Le Black Metal a perdu toute crédibilité de nos jours, c'est du moins mon constat. Certains, plus extrémistes, affirmeront même que le Black Metal est mort tout court. Il est mort sous les coups de couteau de Varg Vikernes un soir d'Août 1993 à Oslo. Ce discours peut paraître extrême et exagéré, mais le Black Metal l'était, lui aussi extrême et exagéré. Il ne l'est plus. Il n'effraie plus, ne sent plus le soufre, ne génère plus de malaise et n'est plus dangereux. Alors bien sûr musicalement, non, tout ne s'est pas arrêté en 1993. De très bons albums ont continué de sortir et encore aujourd'hui des pépites tombent dans nos oreilles. Mais il fût un temps où ce n'était pas anodin de s'envoyer un groupe Norvégiens dans les esgourdes. A une époque il n'était pas imaginable de voir un groupe estampillé "True Black Metal" arpenter une scène extérieure dans un des immenses festivals Metal Européen. Aujourd'hui c'est possible. Tu peux assister à un concert d'un groupe censé représenter la haine à l'état pure et qui appelle aux meurtres, un kebab à la main sous un cagnard pas possible. Je ne suis pas du genre à dire c'était mieux avant. Mais c'était mieux avant. 

Mais certains ont dit non, cette mascarade n'est pas pour moi. Et ils ont gardé intacte la foi en ce que représente le Black Metal à leur yeux. Certains ont gardé allumée La Flamme dans le Ciel du Nord. Et c'est bien entendu le cas de l'entité qui nous intéresse ici : FUNERAL MIST.

La nouvelle est tombée comme un coup de tonnerre. Début juin, un post sur le Facebook officiel du groupe annonçait simplement, en trois ou quatre mots, un nouvel album de l'entité Black Metal Suédoise. C'est ça FUNERAL MIST. Pas d’esbroufe, pas de morceau extrait du futur album jeté en pâture aux fans 3 mois avant la sortie officielle. Pas d'image, pas de com', aucun indice. Quelques jours seulement après ce post, le 15 juin pour être précis, l'album était là. Prêt à ravager nos cages à miel, prêt à invoquer toutes les forces des ténèbres imaginables. En gros, un des plus grand événement Black Metal de ces dernières années nous tombait dessus, comme ça sans crier gare ! Et on ne va pas s'en plaindre...

Si vous suivez ne serait ce qu'un tout petit peu la scène BM, vous avez certainement déjà votre avis sur cet album, vous avez même sans doute sûrement lu un tas de chroniques de ce Hekatomb sur le net. Tout le monde a son avis sur FUNERAL MIST... Et c'est normal. Car ce groupe ne peut pas laisser indifférent. Le one-man band de Arioch, qui officie également depuis 2004 en tant que hurleur chez MARDUK, a formé son groupe en 1993 et n'a cessé depuis de secouer la scène Black Metal à chacune de ses sorties pourtant bien peu nombreuses. Déjà sur le EP Devilry on sentait le truc sérieux, plus profond que la moyenne. Puis Salvation, le premier album, est arrivé en 2003 et a tout simplement soufflé toute la scène BM mondiale qui croyait pourtant tout avoir entendu en terme de Black Metal. Martial, glacial, ultra-violent et extrêmement sombre cet album prouvait que tout n'avait pas été dit en terme de BM et que l'âge d'or du genre n'était peut-être pas forcément derrière nous. Puis en 2009 sort Maranatha ("Viens, Seigneur !" en araméen...), que je considère comme l'un des plus grands albums de Black Metal au monde, si ce n'est le plus grand. Et je ne suis pas le seul, cette pièce maîtresse, que beaucoup attendaient au tournant un sourire aux lèvres, a littéralement tétanisé la scène extrême à l'époque. Arioch, qui sur Salvation était en marche pour trouver le Diable en personne, se retrouve face à lui sur Maranatha tout simplement. On sent une véritable foi sur ce second album. Et c'est en ça qu'il est unique. La Foi.

Puis après cette déflagration plus rien. Arioch étant beaucoup occupé avec les superstars du BM suédois MARDUK. Ou alors avait-il tout dit sur ce second album ? La réponse est non depuis ce début juin 2018.

Tout ce texte pour vous faire comprendre à quel point ce "groupe" compte pour moi. Pourtant quand Hekatomb est sorti je ne l'ai pas écouté tout de suite, je ne me suis pas jeté dessus, tout simplement parce que j'avais peur d'être déçu. Mais ça n'a pas duré longtemps, vous vous en doutez... Une semaine après, le verdict tombe. Non je ne suis pas déçu ! Alors autant vous le dire tout de suite par contre, cette nouvelle offrande n'égalera pas Maranatha (était-ce véritablement possible ?), mais ce troisième album ne saccage pas l'histoire du groupe, son héritage. Au contraire même, il l'enrichit.

Tout commence... là ou Maranatha se terminait ! La différence entre les deux premiers albums était assez grande au final, mais pas cette fois-ci. Le son est certes un peu plus propre aujourd'hui encore mais rien de bien gênant, du moins pour moi. Toujours aussi puissant et clair malgré la furie ambiante. Enregistré au même endroit que le précédent (le Endarker Studio), la continuité dans le son s'en ressent en tout cas.

Comme toujours Arioch s'occupe de tous les instruments et des voix, excepté la batterie (enregistrée par un certain Lars B. qui serait en fait plusieurs batteurs de cession réunis sous ce pseudo, mais ça n'a aucune importance). Le "chant" justement revenons-y... C'est dans ce domaine que les choses ont le plus évolué selon moi. C'est clairement un des plus gros point fort du groupe depuis le début et ces chants possédés font partie de l'ADN de FUNERAL MIST. Arioch ne hurle pas comme un damné dans un micro, comme beaucoup de chanteur BM. Non, lui, il prie. Il invoque, il pleure, crie, vomit. Il vit ce qu'il dit parce qu'il a vraiment quelque chose à dire. Sur ce Hekatomb, donc, son chant se fait toujours aussi impressionnant, mais moins versatile soyons honnête. Il ne passe plus d'une voix à une autre sans arrêt, certaines mauvaises langues diront que le bonhomme a perdu en capacité vocale... Peut-être en effet, mais je pense aussi que son chant est beaucoup plus naturel et moins travaillé avec des effets comme c'était le cas auparavant. Musicalement la violence frontale de Salvation revient quelque peu sur ce nouvel opus. Certains avait reproché à Maranatha d'être moins vénère et violent, ils ont été entendu, même si non en fait, parce qu'Arioch n'en n'a strictement rien à cirer de ce que nous pensons de son œuvre à vrai dire... mais bref, les blasts se font entendre sur tout les morceaux, les riffs nerveux et ultra rapide aussi. Les riffs alambiqués, étranges même, et torturer eux sont toujours très présents comme dans In Nomine Domini. Dans ce premier morceau nous avons aussi le droit à un riff "WTF?" comme sait si bien les pondrent Arioch (souvenez-vous de certains passages de guitares carrément Bluesy sur Mara !). Au milieu du morceau on se retrouve ainsi face à un riff Thrash 100% made in Bay Area. C'est ça FUNERAL MIST, pas de limite stylistique. Il joue du BM, mais de la musique au sens large avant tout... 

Les samples hallucinés font toujours parti du trip encore une fois. Et ce n'est pas pour me déplaire, sur plusieurs titres, des chants "sacrés", des chants grégoriens (sur Metamorphosis, qu'Arioch s'empresse de souiller bien entendu), des samples de films, des paroles d'enfants, etc... viennent parfaitement s'intégrer aux blasts infernaux. Nous avons même le droit dans le morceau Cockatrice à des parties de claviers qui m'ont tout de suite rappelées le Filosofem de BURZUM ! Improbable, mais ça fonctionne !

Naught But Dead, me rappel beaucoup quant à lui le MARDUK de Frontschwein et le titre The Blonde Beast surtout. Et avec son chant rituel "indien" (j'ai pensé aux cris tribaux des premiers NILE !) et sa fin apocalyptique sans percussion, j'ai trouvé ce morceau dantesque. Un grand moment.

Et d'autres grands moments il y en a à la pelle sur cet album... Je ne vais pas vous faire du titre par titre, cela ne sert à rien. FUNERAL MIST ça s'écoute au casque dans le noir. laissez-vous envoûter par Arioch et son talent à part. 

De mon coté, quand j'écoute FUNERAL MIST, je suis dans le même état d'esprit que quand j'écoute d'autres musiques sacrées. De la musique monastique tibétaine, des chants Mélanésiens ou Grégoriens (oui ça m'arrive !), ou encore du blues, je parle là du blues des origines - une voie, une guitare sèche et une âme vendue au Diable. De la musique avec une âme justement. Il y a quelque chose derrière tout ça. De la dévotion, une grande piété et surtout il y a la foi ! Une croyance profonde, ancrée dans leurs cœurs. Et ça, ça change absolument tout. Et pas besoin d'être soit même croyant pour le sentir, je ne suis pas sataniste encore moins chrétien ou tibétain mais pourtant ces musiques (qu'elles vénèrent un Dieu ou Satan), je les ressens vraiment car leurs auteurs, eux aussi les ressentent !

Alors quand toi petit auditeur de BM, tu rumines dans ton coin sur l'état du Black Metal aujourd'hui, que tu te dis que le BM est mort ! Arioch lui, sort un album de FUNERAL MIST puis il t'attrape par le cou, te regarde dans les yeux et te dis en souriant... Non !

Excusez-moi pour la taille de cette chronique et mes divagations personnelles, mais cet album en vaut largement la peine...

Tracklist :

01. In Nomine Domini
02. Naught But Death
03. Shedding Skin
04. Cockatrice
05. Metamorphosis
06. Within The Without
07. Hosanna
08. Pallor Mortis


par Jus de cadavre le 03/08/2018 à 07:28
90 %    311

Commentaires (7) | Ajouter un commentaire


Bleuargh !
@109.218.127.97
04/08/2018 à 16:49:03
Le premier paragraphe est tout simplement parfait et résume très bien la situation actuelle.

Buck Dancer
@79.87.138.218
05/08/2018 à 00:15:19
Et au début du troisième, une phrase qui résume très bien une autre situation actuelle : " Début juin, un post sur le Facebook officiel du groupe...." On y perd en misanthropie quand même...

Jus de cadavre
membre enregistré
05/08/2018 à 11:06:33
@buck : oui c'est vrai... on y perd en tout même... Facebouc en a bousillé des trucs. Mais bon, c'est ainsi.
Merci pour les coms ;)

Buck Dancer
@79.87.138.218
05/08/2018 à 13:57:55
Jus de cadavre: Désolé de pas parler de l'album aussi mais je suis pas amateur de Black.

Sphincter Desecrator
@2.8.188.1
21/08/2018 à 19:55:31
C'est peut-être encore bien, mais la mode du religieux dans le metal ça me gave. Et puis honnêtement, la foi en Satan, ça reste un truc de gogol. Qui trouve des titres en latin pour faire spirituel et hermétique, mais gogol quand même.

Jus de cadavre
membre enregistré
22/08/2018 à 13:02:31
Je comprends tutafait ton point de vu Sphincter. Je ne justifiais pas la foi en elle même, mais plutôt ce qu'elle engendre dans ce cas précis : une musique possédée ! Mais je te rassure la foi (quelle qu'elle soit) et moi ça fait 2 ;)

Sphincter Desecrator
@2.8.188.1
23/08/2018 à 18:37:08
@Jus de cadavre:
Je n'en doute pas une seconde. C'était juste l'expression d'un mouvement d'humeur de ma part!

Ajouter un commentaire


Dream Patrol

Phantoms of the Past

Grrrmba

Embodiment

Black Phantom

Expiration Date

Fullminator

Crackattack

Benighted

Dogs Always Bite Harder Than Their Master

Black Paisley

Perennials

Disgrace And Terror

Age of Satan

Bogue Brigade

Ruinous Behavior

Lioncage

Turn Back Time

The Cruel Intentions

No Sign of Relief

Void

Jettatura

Cauldron

New Gods

Tony Mitchell

Beggars Gold

Bosse-de-nage

Further Still

Attan

End Of

Whisker Biscuit

Kill For Beer

Morbid Messiah

Demoniac Paroxysm

Daniel Trigger

Right Turn

Black Viper

Hellions Of Fire

Ink

Whispers Of Calliope

Interview avec Harun Demiraslan

youpimatin / 20/10/2018
Groove Metal

Hangman's Chair + SBRBS / Live-report Rennes

Jus de cadavre / 09/10/2018
Stoner Doom

Voïvod + Bio-Cancer + Hexecutor

RBD / 06/10/2018
Mosh

Interview VOÏVOD - Daniel "Chewy" Mongrain

mortne2001 / 02/10/2018
Daniel Mongrain

Bloodshed Festial - Jour 2

Mold_Putrefaction / 02/10/2018
Breakcore

Concerts à 7 jours

+ Black Mirrors + The Vintage Caravan

26/10 : Backstage, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

Pas convaincu... entre cette intro "sur-blastée" qui sonne totalement forcée et ce chant mielleux ridicule, j'ai de sérieux doutes sur les ambitions (capacités ?) du groupe depuis le départ de Wichers...


En effet la production est juste énorme ! Ce son de gratte bordel...


HM2 tous potards au max! un son bien cracra comme j'aime et deux très bon morceaux
vivement le 26


On se croirait revenus 25 ans en arrière quand on découvrait Stratovarius ... pas désagréable, mais quel est l'intérêt de produire ce genre de musique de nos jours ...


Quelle excellente chronique! Merci


Les mêmes que sur l'album de Nader Sadek, avec Vincent à la place de Tucker... Curieux d'écouter ça, perso.


Ouais, ben ce second album est quand même carrément moins bon que leur premier... En même temps l'attente était énorme après le "buzz" de Devoid Of Light !


Un mec en veste en jean sans manches, à dit « ha ha » il parait...


Hé mais faut arrêter les gars, j'ai pénétré personne moi vous me prenez pour qui? :)


Superbe chronique, bein écrite et qui rassemble bien toutes les impressions du disque ! J'adhère à fond ! Merci d'avoir mis en avant BLACK PAISLEY !


Il sonne bien Suédois ou Néerlandais pour du Death Québécois, ça change.


Et bien rassures-toi RBD, ton report est à peine "moins pénétrant que celui d'un Mortne2001"...
Vraiment...
Bravo donc.


Oui, je pense que le groupe aussi ! Une galère interminable j'ai cru comprendre !


Affiche pas mal aussi hâte de voir AORLHAC et DARKESTRAH.....


En plus c'est une belle affiche ce lundi....


Les festivals estivaux sont internationaux en termes de fréquentation, et je trouve curieux que tu le découvres juste cette année Jefflonger. Et c'est bien parce que le grand public n'a pas cette "culture métal" que Mr Barbaud a réalisé quelque chose que personne n'avait su faire avant lui en (...)


Tellement content que cet album sorte enfin ! :)


Bonne nouvelle ça !


miam ! ca tartine bien comme il faut on va se regaler lundi !


Record battu donc, cela en est ahurissant, je ne vais pas employer le terme "ridicule" on me traitera de aigri, alors que je m'éclate chaque année ou j'y vais. Tant mieux pour l'orga et ceux qui ont pû se procurer le sésame. Otez moi d'un doute, le France est-elle devenu terre du Metal ? bon c'(...)