Fuero Negro

Disorder

21/04/2017

Satanath Records, Symbol Of Domination

L’obstination paie. En tout cas, c’est le genre de leitmotiv tout fait qu’on assène à ceux qui semble relâcher leurs efforts, et qui ne se vérifie pas toujours.

Parfois. Rarement. Mais il est certain que dans des cas très précis, cet adage s’avère plein de bon sens, pour peu que les individus concernés soient dotés d’une motivation à l’épreuve des balles, genre caractère blindé en vitres teintées sans jeter un coup d’œil à la pression qui s’exerce à l’extérieur.

Et c’est le cas semble-t-il de notre ami de l’après-midi, le Salvadorien Jorge Montesino, qui depuis presque vingt-cinq ans suit une feuille de toute très personnelle dont il n’a que très rarement dévié.

Jorge a commencé la musique en 1993, en composant ses propres chansons sur une guitare acoustique, qu’il fixait sur les bandes fatiguées d’un vieux magnétophone. Dépité de ne trouver aucun musicien pour l’accompagner dans sa quête extrême, ces derniers préférant exprimer leur créativité en jouant un Grunge très en vogue à l’époque, il lui fallut attendre 1994 pour enfin réunir un line-up digne de ce nom afin de répéter et de jouer live. Bien évidemment, pour ce faire, il dû accepter à ses côtés des instrumentistes ne faisant pas partie de la galaxie Metal, la condition sine qua non pour arriver à ses fins. En 2001, la première démo de DISORDER vit donc le jour, Voces de la Tumba, aussitôt suivi d’un premier LP baptisé du même nom un an plus tard.

 

Las, cet accomplissement signifia aussi un arrêt presque définitif des affaires courantes, et DISORDER sombra dans un long coma, avant d’en être extirpé par Jorge en 2011. Affublé du nouveau sobriquet de Morbid, Jorge s’acoquina avec son neveu Kevin Orellana, autrement surnommé Hellbastard. L’union fut de courte durée, puisque le pauvre Kevin se vit intimer l’ordre d’aller ranger ses shorts dans un autre tiroir juste avant la sortie du second LP du groupe, En El Rio Del Olvido, publié en 2014.

Depuis, Morbid est devenu M.Q, travaille en duo avec V.K (Iosif Najarro, membre des CONCEIVED BY HATE), a collaboré à un split en compagnie des Suédois de TOTAL INFERNO en 2016, et sort donc cette année son troisième longue durée, qui affiche toujours de belles prétentions extrêmes, sans faire de mystères sur son message interne et profond.

A savoir, jouer la musique la plus viscéralement brutale possible, sans fioritures, en se basant sur des riffs simples et des rythmiques puissamment violentes et rapides. Et si le Thrash à forts relents Black est votre canette de Lager préférée, réjouissez-vous, car Fuero Negro va vous en mettre une bonne derrière la nuque.

Musicalement, l’affaire est aussi simple qu’elle n’est efficace. Jorge se fie donc à ses instincts primaux, et se consacre corps et âme à un Blackened Thrash de première bourre, qui toutefois – et malgré ses précisions, auxquelles il tient – se permet quelques fantaisies mélodiques de bon aloi. Ne vous attendez donc pas à une charge ininterrompue singeant les IMPALED NAZARENE ou les premières exactions de WARHAMMER, puisque DISORDER joue autant sur la franchise de ses thèmes que sur les extrapolations légères qu’il imprime aux morceaux, qui finalement, sont beaucoup moins basiques que sa philosophie ne le laissait croire. Nous sommes donc en présence d’un Thrash très efficace, et dont la patine Black est surtout conférée par le chant sombre et sourd de Jorge, qui outre la guitare et les vocaux, s’occupe aussi de la basse, assez linéaire il faut l’avouer.

Si parfois ses motifs rappellent une version très dark de GRIP INC, SLAYER ou même DESPAIR, et si le tempo insufflé par V.K est assez souvent statique et speed, la musique proposée sur Fuero Negro est à l’image de son nom, et brûle d’un souffle ardent dont les braises s’envolent tout autour de vos oreilles assez malmenées. Il est certain que si les variations vous sont indispensables pour apprécier une musique aussi extrême soit-elle (mais celle de DISORDER est quand même assez pondérée), vous risquez de trouver l’écoute un peu décevante et les accès de rage relativement roboratifs, puisque de « Carroñeros de Justicia » à « Fuego Negro », les altérations et modulations sont plutôt rares, et les chansons calquées sur le même moule, incassable cela dit.

Sympathique, mais répétitif, telle pourrait être la sentence prononcée à l’égard d’un disque qui ne dévie jamais de sa trajectoire, et qui se cale sur un certain nombre de BPM, quitte à reproduire les mêmes breaks au même endroit.

Et si le travail de V.K au kit est admirable de régularité, gageons que l’homme aurait aimé varier un peu plus ses mouvements pour apporter aux titres le dynamisme qui parfois leur fait défaut.

On note quand même un semblant de déviance sur le final « Fuego Negro », qui débute par un mid tempo accrocheur, soutenu par un riff plus joyeux que fonceur, mais bien sûr, c’est un leurre destiné à nous écraser le nez sur une rage Thrash encore une fois soutenue.

Même croches égrenées au même rythme, même chant raclé, même riff rebondissant et purement Thrash, la boucle est bouclée, et finalement, un peu trop serrée pour nous permettre de respirer.

Non que la tentative soit dénuée d’intérêt, loin de là, mais il est certain que Jorge aurait gagné à diluer son propos dans un peu de nuances histoire de proposer des idées un peu plus aérées. Une accélération soudaine, ou au contraire quelques passages en down tempo, un break un peu moins calqué sur les précédents, ou un changement atonal au chant eurent été les bienvenus, mais après tout, c’est la vison de Jorge, et il convient de la respecter.

D’ailleurs, l’homme est un très bon instrumentiste aux soli très affutés et précis, qui savent se montrer harmoniques et suffisamment rapides pour le style sans tomber dans le fouillis ou la démonstration stérile. Il aurait tout intérêt à varier son chant comme il varie ses interventions, pour conférer à ses morceaux plus d’épaisseur et moins de prévisibilité.

Mais en l’état, et si vous cherchez un album qui justement ne cherche pas la petite bête sans vous prendre pour de gros bourrins sans tête, Fuero Negro fera parfaitement l’affaire dans un cadre Thrash teinté de BM light, qui tient la route, mais ne prend pas assez de risques de peur d’une éventuelle sortie de piste.

Saluons tout de même l’acharnement d’un homme qui n’a jamais renoncé. Comme quoi, l’obstination…Mais je l’ai déjà dit.


Titres de l'album:

  1. Carroñeros de Justicia
  2. Existencias Paralelas
  3. Bajo El Yugo De La Ignorancia
  4. 333
  5. Tiempos Violentos
  6. Misantropica Barbarie
  7. Fuego Negro

Facebook officiel


par mortne2001 le 05/06/2017 à 14:20
68 %    480

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Gateways To annihilation

Baxter 29/05/2020

Solstice

mortne2001 28/05/2020

The Triumph Of Steel

JérémBVL 27/05/2020

The Gathering 2006

RBD 26/05/2020

End Of Society's Sanity

mortne2001 25/05/2020

Dusk...And Her Embrace

JérémBVL 25/05/2020

Indecent & Obscene

Baxter 23/05/2020

Programmed

mortne2001 22/05/2020

Sodomizing The Archedangel

JérémBVL 22/05/2020

Concerts à 7 jours
Blue Oyster Cult 02/06 : Le Trianon, Paris (75)
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
JérémBVL

Merci pour vos retours et anecdotes ! Ca fait plaisir de se savoir lu! ;)

29/05/2020, 10:15

Humungus

A mon sens le dernier bon album du groupe.
Et c'est vrai que ce putain de sampler Hard N' Heavy (quel zine bordel !) m'avait effectivement mis la salive aux babines. En même temps, le titre choisi était juste parfait pour ça : Ce cri du début… Mama !

PS : Je n'avais jamais f(...)

29/05/2020, 08:46

Gargan

Bon sang ! Je n’avais même pas vu qu’il s’étaient reformés depuis quelques années, j’en suis resté au Lp de 92 !

29/05/2020, 08:41

Humungus

Super album qui effectivement déroute d'entrée de jeu mais qui de fait à les couilles au cul de le faire. Je me souviens comme si c'était hier la première fois que j'ai écouté ce fameux "Achilles" : "Mais qu'est-ce qu'ils foutent là bordel ?!?!"... Ben ils avaient simplement réussi leur par(...)

29/05/2020, 08:39

Humungus

Au vu de la chronique et des précédents commentaires, j'ai donc jeté une oreille là-dessus.
Bah désolé, mais je suis plutôt de l'avis d'asqer...

29/05/2020, 08:31

asqer

La partie metal est plutot mauvaise. Du power sympho pompeux matiné de pseudo folk...

28/05/2020, 23:44

asqer

super originale la pochette

28/05/2020, 23:40

NecroKosmos

Belle chronique avec laquelle je suis tout à fait en adéquation. Hélas, cette excellente formation est passée inaperçue à l'époque. Mais, non seulement ce groupe n'est pas apparu au bon moment et il faut avouer qu'il lui manquait tout de même un p'tit quelque chose en plus pour vraiment se d(...)

28/05/2020, 21:18

Jus de cadavre

Ouah ! La branlée ! Un énorme merci pour la découverte, je ne connaissais même pas de nom cette tuerie intégrale... C'est maintenant corrigé.
Le Metal Extreme au sens noble. Putain que c'est bon !

28/05/2020, 15:58

Simony

Au risque de créer la polémique car je sais que le début de carrière des gars est intouchable dans le milieu Métal, c'est le seul album du groupe que je peux écouter entièrement sans grincements de dents... Kings Of Metal est trop calibré US pour moi et je ne parle même pas du Louder Than H(...)

28/05/2020, 15:53

Moshimosher

Album de qualité, pour sûr ! :)

28/05/2020, 12:06

Metalhead

Magnifique chronique pour un non moins excellent et étonnant album, parfaite combinaison d'un folk rafraîchissant et d'un metal aussi traditionnel que terriblement efficace. Monumental !

28/05/2020, 11:36

Gargan

A peu près la même histoire, ado à l'époque et ce digi noir m'intriguait dans les bacs (il fut ruiné par une promenade nocturne en voiture dans un marais inondé, mais c'est une autre histoire !). Les premiers instants avec l''incendie puis le cri perçant introducteur m'avaient vraiment impre(...)

28/05/2020, 11:04

recber

C'est plus Currie d'anus faisandé que curry d'agneau là pour le coup.

27/05/2020, 19:14

LeMoustre

Excellente nouvelle.

27/05/2020, 07:42

Simony

Voilà un retour dans le passé qui laisse bien des regrets quand à l'orientation et le chemin suivi par ce groupe et Anneke.

26/05/2020, 21:15

Buck Dancer

Quelle claque j'ai pris à l'époque avec cet album ! Entre "Skinfather" et son break imparable ou un "Dreaming in red" magnifique, Dismember est vite devenu un de mes groupes fétiches.
J'ai aussi pu les voir à ce moment là, à l'Elysée montmartre, en premiere partie de Morbid Angel (Gra(...)

26/05/2020, 19:38

Yolo

Album de l'année pour ma part, comme à chacun de leurs albums.

26/05/2020, 18:43

Buck Dancer

Superbe Setlist qui était à la demande des fans, je crois.

26/05/2020, 18:07

JérémBVL

Enorme surprise, ça va être l'album de l'été!

25/05/2020, 13:44