Fear

Onsegén Ensemble

27/11/2020

Svart Records

Imaginez une musique qui ne vous oblige pas à visualiser un espace précis, mais qui au contraire vous offre une vision panoramique du monde artistique qui vous entoure. Imaginez une musique libre, affranchie de toute contrainte de genre, d’espèce, de catégorisation, qui fasse tomber les barrières et suspende les interrogations. Une musique en espéranto, langage universel compris de tous, amateurs de Rock, de Pop, de Classique, de Jazz, et plus généralement, d’émotions intangibles, de couleurs fugaces. Imaginez être de retour dans les sixties et les seventies, lorsqu’on voyait les sons et qu’on entendait les couleurs, imaginez-vous soudainement pris dans un tourbillon d’humeurs, sans avoir besoin d’opiacées, regardant le film de votre propre vie, que vous partagez maintenant avec des milliers d’autres personnes que vous ne connaissez pas, mais que vous ressentez intimement comme étant proches de vous. Imaginez un grand jardin, un désert, une oasis, un enfer urbain, une rue ne menant nulle part, une maison aux pièces qui changent, à la structure qui évolue, aux fondations qui s’agrandissent au fur et à mesure que vous y vivez. Imaginez un ciel changeant, bleu azur, puis gris et chargé d’électricité, imaginez la pluie, imaginez-vous couché dans une herbe humide fixant les formes de nuages. Imaginez-vous sans chaîne, sans lien avec la logique et la rationalité, pieds nus, totalement couvert, sous une couette au milieu d’une nuit de rêves. Alors, si finalement vous parvenez à vous dégager de toute attache, de tout bien matériel, vous finirez par apercevoir une autre vie que celle que vous avez vécue jusqu’à présent. Non une vie idyllique, l’utopie n’étant pas de ce monde, mais une vie où chaque émotion aurait sa place, et où chaque acte n’aurait besoin d’une justification fondée. Ainsi en est de l’art, lorsque chaque note semble à sa place alors que la partition est vide. Ainsi est la musique lorsqu’elle est jouée par des magiciens en osmose qui créent leur propre langage. Ainsi est la musique du collectif finlandais ONSEGEN ENSEMBLE.  

ONSEGEN ENSEMBLE est justement un groupe de passionnés, unis sous une bannière commune, ou communauté dont les portes sont ouvertes à tous les invités, pour peu qu’ils apportent quelque chose de personnel et d’intime au groupe. Né en 2004, et déjà auteur de deux albums, ce projet qui n’a eu de cesse de changer et d’évoluer nous offre aujourd’hui son troisième album, qu’il a confié au bon label, Svart Records. Qui mieux que des finlandais pour comprendre d’autres finlandais, mais qui mieux que des chercheurs en originalité pour appréhender l’indicible ? Composé sur cet album d’une myriade de musiciens (Pasi Anttila, Heikki Häkkilä, Esa Juujärvi, Merja Järvelin, Sami Lehtiniemi, Samuli Lindberg, Joni Mäkelä, Niina Vahtola et Mikko Vuorela), ONSEGEN ENSEMBLE en a vu passer des dizaines d’autres, qui ont offert leurs services et leur talent à des albums comme l’initial Awalaï en 2016, et sa suite Duel en 2018. Fear, le petit dernier, se propose d’isoler la peur, de mélanger les cordes aux vents, la plume au béton, le Post Rock au progressif des années 70, corsant le tout d’un peu d’expérimental à la MAGMA, tout en évoquant le Folk du froid avec une acuité terrible et réchauffante. Refusant presque complètement le diktat d’un chant qui imposerait ses mots, l’ensemble développe donc de longues idées, qui se formalisent autour de mélodies, de parties rythmiques, mais qui accepte parfois le collectif de voix entremêlées, pour créer une strate de sons éthérés et raconter une légende musicale féérique nous replongeant dans le culot le plus absolu des seventies. En écoutant le sublime « Earthless », impossible de ne pas penser à un MAGMA épuré de sa colère la plus fondamentale, et plus concentré sur la paix du cosmos que sur les guerres humaines. Ces nappes de timbres qui s’évaporent dans le lointain évoquent aussi VIRUS, et sa façon de biaiser le progressif pour le rendre plus humble, mais l’ensemble à des airs de bande sonore d’un film à la Midsommar, avec culte de la lune, symboles ésotériques, et heureusement, une fin plus clémente pour ses protagonistes.

Découpé en sept actes, mais conçu comme une musicothérapie globale, Fear s’adresse donc aux sens les plus aigus, et aux esprits les plus ouverts. Sans rien proposer de révolutionnaire, et en faisant même preuve d’une certaine humilité, ce voyage instrumental d’une cohérence rare explore les limites du Rock qui ne se considère pas en tant que tel, et laisse la guitare tisser des nappes stellaires, la basse se mouvoir comme bon lui semble, en respectant les silences, les pauses, mais en imposant aussi des moments d’intensité, des stridences, à la manière d’un GONG enfin débarrassé de ses mauvaises habitudes lysergiques. On reconnaît même parfois des traces évidentes de Progressif contemporain sur le title-track, avec ce riff souterrain sur volutes de basse statiques, et la violence parvient même par instants à se faire une place, une violence formalisée en densité, et non en éclats de distorsion et de percussions. Presque chamanique, l’ensemble dégage un potentiel de mantra ouvrant de nouvelles perspectives sonores, rappelle les drones indiens, mais aussi le folklore de l’est, tout en se frottant au Space-Rock le plus ancré dans le patrimoine de la décennie de tous les possibles. Il est tout à fait possible aussi d’envisager la chose sous l’angle d’un Post-Rock moins contemplatif que la moyenne, spécialement lorsque « Sparrow’s Song » égrène ses itérations en morse, mais finalement, les étiquettes, quelles qu’elles soient n’ont aucune importance. Les mots non plus d’ailleurs, et cette chronique n’a pas pour but de vous guider dans ce labyrinthe de sons dont vous êtes le seul à pouvoir trouver la sortie, comme tous ceux qui décideront d’écouter Fear.  

Mais on apprécie ces cuivres, on adore cette basse décidément pivot de l’ensemble, on adore ces arrangements discrets et épars, et lorsque tous les éléments s’assemblent comme par magie, sur l’ineffable « Lament of Man », l’auditeur atteint un niveau de perception supérieur…ou s’ennuie fermement, selon son degré de tolérance à une musique libre. L’absence de chant formel pourra dérouter, tout comme ces soudains accès de colère sur le même « Lament of Man » (qui valide définitivement le parallèle avec VIRUS), et si certains trouveront le tout un peu empesé, répétitif et élitiste, les autres se satisferont amplement de ce thème mélodique unique qui trouve son apogée dans le crescendo de « Satyagrahi ». ONSEGEN ENSEMBLE propose un ailleurs, un ailleurs possible, qui ne fera pas rêver tout le monde, mais qui permet pendant quelques minutes d’oublier son ici, parfois bien morne.                                                                          

                                                                                                                                                                                                          

Titres de l’album:

                  01. Non-Returner

                  02. Stellar

                  03. Earthless

                  04. Fear

                  05. Sparrow’s Song

                  06. Lament of Man

                  07. Satyagrahi


Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 25/11/2020 à 17:50
80 %    242

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Voyage au centre de la scène : ASSHOLE

Jus de cadavre 17/01/2021

Vidéos

Eluveitie + Korpiklaani 2010

RBD 08/01/2021

Live Report

Sélection Metalnews 2020 !

Jus de cadavre 01/01/2021

Interview

Welcome To My Nightmare

mortne2001 26/12/2020

From the past

IXION : entretien avec Julien

JTDP 16/12/2020

Interview
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Bones

Très beau message. Mais si le tissu économique et culturel d'un pays peut-être sacrifié au nom de l'incurie à avoir su prévoir/gérer une pandémie, ce ne sont pas les soubresauts d'un festival, qui plus est de Metal, qui vont fa(...)

18/01/2021, 22:45

KaneIsBack

TL; DR

18/01/2021, 20:14

Gargan

j'ai lu "grand raoult musical". 

18/01/2021, 20:13

Simony

Oui c'est le genre de missive qui ne sert à rien. Après ils se battent pour leur job, c'est très bien mais il n'y aura rien en 2021 et même 2022 est trèèèèès hypothétique. Il faut bien comprendre que ça va (...)

18/01/2021, 18:35

metalrunner

Du vent tout ca le résultat sera clair rien nada nothing peau de zob avec une lettre ou mille;

18/01/2021, 18:27

Jus de cadavre

Clair et précis, c'est bien. Même si la ministre (ni même personne en fait) ne sera capable de répondre quoique ce soit d'utile pour le moment hélas...

18/01/2021, 18:16

Gargan

Il va être dans les listes des meilleurs albums 2021 celui-ci haha ! Le sieur Helwin aux fûts, soit dit en passant.

18/01/2021, 09:53

LeMoustre

Sympa, cette vidéo ! D'ailleurs je recommande la compile de Asshole, très complète et d'un bon niveau. Plein d'anecdotes justes comme celle sur la Fnac, par exemple. 

18/01/2021, 09:06

Bones

Vidéo très sympathique et intéressante ! Dans la bande son des années lycée, ce CYTTOYLP.  Je me vois encore trimbaler ma grosse malette de matos d'arts plastiques dans les transports en commun, sur laquelle j'avais reproduit au feutre(...)

17/01/2021, 22:07

Simony

Excellente vidéo comme d'habitude. Avec les documents d'époque, on replonge encore plus au cœur de la bête.

17/01/2021, 18:43

yaccio

bof aussi plat que d'hab'

16/01/2021, 21:13

RBD

Excellente découverte, d'un mid-tempo lourd qui fait penser aux vieux Death, à Morgoth, à Massacre et à toute la vieille Floride en général et à toutes références de Death Metal un peu lent mais inexorable. Un début de ce (...)

16/01/2021, 19:16

Meuleu

Excellent, The Crown comme je l'aime !

16/01/2021, 17:40

Jus de cadavre

Superbe artwork en tout cas !

16/01/2021, 12:43

Seb

Jle trouve vraiment cool ce morceau.Ca fait un bout de temps que j'avais entendu un morceau aussi bon de leur part !

15/01/2021, 18:24

Moshimosher

Bon, ben, là, ça me fait carrément envie !!! A défaut de la fève, je veux bien la couronne !

15/01/2021, 17:18

Humungus

THE STRUTS ???Mortne2001...WTF ???

15/01/2021, 11:53

Humungus

Mais qu'est-ce que c'est que cette pochette putain ???

15/01/2021, 11:50

Gargan

J'attendais de voir ce nom passer. Totalement adhéré à l'ambiance qui s'en dégage (belles lignes de basse qui plus est), achat direct. kling !

15/01/2021, 08:23

Buck Dancer

100% d'accord avec la chro et Jus de cadavre ! Dans mon top 5 de l'année 2020. Du death metal qui se veut transgressif et repoussant, comme à la grande époque. Et moi, ça me mets en joie... 

15/01/2021, 00:16