments un peu partout (Heavy pur, progressif, Modern Metal brillant et Néo Metal rutilant), pour proposer une sorte de Fusion géante fédératrice, mais pas vulgarisatrice. En optant pour une classe modeste plus qu’un populisme de liesse, les SACRIFICED ne sacrifient aucun de leurs principes aux modes en vogue, et ne tombent pas dans le piège de la stérilité, s’adonnant parfois au petit jeu du métissage en incorporant à leur bestiaire des éléments de culture musicale nationale (les allusions directes à la bossa-nova sur le terriblement accrocheur « Oblivion »). Mais inutile de vous attendre à des clichés pour touristes en mal de couleur locale, puisque les brésiliens s’accrochent fermement à leur Heavy pour nous convaincre du bien-fondé de leur démarche. Et le plus séduisant à leur propos reste ce choix assez risqué de jouer avec les frontières sans vraiment les franchir, pour rester dans un cadre libéral, mais indispensable à l’élaboration d’un répertoire pluriel et cohérent.

Pluriel et cohérent, parce que constamment en porte-à-faux, mais toujours conscient de son propre badinage. Car entre les ballades progressives émotives et sensibles (« To Whon You Belong », un peu LACUNA, un peu WITHIN TEMPTATION, sans les tenues de gala et les artifices de make-up en arrangements en toc), et les accès de rage purement Néo-Thrash (« Shame », du DREAM THEATER période « Awake » en version synthétique et simplifiée), le spectre couvert est ample, mais ne contredit pas la logique. Cette logique s’articule autour de dérivations rythmiques et d’implications harmoniques, qui trouvent leur juste équilibre dès l’entame de parcours (« Meet Your Fate », qui en cinq minutes résume le propos avec élégance mais puissance), et qui supportent très bien quelques déviances oniriques en inserts dramatiques (le sublime mais trop court intermède « The Unspoken », liturgique et pourtant profane). Sans jamais chercher les prolongations dispensables, les brésiliens savent parfois se laisser dériver le long d’un Heavy moderne et subtilement évolutif (« Spiral Down », admirable de précision et de spontanéité), pour mieux se recentrer autour d’une fausse redondance de ton qui privilégie autant la forme que le fond (« Dear Killer », estampillé 2018 mais qui ne rechigne pas à loucher du côté d’ANGRA). Thèmes de société, animosité, difficulté d’affronter une vie de défis et de dangers, la réalité est abordée de plein fouet, mais permet parfois quelques temps d’évasion, pour qu’une guitare classique instaure une ambiance de coton (« Refugees », tragique, mais qui ne tire pas les larmes de force des paupières).

Il est toujours bon de comprendre que sur Enraged rien n’est gratuit, imposé, ou forcé. Chacun fera son choix dans les onze morceaux proposés, mais personne ne pourra nier que l’ensemble dégage un agréable parfum de liberté. Si pour certains, les intermèdes ne sont là que pour meubler, les SACRIFICED en utilisent toutes les possibilités, pour offrir des liens instrumentaux de toute beauté (« Interlude »), permettant à l’auditeur de franchir les ponts sans avoir à sauter. Et si certains plans, si certaines idées semblent se retrouver d’une portion à l’autre, le quintette trouve toujours un refrain pour dynamiser l’uniformité (« Thick Skin »), même si la voix assez uniforme de Kell dans les instants les plus formels empêche vraiment l’instrumental de décoller. Mais le bilan n’en reste pas moins sinon ébouriffant, du moins terriblement probant, jusqu’à ce final purement Thrash (« Into The Hive »), qui superpose des grognements masculins à des envolées féminines pleines de ressenti. Ce témoignage de la vitalité de Belo Horizonte est donc une preuve supplémentaire que le Brésil n’est pas que grognements et stigmatisation violente d’un quotidien de guerre, mais surtout un album plein, riche, qui révèle la personnalité attachante d’un groupe qui mérite vraiment une attention plus particulière. Souhaitons-leur tout le bonheur du monde, et surtout, de pouvoir enchainer sans avoir à patienter.                                                 

       

Titres de l'album:

                            1.Meet Your Fate

                            2.Shame

                            3.Oblivion

                            4.To Whon You Belong

                            5.The Unspoken

                            6.Spiral Down

                            7.Dear Killer

                            8.Refugees

                            9.Interlude

                           10.Thick Skin

                           11.Into the Hive

Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 08/07/2018 à 18:44
78 %    166

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Orthostat

Monolith Of Time

Obscenity

Summoning the Circle

Psy-no-ark

Nodvs Gordivs

Stranguliatorius

Rope Soap Tabouret

Nebula Orionis

Starthrone

Valiant Bastards

Harbingers of Chaos

Samarium

Right to Get Violent

Split/cross

Rise of Discontent

Executioner

Bone Collector

Northern Light Orchestra

Greatest Hits

Ploughshare

In Offal Salvation

Conjure

Releasing The Mighty Conjure

Death Chaos

Bring Them to Die

Atomic Death Squad

Brain Dead

Blackwater

Good As Evil

Scorcher

Systems of Time

Virginia Hill

Makin' Our Bones

Psython

The Last Days of the Good Times

Nacht Und Gnosis

Det Warder Sådt I Skröplighet Och Skal Upstå Ur Kraft

Concerts à 7 jours

Father Merrin + Dragunov + Daerrwin

02/03 : Black Baron, Nancy (54)

+ Uada + Tribulation

23/02 : Cinema, Alost ()

Photo Stream

Derniers coms

Merci pour ce petit clin d’œil à Heavy Sound et content de t'avoir eu au sein de l'équipe dès les tout débuts de l'aventure... et longue vie à Sleeping Church Records et Metalnews !


Rien qu'avec ces deux noms ça promet d'être très poétique en effet !


Allons allons, j'ai des gens qui m'aident bien autour de moi, tu sais de quoi je parle Jus de cadavre... c'est aussi grâce à des personnes comme toi que tout cela est possible.


Cool oui l'interview ;) Un groupe, un label et le zine... Je sais pas comment tu fais Simo ! :D


Merde, mais c'est mortel RITUALS ! J'étais complètement passé à côté... Chouette interview encore une fois et bonne continuation à Sleeping Church Records ;-)


@Kerry King : Si tu aimes Gus Van Sant, tu aimeras...


J'ai jamais regardé le "Last Days" je me demande si il vaut le coup ?

Lords of Chaos je me demande quand il sera dispo ça fait longtemps qu'on annonce le film.


Ca sent mauvais tout ca...


Tout pareil Simo ! Bienvenue Acid, ça fait plaisir une nouvelle plume ! :)


Et voilà c'est corrigé...


Parce que dans la com' du label, c'est le pays qui est indiqué... j'avoue que je n'ai pas vérifié mais effectivement en voyant Vindsval, j'aurais du corriger de moi-même, désolé c'est bien Français...


Avec cette chronique, nous accueillons dans notre équipe Acid
Vous retrouverez d'autres articles de sa part prochainement mais toute l'équipe de Metalnews.fr lui souhaite la bienvenue, en espérant que sa plume vous séduise et qu'elle vous fasse découvrir de nouveaux groupes ou vous confor(...)


Pas mal, rien d'extraordinaire et ça reste du black Telerama-compatible (ça m'empêche pas de beaucoup aimé BaN) mais il y a 2 choses que j'apprécie :

1) Ils avaient fait une itw du gars de Throane et je m'étais dit, c'est bien mais ils pourraient quand même s'intéresser à BaN q(...)


les Vegan et auters Veggie nous les cassent sévère


Ouais le "Rock" c'est la grande mode, c'est hype. Faut profiter du filon avant que ça s’essouffle !
Et si Nirvana a eu son "Last Days" de Gus Van Sant, fin c'est sur Cobain plutôt. Plus une palanquée de docu plus ou moins bon.


J'avais adoré le premier album... celui-là ne m'a pas déçu. Un groupe qui mériterait d'être plus connu.


C'est entraînant


Débat intéressant.
Autant la gars de Tyr assume complètement son truc, et c'est son droit, du moins tant que le pays d'où il vient maintient la légalité de cette pratique. Autant une asso qui se veut vegan, moi je trouve ça étrange qu'elle cautionne ça en étant partie prenante de l'(...)


Avec tout ça, TYR ne fera jamais la 1ere partie de GOJIRA . Je ne suis pas vegan je n'ai jamais écouté TYR, mais on peut aussi boycotter les concerts dont les groupes sont chasseurs ou bossent dans des abattoirs. Pour les chasseurs , il y a de tout du saoulot, du viandar mais aussi du responsabl(...)


Cette année ça y va les films qui retracent l'histoire d'un groupe...

Queen, Mayhem, Motley Crue les trois a la fois, a qui le tour ? Limp Bizkit lol

Nirvana ils ont jamais rien fait ? Je me demande.