On n’attend pas forcément d’un groupe venant de Santa Cruz, Californie, qu’il joue une musique sombre et introspective. Non, le climat local inciterait plutôt à se répandre dans la joie d’un SoCal punk un peu aéré et enjoué, mais après tout, chacun voit l’ombre où il veut.

Et il semblerait que ce trio originaire de là-bas ne prenne pas beaucoup le soleil au jugé de sa musique assez impénétrable et légèrement diffuse dans les excès de noirceur.

Ils l’admettent eux-mêmes, le Hardcore sombre et gueulard est leur root beer préféré, quoique je doute qu’ils s’abreuvent de soda local. Ils doivent certainement préférer les ambiances enfumées à la BLACK SAB’, l’ésotérisme à la THE OBSESSED, et même les tortueuses aventures de MELVINS perdus au pays des non-merveilles.

Darkcore, d’accord, mais avec un peu de Doom quand même. Non ? Si.

Les MOIRAI sont donc Californiens, mais rien ne les rattache artistiquement à cette région. Leur Hardcore est sans concessions, quoique multiple dans la forme et le fond.

Niveau bio, le minimum, un premier EP éponyme paru l’année dernière, une formation en trio (Jack Kosma- chant/guitare, Taylor Fish – chant/basse et Chris Patzke – batterie), et puis…c’est tout. Un Bandcamp qui ne se perd pas en conjectures, et une page Facebook avec quelques clichés, ce qui après tout est largement suffisant pour appréhender leur mélange assez…déprimant.

On pense à plusieurs références, et on évite les sempiternelles allusions aux TRAP THEM et autres NAILS, mais la vilénie, quoique plus pesante et moins cavalante n’est pas moins velue, et ce trio de presque nouveaux-venus semble se complaire dans l’hybridation entre un Crust vraiment desséché, un Hardcore sombre et empesé, et un Metal générique pas forcément illuminé.

Mais peu importe l’ivresse pourvu qu’on ait le flacon, ou l’inverse, et les quatre morceaux de cette seconde réalisation vous feront vite oublier que le printemps et là, et qu’il annonce l’été.

Je l’avoue tout de go, ce qui m’a séduit sur cet Entropy, c’est sa diversité dans la provocation. Chaque morceau navigue au gré d’humeurs, toutes sombres évidemment, mais au rendu balayant un spectre assez large et flagrant. Les blasts succèdent aux parties lourdes et emphatiques, et seul le chant, toujours aussi véhément et exhorté assure une cohérence de fond.

Les mélodies ne sont toutefois pas sacrifiées sur l’autel de la brutalité, mais elles sont amères et anémiées, comme jouées du bout des doigts pour ne pas les réveiller. Quatre chapitres qui s’enchaînent sans qu’on voit le temps passer, c’est toujours bon signe et caractéristique des véritables créateurs de l’extrême. Je me suis ainsi retrouvé en plein milieu de « Desert Floor », le troisième segment, sans véritablement réaliser que les deux premiers étaient déjà terminés, ce qui m’arrive plus que rarement je dois l’avouer. Dès lors, le cheminement est simple. Des rythmiques stables ou heurtées, des riffs massifs et pachydermiques prenant le pas sur des saccades et syncopes bien troussées, et de longues digressions minimales, reposant sur quelques notes développées qui occupent l’espace sonore sans s’étouffer.

On pense parfois à une rencontre inopinée entre les NEUROSIS, CLUTCH et MARTYRDOD dans un vieil entrepôt désaffecté, dissertant sur l’importance de la dissonance et des lancinances dans le Hardcore moderne, mais la patte personnelle des MOIRAI est profondément imprimée dans la trame de ces quatre chapitres salement agencés, qui parviennent en deux occasions à nous faire croire que huit minutes n’en sont qu’une moitié.

Un tour de force remarquable pour un EP qui ne trahit en rien l’origine nihiliste du projet, coincé entre une rage Hardcore de forcené et un Metal prophétique et malmené de lourdeurs écrasées.

Tout ceci rend l’écoute de ce second EP assez passionnante en soi, et une fois arrivé au terme « Senescence », on se prend à regretter que les aiguilles de la montre tournent aussi vite.

J’ai rarement entendu groupe jouer avec autant d’aisance dans des extrêmes aussi prononcés, et il faut reconnaître que les trois gaillards savent de quoi ils parlent, et connaissent leurs classiques sur le bout des doigts.

La tâche la plus ardue étant de les identifier…

Doomcore autant qu’il n’est Dark Crust, aussi rapide et barbare qu’il n’est sadique, et pas au hasard, aussi lourd qu’il n’est véloce, le mélange pratiqué par les Californiens a expurgé toute forme de luminosité pour se concentrer sur une obscurité, qui pourtant ne rechigne pas à laisse filtrer un peu de lumière harmonique certes rachitique, mais qui réchauffe des yeux un peu collés.

Et si chaque titre s’emboîte parfaitement dans le précédent, dans une longue litanie/procession douloureuse, il est tout à fait possible de les prendre indépendamment pour juger de leur propre pertinence.

Et si « Dreamcatcher » rentre dans le vif du sujet de la façon la plus biaisée qui soit, ses huit minutes et vingt-neuf secondes présentent les caractéristiques de l’univers cloisonné des MOIRAI, en distillant d’abord quelques notes de basse nostalgiques du Enemy Of The Sun des NEUROSIS, ou même des moments les plus contemplatifs des CULT OF LUNA, dans une tentative Post-Hardcore soignée.

La rage se met en place avec une minutie étonnante, avant de nous renvoyer dans les cordes du ring des MELVINS, soudainement piqués par une mouche vocale enrouée. Long, lent, mais progressif dans un sens, c’est une entame finalement aussi franche que détournée, parfaitement à l’image d’un groupe qui refuse de se laisser enfermer dans un univers trop bien dessiné.

Et si « Cowards » joue le jeu de la vitesse Crust/D-beat, c’est pour mieux compléter le tableau, d’une manière aussi crédible que n’importe quelle référence scandinave.

Mais vous avez maintenant compris qu’il ne faut se fier à aucun indice trop évident, puisque les MOIRAI les ont semés de façon à vous perdre dans leur psyché.

Torturé, il faut le reconnaître.

Santa Cruz et ses exilés Hardcore de pénombre. Une anti-carte postale exotique, mais un constat systématique. Le Hardcore US n’en finira donc pas de nous provoquer, pour le meilleur et le pire dont on peut aussi se délecter.

A quand un album complet histoire de s’immerger ?


Titres de l'album:

  1. Dreamwatcher
  2. Cowards
  3. Desert Floor
  4. Senescence

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 08/05/2017 à 17:39
80 %    252

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Orthostat

Monolith Of Time

Obscenity

Summoning the Circle

Psy-no-ark

Nodvs Gordivs

Stranguliatorius

Rope Soap Tabouret

Nebula Orionis

Starthrone

Valiant Bastards

Harbingers of Chaos

Samarium

Right to Get Violent

Split/cross

Rise of Discontent

Executioner

Bone Collector

Northern Light Orchestra

Greatest Hits

Ploughshare

In Offal Salvation

Conjure

Releasing The Mighty Conjure

Death Chaos

Bring Them to Die

Atomic Death Squad

Brain Dead

Blackwater

Good As Evil

Scorcher

Systems of Time

Virginia Hill

Makin' Our Bones

Psython

The Last Days of the Good Times

Nacht Und Gnosis

Det Warder Sådt I Skröplighet Och Skal Upstå Ur Kraft

Concerts à 7 jours

+ Father Merrin + Dragunov

02/03 : Black Baron, Nancy (54)

Photo Stream

Derniers coms

Je ne vais pas paraphraser mes camarades du dessus mais j'en pense tout autant.


Merci pour ce petit clin d’œil à Heavy Sound et content de t'avoir eu au sein de l'équipe dès les tout débuts de l'aventure... et longue vie à Sleeping Church Records et Metalnews !


Rien qu'avec ces deux noms ça promet d'être très poétique en effet !


Allons allons, j'ai des gens qui m'aident bien autour de moi, tu sais de quoi je parle Jus de cadavre... c'est aussi grâce à des personnes comme toi que tout cela est possible.


Cool oui l'interview ;) Un groupe, un label et le zine... Je sais pas comment tu fais Simo ! :D


Merde, mais c'est mortel RITUALS ! J'étais complètement passé à côté... Chouette interview encore une fois et bonne continuation à Sleeping Church Records ;-)


@Kerry King : Si tu aimes Gus Van Sant, tu aimeras...


J'ai jamais regardé le "Last Days" je me demande si il vaut le coup ?

Lords of Chaos je me demande quand il sera dispo ça fait longtemps qu'on annonce le film.


Ca sent mauvais tout ca...


Tout pareil Simo ! Bienvenue Acid, ça fait plaisir une nouvelle plume ! :)


Et voilà c'est corrigé...


Parce que dans la com' du label, c'est le pays qui est indiqué... j'avoue que je n'ai pas vérifié mais effectivement en voyant Vindsval, j'aurais du corriger de moi-même, désolé c'est bien Français...


Avec cette chronique, nous accueillons dans notre équipe Acid
Vous retrouverez d'autres articles de sa part prochainement mais toute l'équipe de Metalnews.fr lui souhaite la bienvenue, en espérant que sa plume vous séduise et qu'elle vous fasse découvrir de nouveaux groupes ou vous confor(...)


Pas mal, rien d'extraordinaire et ça reste du black Telerama-compatible (ça m'empêche pas de beaucoup aimé BaN) mais il y a 2 choses que j'apprécie :

1) Ils avaient fait une itw du gars de Throane et je m'étais dit, c'est bien mais ils pourraient quand même s'intéresser à BaN q(...)


les Vegan et auters Veggie nous les cassent sévère


Ouais le "Rock" c'est la grande mode, c'est hype. Faut profiter du filon avant que ça s’essouffle !
Et si Nirvana a eu son "Last Days" de Gus Van Sant, fin c'est sur Cobain plutôt. Plus une palanquée de docu plus ou moins bon.


J'avais adoré le premier album... celui-là ne m'a pas déçu. Un groupe qui mériterait d'être plus connu.


C'est entraînant


Débat intéressant.
Autant la gars de Tyr assume complètement son truc, et c'est son droit, du moins tant que le pays d'où il vient maintient la légalité de cette pratique. Autant une asso qui se veut vegan, moi je trouve ça étrange qu'elle cautionne ça en étant partie prenante de l'(...)


Avec tout ça, TYR ne fera jamais la 1ere partie de GOJIRA . Je ne suis pas vegan je n'ai jamais écouté TYR, mais on peut aussi boycotter les concerts dont les groupes sont chasseurs ou bossent dans des abattoirs. Pour les chasseurs , il y a de tout du saoulot, du viandar mais aussi du responsabl(...)