Grave New World

Dickless Tracy

15/09/2021

Monsterbilly Records

Ça commence plutôt pas mal. Un nom en double clin d’œil paillard au film La Manière Forte de John Badham, mais aussi au personnage de Dick Tracy, qui soudainement se retrouve sans attribut, et un titre d’album qui reprend en tous mots celui d’un LP très controversé de DISCHARGE, voilà qui a de quoi intriguer. Et de quoi s’attendre à une bonne grosse dose de délire à l’américaine, sauf que rien de tout ça ne saurait être plus faux. D’abord, parce que les DICKLESS TRACY sont une institution de l’underground en Slovénie, ensuite, parce que leur musique a méchamment évolué depuis leurs débuts, et s’est transformée de simple Grind foufou en Death Grind solide, dissonant, méchant, vilain, mais précis, technique et enthousiasmant.

DICKLESS TRACY c’est à la base l‘association de deux frangins, Tomi (guitare/chant) et Ivan Cepanec (batterie), qui au cours des années ont changé de partenaire à la mode libertine extrême, sans être des catins. On retrouve à leurs côtés le bassiste Jernej "Horzs" Rejc depuis 2015, alors même que le duo/fratrie fait du boucan de concert depuis 1997. Enfin du boucan, toutes proportions gardées puisque la musique des Cepanec est construite, évolutive, agressive, puissante, avec ce petit plus de créativité qui fait la différence. 

Derrière eux, une carrière, construite pas à pas, split après split, démo après démo, EP après EP, avec en cerise sur le gâteau, quatre albums, étalés sur une période de plus de vingt ans. Tout avait commencé par l’initial The New Domination, encore empreint de Grind formaliste, avant que le concept ne dérive à la NAPALM DEATH des années 90, les tics Indus en moins. Mais autant jouer franc jeu, si vous vous attendez à du facile qui dépote et qui ne demande aucune réflexion inutile, vous en serez pour vous frais : les slovènes sont des gens intelligents, et surtout, des compositeurs aux ambitions affichées et revendiquées.

On est immédiatement frappé par l’épaisseur du son qui retrouve l’impulsion américaine des grandes années, et on se prend à rêver à un mélange entre SUFFOCATION et DISRUPT, pour le meilleur des deux mondes. Avec ce nouvel album, les DICKLESS TRACY ont joué le petit recyclage, puisqu’il contient quand même le réenregistrement d’un vieux tube radio, et un single inédit, si tant est que le terme soit pertinent pour ce style de musique. Quel style ? Un Death fameux, épais, taillé au biseau, qui s’aventure parfois dans le marigot du Death/Doom (le break nauséeux de « The Apostles of Terror »), mais qui la plupart du temps, s’épanouit dans une violence somme toute joyeuse, mais pas drôle pour autant.

Thématiquement, le groupe s’éloigne aussi des considérations les plus cartoon/morbide de ses concurrents et camarades de jeu, en s’intéressant à tout ce que la société développe de pires instincts. En gros, le consumérisme, le capitalisme, la guerre, la religion, l’influence néfaste de l’homme sur l’environnement, sans oublier quand même quelques fantasmes sadiques et horrifiques, et une allusion très bien placée à ce cher Lovecraft et son Nécronomicon. De tout et du sérieux, et une application dans le rendu pour quarante-six minutes de musique judicieusement utilisées pour ne pas sonner redondant ou trop gratuit.

Son de guitare propre et ad hoc, basse quasiment inexistante sauf pour le bassiste lui-même, batteur qui connaît son job et le fait vite et bien, vocaux de gorge impressionnants mais clairs (on peut même comprendre quelques paroles si l’on est attentif), boucherie clinique organisée pour un équarrissage qui ne laisse pas de traces de sang sur les murs immaculés. Une capacité à composer des hymnes qu’on grogne dans la soue (« Grave New World »), quelques bombes lâchées en toute connaissance de cause (« The Curse of Michael Myers » qui rappelle les débuts du groupe et pas mal de petites joyeusetés de la scène anglaise des NAPALM), mais surtout, beaucoup de morceaux développés, construits sur de multiples riffs, des changements de tonalité malins, et une propension à toujours maintenir l’attention de l’auditeur, même les plus sadiques qui dépècent de pauvres petites bêtes dans leur grange décatie.

« Morphing Into Maelstrom » de fait, propose des plans écrasants de lourdeur et une épaisseur de production conséquente, tandis que « Dissection of the Mind » oppose la luminosité d’une guitare soudainement euphorique à une rythmique écrasante, histoire de bien jouer le contraste. Le meilleur du Death de tradition et du Grind moderne, pour une démonstration de force qui laisse relativement admiratif. Dans ce naufrage permanent de navires old-school, les DICKLESS TRACY sont un canot de sauvetage bienvenu, qui nous évite les récifs convenus du plagiat pur et simple des idoles d’antan.  

   

                                                                                                                                                                                                        

Titres de l’album:

01. Deathless

02. Dawn of the Living Dead

03. Pathetic Descendant of Apes

04. The Apostles of Terror

05. Grave New World

06. Morphing Into Maelstrom

07. Devoured From the Inside

08. Faydark Forest

09. Dissection of the Mind

10. The Curse of Michael Myers

11. The Darkside


Facebook officiel

Bandcamp officiel



par mortne2001 le 11/09/2021 à 18:26
80 %    49

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Blood Sugar Sex Magik

mortne2001 25/09/2021

From the past

Benighted + Shaârghot + Svart Crown

RBD 22/09/2021

Live Report

Use Your Illusion I & II

mortne2001 18/09/2021

From the past

Witchfuck : le contre-pouvoir en Pologne

Simony 14/09/2021

Interview

Voyage au centre de la scène : CATACOMB

Jus de cadavre 29/08/2021

Vidéos

LA CAVE #6 : une sélection d'albums Metal Extreme

Jus de cadavre 20/08/2021

La cave

Suffocation 2014

RBD 09/08/2021

Live Report

SWAMP TERROR : La bête des marais !

Simony 16/07/2021

Interview
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
metalrunner

Très  bon album une bonne claque vivement du live .

26/09/2021, 09:12

RBD

Cette prolongation de "Surgical Steel" va certes ramener dans le camp des déçus ceux qui espéraient que ce précédent n'était qu'un tour de chauffe avant un "Heartwork II" ou un "Symphony of Putrefac(...)

25/09/2021, 22:24

Sakura

transophobe black metal

25/09/2021, 14:15

Je te sodom à l\'agent orange

@Drift : tu préfères quoi haineux? haïsseurs? Je vois en quoi en utiliser un anglicisme comme haters rend nul le reste de son propos. En tout cas, pour toi, j'ai une expression bien française : sac à merde.

25/09/2021, 14:13

drift

Encore un gogo qui parle "haters"

25/09/2021, 12:34

araf

Il est grand temps qu'ils arretent les frais

25/09/2021, 12:32

Gargan

Très futé comme commentaire. Je ne crois pas qu’il faille forcer les choses à ce niveau, sinon c’est l’effet repoussoir assuré. Faire écouter les classiques du rock / hard / heavy en crescendo, c’est déjà pas mal. Quand ta p(...)

25/09/2021, 10:30

Pine de pute

@KerryKing : espèce de gros blaireau, n'oublie pas la bière dans le biberon. Si ce sont des gros nazes comme toi qui sont les porte-flambeaux de "notre héritage", pas étonnant qu'on ne soit que rareent pris au sérieux. Et franchement, va te f(...)

25/09/2021, 07:26

Ander

Pas trop mal ce titre. J'aime bien le son de basse qui se démène derrière.

24/09/2021, 08:37

Kerry King

Vieille bonne époque, rien a voir avec le collège d'aujourd'hui, on a tous commencé avec le hard rock et differentes vagues, mais pour sauver notre héritage va falloir commencer par plus fort !Mon fils sera bercé des sa naissance part du Death e(...)

24/09/2021, 01:05

Humungus

Moshimosher + 1.

23/09/2021, 17:28

Moshimosher

Necromantia avec une seule basse, c'est plus vraiment Nécromantia... dommage...

23/09/2021, 16:08

Orphan

Et je trouve le titre de grande classe

23/09/2021, 15:28

Orphan

Excellente news !20 ans plus tard, il y a toujours un moment dans l'année où je me réécoute ANCIENT PRIDE

23/09/2021, 15:21

metalrunner

Super version James a la pêche bravo pour ces petits concerts  a prix casse .

23/09/2021, 11:41

Humungus

Alors !J'ai enfin pris le temps d'écouter tout cela cher Jus de cadavre (car j'ai moi aussi de mon côté des trucs en attente à ouïr...). Et autant le dire tout de suite, je ne connaissais aucuns groupes de ta sélection.Alors c&ap(...)

23/09/2021, 11:37

Kerry King

En 2021 plus aucun intérêt de taper sur Metallica, on leur a taper dessus suffisamment comme ils l'ont mérité sur les 20 dernières années.Voyons maintenant ce groupe comme le pondeur de 5 albums majeur de l'histoire, d'une certaine no(...)

23/09/2021, 10:30

Humungus

OUHLALALALA !!! !!! !!!J'l'avais pas vu arrivé celle-là !Le titre est lambda. Malheureusement pas de retour au "vrai son NECROMANTIA".Hâte tout de même d'entendre l'album complet...

23/09/2021, 09:44

Humungus

On peut taper allégrement sur ces mecs (moi le premier), mais ce genre d'initiative "retour aux sources et aux fans", y'a quasi qu'eux qui le font...

23/09/2021, 09:38

Bones

Je me rends compte que j'ai visionné ça comme si j'avais retrouvé un vieil objet familier dans ma cave, analysant si l'humidité avait eu prise dessus, cherchant (et trouvant) les points de rouille... Ca fait bizarre de voir ces mecs prendre autant de rid(...)

23/09/2021, 07:50