« Le réveil triomphant d’un des secrets les mieux gardés de Californie ».

C’est avec cette accroche pétrie de certitudes que Sentient Ruin présente ses poulains américains de LEUCOSIS, et le moins que l’on puisse dire, c’est que la confiance ne les aveugle pas forcément. On connaît ce label pour le choix drastique de ses productions, qui ne taille que dans les chairs les plus tendres de l’extrême…Une fois encore, ils ne nous ont pas trompé sur la marchandise, et si LEUCOSIS reste encore un secret bien trop gardé pour que les néophytes n’en captent les échos, gageons que Liminal fera suffisamment de bruit au sens propre et figuré pour leur en dévoiler quelques bribes.

Venu de Santa Cruz, ce duo (Jacob – batterie, et Jeff – guitare/chant) s’est formé en 2009, en mettant fin à l’aventure précédente GAZE, et en présentant le résultat de ses premiers travaux dès 2010, avec leur EP initial Movements To Breathe, au titre étrangement prédestiné. Si les deux hommes évoluent en terrain BM assez convenu, il est clair que leur musique est loin d’être inamovible et embourbée dans les tranchées habituelles. Constituée de mouvements abrupts, ou au contraire fluides, cette approche s’est perfectionnée sur les longue- durée successifs, de Pulling Down The Sky en 2011 à Leucosis en 2013, puis en format court avec III, leur second EP publié il y a quatre ans.

Depuis, le néant, le silence, et une soudaine réactivation pour ce nouvel effort à mi-chemin entre deux formats, pour trente minutes de Metal noir et incandescent, qui réserve bien plus de surprises que son appellation générique ne le laisse entendre.

Liminal, liminaire, seuil de la perception, pour un album qui en effet risque de stimuler la vôtre, sans agir d’une façon subliminale, quoique les accords glaciaux de ces cinq nouveaux morceaux seraient à même de peupler vos cauchemars les plus sombres. On y retrouve la patte des deux californiens, qui n’ont en rien renoncé à leur art de détourner des codes primaux, pour les sublimer d’une touche de Post assez peu appuyée, mais tangible. On la retrouve sur les deux interludes coupant l’œuvre en trois parties, intermèdes brefs et mélodiques, d’une pureté saisissante, ou d’une troublante opacité, qui permettent de reprendre notre souffle avant les épiques batailles menées contre la médiocrité instrumentale ambiante. Violence sourde ou avouée, atmosphères morbides, déliquescentes, transcendantes, écrasantes, telles sont les composantes d’un troisième LP qui ne ménage guère ses efforts pour nous séduire. On se retrouve confronté à un BM à mi-chemin entre traditionalisme et envie d’évolution, qui sans stagner entre deux eaux, propose un contre-courant assez intéressant. Sans aller se frotter aux déformations très en vogue à l’heure actuelle, Jacob et Jeff n’en renient pas pour autant le temps qui passe et qui transforme les influences en références digérées, et confrontent les ténèbres d’un MARDUK de milieu de carrière à un DEATHSPELL OMEGA tempéré de ses ardeurs les plus déconstruites. Les blasts laissent souvent place à des accalmies presque apaisantes, tandis que le chant d’outre-tombe de Jacob fait le lien avec la décade bénie des 90’s que personne n’a oublié, et surtout pas les fans de Legion ou DISSECTION.

      

Trois « gros » morceaux donc, et l’adjectif n’est pas anodin, puisque le segment le plus court dépasse quand même les sept minutes, sans qu’aucun ne manque d’inspiration. Le premier et le plus ambitieux en termes de durée, « Bereft », propose après une très courte intro une plongée dans les enfers personnels d’un BM cru et très sec, qui se place sous des auspices de brutalité incarnée, suggérant même des accointances avec le MARDUK des dernières années. On y sent le souffle putride des cotes nordiques jusque dans les accents d’une guitare qui geint ses notes plus qu’elle ne les joue, mais les interruptions rythmiques éphémères nous guident sur les pas d’une recherche d’originalité, qui se retrouve aussi dans l’utilisation de chœurs diaboliques, et d’arrangements en surcouches de mélodies maladives.

Quatre minutes de course haletante avant de sombrer dans les affres d’un break dissonant, qui joue l’ambivalence d’un feedback saturé de gravité, pour une chute vertigineuse et lourde qui vous fracasse les cervicales. Le travail fantastique de Jacob au kit est accentué par une production qui refuse d’abandonner l’écho pour une aridité de frappe, et qui laisse la guitare agoniser sous les coups d’une grosse caisse et de toms à la portée assez conséquente. Et si les arpèges se repaissent d’harmonies sommes toutes assez classiques, elles sont si bien intégrées à l’ensemble que l’on pourrait envisager le projet sous un jour progressif, si les ambitions n’étaient si clairement marquée par une franchise de violence.

« Saturnal » suit la même voie, en accentuant même la pesanteur de pas, pour une perdition totale de la conscience dans une réalité alternative, qui confronte les traumas de MAYHEM aux thérapies de choc d’une batterie qui a fait fructifier les enseignements tentaculaires du légendaire Hellhammer. Retour aux blasts, pour une nouvelle progression marquante et riche, qui n’hésite pas à tirer profit d’un legs norvégien décidément inépuisable…

Mais alors qu’on pense avoir saisi l’essence même du projet, « Manifest » dresse le sien, et le bilan d’un disque qui décidément, résume à merveille le parcours d’un groupe. Avec une intro de longues minutes qui se dessine par touches lentes, cette conclusion pousse les débats encore plus loin, et se pose même en synthèse du BM moderne qui n’a pas honte de ses origines, et qui se contente de progresser sans rien renier. La virulence est toujours aussi frappante, et la communion entre une guitare volubile et une batterie inventive atteint son apogée de fusion, lors d’un long final ou la voix se désincarne pour atteindre une sorte de stade supérieur d’expression. Liminal, subliminal, la frontière est ténue, et il est possible que ce troisième album ait des effets inattendus sur votre mental, au point de le persuader que le BM traditionnel a encore de très sombres nuits devant lui.

Je ne sais pas si les LEUCOSIS sont véritablement un des secrets les mieux gardés de Californie, mais ils en représentent une sorte d’élite. Avec une petite demi-heure seulement, le duo nous convainc de son importance, sans forcer son talent. Et de fait, Liminal, l’album, se place dans le peloton de tête des sorties de ce mois de septembre, qu’il a anticipé d’une petite journée…


Titres de l'album:

  1. Bereft
  2. (Untitled)
  3. Saturnal
  4. (Untitled)
  5. Manifest

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 21/09/2017 à 14:21
80 %    220

Commentaires (6) | Ajouter un commentaire


Simony
membre enregistré
23/09/2017 à 09:21:08
Belle découverte, merci !

mortne2001
membre enregistré
23/09/2017 à 19:31:28
C'est ça de chroniquer souvent au hasard ;)

kolputhy
@78.192.38.132
24/09/2017 à 02:35:51
Arrêtons un peu les comparaisons avec les moyens Marduk, il n'y a pas de rapport. Un bon groupe.

mortne2001
membre enregistré
24/09/2017 à 18:46:44
Moyens MARDUK???? On a pas du connaître le même groupe et les mêmes albums alors...

kolputhy
@78.192.38.132
25/09/2017 à 01:52:44
sisi :)

gonzo
@78.26.161.67
27/09/2017 à 07:42:47
Je dirai surtout que Marduk est un groupe tres surcoté

Ajouter un commentaire


Thrashback

Sinister Force

Sylvaine

Atoms Aligned, Coming Undone

Heresy

Blasphemia

Sadist

Spellbound

Prezir

As Rats Devour Lions

Septagon

Apocalyptic Rhymes

Blood Curse

Sorceress

Orion Dust

Legacy

Cult Leader

A Patient Man

Warkunt

Of Ruins And Agony

Dalkhu

Lamentation And Ardent Fire

Edremerion

Ambre Gris

Beer Breath

Story of a Decayed Life

Sacral Rage

Beyond Celestial Echoes

Eternal Rot

Cadaverine

Cancer

Shadow Gripped

Warrel Dane

Shadow Work

Zealotry

At the Nexus of All Stillborn Worlds

Heir Apparent

The View from Below

Brutal Metal DTP Gig

Simony / 12/12/2018
Black Metal

LIVE REPORT - TYRANT FEST 2018 - JOUR 2

Mold_Putrefaction / 05/12/2018
Black Metal

LIVE REPORT - TYRANT FEST 2018 - JOUR 1

Mold_Putrefaction / 04/12/2018
Ambiant

Tyrant Fest J2 [Photo Report]

Simony / 29/11/2018
Black Metal

Concerts à 7 jours

+ Revocation + Rivers Of Nihil

15/12 : Le Petit Bain, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

C'est surréaliste cette histoire !
Pendant que sa baraque crame, le mec s'introduit chez ses voisins alors que ces mêmes voisins sont présents ! Et lorsque les flics débarquent il tente de se cacher derrière une clôture avant de les menacer avec un couteau ! Heuuuuu... clairement la dro(...)


C'est vraiment chiant. C'est un super guitariste qui était vraiment dans l'esprit du groupe. Le genre de gars qui est rentré dans Cannibal Corpse en cours de route et qui veut y rester... mais il a merdé. Pour le remplacer, ça ne va pas être facile et, mis à par Jack Owen qui est maintenant ch(...)


Ben, mince alors ! :(


Le gars qui joint le geste à la parole en somme...


Fin de carriere chez Cannibal Corpse j'imagine...


La drogue, c'est mal.


Mercyless au top comme d'hab quoi. La classe ce groupe franchement.


On est loin de ...and Oceans, pour le coup !


Pas mal du tout en effet ! Old-school, brutal, bas du front. Combo !


chro séduisante, bon morceau également, merci pour la découverte


Franchement meilleur que les dernières prod de Death Fr...


Humungus : +1
Ben oui, normal. Déjà assimiler "vegan" et "antifa" est hors sujet.
Soutenons UADA !


KaneIsBack + 1.


Nefarious + 1.


Non.


Cet album est absolument fantastique !!!


Ravi de lire un report sur Aura Noir


J'ai jamais vraiment écouté Cancer, pourtant je fais partie de cette génération des 90's qui a découvert( le death metal avec ces sorties majeures. Très efficace ce titre , va falloir que je rattrape quelques lacunes.


commandé


Le metal selon les Grammys... Vaste blague.