God Swipes Left

Inebrious Bastard

29/01/2023

Crust Almighty

Ça vous est arrivé un jour.


Vous êtes immanquablement tombé sur un couple d’amis, fraîchement parents, vous exhibant leur ignoble créature comme s’il s’agissait de la huitième merveille du monde. Et comme tout être doté d’une intelligence émotionnelle moyenne, vous vous êtes fendu d’un classique « Oh, mais qu’il/elle est mignon/ne ! », préférant sacrifier la franchise sur l’autel de l’amitié, alors même que la limace visqueuse tenait plus du cauchemar en noir et blanc d’Eraserhead que du mignon calamar éjecté par la femme de Reggie dans Men in Black.

Nous sommes tous passé par là, mais il arrive un moment où le mensonge ronge les entrailles par l’entremise d’une fausse vérité destinée à ne pas heurter les sentiments de ces jeunes parents à la cagouille baveuse, dotée d’un bec de lièvre et d’un regard torve de bovin sur le chemin des pâturages.

Pour exemple, j’ai choisi mon camp, et ce matin, en présence du premier nouveau-né des australiens d’INEBRIOUS BASTARD je n’ai pas pu me retenir, et j’ai lâché un tonitruant et peu complaisant « Mon Dieu mais qu’il est vilain ! ». Car c’est la vérité. God Swipes Left est vraiment très vilain, et donnerait des suées à un égoutier étant plusieurs fois tombé sur le cadavre d’un noyé immergé depuis des semaines.

Depuis 2013, ce quintet (Deb - batterie, Quiif - guitare, Stu Magoo & Rohan - chant, et Alex Boniwell - chant/basse) nous effraie de ses sorties toutes plus affreuses les unes que les autres, multipliant les formats courts en bonne feignasses Grind qu’ils sont. Sauf qu’il manquait à leur palmarès de l’horreur un premier album, faute avouée à moitié réparée par la publication de ce pamphlet de vingt-quatre minutes aussi infâme qu’un nourrisson à la con.

EPs, splits, tout y est passé, et c’est par l’entremise de leur propre label que ces originaires de Sydney nous collent une bonne torgnole, via quatorze morceaux aussi hideux que Camilla Parker-Bowles en robe de chambre et bigoudis. D’ailleurs, ce brouhaha est tellement nauséabond qu’on hésite à lui accoler une étiquette quelconque. Le rythme est soutenu et rapide, le chant ignoble et régurgité en mode excès de mauvais vin et de Curly, les riffs graves et gras et totalement classiques, et la production assez mal foutue. Mais quelque chose d’unique séduit, sans que l’on puisse vraiment identifier le pourquoi du comment.

A la manière des premiers albums de groupes de Bordel Grind (mention déposée par les OLD LADY DRIVERS et CEREBRAL FIX), God Swipes Left est un foutoir sans nom, entre Death, Grind et Crust, le tout passé à la moulinette de l’amateurisme pour faire encore plus de boucan. Un machin à rendre fou Glen Benton et à donner la diarrhée à Barney, qui tourne come une girouette sur le toit d’une ferme, et qui vous rend maboul, à accepter un job de derviche tourneur pour boîte à musique géante.

Mais on aime. On aime comme on aime un enfant vilain mais gentil et un peu barge, ou comme un pote qui dans un moment de désœuvrement complet a enregistré une démo sur un quatre pistes flambant neuf histoire de créer son propre Soundcloud.

Difficile de vous expliquer pourquoi j’ai adoré ce truc, sans pointer du doigt quelques compositions méritantes. Ainsi, « Boat Thrower » et son déroulé apocalyptique fait un beau pied de nez aux légendaires BOLT THROWER, tandis que« Bish Bish Bash The Bish » profite de ses consonances pour nous assommer d’un riff énorme, proche du Hardcore qu’on explose d’une accélération anglaise de bon ton.

On ne sait pas trop où le bouzin veut en venir, mais on s’en prend plein la gueule. Au moins autant qu’après avoir avoué à ce fameux couple d’amis que leur engeance mérite sa place dans un cirque itinérant, sous la tente des freaks les plus repoussants de la création. Une batterie flottante et purement analogique, une quasi impossibilité de différencier la caisse claire de la grosse caisse, un guitariste qui mouline comme s’il postulait comme roadie pour les ANAL CUNT, des breaks qui tombent foireux, et des idées d’indécence plein la tête. Pas vraiment le Grind moderne et culotté, plutôt la maquette bien fourrée qu’on s’échange sous le manteau.

Alors, ne soyez-pas bégueule, et ne boudez pas votre plaisir de déguster ce boudin musical qui laisse les oreilles ensanglantées. Et si vous avez commis un impair, causant de fait la tristesse de ces jeunes parents trop fiers de leur création, pointez du doigt la responsabilité des INEBRIOUS BASTARD.


Au point où ils en sont je crois qu’ils s’en foutent.  

     

  

Titres de l’album :

01. Crucified Upon A Southern Cross

02. Tuesday Night Budget Blues

03. Economic Servitude

04. Shadow Pony

05. One Direction

06. God Swipes Left

07. Bish Bish Bash The Bish

08. Last Rights For Humanity

09. Dead Inside

10. Abstenstion

11. Regional Bullies

12. Boat Thrower

13. Rembang Melawan, Rembang Menang

14. World In Flames


Facebook officiel


par mortne2001 le 14/06/2023 à 16:29
80 %    466

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Hatebreed + Crowbar

RBD 18/06/2024

Live Report

Nostromo + Nwar

RBD 03/06/2024

Live Report

Dvne + My Diligence

RBD 29/05/2024

Live Report

Anthems Of Steel VI

Simony 24/05/2024

Live Report

Pessimist + Demiurgon

RBD 14/05/2024

Live Report

Voyage au centre de la scène : ARGILE

Jus de cadavre 12/05/2024

Vidéos

Mercyless + Nervous Decay + Sekator

RBD 08/05/2024

Live Report

Birds in Row + Verdun

RBD 02/05/2024

Live Report

Hexagon Doom Tour

Simony 29/04/2024

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Gargan

Bah là on n’est plus sur du post-rock… retour aux sources, quasiment, et même du riff à la slayer en conclusion. Très hâte d’écouter la suite, ce pourrait être le disque qu’on attend depuis köld !

22/06/2024, 22:28

Arioch91

Merci pour la découverte, album acheté après écoute des extraits.Entre un ANGE et un NOIR DESIR, je vois bien les références à travers la musique d'ECLIPSE, mais je rajoute aussi NEMO, excellent groupe de rock prog français.

22/06/2024, 08:58

Orphan

Plus vraiment fan du Hellfest depuis longtemps, mais avoir Julie CHRISTMAS à l'affiche c'est royal. D'autant qu'en face c'est Metallica, donc tout les boubourses seront absent.Elle est quand meme à l'origine avec Josh Graham d'une(...)

21/06/2024, 08:55

Humungus

Je pense que DL100 causait du clip...Et là, on peut pas lui donner tort hein... ... ...

19/06/2024, 06:55

Gargan

Plutôt injuste comme commentaire, je m’attendais à qqch de super cheap alors qu’il n’en est rienet musicalement ça se tient (parfois même l’impression d’entendre du Alastis !).

18/06/2024, 22:28

Gargan

La pochette évoque un retour au sources, mais ça ne me fera pas oublier phantoms, qui reste indétrônable.

18/06/2024, 22:20

Kiss the Goat

Un renouveau dans ce qui se fait en français 

18/06/2024, 21:43

DL100

Ah ouais, quand-même... C'est hautement ridicule et pathétique là...

18/06/2024, 12:07

Gargan

Hmmm j'ai tendance à préférer cette version, c'est mal. J'ai le sentiment que c'est plus lisible et pêchu et - heureusement - le son des toms est préservé, le genre de détail qui devait persister. Vont-ils nous refaire le coup po(...)

17/06/2024, 09:04

RBD

C'est une bonne surprise. Kerry n'a eu évidemment aucun mal à bien s'entourer mais ses partenaires ont apporté une pêche supérieure aux derniers Slayer. Ce Thrash à fond est mieux inspiré que celui de "Repentless" sans(...)

16/06/2024, 18:58

Humungus

De ces deux extraits proposés, il ne ressort effectivement pas grand chose...En tous cas, beaucoup moins que sur la réédition de "Morbid visions" qui m'avait bizarrement beaucoup plu l'année dernière.En même temps, et je s(...)

16/06/2024, 08:52

Moshimosher

Franchement, très bonne surprise ! Et vraiment content pour eux qu'ils puissent continuer ! Malgré la vie, la mort continue et c'est bon !!! \m/

15/06/2024, 20:44

Arioch91

L'édition originelle est intouchable, avec un son qui lui est propre et qui l'identifie dès les premières secondes. Sans oublier ce son particulier des toms d'Igor, comme sur le Pleasure to Kill de Kreator.Avec ce réenregistrement, on est loin de (...)

15/06/2024, 19:42

Humungus

Ouais... ... ...Bah à l'écoute de ce titre, cela ressemble comme deux gouttes de foutre à NIFELHEIM hein.Et à du très bon NIFELHEIM qui plus est !De fait, étant über fan de ce groupe, j'attends cette galette avec impati(...)

15/06/2024, 09:11

Moshimosher

Bon, par contre, l'extrait me laisse dubitatif...

15/06/2024, 06:37

Moshimosher

En tant que grand fan, je suis partagé... mais bon, pourquoi pas ! Surtout que j'ai tous les albums d'Edge of Sanity (Until Eternity Ends compris) et une bonne moitié des Nightingale... donc, qui sait... s'ils sont aussi en digital, je pourrais me laisser tenter par c(...)

15/06/2024, 06:33

RBD

Les concerts ne sont qu'une partie de ce petit festival. La dernière fois il y avait des conférences, des "masterclass", un marché aux puces, etc. Ce n'est pas évoqué ici mais je m'attends à retrouver tout cela. La progra(...)

14/06/2024, 11:18

Gargan

Pas un groupe de métal « trad » pour des « états généraux », ça donne vraiment beaucoup d’envie et de crédibilité…

14/06/2024, 07:43

metalrunner

Merci pour la redécouverte Ravage in peace c est trop bon

13/06/2024, 20:13

LeMoustre

Oh la torgnole thrash !Ah oui on sent bien l'influence du Dark Fuckin' Angel période Don Doty a plein nez. Le tempo effréné, les vocalises dans l'esprit. Parfait Achat direct cash de chez cash.J'adore, tout a fait pile poil ma cam(...)

11/06/2024, 20:30