Lorsqu’un groupe portant le nom de la cinquième étoile la plus brillante du ciel nocturne sort son cinquième album, on s’attend en quelque sorte à une épiphanie musicale. Un guide dans les ténèbres, une façon d’illuminer le néant pour suivre les signes qui nous emmèneront vers des horizons meilleurs. Le problème est que lorsque ce même groupe, à chaque occasion, semble tout faire pour publier un best-of de son propre style, il devient difficile de voir en son œuvre une succession de chapitres…C’est la situation dans laquelle nous sommes plongés alors que les VEGA nous offrent en ce pluvieux mois de mai leur cinquième LP, qui boucle donc la boucle, et qui nous replonge dans un loop temporel, nous renvoyant sans cesse au début de leur carrière, ainsi de suite, ad vitam aeternam…VEGA, ce sont un peu les rockaholics anonymes, des musiciens fameux aux noms qu’on peine à retenir, mais dont l’emblème frappe de son sceau l’addiction patente de tous les accros au Hard Rock de grande classe, celui-là même que les canadiens de HAREM SCAREM ont un jour défini au détour d’albums comme Mood Swings. Pas étonnant dès lors de retrouver une fois encore derrière la console un certain Harry Hess, qui a su déceler dans l’ADN des anglais des traces patentes de son propre ensemble, et qui s’évertue donc à donner au sextet (Nick Workman: chant/guitare acoustique, Tom Martin: basse, Marcus Thurston: guitare solo, James Martin: claviers, Mikey Kew: guitare/chœurs et Martin “Hutch” Hutchinson: batterie) le son dont il a besoin pour transcender des compositions déjà finement ciselées. J’avais déjà eu affaire à ces dignes représentants de la mélodie lors de leur sortie précédente, ce Who We Are en forme de fausse question qui m’avait emballé, et je les ai retrouvés toujours aussi agiles et pimpants sur cet Only Human, qui de l’aveu de son titre en dit long sur l’humilité des musiciens impliqués…

Seulement humain, oui, mais dans le sens le plus noble du terme. Toujours adeptes d’un Hard Rock à la lisière de l’AOR si précisément agencé qu’on le croirait fabriqué sur mesure, les VEGA continuent donc sur leur lancée et traversent la galaxie Rock en brillant de mille feux, toujours armés d’une batterie de tubes à reprendre en cœur, comme à la grande époque des années 80, lorsque ces hits enflammaient les charts et faisaient chavirer le cœur du public. Mais loin d’être de pauvres nostalgiques en manque de vintage préfabriqué, les anglais se veulent chantres d’une honnêteté de fond sur modernité de ton. Inutile de traquer le moindre signe de plagiat sur ce cinquième LP, les six instrumentistes étant beaucoup trop talentueux et intelligents pour tomber dans ce piège grossier. D’ailleurs, le chanteur Nick Workman met les choses au point dès son discours promotionnel :

« Nous assumons notre passion pour les années 80, mais nous y avons aussi injecté notre amour de la musique moderne. Nous n’essayons pas de recréer quoi que ce soit, notre son est celui de VEGA à 100%. Nous ne voulions pas essayer de deviner ce que les gens attendaient et nous planter ».

Et une fois de plus, le groupe a visé juste. Sans esbroufe, sans effets de manche, juste avec des harmonies simples et une interprétation hors-pair, assumant leur classe comme si elle était d’un naturel confondant, ce qu’elle est quelque part. Et Only Human évite donc la retape, sans forcer, mais en continuant sur la même lancée que les quatre albums précédents, qui en établissaient déjà de leur qualité. On y retrouve donc douze chansons, qui doivent autant à HAREM SCAREM qu’à BON JOVI, JOURNEY, SHY, MAGNUM, H.E.A.T, et tous les ardents défenseurs d’un Rock mélodique classieux, qui n’ont jamais oublié qu’une chanson n’était bonne que si l’on croit en elle et qu’on la défend de toute son âme. Et de l’âme, Only Human en a à revendre, comme en témoigne cette succession de tubes qui laisse admiratif, la mièvrerie n’ayant pas le droit de cité dans le ciel dégagé des VEGA. Certes, les surprises se font rares, mais il en reste toujours une de taille à découvrir, celle d’un groupe qui ne commet jamais le moindre faux-pas et qui toise de sa morgue les simples suiveurs de mode incapables de composer le moindre titre sans avoir recours à des ficelles déjà éprouvées. Difficile de mettre le moindre segment en avant sur ce nouvel effort, puisque tous sont d’importance, même si certains semblent se dégager de leur refrain ou de leurs chœurs chaleureux. Nous passons donc d’un Hard Rock puissant à un AOR émouvant, sans tanguer, mais en chavirant à l’écoute des lignes de chant toujours aussi caressantes de Nick Workman, qui n’a pas son pareil pour injecter de l’émotion dans une mélodie déjà méchamment radiophonique (« Come Back Again », « Mess You Made »). Polissant les contours sans brider les guitares, Harry Hess a accompli un travail gigantesque pour ne pas altérer la puissance au bénéfice de la romance, et permet au groupe de lancer une triplette d’entrée salement corsée (« Let’s Have Fun Tonight », légèrement synthétique, « Worth Dying For », au chaloupé qui griffe, « Last Man Standing », binaire faussement simple mais réellement transcendant), avant de les laisser s’aventurer en terrain plus contrasté.

Ce qui nous permet d’apprécier un cheminement clairement pensé, et de nous laisser dériver en terre Pop-Rock, le temps d’un magique « Come Back Again », ou de suivre les lumières qui éclairaient la Californie lorsque l’AOR nous promettait l’infini (« All Over Now »), acceptant même de ressentir la douceur d’une rythmique à la HAREM SCAREM veloutant une mélodie digne des DARE (« Only Human », et son refrain terriblement…humain), pour mieux dramatiser le passé en se lovant au creux du présent (« Standing Still »). Beaucoup de sensibilité donc, mais jamais de ballades qui exigent leur pesant de larmes, et des accès de rage qui nous extirpent d’une réalité trop tangible et sage (« Gravity », plus SURVIVOR et SHY qu’un single de Jami JAMISON), mais aussi des guitares en cocottes pleines d’écho, histoire de flirter avec la Pop d’un peu plus près (« Turning Pages », compo parfaite pour refrain homérique qui reste en tête). Un passage en revue de tous les aspects du Rock mélodique des eighties, replacés dans un contexte contemporain (« Fade Way », l’un des plus joyeux et heureux du lot), et un album qui une fois de plus ne laisse rien passer, pour garder des exigences de qualité élevées. Alors, il est certain que VEGA n’est que la cinquième étoile la plus brillante que vous pourrez voir ce soir, mais après écoute de cet Only Human, je suis prêt à parier qu’elle sera celle qui brillera le plus dans votre cœur de rockeur. Un parcours décidément impeccable pour un groupe de musiciens, et non de stars, qui s’incrustent dans notre mémoire et y restent, défiant le temps et se gaussant des étoiles filantes qui attirent sans doute plus les regards, mais qui exaucent rarement nos vœux.


Titres de l'album:

        01. Let's Have Fun Tonight
        02. Worth Dying For
        03. Last Man Standing
        04. Come Back Again
        05. All Over Now
        06. Mess You Made
        07. Only Human
        08. Standing Still
        09. Gravity
        10. Turning Pages
        11. Fade Away
        12. Go To War

Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 29/05/2018 à 14:59
90 %    194

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Miscarriage

Imminent Horror

Death Agony

Desiderata : A Devastating Revelation

Damantra

Broken

Walls Of Blood

Imperium

Terre

Terre

Pristine

Road Back To Ruin

Tytus

Rain After Drought

Palehørse

Palehørse

Statement

Force Of Life

Cara Neir

Part III - Part IV

Project For Bastards

Project For Bastards

Aftermath

There Is Something Wrong

Nostromo

Narrenschiff

Charge

Ain’t The One

Herod

Sombre Dessein

(false) Defecation

Killing With Kindness

Rosy Vista

Unbelievable

Gorgon

Elegy

Interview avec AEPHANEMER

Acid / 23/04/2019
Aephanemer

Misanthrope Tournée des 30 ans / Sphaera

Simony / 21/04/2019
Gothic Death Metal

SOEN + GHOST IRIS + WHEEL - Backstage By The Mill - Paris

Kamel / 20/04/2019
Backstage By The Mill

Orphaned Land + Subterranean Masquerade

RBD / 18/04/2019
Folk Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Oui, le côté ultra cliché, difficile de pas y succomber. Sûr qu'au Keep It True de ce weekend, le label Cruz Del Sur, qui expose, sera bien dévalisé. La chanteuse amène le petit plus nécessaire pour sortir du lot.


Oui excellent ce truc ! Ultra cliché dans le genre mais ça fonctionne à fond.


Super truc de heavy épique qui renvoie aux espoirs du genre, type Chevalier ou Visigoth. En plus le dessin de Whelan ajoute au charme de l'album. Les vov=calises de la chanteuse sont très efficaces.


groupe de merde


Terrible encore. Putain ce que j'aime ce groupe bordel. Autant pour leur musique que pour ce qu'il représente. DARKTHRONE bordel !!! Super morceau !!! Hail DARKTHRONE !!!
(Mais il me semble que cela a déjà été dit non ?)

PS : Qui plus est, l'idée d'animer cette superbe poche(...)


Super morceau ! Hail Darkthrone !


Terrible encore. Putain ce que j'aime ce groupe bordel. Autant pour leur musique que pour ce qu'il représente. Darkthrone bordel !


1) "Je connais pas Parkway Drive jamais écouté"
Continuez ainsi mon brave !!!
2) "Hellhammer est reformé ?"
Bah alors Monsieur King ! Réveillez-vous !
C'est LA news de 2019 !
Mon érection en tous cas car futur visionnage de la chose en juin prochain au HELLFEST...


Hormis Slayer c'est pas fou les têtes d'affiche, je connais pas Parkway Drive jamais écouté.

J'ai vu l'affiche Hellhammer est reformé ?


Une vrai pépite cet album, comme dit dans la chronique froid, profond et à la fois somptueux.


Jus de cadavre + 1.
Et absolument pour tout ce que tu en dis...
(Sauf que moi j'y ai tout de même fait mon hajj en 2006)


Jamais fais le Wacken, et je ne le ferais sans doute jamais... Pourtant c'était la Mecque ce fest pour moi il y a des années, le truc que chaque metalleux se devait de faire au moins une fois ! Mais aujourd'hui j'en ai plutôt une image vieillote, un fest qui n'évolue pas, qui ne cherche pas à i(...)


Ca sent la revanche !!


(suite et fin)
Mais malheureusement, comme le dit très bien Simony "l'auto-parodie et la surenchère du groupe, et notamment de son chanteur S.A.S de L'Argilière a eu raison de bien des Metalheads qui ont vu en eux un bouc émissaire parfait".
C'est exactement ça en ce qui me concerne(...)


Jamais accroché à ce groupe :
Bien trop Prog et "branlette" pour moi.
Pour autant, je respecte beaucoup la formation pour ce qu'elle est aussi :
Des gars intègres, dans une recherche musicale constante, qui mènent leur barque contre vents et marrées depuis un sacré bout de te(...)


??? ??? ???
C'est seulement maintenant qu'ils annoncent des groupes présents pour août prochain ?!?!
Si oui, c'est vraiment se foutre de la gueule du monde.
Alors, j'ai bien conscience que les billets sont déjà tous vendus depuis des lustres et que le futur public n'a donc aucu(...)


Non cela semble être l'image choisie pour illustrer le trailer, mais sait-on jamais...


C'est ça la pochette ?


Enorme ce 1er Testament.
Avec une prod bien plus écoutable que celle du 1er Exodus, par exemple !


Merci. Sympa de voir que le groupe, en plus, pond toujours des albums de grande qualité comme le petit dernier.