Empire of the Sun

Thorium

05/03/2021

Freya Records

Trois ans après leur premier album éponyme, les belges incendiaires de THORIUM reviennent à la charge pour confirmer les avis positifs dégagés par leur premier témoignage. Pour les étourdis, je rappelle que le groupe a été formé par trois anciens OSTROGOTH, groupe légendaire de la NWOBHM (New-wave of Belgian Heavy Metal), Dario Frodo (guitare), Stripe (basse) et Tom Tee (guitare), trois musiciens aguerris ayant capitalisé sur leur expérience acquise au sein de ce mastodonte du Heavy Metal belge. Et c’est donc après avoir prouvé qu’ils étaient toujours capables d’innover que les trois camarades nous en reviennent via le label batave Freya Records, animé d’un esprit bouillonnant d’idées pour nous servir encore brûlants les douze morceaux de cet Empire of the Sun qui risque fort de faire s’évanouir les ténèbres sous un soleil de plomb. Pour ce faire, les compositeurs sont allés chercher dans leur cœur et leurs tripes les thèmes nécessaires à l’élaboration d’une œuvre définitive, et autant admettre que ce second long a de quoi impressionner les plus puristes des fans de Power et Heavy Metal.   

Produit et enregistré par le guitariste du groupe Tom Tee, mixé et masterisé par Simone Mularoni (DGM, MICHAEL ROMEO, GEOFF TATE, RAY ALDER), et flanqué d’un artwork signé Velio Josta, Empire of the Sun a donc été peaufiné dans les moindres détails, et bénéficie d’un mélange parfait de professionnalisme et de fraîcheur. Epaulés dans leur tâche par le batteur Louis Van der Linden (23 ACEZ) et le formidable chanteur David Marcelis (BLACK KNIGHT, LORD VOLTURE, ex-CONQUESTADOR, ex-METHUSALEM, ex-FIREFORCE), les trois leaders ont donc fait le tri dans leurs idées pour n’en retenir que les plus porteuses et fédératrices. De fait, l’album se présente selon un découpage assez ambitieux, avec en première partie des morceaux immédiats et puissants, et en clôture une gigantesque trilogie de près de vingt minutes, qui confirme définitivement les aspirations épiques et progressives du quintet.

Pour accoucher d’un tel bébé, le groupe n’a pas hésité à convier au banquet de l’emphase quelques noms connus de la scène, qui sont venus lâcher quelques incarnations vocales. Nous retrouvons donc sur la guest-list des noms comme ceux d’Arjen A. Lucassen (AYREON) et Joe Van Audenhove (EVIL INVADERS), le groupe confiant même les rennes de la narration de l’aventure à Norman Eshley (BLIND GUARDIAN) pour élargir leur son. Evidemment, avec un tel soin apporté à l’ensemble, il n’est guère étonnant de constater qu’Empire of the Sun sonne monstrueusement grand, et qu’il se rapproche d’un savant mélange entre le QUEENSRYCHE des débuts, et le BLIND GUARDIAN au sommet de sa forme des nineties.

Pourtant, la recette employée est toujours la même, mais fonctionne encore une fois à plein régime. Du lyrisme exacerbé par la voix puissante de David Marcelis, qui n’hésite jamais à partir dans des aigus stratosphériques, des riffs massifs qui n’hésitent pas à faire place à des harmonies plus légères employées par MAIDEN, une basse proéminente qui arrondit les angles, et une alternance de tempi qui confère aux morceaux cette patine tragique et romanesque dont ils avaient impérativement besoin. C’est donc à un concept album solide et passionnant auquel nous avons affaire, et alors que les morceaux distillent leur histoire et leur atmosphère dans nos tympans, on se prend de passion pour ce Metal pur et franc, et assez sophistiqué pour ne pas se contenter d’une bouée vintage hâtivement attrapée après un naufrage. Entre Heavy vraiment opératique mais instinctif, et Power Metal débridé et effectif, le groupe taille sa route et raconte ses légendes, et « Exquisite » de placer la barre suffisamment haute pour que les esthètes du Power adoubent le groupe sans se poser de question. Saccades, rapidité de l’exécution, précision dans la brutalité, et légèreté mélodique, telles sont les armes majeures d’un combo à l’expérience solide, qui n’hésite jamais à mettre en relief les capacités individuelles sans nuire à la cohésion d’ensemble. En trois minutes, nous sommes happés par ce vortex d’énergie incroyable, qui nous entraîne aux confins des mondes Heavy et Power, et même si les ficelles sont connues et visibles, le tour de magie n’en est pas moins bluffant. On retrouve cette énergie folle sur le morceau « The Old Generation », qui sonne comme du RIOT nouvelle génération, mais entre ces deux chapitres, les musiciens prennent soin de placer sur le chemin des titres plus classiques et posés.   

Des titres qui font d’ailleurs le lien avec leur passé récent, comme le prouve « Powder and Arms II », qui nous ramène trois ans en arrière sur le premier LP éponyme, et qui sonne comme un inédit de STRATOVARIUS très léché. Les chœurs sont évidemment proéminents, les harmonies vocales et de guitare aussi, mais malgré son formalisme assumé, Empire of the Sun se démarque de son énergie de ne se démentant pas, et de sa foi en une musique pas si simple qu’il n’y parait.

Les hymnes répondent tous présent à l’appel, entre Heavy très prononcé et redondant (« More Than Meets The Eye », « Winterfall »), et allusions à l’héroïsme de la NWOBHM (« More Than Meets The Eye »). Mais c’est évidemment le gros morceau final qui se veut centre de toutes les attentions, et autant dire que la première partie de l’album a été incroyablement bien aménagée pour faire durer le suspense. La suite « 1302 » est donc le point d’orgue de ce deuxième album, accueillant des invités de marque, et cédant le pas à l’acoustique pour retrouver les racines Folk sans dénaturer la puissance. Immédiatement, l’impulsion médiévale s’impose, et le mélange des voix opère à plein régime. Cette énorme chanson de geste est un véritable tour de force, et après la courte mais délicate intro « The Minstrel part I », c’est le nerf de la guerre « The Golden Shadow » qui étale sa belligérance avec une poigne très ferme. De là, tout y passe, BLIND GUARDIAN, MAIDEN, HELLOWEEN, AYREON, sans que les belges n’y perdent leur identité. On se croirait revenu à l’époque bénie du HELLOWEEN des deux volumes Keeper, et la nostalgie agit comme un sérum de jeunesse qui nous fait replonger en pleine adolescence.   

D’espoir solide, THORIUM accède aujourd’hui au statut de valeur sûre de la scène Heavy/Power, en nous servant l’album le plus frais de ce premier trimestre 2021. Un album au goût de « reviens-y » très persistant, qui supportera un nombre conséquent d’écoutes avant de révéler tous ses secrets et toutes ses richesses.

                                                                                                                                                                                                        

Titres de l’album:

01. Dreams of Empire (a pastorale)

02. Exquisite

03. Powder and Arms II

04. Where Do We Go

05. More Than Meets The Eye

06. Empires in the Sun

07. The Old Generation

08. Winterfall

09. Itching and Aching (Dead-Eyed Society)

10. 1302 - The Minstrel part I

11. 1302 - The Golden Shadow

12. 1302 - The Minstrel part II


Bandcamp officiel

Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 16/03/2021 à 14:21
80 %    172

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Benighted + Shaârghot + Svart Crown

RBD 22/09/2021

Live Report

Use Your Illusion I & II

mortne2001 18/09/2021

From the past

Witchfuck : le contre-pouvoir en Pologne

Simony 14/09/2021

Interview

Voyage au centre de la scène : CATACOMB

Jus de cadavre 29/08/2021

Vidéos

LA CAVE #6 : une sélection d'albums Metal Extreme

Jus de cadavre 20/08/2021

La cave

Suffocation 2014

RBD 09/08/2021

Live Report

SWAMP TERROR : La bête des marais !

Simony 16/07/2021

Interview

Palavas Surfers

RBD 16/07/2021

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Kerry King

Vieille bonne époque, rien a voir avec le collège d'aujourd'hui, on a tous commencé avec le hard rock et differentes vagues, mais pour sauver notre héritage va falloir commencer par plus fort !Mon fils sera bercé des sa naissance part du Death e(...)

24/09/2021, 01:05

Humungus

Moshimosher + 1.

23/09/2021, 17:28

Moshimosher

Necromantia avec une seule basse, c'est plus vraiment Nécromantia... dommage...

23/09/2021, 16:08

Orphan

Et je trouve le titre de grande classe

23/09/2021, 15:28

Orphan

Excellente news !20 ans plus tard, il y a toujours un moment dans l'année où je me réécoute ANCIENT PRIDE

23/09/2021, 15:21

metalrunner

Super version James a la pêche bravo pour ces petits concerts  a prix casse .

23/09/2021, 11:41

Humungus

Alors !J'ai enfin pris le temps d'écouter tout cela cher Jus de cadavre (car j'ai moi aussi de mon côté des trucs en attente à ouïr...). Et autant le dire tout de suite, je ne connaissais aucuns groupes de ta sélection.Alors c&ap(...)

23/09/2021, 11:37

Kerry King

En 2021 plus aucun intérêt de taper sur Metallica, on leur a taper dessus suffisamment comme ils l'ont mérité sur les 20 dernières années.Voyons maintenant ce groupe comme le pondeur de 5 albums majeur de l'histoire, d'une certaine no(...)

23/09/2021, 10:30

Humungus

OUHLALALALA !!! !!! !!!J'l'avais pas vu arrivé celle-là !Le titre est lambda. Malheureusement pas de retour au "vrai son NECROMANTIA".Hâte tout de même d'entendre l'album complet...

23/09/2021, 09:44

Humungus

On peut taper allégrement sur ces mecs (moi le premier), mais ce genre d'initiative "retour aux sources et aux fans", y'a quasi qu'eux qui le font...

23/09/2021, 09:38

Bones

Je me rends compte que j'ai visionné ça comme si j'avais retrouvé un vieil objet familier dans ma cave, analysant si l'humidité avait eu prise dessus, cherchant (et trouvant) les points de rouille... Ca fait bizarre de voir ces mecs prendre autant de rid(...)

23/09/2021, 07:50

Le Z président

A boire et à manger sur ces deux disques, mais le sentiment d'avoir le dernier groupe de rock ingérable, capable de tout et de tous les excès et débordements, malgré les moments musicaux plus romantiques parmi les instants plus sauvages. 

22/09/2021, 21:24

Le Z président

N'en déplaisent aux haters, Swansong est le dernier album véritablement sincère du groupe. Depuis la reformation, Carcass fait du fan service à tout va et je trouve cela très malhonnête. Comme Petrozza qui continue Kreator car c'est une source de(...)

22/09/2021, 21:18

FOUR POUR TOUS

ça cachetonne sec depuis trop d'années, en d'autres temps, on t'aurait foutu tout ça dans une oubliette.

22/09/2021, 21:14

RBD

Ca c'est inespéré ! Le groupe s'était séparé il y a longtemps déjà et je ne pensais plus jamais en entendre à nouveau parler autrement qu'au passé.

22/09/2021, 11:25

Arioch91

C'est Australien ? J'boycotte !!!  

22/09/2021, 08:54

Bones

J'irai faucher sur vos tombes.

22/09/2021, 07:27

Bones

3ème écoute intégrale. Des moments vraiment excellents sur cet album. J'y trouve une fraîcheur et une richesse dans les riffs que je n'osais même pas espérer. Il y a vraiment chez Bill Steer une patte complètement inimitable, une aisance &a(...)

21/09/2021, 23:14

RBD

Plein de bonnes vidéos à prévoir, cool !

21/09/2021, 22:13

RBD

Tous les metalleux de cette époque ont dû faire cette expérience, Bones. En tout cas je me souviens assez bien des clivages dans mon bahut de garçons (cette particularité grossissait encore le phénomène). Bon, les fans des Gun's et de Sepultura(...)

21/09/2021, 21:52