Gathering of the Insane

Jt Ripper

30/11/2018

I Hate Records

Quelque part dans le futur, une conversation entre un grand-père et son petit-fils, curieux du passé de son aïeul qui à 80 ans fait encore le signe du diable, et cite des artistes obscurs portant les clous comme d’autres les stabilisateurs à particules ioniques.

« Papy, c’est quoi cette musique que tu écoutes ? Ca fait plus de bruit que l’aspira-vortex de mamie ! »

« Ah ah, petit insolent, tout le portrait de ton grand-père ! Mais je suppose que tu es en âge de comprendre maintenant, alors assied-toi, je vais t’expliquer… »

Silence d’émotion, les yeux du grand-père brillent de la curiosité de ce petit garçon décidément plus intelligent que ses imbéciles de parent qui croient encore que le duo Master Gyme/Nas-Tik est la quintessence de la musique moderne…  

 

« Tu vois mon petit, il y a très longtemps, lorsque j’étais jeune, moi aussi j’aimais bien être différent. Tu sais ce que c’est que le Thrash mon enfant ? »

« Non papy, c’est quoi ? »

« Eh bien c’est une musique très puissante que des gens comme moi ont beaucoup écoutée pendant leur adolescence, cette période trouble que tu vas bientôt traverser et qui va agiter tes hormones au point de te provoquer certains blocages quand tu liras les catalogues virtuels que les panneaux solaires publicitaires de rue étalent à longueur d’année…Mais je m’égare...Le Thrash, c’était un peu pour nous un exutoire, une façon d’extérioriser notre violence intérieure sans faire de mal à personne…Une façon de transformer le Heavy Metal en machine à broyer que nos grands frères détestaient parce qu’ils ne la comprenaient pas. Et si beaucoup s’évertuaient à dire que le style était né de l’autre côté de l’Atlantique, quelques initiés dont moi savaient que le vrai Thrash, celui qui abimait tes oreilles au point de te faire confondre un marteau piqueur avec le cri de Tom Angelripper se cognant le petit orteil contre un flight-case venait d’ailleurs…D’Allemagne plus précisément… »

« Et alors, c’est quoi le Thrash allemand ? »

« Le Thrash allemand ? Viens approche toi, je vais te le dire tout bas pour que ta grand-mère n’entende pas, elle déteste quand je fais ça… »

Le petit s’approche et colle son oreille à la bouche de son grand-père. Quand tout à coup….

 

« Raaaaaaaaaaaah !!!!!! Tchakapoum, tchakapoum, vrille, vrille, blaaaaaaargh!!!! Poum-poum-poum, satan, evil !!! Pleasure to kiiiiiiiiiiiiiill!!!».

Silence de mort. Le petit fils à compris, regarde son grand-père avec complicité, et trace immédiatement dans le grenier pour éplucher les anciens CD de son aïeul. Bingo. 

Cette conversation fictive pourrait bien prendre vie un jour, si d’aventure un homme d’un certain âge dans le futur se souvenait du second LP des marsouins de JT RIPPER. Non que ce groupe fût l’un des pionniers, non qu’il fût l’un des représentants les plus importants de la vague, mais il incarnait certainement la quintessence d’une approche de débauche que les KREATOR, DESTRUCTION, SODOM, et autres ASSASSIN avaient mise en pratique dans les années 80. Formé tardivement, en 2010 du côté de Chemnitz, ce trio aux aspirations belliqueuses (Steven "Steffen" Fischer – chant/basse, Daniel Brandenburg – guitares et Chris Börner – batterie) avait donc bien appris les leçons de ses illustres prédécesseurs pour les recycler à leur façon, et en livrer une interprétation très personnelle ne crachant pas sur quelques dogmes américains et canadiens. Tout à fait disposés à s’exprimer en toute liberté, ces musiciens de l’extrême s’étaient composé une discographie assez conséquente, suffisamment en tout cas pour marquer les esprits au fer rouge de la violence, et c’est avec une indéniable surprise masochiste que nous les avions découverts à l’occasion de leur premier long, ce peu complaisant Depraved Echoes and Terrifying Horrors, qui ne faisait pas grand cas de sa cruauté bestiale et de ses tendances à amalgamer tout ce que l’underground des années 80 comptait de plus sale, agressif et marginal. Suite à ça, les trois germains s’en allèrent partager des faces avec leurs collègues de MORBID PANZER, entité Black/Thrash, pour présenter quelques nouveaux titres dont « Cvlt » et « Maze », que l’on allait retrouver sur leur second longue-durée, ce Gathering of the Insane qui de sa pochette nous avouait implicitement une passion franche pour les serial-killers les plus dévoyés de l’histoire. Et les faciès de John Wayne Gacy, de Jack the Ripper, d’Ed Gein de nous ramener à la dure réalité d’une violence omniprésente, que les dix morceaux de cette seconde offrande illustraient de leur brutalité outrancière et de leur refus de calmer le jeu en se focalisant sur les attaques les plus ébouriffantes de la scène de l’époque.  

Et en faisant fi de cette petite histoire inventée en préambule pour la circonstance et revenir au présent qui nous concerne, autant dire que ce second long des JT RIPPER est un modèle du genre à lui seul. En refusant toute finesse de composition et toute sophistication d’interprétation, mais sans tomber dans le piège outrancier du Blackened Thrash, Gathering of the Insane se présente sous la forme d’un manuel musical à l’attention des psychopathes de l’extrême qui ne crachent pas sur un brin de simplicité pour pouvoir extérioriser leur excès de sadisme. En suivant la ligne de conduite adoptée dès leur formation, les trois instrumentistes de l’enfer enfoncent le clou planté à l’occasion de Depraved Echoes and Terrifying Horrors, et le plantent encore plus profondément dans le cercueil des illusions mélodiques pour parvenir à synthétiser le radicalisme du KREATOR d’Endless Pain et le satanisme paillard du POSSESSED de Seven Churches. La recette est assez simple à élaborer, des morceaux qui se ressemblent tous, construits sur une rythmique flirtant avec les limitations de vitesse de la décence, des riffs gras et sursaturés soulignés d’interventions vocales vociférées comme à la grande époque de Jeff Becerra et Tom Angelripper, et une ambiance propre à faire passer les premières années de gestation du Black Thrash pour une timide genèse ayant pris forme dans la honte et le manque d’assurance. Et partant de ce principe, inutile d’attendre autre chose de ce deuxième album que ce message qu’il est venu livrer, et qui s’articule en dix psaumes quasiment identiques, formant une litanie d’ultraviolente et de luxure brutale aux contours bruts et aux coups portés d’une rare franchise. Bien sûr, ceux dans la confidence se souviendront aussi avec émotion du Show No Mercy de SLAYER, des plus récents DESASTER et des légendaires HELLISH CROSSFIRE, mais les fans les plus fidèles ayant rejoint l’église noire des JT RIPPER savent que leur nouveau prêtre dévoyé fétiche bouffe à tous les râteliers du mauvais goût outrancier pour concocter sa potion à base de Thrash noirci et de Speed bouffi. Et tous admettront que ce Gathering of the Insane pourrait incarner la bande-son nocturne d’un disciple de Richard Ramirez en quête d’une nouvelle victime à massacrer, et rendant hommage au pionnier Jack the Ripper, qui arpentait Whitechapel pour disséquer live de pauvres filles de joie ne demandant pas tant d’attention cruelle. Cruel, tiens, un mot qui colle à la peau de ce trio allemand, qui d’année en année et de disque en disque prouve que le passé a toujours sa place dans le présent.

Mais que fait le petit finalement après avoir vidé tous les précieux cartons de son grand père ? Ah, il est là, avec un exemplaire du premier POSSESSED entre les mains, et le In The Sign Of Evil de SODOM près du lecteur. Tiens, il s’est mis du Kohl sous les yeux. Mais où est passé le chat ?            

      

Titres de l’album :

                         1.Cvlt

                         2.Chaos

                         3.Child's play

                         4.Feast

                         5.Shadows

                         6.Nightcrawler

                         7.Them

                         8.Maze

                         9.Second Skin

                        10.Carnal Lust

Facebook officiel


par mortne2001 le 19/01/2019 à 17:49
80 %    331

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Solstice

mortne2001 28/05/2020

The Triumph Of Steel

JérémBVL 27/05/2020

The Gathering 2006

RBD 26/05/2020

End Of Society's Sanity

mortne2001 25/05/2020

Dusk...And Her Embrace

JérémBVL 25/05/2020

Indecent & Obscene

Baxter 23/05/2020

Programmed

mortne2001 22/05/2020

Sodomizing The Archedangel

JérémBVL 22/05/2020

Dawn of Dreams

mortne2001 20/05/2020

Concerts à 7 jours
Blue Oyster Cult 02/06 : Le Trianon, Paris (75)
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
asqer

La partie metal est plutot mauvaise. Du power sympho pompeux matiné de pseudo folk...

28/05/2020, 23:44

asqer

super originale la pochette

28/05/2020, 23:40

NecroKosmos

Belle chronique avec laquelle je suis tout à fait en adéquation. Hélas, cette excellente formation est passée inaperçue à l'époque. Mais, non seulement ce groupe n'est pas apparu au bon moment et il faut avouer qu'il lui manquait tout de même un p'tit quelque chose en plus pour vraiment se d(...)

28/05/2020, 21:18

Jus de cadavre

Ouah ! La branlée ! Un énorme merci pour la découverte, je ne connaissais même pas de nom cette tuerie intégrale... C'est maintenant corrigé.
Le Metal Extreme au sens noble. Putain que c'est bon !

28/05/2020, 15:58

Simony

Au risque de créer la polémique car je sais que le début de carrière des gars est intouchable dans le milieu Métal, c'est le seul album du groupe que je peux écouter entièrement sans grincements de dents... Kings Of Metal est trop calibré US pour moi et je ne parle même pas du Louder Than H(...)

28/05/2020, 15:53

Moshimosher

Album de qualité, pour sûr ! :)

28/05/2020, 12:06

Metalhead

Magnifique chronique pour un non moins excellent et étonnant album, parfaite combinaison d'un folk rafraîchissant et d'un metal aussi traditionnel que terriblement efficace. Monumental !

28/05/2020, 11:36

Gargan

A peu près la même histoire, ado à l'époque et ce digi noir m'intriguait dans les bacs (il fut ruiné par une promenade nocturne en voiture dans un marais inondé, mais c'est une autre histoire !). Les premiers instants avec l''incendie puis le cri perçant introducteur m'avaient vraiment impre(...)

28/05/2020, 11:04

recber

C'est plus Currie d'anus faisandé que curry d'agneau là pour le coup.

27/05/2020, 19:14

LeMoustre

Excellente nouvelle.

27/05/2020, 07:42

Simony

Voilà un retour dans le passé qui laisse bien des regrets quand à l'orientation et le chemin suivi par ce groupe et Anneke.

26/05/2020, 21:15

Buck Dancer

Quelle claque j'ai pris à l'époque avec cet album ! Entre "Skinfather" et son break imparable ou un "Dreaming in red" magnifique, Dismember est vite devenu un de mes groupes fétiches.
J'ai aussi pu les voir à ce moment là, à l'Elysée montmartre, en premiere partie de Morbid Angel (Gra(...)

26/05/2020, 19:38

Yolo

Album de l'année pour ma part, comme à chacun de leurs albums.

26/05/2020, 18:43

Buck Dancer

Superbe Setlist qui était à la demande des fans, je crois.

26/05/2020, 18:07

JérémBVL

Enorme surprise, ça va être l'album de l'été!

25/05/2020, 13:44

Gargan

Ep suivant avec les tubes "Respect social distanciation", "keep your mask before I call the cops", "fucking conspiracist", "Vaccinate or eliminate" !

25/05/2020, 10:51

Listing Monstercity

Ahhh, cet album de Cancer... :-) Je l'avais justement dépoussiéré il y a 15 jours. Que de souvenirs ! Ca faisait plaisir à l'époque de retrouver James Murphy après sa mise à la porte de Death (quel gâchis !). Je trouve que ce type n'a pas du tout eu la carrière qu'il méritait (sans parler (...)

24/05/2020, 20:36

Buck Dancer

El Gringo, le nouveau café de Jacques Bave.

24/05/2020, 19:27

Gargan

Ce nom de groupe, gringo.. Prochain nom d'album "between the arabica and the robusta (a black curse of unholy flavor)"

24/05/2020, 18:34

Humungus

Putain ce son de CANCER tout de même !!!
Un grand merci Simony de me remémorer cette merveille.
Je vais me réécouter les albums pour la peine... ... ...

24/05/2020, 16:00