On n’attend pas forcément d’un groupe venant de Santa Cruz, Californie, qu’il joue une musique sombre et introspective. Non, le climat local inciterait plutôt à se répandre dans la joie d’un SoCal punk un peu aéré et enjoué, mais après tout, chacun voit l’ombre où il veut.

Et il semblerait que ce trio originaire de là-bas ne prenne pas beaucoup le soleil au jugé de sa musique assez impénétrable et légèrement diffuse dans les excès de noirceur.

Ils l’admettent eux-mêmes, le Hardcore sombre et gueulard est leur root beer préféré, quoique je doute qu’ils s’abreuvent de soda local. Ils doivent certainement préférer les ambiances enfumées à la BLACK SAB’, l’ésotérisme à la THE OBSESSED, et même les tortueuses aventures de MELVINS perdus au pays des non-merveilles.

Darkcore, d’accord, mais avec un peu de Doom quand même. Non ? Si.

Les MOIRAI sont donc Californiens, mais rien ne les rattache artistiquement à cette région. Leur Hardcore est sans concessions, quoique multiple dans la forme et le fond.

Niveau bio, le minimum, un premier EP éponyme paru l’année dernière, une formation en trio (Jack Kosma- chant/guitare, Taylor Fish – chant/basse et Chris Patzke – batterie), et puis…c’est tout. Un Bandcamp qui ne se perd pas en conjectures, et une page Facebook avec quelques clichés, ce qui après tout est largement suffisant pour appréhender leur mélange assez…déprimant.

On pense à plusieurs références, et on évite les sempiternelles allusions aux TRAP THEM et autres NAILS, mais la vilénie, quoique plus pesante et moins cavalante n’est pas moins velue, et ce trio de presque nouveaux-venus semble se complaire dans l’hybridation entre un Crust vraiment desséché, un Hardcore sombre et empesé, et un Metal générique pas forcément illuminé.

Mais peu importe l’ivresse pourvu qu’on ait le flacon, ou l’inverse, et les quatre morceaux de cette seconde réalisation vous feront vite oublier que le printemps et là, et qu’il annonce l’été.

Je l’avoue tout de go, ce qui m’a séduit sur cet Entropy, c’est sa diversité dans la provocation. Chaque morceau navigue au gré d’humeurs, toutes sombres évidemment, mais au rendu balayant un spectre assez large et flagrant. Les blasts succèdent aux parties lourdes et emphatiques, et seul le chant, toujours aussi véhément et exhorté assure une cohérence de fond.

Les mélodies ne sont toutefois pas sacrifiées sur l’autel de la brutalité, mais elles sont amères et anémiées, comme jouées du bout des doigts pour ne pas les réveiller. Quatre chapitres qui s’enchaînent sans qu’on voit le temps passer, c’est toujours bon signe et caractéristique des véritables créateurs de l’extrême. Je me suis ainsi retrouvé en plein milieu de « Desert Floor », le troisième segment, sans véritablement réaliser que les deux premiers étaient déjà terminés, ce qui m’arrive plus que rarement je dois l’avouer. Dès lors, le cheminement est simple. Des rythmiques stables ou heurtées, des riffs massifs et pachydermiques prenant le pas sur des saccades et syncopes bien troussées, et de longues digressions minimales, reposant sur quelques notes développées qui occupent l’espace sonore sans s’étouffer.

On pense parfois à une rencontre inopinée entre les NEUROSIS, CLUTCH et MARTYRDOD dans un vieil entrepôt désaffecté, dissertant sur l’importance de la dissonance et des lancinances dans le Hardcore moderne, mais la patte personnelle des MOIRAI est profondément imprimée dans la trame de ces quatre chapitres salement agencés, qui parviennent en deux occasions à nous faire croire que huit minutes n’en sont qu’une moitié.

Un tour de force remarquable pour un EP qui ne trahit en rien l’origine nihiliste du projet, coincé entre une rage Hardcore de forcené et un Metal prophétique et malmené de lourdeurs écrasées.

Tout ceci rend l’écoute de ce second EP assez passionnante en soi, et une fois arrivé au terme « Senescence », on se prend à regretter que les aiguilles de la montre tournent aussi vite.

J’ai rarement entendu groupe jouer avec autant d’aisance dans des extrêmes aussi prononcés, et il faut reconnaître que les trois gaillards savent de quoi ils parlent, et connaissent leurs classiques sur le bout des doigts.

La tâche la plus ardue étant de les identifier…

Doomcore autant qu’il n’est Dark Crust, aussi rapide et barbare qu’il n’est sadique, et pas au hasard, aussi lourd qu’il n’est véloce, le mélange pratiqué par les Californiens a expurgé toute forme de luminosité pour se concentrer sur une obscurité, qui pourtant ne rechigne pas à laisse filtrer un peu de lumière harmonique certes rachitique, mais qui réchauffe des yeux un peu collés.

Et si chaque titre s’emboîte parfaitement dans le précédent, dans une longue litanie/procession douloureuse, il est tout à fait possible de les prendre indépendamment pour juger de leur propre pertinence.

Et si « Dreamcatcher » rentre dans le vif du sujet de la façon la plus biaisée qui soit, ses huit minutes et vingt-neuf secondes présentent les caractéristiques de l’univers cloisonné des MOIRAI, en distillant d’abord quelques notes de basse nostalgiques du Enemy Of The Sun des NEUROSIS, ou même des moments les plus contemplatifs des CULT OF LUNA, dans une tentative Post-Hardcore soignée.

La rage se met en place avec une minutie étonnante, avant de nous renvoyer dans les cordes du ring des MELVINS, soudainement piqués par une mouche vocale enrouée. Long, lent, mais progressif dans un sens, c’est une entame finalement aussi franche que détournée, parfaitement à l’image d’un groupe qui refuse de se laisser enfermer dans un univers trop bien dessiné.

Et si « Cowards » joue le jeu de la vitesse Crust/D-beat, c’est pour mieux compléter le tableau, d’une manière aussi crédible que n’importe quelle référence scandinave.

Mais vous avez maintenant compris qu’il ne faut se fier à aucun indice trop évident, puisque les MOIRAI les ont semés de façon à vous perdre dans leur psyché.

Torturé, il faut le reconnaître.

Santa Cruz et ses exilés Hardcore de pénombre. Une anti-carte postale exotique, mais un constat systématique. Le Hardcore US n’en finira donc pas de nous provoquer, pour le meilleur et le pire dont on peut aussi se délecter.

A quand un album complet histoire de s’immerger ?


Titres de l'album:

  1. Dreamwatcher
  2. Cowards
  3. Desert Floor
  4. Senescence

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 08/05/2017 à 17:39
80 %    223

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Sargeist

Unbound

Demonic

Rise from Chaos

Avast

Mother Culture

Languish

Unworthy

Airrace

Untold Stories

White Coven

Overseas

Exxxekutioner

Death Sentence

Peacemaker

Concrete and Terror

Maligner

Attraction To Annihilation

Black Bart

Casnewydd-Bach

Obszön Geschöpf

Master Of Giallo

Azusa

Heavy Yoke

Soulfly

Ritual

The Struts

Young & Dangerous

Northward

Northward

Malm

Kollaps

Bonehunter

Children Of The Atom

Amaranthe

Helix

Gaslarm

Dusk Mothers Children

Tourniquet

Gazing At Medusa

Sick of It All + Black Knives

RBD / 16/11/2018
Hardcore

Interview AZUSA (Eleni Zafiriadou)

mortne2001 / 11/11/2018
Azusa

Cortez + Stuntman

RBD / 10/11/2018
Hardcore

The Studio Experience #3

grinder92 / 08/11/2018
Benighted

Photo Report - Garmonbozia 20 ans !

Simony / 06/11/2018
Anniversaire

Concerts à 7 jours

Omnium Gatherum + Wolfheart + Nothgard

19/11 : Le Petit Bain, Paris (75)

+ Sick Of It All + The Worst Doubt

19/11 : Espace Icare, Issy-les-moulineaux (92)

Napalm Death

25/11 : Antipode, Rennes (35)

Photo Stream

Derniers coms

Bah putain !
SUNN O))) à Nancy !?!?
Incroyable et génial ça !!! !!! !!!


Le genre d'affiche qui me vend du rêve à plein tube...


Bravo Metalnews...
Par votre faute, sans même avoir écouté l'album, je me suis déjà précommandé le coffret.
C'est malin !


Ça va peut-être (enfin) ouvrir l'esprit à bon nombre d'entre vous (enfin j'espère). L'initiative de vous l'imposer tout cuit dans le bec vous aidera au mieux à entendre de nouvelles sonorités, ça changera à vos oreilles.


A noter que des pass promo sont d'ores et déjà en vente pour les 4 jours.
Concernant l'affiche, j'étais à la conférence de presse, et Yann a précisé que du coup le site en serait modifié (ils attendent entre 10 et 13 000 personnes le jeudi) avec notamment une Dave Mustage dont l'ouver(...)


Mouais...
Cela ne me surprend guère en fait.
Les Bretons (comme beaucoup d'autres) aimant encore bien en faire des tonnes sur l'identité régionaliste...
Quoi qu'il en soit, musicalement, je trouve l'idée de l'ajouter à l'affiche géniale en soit.


C'est un truc de fou là... étrange mais taré ! Alan Stivell au Motoc !


Comme LeMoustre, fort agréablement surpris par cet album.


Hé hé hé !
On se croirait au bon vieux temps de VS bon dieu de dieu...
Rien que pour ce merveilleux retour dans le passé, merci Meloman.


Excellent mec, merci !


Depuis le temps que j'entends parler de New noise (et très souvent en bien) va falloir y jeter un coup d'oeil quand même... merci pour les coms !


Pas totalement metal, mais New noise est pour moi le seul bon mag aujourd'hui. De part sa ligne éditoriale ( même si on retrouve toujours un peu les mêmes groupes avec le temps) et dans lequel on retrouve souvent des dossiers ou interviews ( d'anciens de la scène, boss de label...) vraiment int(...)


Impeccable papier qui, avec un avis sur un autre site couplé à l'écoute de cet extrait, a dévié très vite vers une commande sur le site du label.
Au passage, bien vu les différences entre thrash/death et l'inverse. ici, c'est bien du thrash/death, et l'affiliation avec Scott LaTour (In(...)


C'est ça, ou faut aller sur les fanzines qui arrivent à subsister, fait par des fans pour des fans, chacun pourra trouver chaussure à son pied sur les différentes distros disponibles. Snakepit et ses ersatz (dont le Français Metal Titans au passage) dans plein de genres sont là pour ça. A un (...)


Totalement d'accord avec toi LeMoustre pour le coup. La seule chose qui m'intéresse encore dans les magazines c'est les itw pour la raison que tu donnes. Aujourd'hui y a plus vraiment de mag (metal) qui propose de bonnes chroniques... ou du moins des chroniques un peu développées. Parce qu'en 10 (...)


Sur les chroniques, et leurs vérités assénées comme étant la divine parole. ce qui est intéressant en itw avec ce type de mag, c'est qu'ils ont souvent l'artiste en face, ou au tél, alors que les fanzines/webzines c'est plus par mail, empêchant tout rebond intéressant à un propos précéde(...)


Ca c'est la bonne nouvelle du jour. Le dernier triple album était excellent.
A noter que le label finlandais Svart Records va rééditer tous les album de Swallow the sun en vinyl et ça c'est cool ;)


Pauvre Abbath... lui qui a dû se sentir comme un couillon après l'écoute du dernier Immortal. "Personne n'est irremplaçable" est une phrase qui lui sied à la perfection désormais !


Un nouvel album, donc ensuite une tournée... Ça promet donc encore de grands moments de solitudes pour les musiciens qui l'accompagneront sur scène ! :D


Don't feed the troll.