Petite séance de rattrapage avec un album sorti en fin d’année dernière, mais qui est toujours d’actualité. Il serait en effet dommage si comme moi, vous avez raté le train RASPY JUNKER lorsqu’il est passé en gare discographique, de ne pas s’accrocher aujourd’hui à ses wagons, puisque ce premier LP est le genre de disque qui passe vite, très vite, et qu’on peut manquer en étant un tantinet inattentif. A l’inverse, une fois collé dans les oreilles et dévalant pleine pente les rails du Rock, impossible de l’oublier tant l’objet en question déborde d’énergie et de mélodies travaillées…Pour l’histoire, et parce que les mecs méritent quand même qu’on s’intéresse à leur cas, le groupe est donc né à Paris aux alentours de 2012, se présente sous la forme d’un quintette (Nicolas Lory - chant, Thomas Noorman - guitare, Patrick Stefanovic - basse, Cédric Mariolle - batterie et Grégory Delagarde - guitare), et a déjà sorti un premier EP, Board The Junker, assez recommandable lui aussi. Chapeautés par M&O Music, très actifs sur la scène, les parisiens nous ont donc présenté fin 2017 les fruits de leur travail en longue-durée, via ce World Of Violence beaucoup plus complexe qu’il n’y parait à la première écoute. Si la plupart des webzines ayant abordé le parcours du groupe aiment à le présenter comme un combo de Power Metal, je vous rassure de suite (sauf si vous êtes fan du genre, désolé), il n’en est rien. Les RASPY JUNKER sont ce qu’on pourrait appeler des électrons libres, de libres penseurs, ou des « sans étiquette », puisque leur musique n’est rien d’autre qu’un Rock très musclé, évidemment affiliable et affilié au Hard Rock et au Metal de (per)facto, mais qui en refuse toutes les contraintes et les carcans de sous-genres. Ici, seule la musique parle d’elle et pour elle-même, et elle le fait très, très bien.

Dix morceaux, pour cinquante minutes de métrage, et un joli passage en revue des capacités de musiciens qui ne font pas semblant d’en être. D’abord, intrinsèquement par leur niveau technique, ensuite, instinctivement par leur sens aigu de la composition qui touche et frappe. Car les cinq comparses n’ont pas la versatilité dans leur poche, et se permettent de taquiner le Grunge des origines tout en restant farouchement Rock et Metal, ce que leurs influences primales prouvent de leur simple énumération. Pensez-donc, les GUNS, METALLICA, ALICE IN CHAINS, les FOO FIGHTERS, ça en dit long sur les intentions, et sachez que pour une fois, le compte est bon et précis. Car vous retrouverez un peu de tout ça en écoutant, non, en vous délectant de World Of Violence, qui mélange avec flair et bonheur les attaques sensorielles immédiates et les massages émotionnels tendus. En se basant sur des trames simples mais étirables à l’infini, le groupe peut à peu près tout se permettre, et c’est d’ailleurs ce qu’il fait, un peu comme si les 7 WEEKS et MALLORY partaient pour un road-trip traversant les Etats-Unis, de la Californie à Seattle, en passant par la Louisiane et la Virginie. Une vue d’ensemble de plus de trente ans de Rock énergique mais futé, qui ose les riffs maousses et les soli pas farouches, truffant chacune de ses étapes sur la route de petites trouvailles en arrangements intelligents, comme le démontre par exemple ce passage Reggae en chausse-pied sur l’aplatissant « Motorheart Rising », qui aurait pu sembler incongru dans d’autres circonstances.

Mais les RASPY JUNKER sont tout sauf des gimmicks qui s’accumulent et jouent vrai, fort, et pertinent. Même si les compositions peuvent parfois sembler un peu longues et focalisées sur un ou deux plans, elles n’en développent pas moins de solides arguments mélodiques, et des vrilles en arabesques bluesy qui transpirent la poussière et le vécu. On sent à l’écoute de ce premier long que les mecs ont un bagage commun derrière eux, qu’ils ont dû écumer les rades et les bars, et qu’ils en ont tiré une logique de comportement assez décidé. De fait, ici, tout sent le soufre, et parfois, l’étincelle menace de faire exploser votre boom-box,  via un « Sound Of Bullet » qui suinte de ses guitares affamées et de son pilonnage rythmique martelé. Ça pulse, ça rocke, ça évoque un subtil mélange du Grind des ALICE IN CHAINS et du LP éponyme de MÖTLEY avec Corabi, mais après tout, il n’y a aucun mal à relier L.A et Seattle dans une même envie de dépaysement global. Rayon pleine bourre qui t’en colle une, la redondance gravissime de l’ouverture « The Dark Side » est notable et notée, et la barre placée haute de la voix profonde au gros grain de Nicolas, qui chante, module, pour ne pas passer pour un simple beugleur de plus sur le marché. D’ailleurs, sa voix à parfois des accents à la Layne Staley, sans en rajouter dans le côté j’aime l’état de Washington, mais autant dire que le bonhomme a du coffre, mais aussi de la finesse. Une belle démonstration nous en est offerte sur le superbe « Paula », ballade amère et lacrymale qui prouve que les parisiens sont tout sauf de gentils faiseurs pour amuser la galerie, et qui nous déchire de ses soli humides et de sa partie vocale humble, mais réellement émouvante. Encore une fois, le spectre de Jerry Cantrell et sa bande est manifeste, et pourtant, légèrement voilé par le linceul d’un METALLICA un peu moins prévisible qu’à l’ordinaire. Une pointe de TESLA en plus, et vous obtenez la blue-song la plus poignante de l’année, ce qui n’est pas un prix que n’importe qui peut décrocher…

Mais il est très difficile de mettre en avant tous les points forts d’un groupe qui en possède tant. Capable d’insuffler un groove pataud à un binaire chaud (« Fear »), capable de jouer la demi-teinte en arpèges pour mieux construire un crescendo en déni de violence (« I’m Sorry », impossible de ne pas les croire, mais comment être désolé de composer une chanson aussi prenante ?), capable d’évoquer la voisine Aberdeen et San Diego dans le même souffle épique et épidermique (« World Of Violence », METAL CHURCH et les STONE TEMPLE PILOTS dans la même galère, qui regarde vers hier ?), et d’emballer le tout dans un festival de soli ciselés mais bruts comme un matin glacé. Pour un peu, on friserait le sans faute, si certaines des interventions n’étaient pas si étirées. En condensant parfois leur propos sur une minute de moins, les RASPY JUNKER auraient pu éviter certaines itérations un peu prononcées, et l’usure prématurée de certains thèmes un peu trop rabâchés. D’autant plus qu’ils en sont tout à fait capables, puisque le burner « Hypocrite » et ses trois minutes le démontre avec violence et fougue. Mais quand on a le talent nécessaire pour poser en clôture un petit bijou comme « Rotten Flesh », conclusion logique d’un album physique, on peut se faire excuser une petite erreur de jugement sans paraître favorisé. Avec World Of Violence, les RASPY JUNKER nous montrent que les groupes sincères ont encore un bel avenir devant eux, pour peu qu’ils n’oublient pas de composer de véritables morceaux et non de se reposer sur un effet de mode ou quelques astuces vintage plus ou moins malignes.

   

 Titres de l'album :

                         1.The Dark Side

                         2.Fear

                         3.I'm Sorry

                         4.World Of Violence

                         5.Hypocrite

                         6.Paula

                         7.Defeat Your Dread

                         8.Motorheart Rising

                         9.Sound Of Bullets

                         10.Rotten Flesh

Site officiel

Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 13/09/2018 à 16:48
85 %    367

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Thornbridge

Theatrical Masterpiece

Spectrum Orchestrum

It's About Time

Ares Kingdom

By The Light Of Their Destruction

The End Machine

The End Machine

Vitriol

Chrysalis

Altar Of Oblivion

The Seven Spirits

Inculter

Fatal Visions

Venom Prison

Samsara

Sammy Hagar

Space Between

Final Cut

Jackhammer

Eivør

Live In Tórshavn

Burning Rain

Face The Music

Sisters Of Suffocation

Humans Are Broken

Jack Slamer

Jack Slamer

Misery Index

Rituals of Power

Black Oak County

Theatre of the Mind

Helium Horse Fly

Hollowed

Bergraven

Det Framlidna Minnet

Mgła - Revenge - Doombringer // Paris

Mold_Putrefaction / 19/05/2019
Death Metal

Dead can Dance

RBD / 19/05/2019
Darkwave

NETHERLANDS DEATHFEST IV / Tilburg, Pays-Bas

Jus de cadavre / 16/05/2019
Death Metal

Tour-Report ACOD (support Cradle Of Filth / Avril 2019)

Jus de cadavre / 14/05/2019
Death Black Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Pour l'anecdote en sortant de la salle (opération qui prend un certain temps lorsqu'on a eu la bonne idée de se mettre un peu devant dans un Petit Bain plein comme un œuf) mes voisins s'émerveillaient de n'avoir "jamais vu'" un concert de Black qui bouge autant...

Enfin ça m'a fait(...)


Ça fait belle lurette qu'on se fait chier en concert de "Black Metal"...
En bon suceur de Deathlike Silence, tout le monde se la joue trop sérieux avec la mentalité no mosh et oublie le côté no trend. Et MGŁA s'est l'archétype du très bon groupe de studio qui ne sert à rien sur scène(...)


ouais c'est clair ça tabasse toujours autant, et comme a chaque sortie je me demande si un jour ils vont revenir en europe...


C'est sûr qu'avec une pochette comme cela, on a tout de suite envie d'acheter l'album...


Très sympa, j'aime beaucoup !


C'est pas tous les jours qu'un aussi bon album est chroniqué sur Metalnews, ne boudons pas notre plaisir. Un bon 8.5/10 pour ce thrash war metal.


On ne peut plus classique, mais toujours aussi efficace...


Merci pour le report, vieux Jus, ça donne presque envie :)
On se retrouve à DisneyHell en Juin


Exactement le même avis que toi concernant REVENGE et MGLA sur scène !
Pour le public amorphe, à mon avis il devait y avoir pas mal de Hollandais dans la salle :D !


La reprise Autumn Sun est de Deleyaman...le nom du groupe est mal écrit dans l'article ;)


Je te rassure : le "désormais" n'existe pas pour moi puisque je n'ai jamais aimé Korn et consorts (hormis durant ma prime adolescence... donc au temps jadis).


Par contre, Lisa, elle est malade ou quoi ? A la vue des vidéos sur YT, on dirait qu'elle a pris 30 kilos.


Merci pour ce papier, DCD fait partie des grands, et j'imagine les poils se hérisser aux sons de "Xavier" ou l'intemporel "Anywhere...". Ca a dû être de grands moments.


Ce qu'il faudra donc retenir de cette discussion de bon aloi entre Satan et JDTP, c'est que le terme Néo Metal (qui est effectivement une des influences flagrantes de ce groupe) est désormais perçu de façon totalement péjorative...
Intéressant non ?


Autant pour moi !
Ce que j'aime bien dans le projet, c'est qu'on a un peu l'impression de déconner entre potes de longue date.


Alors dans mon esprit ce n'était pas du tout du second degré en fait. C'est une des influences principales du groupe (parmi de nombreuses autres), c'est pourquoi j'ai choisi cette dénomination.
Quoiqu'il en soit je suis absolument d'accord avec toi, c'est carrément bien fichu et d'une inc(...)


"La voix, sa voix, est là, toujours hostile, semblant parvenir du plus profond des enfers. Elle est intacte, unique"
Tout est dit mec !


Je trouve ça un peu sévère de qualifier ça de "néo métal". Car même si le côté humoristique ferait penser à un truc sans prétention, ça reste quand même plutôt bien fait.


https://necrokosmos.blogspot.com/2019/05/le-groupe-americain-sort-son-premier.html


"Autre phénomène à la mode bien ridicule est à mon sens le « Ghost bashing »"...
Bah excuses moi gars, mais si je n'aime pas GHOST et surtout ce qu'ils sont devenus désormais, crois moi bien que je ne vais certainement pas me faire prier pour le dire.
Je les ai vu pour la toute pr(...)