Holdout

Pessimist

26/06/2020

Mdd Records

J’aime assez la logique parfois. Ainsi, un groupe allemand jouant du Thrash allemand et signé sur un label allemand est une logique qui me sied en ce jour. J’aurai sans doute changé d’avis demain, mais n’y pensons pas, et traitons du cas fort simple des PESSIMIST qui s’en reviennent à nous après une absence conséquente. Pensez-donc, après sept ans sans nouvelles, nous étions en droit de craindre le pire, puisque ni EP, ni single n’étaient venus nous rassurer. Ainsi, depuis Death from Above, les originaires de Weil am Rhein faisaient la sourde oreille, avant de revenir nous écraser les nôtres avec leur mélange de Thrash des années 80 et de Groove de la décennie suivante. PESSIMIST, c’est un peu l’archétype du groupe qui nous trompe de son nom, puisque sa musique est plutôt euphorique dans les faits. Et les lecteurs assidus de la bible The Metal Archives ne s’y sont pas trompés, accordant quatre-vingt-dix pour cent de satisfaction à leurs deux premiers albums. Est-ce à dire que la musique violente des germains est d’une telle qualité qu’elle peut se permettre de tutoyer les cimes ? C’est un fait avéré, et dans le créneau du Thrash précis, efficace et dansant, le quintet ne craint personne, et surtout pas la vague nostalgique actuelle. Pour revenir affûtés comme des couteaux suisses travestis en poignards allemands, le groupe n’a pas lésiné sur les ajustements, et c’est un line-up considérablement remodelé qui présente ce Holdout, hold-up qui affiche un casting au trois/cinquièmes renouvelés. Ainsi, si le chanteur Michael "TZ" Schweitzer est seul fidèle au poste depuis la création du groupe en 2006, et encore secondé par le guitariste Eric Tobian, présent depuis 2012, Holdout célèbre l’arrivée de trois petits nouveaux, le bassiste Samuel Maier, depuis 2015, Murphy Lange à la seconde guitare depuis 2016 et le batteur Jan Hagin depuis l’année dernière. Une équipe au sang neuf donc, pour une réalisation qui a une revanche à prendre sur le temps perdu, et neuf nouveaux morceaux qui ne font pas de quartier, mais qui découpent nos tympans en tranches fines.

Enregistré à l’Iguana Studio (NECROPHAGIST, BITTERNESS, VIROCRACY, PROFANITY), Holdout est un concentré de ce que le Thrash germain peut incarner de plus fier et féroce. Sans changer grand-chose à leur formule, les cinq musiciens l’ont peaufinée pour illustrer une sorte de paroxysme de qualité, alignant les couplets frondeurs et les refrains fédérateurs. Toujours aussi friand de crossover entre les époques, le groupe se satisfait très bien de plans formels qu’il dope d’une énergie atomique typiquement germaine, associant la rage d’un ASSASSIN de la grande époque à la fluidité d’un WARBRINGER sur le chemin de la guerre. Et en entamant les hostilités avec un morceau de plus de six minutes, le groupe a tenu à mettre les choses au point et à combler cette longue période de silence inquiétante. Et c’est via une intro explosive et guerrière que les débats s’enflamment, avant que les BPM ne s’affolent et que la température ambiante ne grimpe de dix ou vingt degrés. Adeptes d’une cadence d’abattage élevée, les allemands n’en rechignent pas pour autant à imposer des breaks méchamment Heavy et des saccades entrainantes, permettant à leur Thrash de facture formelle de prendre des atours groove qui dynamisent l’écoute. Ajoutez à ça la voix complètement possédée et Paul Baloff/Robert Gonnella de Michael "TZ" Schweitzer, des riffs circulaires sortis de nulle part, des breaks totalement hystériques, et une production énorme qui gonfle les biceps, et vous obtenez l’une des entames Thrash les plus dantesques de cette année 2020. En choisissant le mi-chemin entre le radicalisme germain et la fluidité moderne américaine, le groupe ne trahit aucun des deux camps, et s’assure d’une assise terriblement solide.

Les riffs se multiplient, toujours pertinents, les plans s’enchaînent, venant parfois piocher dans le répertoire du SEPULTURA de la fin des années 80, avant que l’assaut sonique de « Roaring Thunder » ne nous écrabouille les esgourdes de sa charge virale incontrôlable. En deux titres à peine, PESSIMIST excuse de son talent naturel sa longue et inexplicable absence, nous remet en mémoire les DEATHROW, ASSASSIN et ACCUSER, et fonce tête baissée dans la mêlée pour récupérer son trône. Jamais lassant, car toujours en mouvement, le Thrash des allemands redore un blason quelque peu terni par les sorties convenues des grands cadors (KREATOR, DESTRUCTION), et « Kill & Become » d’opter pour un revirement Heavy qui n’a rien d’un retournement de veste. En enrôlant Jan Hagin dans la bande, le reste du groupe a fait le bon choix, tant le percussionniste aligne les fills et les figures à une vitesse démentielle, rappelant parfois le jeu de John Dette, tout en acceptant l’héritage d’un Tom Hunting. Une faction au rendement maximal donc, qui a décidé de laisser l’humilité de côté, et qui aligne les coups fourrés, les traquenards, les batailles rangées, sans manquer de munitions ni de jus. On se retrouve rapidement happé par cette démence ambiante qui laisse des guitares complètement hystériques partir dans tous les sens, accumulant les sifflantes sur fond de blasts, avant de se stabiliser pour lâcher des licks pesants et insistants (« Death Awaits »). En acceptant parfois la grandiloquence mélodique d’un TESTAMENT pour mieux partir en vrille Thrashcore (« Holdout »), PESSIMIST caresse l’hystérie du bout de l’inspiration et signe une moitié d’album à l’intensité incroyable. Ne semblant jamais manquer de ressort, le quintet nous époustoufle de son allant, laissant même une basse bien ronde jouer les trampolines, avant de nous prendre de cours d’un break harmonique du plus bel effet.

Et justement, l’effet produit est maximal. Loin de combler les vides pour justifier d’un chrono généreux, PESSIMIST sonne parfois Crossover pour mieux reprendre Thrash, se permet d’évacuer les gaz en mode Hardcore pour mieux s’affoler Metal, et passe en revue toutes les composantes d’un style pour n’en retirer que la substantifique moelle. « Mountain of Death » est un petit miracle de radicalisme renvoyant les DARK ANGEL dans les cordes de la violence, alors que le final dantesque de « 7:28 » s’étale sur près de onze minutes pour offrir une clôture proportionnelle au génie d’un disque imparable. Et entre des séquences d’une rapidité déraisonnable, des mélodies insérées avec flair, et un chant qui hurle sans discontinuer, des chœurs typiquement d’outre-Rhin, cette ultime tranche de sauvagerie achève de nous convaincre du caractère fondamental d’un troisième album qui toise du regard le haut du panier de la production. Plus qu’un album, Holdout est un braquage de haut-vol, une sorte de Ocean’s 5 du Thrash de précision, et un hymne à la vitalité de cette musique qui nous donne toujours autant de plaisir. Et plus simplement, un concurrent sérieux au titre de plus grand album de l’année 2020 !     

                            

                                     

Titres de l’album :

01. Landsknecht

02. Roaring Thunder

03. Kill & Become

04. Death Awaits

05. Holdout

06. Mountain of Death

07. The King of Slaughter

08. Agony

09. 7:28


Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 28/06/2020 à 14:30
95 %    482

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Voyage au centre de la scène : ASSHOLE

Jus de cadavre 17/01/2021

Vidéos

Eluveitie + Korpiklaani 2010

RBD 08/01/2021

Live Report

Sélection Metalnews 2020 !

Jus de cadavre 01/01/2021

Interview

Welcome To My Nightmare

mortne2001 26/12/2020

From the past

IXION : entretien avec Julien

JTDP 16/12/2020

Interview
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Chemikill

le solo...

20/01/2021, 12:55

KaneIsBack

Pas mal, pas mal. En tous cas un peu plus varié que le tout-venant de la production Brutal Death. Maintenant, de là à retenir le nom du groupe, il y a un pas

20/01/2021, 10:34

Moshimosher

A écouter ce morceau, j'ai tous les poils du corps qui me flagellent ! Je crois que ma crinière et cette musique ont une mauvaise influence sur eux !

20/01/2021, 01:20

Moshimosher

What a beautiful corpse! Franchement, du son putréfié comme je l'aime ! Achat sanctionné de mon sang corrompu ! Faites rouler le cercueil !

20/01/2021, 00:22

Adolf benssoussan

Ça sent la tôle tous ses chefs d’accusation, il a a au moins les couilles de défendre ses idées pas comme ici ou c’est devenu tarlouze land. 

19/01/2021, 22:35

LeMoustre

Comme KKing dit, il a fait une connerie, ben il assume, basta. Irreconcilables, ces deux Ameriques, en effet. Bah, lui il fera un peu de taule ou qques semaines d'intérêt general. Et franchement, les thèmes du groupe et cette connerie, je vois moye(...)

19/01/2021, 19:23

Kerry King

L'idée du test a l'entrée est la meilleure idée.48/72 heures avant, et comme on dit "l'amour du risque".

19/01/2021, 18:32

Gargan

 "no present for christmas" pour  Bones 

19/01/2021, 18:23

Kerry King

Iced Earth c'est Jon Schaffer est rien d'autre actuellement on ne va pas se mentir, la formation actuel est loin de la glorieuse de l'époque et les membres sont tous arrivé il y a moins d'une décennie, sauf le batteur qui le suit depuis pas mal d'ann&(...)

19/01/2021, 18:18

Bones

Bien vu pour le Deicide. :-)... ou un petit "Slaughter in the Vatican".  Cathartique.  :-)

19/01/2021, 17:45

Jus de cadavre

Assez d'accord avec Moshi concernant la réaction des autres membres du groupe. Personnes ne pouvait s'être préparer à une telle situation

19/01/2021, 17:23

poybe

Sérieusement, quand on s'intéresse un peu aux thèmes développés par le groupe ... et donc leur leader, ça n'a rien de très surprenant de le retrouver là dedans. Il a choisi de se rendre et d'assumer les conséquences de (...)

19/01/2021, 17:15

Moshimosher

Perso, qu'ils partagent ou non ses idées, je comprends la réaction des autres membres du groupe... Il font tranquillement leur musique, sans embêter personne (enfin, je crois), et, tout d'un coup (ou pas) en voilà un (et le leader en plus !) qui se met à(...)

19/01/2021, 16:26

Laurent

Qu'ils rouvrent déjà les cafés concert, les concerts devant un écran géant il n'y a pas urgence

19/01/2021, 15:38

Buck Dancer

Message coupé que je continue...Écoute toi un petit Deicide ça ira mieux   

19/01/2021, 15:34

Buck Dancer

Bones, dans ces conditions je comprends mieux

19/01/2021, 15:32

RBD

La différence de traitement entre Noël et le 31 décembre m'a également surpris. J'y vois d'abord une justification sanitaire (discutable) : le soir de Noël les familles ce sont plutôt les familles qui se rassemblent tandis que le 31 ce sont plut(...)

19/01/2021, 15:21

Bones

Désolé, je suis un peu raide sur la question mais j’ai été traumatisé par une famille trèèèès portée sur la religion. Depuis je bouffe un peu du curé et je vois des calotins partout, ne m’en voulez pas. :-)

19/01/2021, 15:15

Buck Dancer

Bones, peut-être parce que Noël se fête traditionnellement en famille et à la maison, alors que le 31 tout le monde est dehors à faire la fête ( et les cons)? Noël, ouvertement catho ? Pas dans mon monde moi, désolé.... 

19/01/2021, 14:47

Humungus

Je rejoins forcément totalement mon coreligionnaire du dessus !L'ajout de vidéos d'antan, c'est juste génial !PS : "Voyage au centre de la scène - Les 30 ans de CYTTYOLP !"...Putain, David, t'as fait tr&egra(...)

19/01/2021, 14:03