L’obstination paie. En tout cas, c’est le genre de leitmotiv tout fait qu’on assène à ceux qui semble relâcher leurs efforts, et qui ne se vérifie pas toujours.

Parfois. Rarement. Mais il est certain que dans des cas très précis, cet adage s’avère plein de bon sens, pour peu que les individus concernés soient dotés d’une motivation à l’épreuve des balles, genre caractère blindé en vitres teintées sans jeter un coup d’œil à la pression qui s’exerce à l’extérieur.

Et c’est le cas semble-t-il de notre ami de l’après-midi, le Salvadorien Jorge Montesino, qui depuis presque vingt-cinq ans suit une feuille de toute très personnelle dont il n’a que très rarement dévié.

Jorge a commencé la musique en 1993, en composant ses propres chansons sur une guitare acoustique, qu’il fixait sur les bandes fatiguées d’un vieux magnétophone. Dépité de ne trouver aucun musicien pour l’accompagner dans sa quête extrême, ces derniers préférant exprimer leur créativité en jouant un Grunge très en vogue à l’époque, il lui fallut attendre 1994 pour enfin réunir un line-up digne de ce nom afin de répéter et de jouer live. Bien évidemment, pour ce faire, il dû accepter à ses côtés des instrumentistes ne faisant pas partie de la galaxie Metal, la condition sine qua non pour arriver à ses fins. En 2001, la première démo de DISORDER vit donc le jour, Voces de la Tumba, aussitôt suivi d’un premier LP baptisé du même nom un an plus tard.

 

Las, cet accomplissement signifia aussi un arrêt presque définitif des affaires courantes, et DISORDER sombra dans un long coma, avant d’en être extirpé par Jorge en 2011. Affublé du nouveau sobriquet de Morbid, Jorge s’acoquina avec son neveu Kevin Orellana, autrement surnommé Hellbastard. L’union fut de courte durée, puisque le pauvre Kevin se vit intimer l’ordre d’aller ranger ses shorts dans un autre tiroir juste avant la sortie du second LP du groupe, En El Rio Del Olvido, publié en 2014.

Depuis, Morbid est devenu M.Q, travaille en duo avec V.K (Iosif Najarro, membre des CONCEIVED BY HATE), a collaboré à un split en compagnie des Suédois de TOTAL INFERNO en 2016, et sort donc cette année son troisième longue durée, qui affiche toujours de belles prétentions extrêmes, sans faire de mystères sur son message interne et profond.

A savoir, jouer la musique la plus viscéralement brutale possible, sans fioritures, en se basant sur des riffs simples et des rythmiques puissamment violentes et rapides. Et si le Thrash à forts relents Black est votre canette de Lager préférée, réjouissez-vous, car Fuero Negro va vous en mettre une bonne derrière la nuque.

Musicalement, l’affaire est aussi simple qu’elle n’est efficace. Jorge se fie donc à ses instincts primaux, et se consacre corps et âme à un Blackened Thrash de première bourre, qui toutefois – et malgré ses précisions, auxquelles il tient – se permet quelques fantaisies mélodiques de bon aloi. Ne vous attendez donc pas à une charge ininterrompue singeant les IMPALED NAZARENE ou les premières exactions de WARHAMMER, puisque DISORDER joue autant sur la franchise de ses thèmes que sur les extrapolations légères qu’il imprime aux morceaux, qui finalement, sont beaucoup moins basiques que sa philosophie ne le laissait croire. Nous sommes donc en présence d’un Thrash très efficace, et dont la patine Black est surtout conférée par le chant sombre et sourd de Jorge, qui outre la guitare et les vocaux, s’occupe aussi de la basse, assez linéaire il faut l’avouer.

Si parfois ses motifs rappellent une version très dark de GRIP INC, SLAYER ou même DESPAIR, et si le tempo insufflé par V.K est assez souvent statique et speed, la musique proposée sur Fuero Negro est à l’image de son nom, et brûle d’un souffle ardent dont les braises s’envolent tout autour de vos oreilles assez malmenées. Il est certain que si les variations vous sont indispensables pour apprécier une musique aussi extrême soit-elle (mais celle de DISORDER est quand même assez pondérée), vous risquez de trouver l’écoute un peu décevante et les accès de rage relativement roboratifs, puisque de « Carroñeros de Justicia » à « Fuego Negro », les altérations et modulations sont plutôt rares, et les chansons calquées sur le même moule, incassable cela dit.

Sympathique, mais répétitif, telle pourrait être la sentence prononcée à l’égard d’un disque qui ne dévie jamais de sa trajectoire, et qui se cale sur un certain nombre de BPM, quitte à reproduire les mêmes breaks au même endroit.

Et si le travail de V.K au kit est admirable de régularité, gageons que l’homme aurait aimé varier un peu plus ses mouvements pour apporter aux titres le dynamisme qui parfois leur fait défaut.

On note quand même un semblant de déviance sur le final « Fuego Negro », qui débute par un mid tempo accrocheur, soutenu par un riff plus joyeux que fonceur, mais bien sûr, c’est un leurre destiné à nous écraser le nez sur une rage Thrash encore une fois soutenue.

Même croches égrenées au même rythme, même chant raclé, même riff rebondissant et purement Thrash, la boucle est bouclée, et finalement, un peu trop serrée pour nous permettre de respirer.

Non que la tentative soit dénuée d’intérêt, loin de là, mais il est certain que Jorge aurait gagné à diluer son propos dans un peu de nuances histoire de proposer des idées un peu plus aérées. Une accélération soudaine, ou au contraire quelques passages en down tempo, un break un peu moins calqué sur les précédents, ou un changement atonal au chant eurent été les bienvenus, mais après tout, c’est la vison de Jorge, et il convient de la respecter.

D’ailleurs, l’homme est un très bon instrumentiste aux soli très affutés et précis, qui savent se montrer harmoniques et suffisamment rapides pour le style sans tomber dans le fouillis ou la démonstration stérile. Il aurait tout intérêt à varier son chant comme il varie ses interventions, pour conférer à ses morceaux plus d’épaisseur et moins de prévisibilité.

Mais en l’état, et si vous cherchez un album qui justement ne cherche pas la petite bête sans vous prendre pour de gros bourrins sans tête, Fuero Negro fera parfaitement l’affaire dans un cadre Thrash teinté de BM light, qui tient la route, mais ne prend pas assez de risques de peur d’une éventuelle sortie de piste.

Saluons tout de même l’acharnement d’un homme qui n’a jamais renoncé. Comme quoi, l’obstination…Mais je l’ai déjà dit.


Titres de l'album:

  1. Carroñeros de Justicia
  2. Existencias Paralelas
  3. Bajo El Yugo De La Ignorancia
  4. 333
  5. Tiempos Violentos
  6. Misantropica Barbarie
  7. Fuego Negro

Facebook officiel


par mortne2001 le 05/06/2017 à 14:20
68 %    404

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


House Of Shakira

Radiocarbon

Crypter

Crypter

Unhold

Here Is The Blood

Lovekillers

Lovekillers feat Tony Harnell

Atomic Cretins

Spiritual Cancer

Maelstrom Vale

Silhouettes

Brain Stroke

Brain Stroke

Hellsodomy

Morbid Cult

Anal Slave Of Satan

Anal Slave of Satan

Detherous

Hacked to Death

Grand Slam

Hit The Ground

Lindemann

F & M

The Dead Daisies

Locked and Loaded (The Cover Album)

Sun

Brutal Pop

Sleep Token

Sundowning

Pretty Maids

Undress Your Madness

Morbid Cross

Disciples Of The Goat

Blood Incantation

Hidden History Of The Human Race

3rd From The Sun

3rd From The Sun

Godspeed You ! Black Emperor

RBD / 25/11/2019
Drone

BEHIND THE DEVIL #12 Interview avec David de SHARE YOUR PAIN RECORDS

L'Apache / 20/11/2019
Depressive Black Metal

Birds in Row

RBD / 13/11/2019
Emocore

The Murder Capital + Whispering Sons

RBD / 07/11/2019
Gothic Rock

Concerts à 7 jours

+ Verdun + Nornes

13/12 : Circus, Lille (59)

Wild + Mortuary + Voorhees

14/12 : Chez Paulette, Pagney-derrière-barrine (54)

Ende + Gorgon + Neptrecus

14/12 : La Brat Cave, Lille (59)

Photo Stream

Derniers coms

Agite-toi là où tu es, fais venir du monde voir ce que tu fais : https://www.facebook.com/watch/?v=1153941671333807


tu es le rebut de ta personne. mdr lol


je t'encule Conrad. Non mais sérieux...


Hé mais c'est l'église de la Trinité-des-Monts à Rome qui est représentée sur la pochette, en haut de son célèbre escalier entre la Villa Médicis et la Piazza di Spagna !


Oui enfin darkthrone , seulement Nocturno Culto avec Satyricon pour 4 morceaux si je me souviens bien.
Sinon je m'inquiète pas pour Wacken, c'est complet depuis 2006 au moins !


Je passe mon tour aussi. cela dit j'aime bien le clip enfin du moins l'ambiance qui règne.


Pressé d'en découvrir plus ! "Neoteric Commencements" était déjà bien chouette !


Mouais, pas mon truc décidément. Mais il a l’air de bien s’amuser.
J’ai pas pu m’empecher de penser au sketch du SNL avec jim carrey (what is love), l’aspect road trip probablement.


Mauvais timing Kerry King, puisque le nouvel album d'AC/DC aurait été confirmé par Brian Johnson lui-même il y a peu ! Mais on a compris ce que tu voulais dire...


Oui en effet, merci POMAH ! Pour Ascaris, le groupe a splitté alors que pour Matron Thorn, la personne accusée de viol, le groupe continue et il a annoncé l'arrivée de Stéphane Gerbaud au chant.


Je trouvais pourtant qu'ils étaient à leur place chez Prophecy...


Le pire reste AC/DC qui est a l'arret total depuis 2016 sans qu'on est aucune nouvelle...Une vilaine fin je trouve et mauvaise communication. Dommage.


Il me semble que c'est plutôt l'inverse, C'est Matron Thorn qui à recruté Stéphane Gerbaut non?


Putain 15 ans déjà pour Dimebag... ! Je me souviens très bien de ce jour ou j'ai appris sa mort ! Le choc. En plus à l'époque je me disais "il reformeront Pantera un de ces jours, c'est sur !". Un rêve brisé net. Ce mec était unique, d'une gentillesse incroyable avec les fans, accessible, sa(...)


+1 @Buck Dancer

Pantera quoi, putain je me suis cassé la nuque sur leurs albums... Leurs vhs et le magneto ont pris cher à l'époque, je passais mes WE à les regarder. Ca nous rajeunit pas tout çà


Je me permets d'ajouter le lien de " Immortally insane" pour votre hommage à Pantera.

https://youtu.be/RBnSbRmU9rI


Pas vraiment stoner ou rock mais pas vraiment metal non plus, mais certainement une de mes chansons préférées du groupe.
J''aurais aimé qu(...)


En effet j'avais pas fais gaffe ! Nostalgie aussi, j'adorais ce mag à l'époque !


Arglll ! L'album devait sortir le 6 décembre mais le groupe a annoncé un report de 2 semaines.


C'est bien d'avoir une trace de cela pour l'Histoire. Je n'aurais jamais cru que Kerry King soit capable un jour de prendre ses amis dans les bras. Dans les tous derniers instants de ses adieux j'ai cru que Tom Araya allait fondre en larmes ! Le public présent est fervent mais digne, il n'y a pas u(...)


Certains vieux cons comme moi reconnaîtront le clin d'oeil au magazine français "Hard N Heavy" de part la typo utilisée pour le titre de la compile...