Quelque part dans le futur, une conversation entre un grand-père et son petit-fils, curieux du passé de son aïeul qui à 80 ans fait encore le signe du diable, et cite des artistes obscurs portant les clous comme d’autres les stabilisateurs à particules ioniques.

« Papy, c’est quoi cette musique que tu écoutes ? Ca fait plus de bruit que l’aspira-vortex de mamie ! »

« Ah ah, petit insolent, tout le portrait de ton grand-père ! Mais je suppose que tu es en âge de comprendre maintenant, alors assied-toi, je vais t’expliquer… »

Silence d’émotion, les yeux du grand-père brillent de la curiosité de ce petit garçon décidément plus intelligent que ses imbéciles de parent qui croient encore que le duo Master Gyme/Nas-Tik est la quintessence de la musique moderne…  

 

« Tu vois mon petit, il y a très longtemps, lorsque j’étais jeune, moi aussi j’aimais bien être différent. Tu sais ce que c’est que le Thrash mon enfant ? »

« Non papy, c’est quoi ? »

« Eh bien c’est une musique très puissante que des gens comme moi ont beaucoup écoutée pendant leur adolescence, cette période trouble que tu vas bientôt traverser et qui va agiter tes hormones au point de te provoquer certains blocages quand tu liras les catalogues virtuels que les panneaux solaires publicitaires de rue étalent à longueur d’année…Mais je m’égare...Le Thrash, c’était un peu pour nous un exutoire, une façon d’extérioriser notre violence intérieure sans faire de mal à personne…Une façon de transformer le Heavy Metal en machine à broyer que nos grands frères détestaient parce qu’ils ne la comprenaient pas. Et si beaucoup s’évertuaient à dire que le style était né de l’autre côté de l’Atlantique, quelques initiés dont moi savaient que le vrai Thrash, celui qui abimait tes oreilles au point de te faire confondre un marteau piqueur avec le cri de Tom Angelripper se cognant le petit orteil contre un flight-case venait d’ailleurs…D’Allemagne plus précisément… »

« Et alors, c’est quoi le Thrash allemand ? »

« Le Thrash allemand ? Viens approche toi, je vais te le dire tout bas pour que ta grand-mère n’entende pas, elle déteste quand je fais ça… »

Le petit s’approche et colle son oreille à la bouche de son grand-père. Quand tout à coup….

 

« Raaaaaaaaaaaah !!!!!! Tchakapoum, tchakapoum, vrille, vrille, blaaaaaaargh!!!! Poum-poum-poum, satan, evil !!! Pleasure to kiiiiiiiiiiiiiill!!!».

Silence de mort. Le petit fils à compris, regarde son grand-père avec complicité, et trace immédiatement dans le grenier pour éplucher les anciens CD de son aïeul. Bingo. 

Cette conversation fictive pourrait bien prendre vie un jour, si d’aventure un homme d’un certain âge dans le futur se souvenait du second LP des marsouins de JT RIPPER. Non que ce groupe fût l’un des pionniers, non qu’il fût l’un des représentants les plus importants de la vague, mais il incarnait certainement la quintessence d’une approche de débauche que les KREATOR, DESTRUCTION, SODOM, et autres ASSASSIN avaient mise en pratique dans les années 80. Formé tardivement, en 2010 du côté de Chemnitz, ce trio aux aspirations belliqueuses (Steven "Steffen" Fischer – chant/basse, Daniel Brandenburg – guitares et Chris Börner – batterie) avait donc bien appris les leçons de ses illustres prédécesseurs pour les recycler à leur façon, et en livrer une interprétation très personnelle ne crachant pas sur quelques dogmes américains et canadiens. Tout à fait disposés à s’exprimer en toute liberté, ces musiciens de l’extrême s’étaient composé une discographie assez conséquente, suffisamment en tout cas pour marquer les esprits au fer rouge de la violence, et c’est avec une indéniable surprise masochiste que nous les avions découverts à l’occasion de leur premier long, ce peu complaisant Depraved Echoes and Terrifying Horrors, qui ne faisait pas grand cas de sa cruauté bestiale et de ses tendances à amalgamer tout ce que l’underground des années 80 comptait de plus sale, agressif et marginal. Suite à ça, les trois germains s’en allèrent partager des faces avec leurs collègues de MORBID PANZER, entité Black/Thrash, pour présenter quelques nouveaux titres dont « Cvlt » et « Maze », que l’on allait retrouver sur leur second longue-durée, ce Gathering of the Insane qui de sa pochette nous avouait implicitement une passion franche pour les serial-killers les plus dévoyés de l’histoire. Et les faciès de John Wayne Gacy, de Jack the Ripper, d’Ed Gein de nous ramener à la dure réalité d’une violence omniprésente, que les dix morceaux de cette seconde offrande illustraient de leur brutalité outrancière et de leur refus de calmer le jeu en se focalisant sur les attaques les plus ébouriffantes de la scène de l’époque.  

Et en faisant fi de cette petite histoire inventée en préambule pour la circonstance et revenir au présent qui nous concerne, autant dire que ce second long des JT RIPPER est un modèle du genre à lui seul. En refusant toute finesse de composition et toute sophistication d’interprétation, mais sans tomber dans le piège outrancier du Blackened Thrash, Gathering of the Insane se présente sous la forme d’un manuel musical à l’attention des psychopathes de l’extrême qui ne crachent pas sur un brin de simplicité pour pouvoir extérioriser leur excès de sadisme. En suivant la ligne de conduite adoptée dès leur formation, les trois instrumentistes de l’enfer enfoncent le clou planté à l’occasion de Depraved Echoes and Terrifying Horrors, et le plantent encore plus profondément dans le cercueil des illusions mélodiques pour parvenir à synthétiser le radicalisme du KREATOR d’Endless Pain et le satanisme paillard du POSSESSED de Seven Churches. La recette est assez simple à élaborer, des morceaux qui se ressemblent tous, construits sur une rythmique flirtant avec les limitations de vitesse de la décence, des riffs gras et sursaturés soulignés d’interventions vocales vociférées comme à la grande époque de Jeff Becerra et Tom Angelripper, et une ambiance propre à faire passer les premières années de gestation du Black Thrash pour une timide genèse ayant pris forme dans la honte et le manque d’assurance. Et partant de ce principe, inutile d’attendre autre chose de ce deuxième album que ce message qu’il est venu livrer, et qui s’articule en dix psaumes quasiment identiques, formant une litanie d’ultraviolente et de luxure brutale aux contours bruts et aux coups portés d’une rare franchise. Bien sûr, ceux dans la confidence se souviendront aussi avec émotion du Show No Mercy de SLAYER, des plus récents DESASTER et des légendaires HELLISH CROSSFIRE, mais les fans les plus fidèles ayant rejoint l’église noire des JT RIPPER savent que leur nouveau prêtre dévoyé fétiche bouffe à tous les râteliers du mauvais goût outrancier pour concocter sa potion à base de Thrash noirci et de Speed bouffi. Et tous admettront que ce Gathering of the Insane pourrait incarner la bande-son nocturne d’un disciple de Richard Ramirez en quête d’une nouvelle victime à massacrer, et rendant hommage au pionnier Jack the Ripper, qui arpentait Whitechapel pour disséquer live de pauvres filles de joie ne demandant pas tant d’attention cruelle. Cruel, tiens, un mot qui colle à la peau de ce trio allemand, qui d’année en année et de disque en disque prouve que le passé a toujours sa place dans le présent.

Mais que fait le petit finalement après avoir vidé tous les précieux cartons de son grand père ? Ah, il est là, avec un exemplaire du premier POSSESSED entre les mains, et le In The Sign Of Evil de SODOM près du lecteur. Tiens, il s’est mis du Kohl sous les yeux. Mais où est passé le chat ?            

      

Titres de l’album :

                         1.Cvlt

                         2.Chaos

                         3.Child's play

                         4.Feast

                         5.Shadows

                         6.Nightcrawler

                         7.Them

                         8.Maze

                         9.Second Skin

                        10.Carnal Lust

Facebook officiel


par mortne2001 le 19/01/2019 à 17:49
80 %    127

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Spectrum Orchestrum

It's About Time

Ares Kingdom

By The Light Of Their Destruction

The End Machine

The End Machine

Vitriol

Chrysalis

Altar Of Oblivion

The Seven Spirits

Inculter

Fatal Visions

Venom Prison

Samsara

Sammy Hagar

Space Between

Final Cut

Jackhammer

Eivør

Live In Tórshavn

Burning Rain

Face The Music

Sisters Of Suffocation

Humans Are Broken

Jack Slamer

Jack Slamer

Misery Index

Rituals of Power

Black Oak County

Theatre of the Mind

Helium Horse Fly

Hollowed

Bergraven

Det Framlidna Minnet

Skeletoon

They Never Say Die

Mgła - Revenge - Doombringer // Paris

Mold_Putrefaction / 19/05/2019
Death Metal

Dead can Dance

RBD / 19/05/2019
Darkwave

NETHERLANDS DEATHFEST IV / Tilburg, Pays-Bas

Jus de cadavre / 16/05/2019
Death Metal

Tour-Report ACOD (support Cradle Of Filth / Avril 2019)

Jus de cadavre / 14/05/2019
Death Black Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Très sympa, j'aime beaucoup !


C'est pas tous les jours qu'un aussi bon album est chroniqué sur Metalnews, ne boudons pas notre plaisir. Un bon 8.5/10 pour ce thrash war metal.


On ne peut plus classique, mais toujours aussi efficace...


Merci pour le report, vieux Jus, ça donne presque envie :)
On se retrouve à DisneyHell en Juin


Exactement le même avis que toi concernant REVENGE et MGLA sur scène !
Pour le public amorphe, à mon avis il devait y avoir pas mal de Hollandais dans la salle :D !


La reprise Autumn Sun est de Deleyaman...le nom du groupe est mal écrit dans l'article ;)


Je te rassure : le "désormais" n'existe pas pour moi puisque je n'ai jamais aimé Korn et consorts (hormis durant ma prime adolescence... donc au temps jadis).


Par contre, Lisa, elle est malade ou quoi ? A la vue des vidéos sur YT, on dirait qu'elle a pris 30 kilos.


Merci pour ce papier, DCD fait partie des grands, et j'imagine les poils se hérisser aux sons de "Xavier" ou l'intemporel "Anywhere...". Ca a dû être de grands moments.


Ce qu'il faudra donc retenir de cette discussion de bon aloi entre Satan et JDTP, c'est que le terme Néo Metal (qui est effectivement une des influences flagrantes de ce groupe) est désormais perçu de façon totalement péjorative...
Intéressant non ?


Autant pour moi !
Ce que j'aime bien dans le projet, c'est qu'on a un peu l'impression de déconner entre potes de longue date.


Alors dans mon esprit ce n'était pas du tout du second degré en fait. C'est une des influences principales du groupe (parmi de nombreuses autres), c'est pourquoi j'ai choisi cette dénomination.
Quoiqu'il en soit je suis absolument d'accord avec toi, c'est carrément bien fichu et d'une inc(...)


"La voix, sa voix, est là, toujours hostile, semblant parvenir du plus profond des enfers. Elle est intacte, unique"
Tout est dit mec !


Je trouve ça un peu sévère de qualifier ça de "néo métal". Car même si le côté humoristique ferait penser à un truc sans prétention, ça reste quand même plutôt bien fait.


https://necrokosmos.blogspot.com/2019/05/le-groupe-americain-sort-son-premier.html


"Autre phénomène à la mode bien ridicule est à mon sens le « Ghost bashing »"...
Bah excuses moi gars, mais si je n'aime pas GHOST et surtout ce qu'ils sont devenus désormais, crois moi bien que je ne vais certainement pas me faire prier pour le dire.
Je les ai vu pour la toute pr(...)


cool report !

peut etre aussi moins de monde car affiche avec au final tres peu de black comparé aux précédentes éditions j'ai l'impression,mais ca reste plutot bien fat comme affiche ! il va bien falloir que je me deicide a bouger mon boule en Hollande.


ca faisait longtemps que je n'avais pas ecouté Hate, et merdum ? c quoi c'truc tout mou


*que pour les marathoniens


Concernant la bière si il faut choisir oui la Jup c'est mieux que la kro mais bon... on a sans doute trop pris l'habitude des bonnes bières artisanales qu'on trouve partout aujourd'hui ;)
Sinon oui au début (et / ou bourré) la salle c'est un peu Poudlard : quand on prend un escalier on sai(...)