Lorsqu’un groupe portant le nom de la cinquième étoile la plus brillante du ciel nocturne sort son cinquième album, on s’attend en quelque sorte à une épiphanie musicale. Un guide dans les ténèbres, une façon d’illuminer le néant pour suivre les signes qui nous emmèneront vers des horizons meilleurs. Le problème est que lorsque ce même groupe, à chaque occasion, semble tout faire pour publier un best-of de son propre style, il devient difficile de voir en son œuvre une succession de chapitres…C’est la situation dans laquelle nous sommes plongés alors que les VEGA nous offrent en ce pluvieux mois de mai leur cinquième LP, qui boucle donc la boucle, et qui nous replonge dans un loop temporel, nous renvoyant sans cesse au début de leur carrière, ainsi de suite, ad vitam aeternam…VEGA, ce sont un peu les rockaholics anonymes, des musiciens fameux aux noms qu’on peine à retenir, mais dont l’emblème frappe de son sceau l’addiction patente de tous les accros au Hard Rock de grande classe, celui-là même que les canadiens de HAREM SCAREM ont un jour défini au détour d’albums comme Mood Swings. Pas étonnant dès lors de retrouver une fois encore derrière la console un certain Harry Hess, qui a su déceler dans l’ADN des anglais des traces patentes de son propre ensemble, et qui s’évertue donc à donner au sextet (Nick Workman: chant/guitare acoustique, Tom Martin: basse, Marcus Thurston: guitare solo, James Martin: claviers, Mikey Kew: guitare/chœurs et Martin “Hutch” Hutchinson: batterie) le son dont il a besoin pour transcender des compositions déjà finement ciselées. J’avais déjà eu affaire à ces dignes représentants de la mélodie lors de leur sortie précédente, ce Who We Are en forme de fausse question qui m’avait emballé, et je les ai retrouvés toujours aussi agiles et pimpants sur cet Only Human, qui de l’aveu de son titre en dit long sur l’humilité des musiciens impliqués…

Seulement humain, oui, mais dans le sens le plus noble du terme. Toujours adeptes d’un Hard Rock à la lisière de l’AOR si précisément agencé qu’on le croirait fabriqué sur mesure, les VEGA continuent donc sur leur lancée et traversent la galaxie Rock en brillant de mille feux, toujours armés d’une batterie de tubes à reprendre en cœur, comme à la grande époque des années 80, lorsque ces hits enflammaient les charts et faisaient chavirer le cœur du public. Mais loin d’être de pauvres nostalgiques en manque de vintage préfabriqué, les anglais se veulent chantres d’une honnêteté de fond sur modernité de ton. Inutile de traquer le moindre signe de plagiat sur ce cinquième LP, les six instrumentistes étant beaucoup trop talentueux et intelligents pour tomber dans ce piège grossier. D’ailleurs, le chanteur Nick Workman met les choses au point dès son discours promotionnel :

« Nous assumons notre passion pour les années 80, mais nous y avons aussi injecté notre amour de la musique moderne. Nous n’essayons pas de recréer quoi que ce soit, notre son est celui de VEGA à 100%. Nous ne voulions pas essayer de deviner ce que les gens attendaient et nous planter ».

Et une fois de plus, le groupe a visé juste. Sans esbroufe, sans effets de manche, juste avec des harmonies simples et une interprétation hors-pair, assumant leur classe comme si elle était d’un naturel confondant, ce qu’elle est quelque part. Et Only Human évite donc la retape, sans forcer, mais en continuant sur la même lancée que les quatre albums précédents, qui en établissaient déjà de leur qualité. On y retrouve donc douze chansons, qui doivent autant à HAREM SCAREM qu’à BON JOVI, JOURNEY, SHY, MAGNUM, H.E.A.T, et tous les ardents défenseurs d’un Rock mélodique classieux, qui n’ont jamais oublié qu’une chanson n’était bonne que si l’on croit en elle et qu’on la défend de toute son âme. Et de l’âme, Only Human en a à revendre, comme en témoigne cette succession de tubes qui laisse admiratif, la mièvrerie n’ayant pas le droit de cité dans le ciel dégagé des VEGA. Certes, les surprises se font rares, mais il en reste toujours une de taille à découvrir, celle d’un groupe qui ne commet jamais le moindre faux-pas et qui toise de sa morgue les simples suiveurs de mode incapables de composer le moindre titre sans avoir recours à des ficelles déjà éprouvées. Difficile de mettre le moindre segment en avant sur ce nouvel effort, puisque tous sont d’importance, même si certains semblent se dégager de leur refrain ou de leurs chœurs chaleureux. Nous passons donc d’un Hard Rock puissant à un AOR émouvant, sans tanguer, mais en chavirant à l’écoute des lignes de chant toujours aussi caressantes de Nick Workman, qui n’a pas son pareil pour injecter de l’émotion dans une mélodie déjà méchamment radiophonique (« Come Back Again », « Mess You Made »). Polissant les contours sans brider les guitares, Harry Hess a accompli un travail gigantesque pour ne pas altérer la puissance au bénéfice de la romance, et permet au groupe de lancer une triplette d’entrée salement corsée (« Let’s Have Fun Tonight », légèrement synthétique, « Worth Dying For », au chaloupé qui griffe, « Last Man Standing », binaire faussement simple mais réellement transcendant), avant de les laisser s’aventurer en terrain plus contrasté.

Ce qui nous permet d’apprécier un cheminement clairement pensé, et de nous laisser dériver en terre Pop-Rock, le temps d’un magique « Come Back Again », ou de suivre les lumières qui éclairaient la Californie lorsque l’AOR nous promettait l’infini (« All Over Now »), acceptant même de ressentir la douceur d’une rythmique à la HAREM SCAREM veloutant une mélodie digne des DARE (« Only Human », et son refrain terriblement…humain), pour mieux dramatiser le passé en se lovant au creux du présent (« Standing Still »). Beaucoup de sensibilité donc, mais jamais de ballades qui exigent leur pesant de larmes, et des accès de rage qui nous extirpent d’une réalité trop tangible et sage (« Gravity », plus SURVIVOR et SHY qu’un single de Jami JAMISON), mais aussi des guitares en cocottes pleines d’écho, histoire de flirter avec la Pop d’un peu plus près (« Turning Pages », compo parfaite pour refrain homérique qui reste en tête). Un passage en revue de tous les aspects du Rock mélodique des eighties, replacés dans un contexte contemporain (« Fade Way », l’un des plus joyeux et heureux du lot), et un album qui une fois de plus ne laisse rien passer, pour garder des exigences de qualité élevées. Alors, il est certain que VEGA n’est que la cinquième étoile la plus brillante que vous pourrez voir ce soir, mais après écoute de cet Only Human, je suis prêt à parier qu’elle sera celle qui brillera le plus dans votre cœur de rockeur. Un parcours décidément impeccable pour un groupe de musiciens, et non de stars, qui s’incrustent dans notre mémoire et y restent, défiant le temps et se gaussant des étoiles filantes qui attirent sans doute plus les regards, mais qui exaucent rarement nos vœux.


Titres de l'album:

        01. Let's Have Fun Tonight
        02. Worth Dying For
        03. Last Man Standing
        04. Come Back Again
        05. All Over Now
        06. Mess You Made
        07. Only Human
        08. Standing Still
        09. Gravity
        10. Turning Pages
        11. Fade Away
        12. Go To War

Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 29/05/2018 à 14:59
90 %    334

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Elfika

Secretum Secretorum

Cult Of Erinyes

Æstivation

Gregg Rolie

Sonic Ranch

Haunt

Mind Freeze

Hellish Grave

Hell No Longer Waits

Hunting Horror

Cult[ist]

Slashers

Slashers

Leopardeath

Setsugetsufuuka

Denman

Raw Deal

Witch Vomit

Buried Deep in a Bottomless Grave

Artillery

In The Trash

Ac/dc

Back In Black

Ark Ascent

Downfall

Endseeker

The Harvest

Lapsus Dei, Officium Triste

Broken Memories

Toxic Holocaust

Primal Future : 2019

Oxx

The Skeleton Is Just a Coat Hanger; These Are the Black Strings That Make You Dance

Rãgarãja

Egosphere

Godspeed You ! Black Emperor

RBD / 25/11/2019
Drone

BEHIND THE DEVIL #12 Interview avec David de SHARE YOUR PAIN RECORDS

L'Apache / 20/11/2019
Depressive Black Metal

Birds in Row

RBD / 13/11/2019
Emocore

Concerts à 7 jours

+ Dimmu Borgir + Wolves In The Throne Room

23/01 : Le Bataclan, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

Cet album me procure beaucoup de plaisir, j'aime retrouver le son de Venom .


Pas mal du tout, avec un petit côté Katatonian des brave pas dégueu. Surtout la pochette qui m'a fait écouter. Encore SOM qui n'en finit pas on dirait !


@kerry king : Oui, d'accord avec toi. Globalement, je trouve que les talents vocaux de Floor sont sous-utilisés depuis son intégration dans le groupe. Mais il est certain qu'en live elle apporte un charisme indéniable. Le format double album me fait un peu peur aussi... Bref, à voir ce que ça v(...)


enorme c grace a cette ep que jai ecouter morbide angel ta tout dun grand c sur


J'attend beaucoup de cet album, j'aimerais que Floor y mette vraiment sa patte, pour connaitre les premier After Forever, sur le dernier album je n'y vois pas la même fougue.

A voir ce que ce génie de Tuomas nous a concocté...


Non pas encore mais si l'annonce a été faite, un extrait ne devrait plus tarder maintenant.


Un morceau est-il disponible en écoute ?


Acheté à l'époque, mais pas plus accroché que ça à l'album. Encore aujourd'hui je crois que je préfère Spheres, écouté bien des années plus tard.


La tuerie cet album, tout simplement. Quelqu'un sait ce qu'est devenu Marco Foddis depuis?


Dur, bon courage au groupe


Oui le midi est vaste et la Lozere en fait à peine partie. Je trouve que tout de même à Montpellier il y a un paquet de groupes qui passent et ceci grâce à la secret place .


Le "renouveau" n'aura pas duré longtemps en effet...


Du death métal on ne peut plus classique mais les morceaux en écoute sont vraiment bons.

Malheureusement, en lisant les commentaires YouTube, j'ai appris que le chanteur était décédé l'été dernier.


Excellents extraits, comme vous les gars. Voilà un type qui se bonifie avec le temps, sans perdre son agressivité. Un sent une progression à travers ses albums, il est à parier que celui-ci ne fera pas tâche (le riffing de "Luciferian Sovranty" fait mal aux dents).


Pis cela sera très certainement mon cadeau de St Valentin (sic).


Jus de cadavre + 1.


!!! !!! !!! OZZY RULES !!! !!! !!!


Hâte de l'avoir sur ma platine celui-là...


C'est sûr qu'en 99, CARNIVAL IN COAL en avait sidéré plus d'un (moi inclus).
L'album de reprises qui avait suivi avait d'ailleurs, si tant est que cela soit possible, encore mis plus les pieds dans le plat : Aaaahhh ! Les fameuses covers de "Maniac" ou de PANTERA ! Cela passait en boucle à(...)


Oui, il y a des festivals, plus la proximité de Toulouse où beaucoup de grosses tournées s'arrêtent. Mais le Midi c'est vaste comme définition, la situation n'est pas la même selon que tu seras metalleux à Bayonne ou Draguignan. Bref.