Là je le sens bien, vous croyez sans doute que je vais vous parler d’une série à succès qui vient d’achever son ultime saison. Mais non, sorry guys and girls, je ne m’étendrai pas sur le docteur Mamour ni aucune de ses collègues féminines.

De plus, outre le jeu de mot phonétique, sachez que dans l’argot commun, graze anatomy, évoque une pratique salace de couple. Genre votre girlfriend se glisse sous la douche, vous la suivez, et vous commencez à vous frotter les parties intimes sur son arrière-train. Pas classe, mais ludique, et parfois, ça peut dégénérer en quelques chose d’intéressant. Encore faut-il être deux pour ça. Pas plus.

Deux, comme les deux mecs qui un jour se sont unis sous la bannière BUFFALODE, non pour nous faire ramasser la savonnette, ni pour nous asperger de gel douche, mais plutôt pour nous recouvrir le corps de Fuzz dégoulinant, suintant comme une journée d’été sans déo. Deux anglais qui visiblement n’ont cure d’une quelconque forme d’évolution musicale, et dont le dernier calendrier acheté devait être un truc d’occase datant de 1972/1973.

Mais comme ils assument, et même qu’ils revendiquent, pas de souci, j’adhère, et j’adore évidemment…Presque.

Que peut-on bien faire à deux ? Une guitare et un chant (Chris Thompson) et une batterie (Scott Nairn), structure qui commence à devenir un classique depuis l’explosion des WHITE STRIPES, et qui depuis les italiens de ZEUS ! connaît une certaine hype, l’économie étant la philosophie la plus en phase avec notre époque.

Economie de personnel donc, et de moyens fatalement, mais pas d’investissement ou de motivation. Ce duo venant de Lincoln, UK connaît la chanson, et se plaît même beaucoup à la chanter à répétition, dans un nuage de fumée d’opiacées. Un truc qui sent bon la lourdeur d’un Heavy Blues à la BLUE CHEER ou d’un Heavy tout court à la SABBATH, un peu plus joyeux, et un peu plus porté sur les calembours que les incantations sataniques.

Pas vraiment occulte le truc, plutôt déjà culte, et rien que les jeux de mots des titres des morceaux vous indiqueront la marche à suivre.

De biais évidemment, surtout après avoir bien smoké. SWEET SMOKE ? Manque la flûte, cette satanée flûte à la Jon Anderson qui ici de toutes façons, aurait été écrasée par le poids d’une association entre une guitare épaisse et une batterie l’étant tout autant, alors aucune raison de pleurer les fleurettes perdues, ici on groove. C’est tout.

Les mecs n’hésitent pas, et citent, dans le texte. BLUE CHEER, KING CRIMSON, SABBATH, MELVINS, PRIMUS, Hendrix, CLUTCH, LED ZEPPELIN, WHORES., BLACK KEYS, NIRVANA, KYUSS, QOTSA, de quoi poser des bases et ne prendre personne en traître. Niveau infos, pas grand-chose par contre, à part des allusions à un premier EP paru l’année dernière, quatre titres d’une sortie éponyme qui déjà, voulait les choses opaques et pourtant lumineuses à la fois.

Une façon de jouer le psychédélisme à leur manière, de malmener de gros riffs fuzzés (oui, ils adorent tout ce qui fuzze, que voulez-vous que j’y fasse…), pas de quoi se relever la nuit en hurlant à l’épiphanie, mais largement de quoi se sevrer de gros son jusqu’au petit matin blafard encombré de cendriers pleins.

C’est donc Stoner, par facilité, pas mal Noisy, par excès, mais des excès modérés, puisque Graze Anatomy garde prise sur un certain sens de la composition logique et mélodique, même si ces harmonies sont planquées sont un épais mur de fumée, qui semble sortir des amplis Orange, un peu surboostés.

On commence par les points forts, à savoir ce son massif et compact qui sent bon les studios d’antan, et ce mélange entre les générations, un peu comme si CACTUS et BLUE CHEER tapaient le bœuf avec Josh Homme et toutes les générations de Stoner guys qui pensent qu’enregistrer dans le désert vous permet de capter l’essence des esprits anciens matérialisés dans le corps de serpents qui ondulent sous le soleil de plomb. Une guitare volubile, qui joue le rôle d’une basse en pleine crise de schizophrénie, et une batterie qui cogne sec, et qui frappe sans remord, et surtout, sans discontinuer. Une manière d’adapter l’urgence de « Summertime Blues » aux exigences lysergiques d’HAWKWIND, tout en laissant dérouler les cinq minutes presque à chaque fois.

Ou non, mieux. Reprendre les choses là où le Grunge les avait laissées avant de devenir huge, pour permettre aux MELVINS de devenir les nouveaux SONIC YOUTH du Sud. De l’Angleterre évidemment.

On continue avec les points faibles. Une homogénéité de ton qui parfois le confine à la répétition, et des thèmes recyclés d’une chanson à l’autre, sans vraiment moduler ni même changer. Aucun effort, mis à part sur quelques morceaux qui osent des secondes différentes, comme « Discorduroy », qui se veut un peu plus léger et mémorisable, et qui a d’ailleurs été choisi en sorte de single pour annoncer l’arrivée de l’album. On imagine bien d’ailleurs les deux allumés flanqués de vestes et pantalons en velours côtelé, la matière la plus résistante à défaut d’être la plus séduisante.

Mais nous ne sommes plus dans les 70’s, et arborer ce genre de déguisement en dehors d’un film avec Christian Bale est plutôt dangereux, niveau crédibilité.

« Graze Anatomy », le title-track est lui aussi un poil différent, et un poil (de barbe) plus soyeux, et ose un motif un peu plus Bluesy et moins gravy pour nous faire danser.

C’est parfois salement calqué sur un SAB’ pas encore trop fatigué (« Stalagmight, Stalagmight Not »), mais c’est souvent lourd comme le pas de Iommi avant de monter sur scène pour livrer son office (« Maybe I'm a Mollusc », et c’est tout à fait possible).

En fin de parcours, nous avons même droit à un réflexe plus inhabituel et enjoué, avec un « Mary Mary Arbitrary », qui groove sévère, et qui s’éloigne un peu de ce Heavy psychédélique un peu trop collant. Inflexions joyeuses, chant toujours aussi lointain mais plus investi, et batterie qui ose enfin quelques envolées de baguettes qui nous font sursauter, pour un final qui finalement, comme on dit laisse une impression meilleure, et plus nuancée…

Sinon, on ne va pas se mentir. Les BUFFALODE avec Graze Anatomy ne défrichent aucun terrain, et se contentent de s’embourber dans le Blues Rock fuzzé, avec application et dévotion j’en conviens, mais avec un petit manque d’innovation. Les morceaux se ressemblent et l’album prend des airs d’immense jam de quarante minutes qui revient sans cesse aux mêmes licks…enfin vous voyez le trip en gros…

Alors, on peut écouter sans le regretter, parce qu’ils font quand même pas mal de barouf juste à deux, mais la prochaine fois, fumez moins et variez plus les gars.

Ça évitera à nos têtes de pencher en avant en signe d’endormissement…


Titres de l'album:

  1. Introduction
  2. Dinocalypse Now
  3. Stalagmight, Stalagmight Not
  4. Cane Toad Purse
  5. Maybe I'm a Mollusc
  6. A Brief History of Nothing
  7. The Last Honest Man
  8. Discorduroy
  9. Graze Anatomy
  10. Mary Mary, Arbitrary

Facebook officiel


par mortne2001 le 24/06/2017 à 14:31
68 %    432

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Mutilatred

Ingested Filth

Pearl Jam

Gigaton

Crypt Dagger

From Below

Lamentari

Missa Pro Defunctis

Almanac

Rush of Death

Mariana Semkina

Sleepwalking

Glaciation

Ultime Eclat

Milking The Goatmachine

From Slum to Slam - The Udder Story

Aevum

Multiverse

Burning Witches

Dance with the Devil

Aleister

No Way Out

Conny Bloom

Game! Set! Bloom!

Death. Void. Terror.

To The Great Monolith II

Vulcano

Eye In Hell

Vaisseau

Horrors Waiting In Line

Justify Rebellion

The Ends Justify The Means

Uncut

From Blue

Invocation

Attunement to Death

Lag I Run

Vagrant Sleepers

White Ward

Love Exchange Failure

LA CAVE #4 : une sélection d'albums / Spécial Black Metal

Jus de cadavre / 21/03/2020
Black Metal

Napalm Death + Eyehategod + Misery Index + Rotten Sound

RBD / 09/03/2020
Brutal Death Metal

Stolearm

RBD / 17/02/2020
New Wave

Pastor of Muppets

RBD / 12/02/2020
Brass Band

J'irais Mosher chez vous ! Episode 2 : Indonésie

Jus de cadavre / 08/02/2020
Asie

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Thanks \,,/ good news


Je ne sais pas si le groupe a été créé de toute pièce, mais je l'ai découvert lors du Clermont metal fest et c'était très très bien . Ca joue très bien et le chant est au top niveau avec quelques poussées très graves. Ok elles sont charmantes et ce n'est pas déplaisant mais leur jeu es(...)


Putain, mais c'est encore plus merdique qu'avant. Ou comment progresser dans la médiocrité.


ce qu'il ne faut pas lire comme âneries ici...


Je rejoins aussi ton avis, me souviens encore de leurs débuts, c.était même pour ma part difficile d'avaler un album au complet d'une esti shot. Conqueror aussi dans le même chariot.


Pas mal du tout ça !
La production est excellente, très organique, proche d'une captation live mais restant fine et précise ! Ca promet.


L'artwork est l’œuvre d'un certain Jibus


Intéressant, on pourrait savoir qui a fait l'artwork? il est magnifique et je trouve dommage que les crédits des artistes ne soient que rarement mentionnés alors que c'est eux qui fournissent le contenu.


Tu nous feras deux pater et trois avé en pénitence.


J'avoue avoir utilisé la désignation d'Encyclopaedia Metallum sans chercher à vérifier tellement j'ai confiance en ce qui y est mis habituellement.


Dimmu Borgir en PLS ! Impressionnantes les orchestrations, et pourtant je ne suis vraiment pas client de Black sympho !


J'aime toujours Revenge, mais je trouve que le groupe a sacrément perdu de son aura malsaine et dérangeante aujourd'hui... Trop d'albums et surtout trop de live selon moi, ça perd en "mystère"... Après c'est toujours bien bestial et nihiliste comme on aime, mais bon. Enfin ce n'est que mon avis(...)


Effectivement pire mascotte de tous les temps.
Elle porte un nom je crois d'ailleurs mais je ne sais plus lequel...


Bien plus Grunge que Sludge Doom ce truc...


Excellent groupe, avec un son en avance, des putains de riffs et la plus horrible mascotte qui soit.


pas le 27 Avril mais c est le 17 Avril voir site;
https://wickedmetalreview.wixsite.com/wickedmetalreview/post/reptilium-adrenochromacy?fbclid=IwAR3mQiBqH-HFePj2K1w3WrzchVjL2mABPa-drsZ2slIrmbxKotYt1qe3r6g


Ah, effectivement : la pochette est terrible !!


merci pour ton report
Je n'ai pas pû me déplacer pour cette affiche monstrueuse, ce qui rend la lecture douce et cruelle à la fois.


Un produit plastique crée de toutes pièces, sasns identité ni âme. Merci Nuclear Blast de cracher sur le patrimoine.


Seul le premier album était excellent, les 2 autres dont celui-ci de moins en moins bons.