Lorsqu’un groupe portant le nom de la cinquième étoile la plus brillante du ciel nocturne sort son cinquième album, on s’attend en quelque sorte à une épiphanie musicale. Un guide dans les ténèbres, une façon d’illuminer le néant pour suivre les signes qui nous emmèneront vers des horizons meilleurs. Le problème est que lorsque ce même groupe, à chaque occasion, semble tout faire pour publier un best-of de son propre style, il devient difficile de voir en son œuvre une succession de chapitres…C’est la situation dans laquelle nous sommes plongés alors que les VEGA nous offrent en ce pluvieux mois de mai leur cinquième LP, qui boucle donc la boucle, et qui nous replonge dans un loop temporel, nous renvoyant sans cesse au début de leur carrière, ainsi de suite, ad vitam aeternam…VEGA, ce sont un peu les rockaholics anonymes, des musiciens fameux aux noms qu’on peine à retenir, mais dont l’emblème frappe de son sceau l’addiction patente de tous les accros au Hard Rock de grande classe, celui-là même que les canadiens de HAREM SCAREM ont un jour défini au détour d’albums comme Mood Swings. Pas étonnant dès lors de retrouver une fois encore derrière la console un certain Harry Hess, qui a su déceler dans l’ADN des anglais des traces patentes de son propre ensemble, et qui s’évertue donc à donner au sextet (Nick Workman: chant/guitare acoustique, Tom Martin: basse, Marcus Thurston: guitare solo, James Martin: claviers, Mikey Kew: guitare/chœurs et Martin “Hutch” Hutchinson: batterie) le son dont il a besoin pour transcender des compositions déjà finement ciselées. J’avais déjà eu affaire à ces dignes représentants de la mélodie lors de leur sortie précédente, ce Who We Are en forme de fausse question qui m’avait emballé, et je les ai retrouvés toujours aussi agiles et pimpants sur cet Only Human, qui de l’aveu de son titre en dit long sur l’humilité des musiciens impliqués…

Seulement humain, oui, mais dans le sens le plus noble du terme. Toujours adeptes d’un Hard Rock à la lisière de l’AOR si précisément agencé qu’on le croirait fabriqué sur mesure, les VEGA continuent donc sur leur lancée et traversent la galaxie Rock en brillant de mille feux, toujours armés d’une batterie de tubes à reprendre en cœur, comme à la grande époque des années 80, lorsque ces hits enflammaient les charts et faisaient chavirer le cœur du public. Mais loin d’être de pauvres nostalgiques en manque de vintage préfabriqué, les anglais se veulent chantres d’une honnêteté de fond sur modernité de ton. Inutile de traquer le moindre signe de plagiat sur ce cinquième LP, les six instrumentistes étant beaucoup trop talentueux et intelligents pour tomber dans ce piège grossier. D’ailleurs, le chanteur Nick Workman met les choses au point dès son discours promotionnel :

« Nous assumons notre passion pour les années 80, mais nous y avons aussi injecté notre amour de la musique moderne. Nous n’essayons pas de recréer quoi que ce soit, notre son est celui de VEGA à 100%. Nous ne voulions pas essayer de deviner ce que les gens attendaient et nous planter ».

Et une fois de plus, le groupe a visé juste. Sans esbroufe, sans effets de manche, juste avec des harmonies simples et une interprétation hors-pair, assumant leur classe comme si elle était d’un naturel confondant, ce qu’elle est quelque part. Et Only Human évite donc la retape, sans forcer, mais en continuant sur la même lancée que les quatre albums précédents, qui en établissaient déjà de leur qualité. On y retrouve donc douze chansons, qui doivent autant à HAREM SCAREM qu’à BON JOVI, JOURNEY, SHY, MAGNUM, H.E.A.T, et tous les ardents défenseurs d’un Rock mélodique classieux, qui n’ont jamais oublié qu’une chanson n’était bonne que si l’on croit en elle et qu’on la défend de toute son âme. Et de l’âme, Only Human en a à revendre, comme en témoigne cette succession de tubes qui laisse admiratif, la mièvrerie n’ayant pas le droit de cité dans le ciel dégagé des VEGA. Certes, les surprises se font rares, mais il en reste toujours une de taille à découvrir, celle d’un groupe qui ne commet jamais le moindre faux-pas et qui toise de sa morgue les simples suiveurs de mode incapables de composer le moindre titre sans avoir recours à des ficelles déjà éprouvées. Difficile de mettre le moindre segment en avant sur ce nouvel effort, puisque tous sont d’importance, même si certains semblent se dégager de leur refrain ou de leurs chœurs chaleureux. Nous passons donc d’un Hard Rock puissant à un AOR émouvant, sans tanguer, mais en chavirant à l’écoute des lignes de chant toujours aussi caressantes de Nick Workman, qui n’a pas son pareil pour injecter de l’émotion dans une mélodie déjà méchamment radiophonique (« Come Back Again », « Mess You Made »). Polissant les contours sans brider les guitares, Harry Hess a accompli un travail gigantesque pour ne pas altérer la puissance au bénéfice de la romance, et permet au groupe de lancer une triplette d’entrée salement corsée (« Let’s Have Fun Tonight », légèrement synthétique, « Worth Dying For », au chaloupé qui griffe, « Last Man Standing », binaire faussement simple mais réellement transcendant), avant de les laisser s’aventurer en terrain plus contrasté.

Ce qui nous permet d’apprécier un cheminement clairement pensé, et de nous laisser dériver en terre Pop-Rock, le temps d’un magique « Come Back Again », ou de suivre les lumières qui éclairaient la Californie lorsque l’AOR nous promettait l’infini (« All Over Now »), acceptant même de ressentir la douceur d’une rythmique à la HAREM SCAREM veloutant une mélodie digne des DARE (« Only Human », et son refrain terriblement…humain), pour mieux dramatiser le passé en se lovant au creux du présent (« Standing Still »). Beaucoup de sensibilité donc, mais jamais de ballades qui exigent leur pesant de larmes, et des accès de rage qui nous extirpent d’une réalité trop tangible et sage (« Gravity », plus SURVIVOR et SHY qu’un single de Jami JAMISON), mais aussi des guitares en cocottes pleines d’écho, histoire de flirter avec la Pop d’un peu plus près (« Turning Pages », compo parfaite pour refrain homérique qui reste en tête). Un passage en revue de tous les aspects du Rock mélodique des eighties, replacés dans un contexte contemporain (« Fade Way », l’un des plus joyeux et heureux du lot), et un album qui une fois de plus ne laisse rien passer, pour garder des exigences de qualité élevées. Alors, il est certain que VEGA n’est que la cinquième étoile la plus brillante que vous pourrez voir ce soir, mais après écoute de cet Only Human, je suis prêt à parier qu’elle sera celle qui brillera le plus dans votre cœur de rockeur. Un parcours décidément impeccable pour un groupe de musiciens, et non de stars, qui s’incrustent dans notre mémoire et y restent, défiant le temps et se gaussant des étoiles filantes qui attirent sans doute plus les regards, mais qui exaucent rarement nos vœux.


Titres de l'album:

        01. Let's Have Fun Tonight
        02. Worth Dying For
        03. Last Man Standing
        04. Come Back Again
        05. All Over Now
        06. Mess You Made
        07. Only Human
        08. Standing Still
        09. Gravity
        10. Turning Pages
        11. Fade Away
        12. Go To War

Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 29/05/2018 à 14:59
90 %    128

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Sadist

Spellbound

Prezir

As Rats Devour Lions

Septagon

Apocalyptic Rhymes

Blood Curse

Sorceress

Orion Dust

Legacy

Cult Leader

A Patient Man

Warkunt

Of Ruins And Agony

Dalkhu

Lamentation And Ardent Fire

Edremerion

Ambre Gris

Beer Breath

Story of a Decayed Life

Sacral Rage

Beyond Celestial Echoes

Eternal Rot

Cadaverine

Cancer

Shadow Gripped

Warrel Dane

Shadow Work

Zealotry

At the Nexus of All Stillborn Worlds

Heir Apparent

The View from Below

Hæster

All Anchors No Sails

Syd Kult

Weltschmerz

Which Witch Is Which

Which Witch Is Which

LIVE REPORT - TYRANT FEST 2018 - JOUR 2

Mold_Putrefaction / 05/12/2018
Black Metal

LIVE REPORT - TYRANT FEST 2018 - JOUR 1

Mold_Putrefaction / 04/12/2018
Ambiant

Tyrant Fest J2 [Photo Report]

Simony / 29/11/2018
Black Metal

Tyrant Fest J1 [Photo Report]

Simony / 25/11/2018
Black Metal

Concerts à 7 jours

+ Aura Noir + Obliteration

10/12 : Le Ferrailleur, Nantes (44)

Solstafir

11/12 : Les Abattoirs, Cognac (16)

Aura Noir + Obliteration + Vorbid

11/12 : Le Grillen, Colmar (68)

Solstafir

12/12 : Le Moloco, Audincourt (25)

Solstafir

13/12 : L'aéronef, Lille (59)

Revocation + Rivers Of Nihil + Archspire

15/12 : Le Petit Bain, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

Franchement meilleur que les dernières prod de Death Fr...


Humungus : +1
Ben oui, normal. Déjà assimiler "vegan" et "antifa" est hors sujet.
Soutenons UADA !


KaneIsBack + 1.


Nefarious + 1.


Non.


Cet album est absolument fantastique !!!


Ravi de lire un report sur Aura Noir


J'ai jamais vraiment écouté Cancer, pourtant je fais partie de cette génération des 90's qui a découvert( le death metal avec ces sorties majeures. Très efficace ce titre , va falloir que je rattrape quelques lacunes.


commandé


Le metal selon les Grammys... Vaste blague.


Candlemass c'est pourris depuis la première séparation des années 90...Avant c'était génial et sombre.


Rien d'autre a faire que d'aller au Botswana ?


Donc Ici on ne peut pas être anti-fa, et vegan sans être aussi une cible...


Les antifas sont effectivement aussi fascistes que ceux qu'ils dénoncent. Pitoyable histoire...


Si Jeff est aussi insipide dans MDB qu'il ne le fut dans Paradise Lost, ça promet de sombres catastrophes. Je me souviens encore de la manière dont il détruisait "As I die" sur scène...


Très très curieux d'entendre ça, surtout avec le retour de Langqvist.


Faut voir le résultat, je suis très méfiant avec CANDLEMASS qui n'a rien proposé de bandant depuis fort longtemps ! Mais sur le papier... oui c'est la classe ultime !


C'est exactement ce que je me disais... La classe !


"Mais aussi que Toni Iommi (ex-BLACK SABBATH) apparaissait sur le titre "Astorolus - The Great Octopus" le temps d'un solo".
Si ça c'est pas la grande classe... ... ...


Malheureusement même "critique" que la dernière fois Mold_Putrefaction...
Quoi qu'il en soit merci pour tout ce temps pris.