No Need For Death

Lesson In Violence

30/03/2024

Autoproduction

J'aime les situations claires et les choses ordinaires, les volontés de fer et avoir les pieds sur terre.

Ce sont nos chers SATELLITES qui chantaient ce vers sur le refrain de leur morceau éponyme, et je dois reconnaître que j’en ai fait mon crédo. Après tout, la simplicité à cet avantage qu’elle ne nécessite point de réflexion ni de compréhension trop complexe. Pourquoi couper les cheveux en quatre ou se perdre en conjectures lorsqu’on peut jeter sur papier quelques idées lumineuses et concises. Tiens par exemple :

L’Allemagne est le pays du Heavy Metal et la patrie du Thrash.

Quelqu’un irait-il jusqu’à me contredire ? Si tel est le cas, je ne m’abaisserai même pas à citer les artistes d’outre-Rhin qui sont rentrés dans la légende depuis des décennies, mais je sortirai de mes placards virtuels le dernier album de LESSON IN VIOLENCE, qui de son baptême rappelle un autre correspondant de guerre américain. LESSON IN VIOLENCE fait partie de cette nouvelle vague de Thrash allemand, celui qui a bien retenu les leçons des ainés, mais qui n’en font quand même qu’à leur tête en louchant de l’autre côté de l’Atlantique.

Et de l’autre côté de l’Atlantique, nous avons un orchestre qui justement souhaitait il y a fort longtemps nous donner une leçon de violence.

Sans aller jusqu’à affirmer que ce quintet (Roland Schäfer - basse/chœurs, Michael Helbig - guitare, Florian Helbig - guitare/chœurs, Florian Negwer - chant et Gareth "Hotte" Lathan - batterie) se contente de recopier les songbooks de Gary Holt sans en changer la moindre note, autant dire que No Need For Death ressemble quand même pas mal à ce qu’EXODUS a pu produire durant sa carrière. Mais pas que. Car le legs national a aussi sa quote-part dans l’affaire, sous la forme de quelques obligations TANKARD et autres portefeuilles DESTRUCTION.

WARFECT s’invite aussi chez le notaire, et finalement, ce deuxième album ressemble comme deux gouttes d’eau à un hommage rendu à un défunt avide de rythmiques en chien de fusil et de riffs saccadés à outrance. Une approche générique, un  travail classique, des fondations solides, un manque cruel d’opportunisme et d’ambition, mais un résultat qui se suffit à lui-même, dans un océan de suiveurs qui profitent d’un regain d’intérêt pour se faire une place sur le radeau.

Vous l’aurez compris en lisant ce laïus, l’originalité n’est pas l’obsession des LESSON IN VIOLENCE. Ce que les allemands recherchent, c’est principalement le plan fatal, le balancement groovy, la fluidité mosh, le break qui pèse et le solo à l’aise. Jouer le Thrash comme papa, tonton et même tata, et ne pas aller plus loin que ce qu’on vous a appris. Soit : vitesse mais pas précipitation, musicalité mais sous radiations, et intelligibilité mais de façon très grognon.

No Need For Death est donc l’archétype d’album réussi car fondamentaliste, mais décevant car une fois encore un peu trop dans les clous. Mais pas ceux de Schmier et compagnie, non, ceux que l’on emprunte pour traverser la route qui sépare l’Allemagne des Etats-Unis. Agréable sans être indispensable, ce deuxième album faisant suite au déjà prévisible The Thrashfall of Mankind paru il y a deux ans se laisse plomber par un tempo systématique, et des accélérations trop mesurées. On attend en vain que l’ensemble explose de rage, même si l’on sait se contenter de ces couplets rageurs et frondeurs.

Avec des titres qui n’excèdent jamais les quatre minutes, le quintet allemand a clairement choisi la sécurité d’un Thrash lambda comme on en dévore des kilomètres sur l’autoroute de la violence. Bien loin du radicalisme de son modèle californien, LESSON IN VIOLENCE suit sa feuille de route à la ligne près, et se montre terriblement prévisible.

Tant et si bien que j’aurais bien du mal à vous conseiller une piste plutôt qu’une autre, à part en vous aiguillant vers « Flesh from Bones », au parfum guilleret et subtilement FORBIDDEN, ou en insistant sur l’agressivité enfin débridée de l’infernal « Men Kill Men ».

Comme beaucoup de ses jeunes confrères, LESSON IN VIOLENCE reste en surface, et pense que reproduire des figures déjà dessinées par les icones suffit à faire un bon album. C’est quelque part le cas, mais ce manque de folie plombe cruellement un album qui aurait pu s’envoler vers les paradis de violence au lieu de rester coincé sur le quai de l’insistance.

A se caler entre deux classiques, pour bien mesurer le fossé qui sépare la nouvelle et l’ancienne génération. Le score est terrible, et la rouste sévère. Trop sage les gars, trop sage.

   

Je n'aime pas avoir l'air de ceux qui s'envoie en l'air, je suis fier d'être clair lorsque je traite une affaire, je me moque de plaire, je préfère avoir du flair.     

Un conseil, envoyez-vous en l’air avant d’essayer de le faire avec votre public.

   


Titres de l’album:

01. Natural Born Thrasher

02. Massive Aggressive

03. The World Is Mine

04. No Need for Death

05. War Against Hypocrisy

06. Flesh from Bones

07. Living Dead

08. Salvation

09. Thrash Is Life

10. Men Kill Men

11. To Die For


Site officiel

Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 30/05/2024 à 18:46
70 %    71

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Hatebreed + Crowbar

RBD 18/06/2024

Live Report

Nostromo + Nwar

RBD 03/06/2024

Live Report

Dvne + My Diligence

RBD 29/05/2024

Live Report

Anthems Of Steel VI

Simony 24/05/2024

Live Report

Pessimist + Demiurgon

RBD 14/05/2024

Live Report

Voyage au centre de la scène : ARGILE

Jus de cadavre 12/05/2024

Vidéos

Mercyless + Nervous Decay + Sekator

RBD 08/05/2024

Live Report

Birds in Row + Verdun

RBD 02/05/2024

Live Report

Hexagon Doom Tour

Simony 29/04/2024

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Humungus

Je pense que DL100 causait du clip...Et là, on peut pas lui donner tort hein... ... ...

19/06/2024, 06:55

Gargan

Plutôt injuste comme commentaire, je m’attendais à qqch de super cheap alors qu’il n’en est rienet musicalement ça se tient (parfois même l’impression d’entendre du Alastis !).

18/06/2024, 22:28

Gargan

La pochette évoque un retour au sources, mais ça ne me fera pas oublier phantoms, qui reste indétrônable.

18/06/2024, 22:20

Kiss the Goat

Un renouveau dans ce qui se fait en français 

18/06/2024, 21:43

DL100

Ah ouais, quand-même... C'est hautement ridicule et pathétique là...

18/06/2024, 12:07

Gargan

Hmmm j'ai tendance à préférer cette version, c'est mal. J'ai le sentiment que c'est plus lisible et pêchu et - heureusement - le son des toms est préservé, le genre de détail qui devait persister. Vont-ils nous refaire le coup po(...)

17/06/2024, 09:04

RBD

C'est une bonne surprise. Kerry n'a eu évidemment aucun mal à bien s'entourer mais ses partenaires ont apporté une pêche supérieure aux derniers Slayer. Ce Thrash à fond est mieux inspiré que celui de "Repentless" sans(...)

16/06/2024, 18:58

Humungus

De ces deux extraits proposés, il ne ressort effectivement pas grand chose...En tous cas, beaucoup moins que sur la réédition de "Morbid visions" qui m'avait bizarrement beaucoup plu l'année dernière.En même temps, et je s(...)

16/06/2024, 08:52

Moshimosher

Franchement, très bonne surprise ! Et vraiment content pour eux qu'ils puissent continuer ! Malgré la vie, la mort continue et c'est bon !!! \m/

15/06/2024, 20:44

Arioch91

L'édition originelle est intouchable, avec un son qui lui est propre et qui l'identifie dès les premières secondes. Sans oublier ce son particulier des toms d'Igor, comme sur le Pleasure to Kill de Kreator.Avec ce réenregistrement, on est loin de (...)

15/06/2024, 19:42

Humungus

Ouais... ... ...Bah à l'écoute de ce titre, cela ressemble comme deux gouttes de foutre à NIFELHEIM hein.Et à du très bon NIFELHEIM qui plus est !De fait, étant über fan de ce groupe, j'attends cette galette avec impati(...)

15/06/2024, 09:11

Moshimosher

Bon, par contre, l'extrait me laisse dubitatif...

15/06/2024, 06:37

Moshimosher

En tant que grand fan, je suis partagé... mais bon, pourquoi pas ! Surtout que j'ai tous les albums d'Edge of Sanity (Until Eternity Ends compris) et une bonne moitié des Nightingale... donc, qui sait... s'ils sont aussi en digital, je pourrais me laisser tenter par c(...)

15/06/2024, 06:33

RBD

Les concerts ne sont qu'une partie de ce petit festival. La dernière fois il y avait des conférences, des "masterclass", un marché aux puces, etc. Ce n'est pas évoqué ici mais je m'attends à retrouver tout cela. La progra(...)

14/06/2024, 11:18

Gargan

Pas un groupe de métal « trad » pour des « états généraux », ça donne vraiment beaucoup d’envie et de crédibilité…

14/06/2024, 07:43

metalrunner

Merci pour la redécouverte Ravage in peace c est trop bon

13/06/2024, 20:13

LeMoustre

Oh la torgnole thrash !Ah oui on sent bien l'influence du Dark Fuckin' Angel période Don Doty a plein nez. Le tempo effréné, les vocalises dans l'esprit. Parfait Achat direct cash de chez cash.J'adore, tout a fait pile poil ma cam(...)

11/06/2024, 20:30

Arioch91

Écouté ce matin en mode découverte tout en bossant, pas l'idéal mais pas le choix.Au premier ressenti, j'ai pensé à un croisement endiablé entre le Darkness Descends de Dark Angel et le Pleasure to Kill de Kreator. On a connu pire (...)

11/06/2024, 12:28

Humungus

"System Shock est un sérieux prétendant au titre d’album Thrash de l’année"Itou mec !!! !!! !!!Pour ma part, je vois plus dans ce superbe album la patte des "Trois Grands Teutons" (KREATOR, DESTRUCTION &(...)

11/06/2024, 11:01

Jus de cadavre

La prod est une fois de plus monstrueuse, bordel il s'est fait attendre celui là !

11/06/2024, 08:49