Pardonnez-moi, j’ai toujours aimé ce qui est en marge. Ce qui sent mauvais, qui pue même, et qui se joue de l’étiquette pour pouvoir imposer son mal-être ou son manque d’éducation. Les laissés pour compte, les borgnes, les éclopés, les sales monstres de foire qu’on exhibe dans des spectacles aussi tristes qu’affranchis de toute morale. Et donc, par extension artistique, le Rock un peu foireux, qui ne joue surtout pas franc jeu, et qui détourne les codes pour loucher vers la bonne et nous l’enlever en douze mesures mal tassées.

Malsain bien sûr, mais ludique, et tout va encore bien. Les JESUS LIZARD, les SONIC YOUTH, les SEX SNOBS, les GIRLS AGAINST BOYS et tous les autres, athlètes d’une troisième ligue qui ne célèbre jamais ses héros de piste, qui en sortent un peu trop souvent devant l’arbitre. Alors, pensez bien que le nouvel album des barges de THE FAT DUKES OF FUCK n’allait pas passer au-dessus de mon radar. J’ai trop aimé suivre les pérégrinations de ces olibrius toutes ces années pour ne pas manquer leur nouveau vol plané en rase-mottes, qui s’annonce tout aussi misanthrope et pourtant généreux que les précédents.

Ils l’ont voulu plus sombre, eux-mêmes l’ont dit, et pourtant, on retrouve cette patte salement rigolarde dans le lardage de riffs abrasifs et dans le fourrage de rythmiques corrosives qui ont fait leur démarque de fabrique. Il faut dire que de leur Las Vegas lubrique, ils voient tout venir, et surtout les tendances qu’ils prennent un malin plaisir à déformer pour mieux les éviter.

Alors, sous quel costume se présentent-ils cette fois-ci ? Des sauveurs du Rock dérangé pétomanes et affolés ? Des pères Noël accros au Meth de l’esprit, qui confondent distorsion et déjection ? Un peu de tout ça, mais ces caméléons étant des adeptes de la transformation incognito, ne comptez pas sur eux pour en dire trop. Pour en savoir plus, mais pas forcément, il faudra écouter.

Et avec plus de cinquante minutes à se poudrer dans le nez, vous avez largement le temps de vous défoncer.

A Compendium of Desperation, Morality and Dick Jokes a été produit par un duo d’experts en blagues salaces et noisy, les DEAF NEPHEWS, qui ne sont autres que Dale Crover, batteur des vilains MELVINS, et le guitar-tech Toshi Kasai. Autrement, dit, c’est une affaire de spécialistes qui ont le canular sérieux dans le sang, et qui connaissent la non-musique sur le bout des dents. Pour autant, ne vous attendez pas à une longue litanie de lourdeur suffocante, mais si vous connaissez les DUKES, vous n’en craindrez rien. Pour leur second longue durée, les végasiens n’ont pas fait les choses à moitié, et ont mélangé dans le shaker de leur folie tous les ingrédients passant à leur portée. Du Rock bien sûr, du Hardcore, pour sûr, du déviant, du dissonant, mais aussi du Thrash, à peine violent, du Metal, du lo-fi gonflé en 32 millimètres, un peu d’Indie, mais surtout, beaucoup d’envie pour signer l’un des LP les plus stimulants de cette rentrée. On y retrouve tous les ingrédients faisandés qui ont contribué à la recette de leur légende, des guitares mutines qui butinent, un chant gouailleur, mais roublard à tout heure, une rythmique élastique qui s’y frotte s’y pique, et évidemment, des thèmes atypiques, comme les inconvénients de pouvoir baiser lorsqu’on conduit un mini-van. Car ces mecs sont drôles, c’est un fait, mais ce sont aussi des instrumentistes à l’aise dans leur rôle. Celui de pourfendeurs de la normalité, qui osent combiner la BO d’un Nintendo Thriller Movie à une ambiance à la FANTOMAS pour quelques mesures bien salaces (« Tasteful Ray », celle-là Mike P. tu ne l’as pas vue venir, même avec Lombardo). Celui de fantômes d’harmonies décharnées, capables de transcender un Blues crépusculaire pour l’habiller d’oripeaux Post Metal transparents révélant une poitrine trouée de balles pas forcément à blanc (« No Single Men », variations sur un même thème de haine pour solo hésitant et divagations cycliques BEATLESiennes de 1969 bien tapées psychédéliques et empêtrées).

Alors, on change de peau comme de monture, et on continue d’expérimenter aux confins des limites entre Rock abrasif et Metal maladif, comme en témoigne un pamphlet aussi acide que définitif tel « The Monotonous Adventures of a Hopeaholic », qu’un HAWKWIND complètement défoncé au LSD aurait pu composer pour des MELVINS juvénilement amusés. C’est tendu comme un anus avant un lavement dans un cirque Gruss, mais bizarrement, ça séduit de ses harmonies un peu étranges, comme un spectacle d’outrance qui irait coucher les gosses après minuit.

Adepte des longues digressions planantes ou aplatissantes, les THE FAT DUKES OF FUCK aiment le gras, et tailler dedans, et baiser bien sûr. Mais surtout nos oreilles qu’ils violent de chœurs Doo-Wop que Zappa n’aurait pas reniés durant ses jeunes années, mais qu’il aurait plaqués sur une guitare bien plus mordante que celle dont il abusait (« Promise Keepers », et sa fausse promesse d’allégresse, qui se termine en impasse feignasse de Post Sub-Pop en parodie cartoon maudit). Mais pas méchants dans le fond, ces marlous nous préviennent quand même lorsque l’effort risque de nous faire du tort, et ruiner nos tympans en martelant de faux accords (« I’ll Tell You When It Hurts », sa basse qui oscille-o-scope, son chant qui se veut plus rancunier qu’un crachat des LIZARD d’un balcon haut perché, et sa guitare qui dissone, résonne et se morfond dans ses notes sans boussole).

Avec tout ça, vous en avez déjà presque pour vingt-cinq minutes de votre vie, mais les gus sont aussi enthousiastes en version plus condensée. La preuve ?

« Whiskey and Bath Water », qui tonitrue d’une intro qui tue, le feedback et les morues, mais qui se rapproche d’une version PINK FLOYDisée des GIRLS AGAINST BOYS alcoolisés. « Mother of Rhea Pearlman » et son synthé aigrelet et maigrelet qui perturbe des licks presque Reggae. On s’amuse ?

Pour de vrai.

Entre boutades pour initiés légèrement perturbés par Freud et son inceste auto-proclamé, version ado Thrash mutilé (« Full Metal Jack Off », ou comment se foutre de la gueule des metalleux en avouant évoluer parmi eux), et déclarations d’intention accélérées (« Where Assholes Come To Die », Speed Metal pas banal, genre Lemmy qui se tâte la prostate sur fond de New Wave Of British Punk Heavy Metal), le compte est bon, le nôtre en tout cas, et on assiste hilare au défilé des majorettes de Las Vegas, nous incitant à remettre une pièce dans leur fente pour tenter le drop jackpot.

Et on se fait avoir comme des bleus, parce qu’on rigole en ne pouvant rêver mieux. Alors, je les aime moi ces FAT DUKES OF FUCK, parce que finalement, et ils en sont fort marris, mais ils ne baisent personne avec leur faux bruit/vraie musique. Non, A Compendium of Desperation, Morality and Dick Jokes n’a rien de désespéré ni de moral, se veut plutôt biaisé, mais d’une richesse admirablement agencée. Le genre de disque qu’on écoute entre…

Dans les milieux autorisés ?

Aucune n’est indispensable pour s’en sevrer.


Titres de l'album:

  1. A Compendium of Desperation, Morality and Dick Jokes
  2. Whiskey and Bath Water
  3. Mother of Rhea Pearlman
  4. Full Metal Jack Off
  5. Side by Side
  6. Where Assholes Come to Die
  7. Tasteful Ray
  8. No Single Men
  9. Laughlin Longhorn Suicide Fuck
  10. Kodiak Arrest
  11. The Monotonous Adventures of a Hopeaholic
  12. Promise Keepers
  13.  I'll Tell You When It Hurts

Site officiel


par mortne2001 le 16/09/2017 à 14:54
90 %    359

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Soul Grinder

The Prophecy of Blight

Silverstage

Heart n’Balls

Surgical Strike

Part of a Sick World

Annihilator

Ballistic, Sadistic

Scratches

Rundown

Mass Worship

Mass Worship

King Legba

Back From The Dead

Liturgy

H.A.Q.Q.

Obscure

Darkness Must Prevail

Beyond The Void

Ex Nihilo Nihil

Bütcher

666 Goats Carry My Chariot

Stormrider

What Lies Within

Coffin Rot

A Monument to the Dead

Merging Flare

Revolt Regime

Sepultura

Quadra

Decarlo

Lightning Strikes Twice

Jorn Lande

Heavy Rock Radio II - Executing The Classics

Abisme

As Fear Falls In

Those Darn Gnomes

Calling Whitetails to a Tuned Bow

Norman Shores

De L'ombre Surgit La Lumière

Stolearm

RBD / 17/02/2020
New Wave

Pastor of Muppets

RBD / 12/02/2020
Brass Band

J'irais Mosher chez vous ! Episode 2 : Indonésie

Jus de cadavre / 08/02/2020
Asie

Incite + Skaphos

RBD / 04/02/2020
Black Death Metal

Concerts à 7 jours

Lindemann

21/02 : L'olympia, Paris (75)

Neptrecus + Manzer + Nokturn Gorgon

22/02 : L'auditorium, Laval (53)

Visions Of Atlantis + Chaos Magic + Morlas Memoria

27/02 : Le Grillen, Colmar (68)

+ Putrid Offal + Sublime Cadaveric Decomposition

28/02 : Le Bistrot De St So, Lille (59)

Photo Stream

Derniers coms

@Humungus: Les patches ce sont les bon vieux écussons à coudre sur ta veste en jean ou ton cuir (ou comme le faisait le lycéen que j'étais au début des années 2000 sur ton sac à dos Eastpack).


T'as ça aussi sur le label d'origine Metal Blade. Bon morcif, déjà que le EP contient un sacré titre, ils ont gardé leur sens de la composition, les gaziers. Hâte d'avoir ça en mains.


"J'vous ai d'jà dit que j'prêtais d'l'argent à des taux pas dégueulasses ?"


La pochette, c'est un peu ce qui reste sous mon cerisier à une certaine période.


Rooohhhlala !!!
Je viens de voir qu'il y avait actuellement chez NUCLEAR BLAST une preorder pour une box collector de ce futur album avec double vinyles + double CDs + drapeau + slipmat + patchs (autocollants ?)…
Pas bon pour mes finances tout ça bordel !


Dommage que ce soit loin de chez moi...


Miam miam !!!


Si mais il a quitté le groupe entre l'enregistrement et la sortie, d'où son absence dans le clip, même si, je te le concède, si Jean Noel avait été présent dans le clip, ça n'aurait pas été déconnant non plus.


C'est le Ptiot qu'on voit à la basse? C'est pas Jean Noel qui a enregistré l'album?


Et bien moi je prends ça comme une putain de bonne nouvelle !
Deux PRIESTs pour le prix d'un, que demander de plus ?!
Hâte de voir ça en live...


Comme vous je vais me pencher sur cet album. Par contre je n'ai jamais bouder ke groupe lors de ses prestations live. Leur chanteur est un très puissant frontman


C'est très bon


En effet pas mal du tout dans le genre. Même si déjà entendu 1000 fois. Plus Grave que Grave !


Ca sent vraiment la fin du bal, là.


Le pire la dedans, c'est que tout le monde serait d'accord pour qu'il dise stop. Mais malgré son statut de star, ses thunes etc... Il ne sait faire qu'une chose, c'est chanter sur scène. Dans ce sens, la célébrité c'est moche. Ozzy est mort vive ozzy !


Excellente nouvelle ! Hâte de les voir à Toulouse avec Holt.


Merci pour la réponse Simony. Et donc, rien de bien méchant apparemment, un petit bizutage !
En même temps dans Death, comme les musiciens changeaient tout le temps ou presque, tout le monde était toujours le petit nouveau.


100 % d'accord avec la chronique !!


Magnifique chronique. Chapeau l'artiste !


D'après les différentes rumeurs et témoignages, James Murphy a été la cible de nombreuses blagues de la part de Chuck notamment, le syndrome du p'tit nouveau quoi !