Malgré mes efforts, je ne suis pas parvenu à trouver la moindre info sur la toile concernant ce groupe finlandais qui nous offre là son second LP. Même leur label ne nous donne aucune indication de page ou de discographie, et se contente d’énumérer quelques simples parmi d’autres mentions plus ou moins utiles…Etrange cas donc que celui des MAAILMANLOPPU, qui semblent se complaire dans l’ombre, alors même qu’ils multiplient les formats, passant allègrement du split au 7’’, jusqu’à quelques implications dans des compilations…Mais puisque tel est leur désir je le respecte, et une fois n’est pas coutume, je briderai ma prose pour me concentrer sur l’essentiel, la musique. Et celle proposée par les finlandais se situe dans une tradition toute nordique d’un Hardcore sans concessions, parfois à la lisière du Crust, mais foncièrement Rock dans le fond. Une grosse dose de décibels pour les fans de la scène finlandaise, celle des immortels RIISTETYT ou KOHU-63, voire des plus récents KOHTI TUHOA (qu’on retrouve d’ailleurs au générique ici). Tout ceci fleure bon les effluves brutales mais joyeuses des années 80, avant que le mouvement Hardcore ne se radicalise et ne métallise ce son si sec qui animait ses premières exactions. Sur Tuhon Koodi, pas de chichis ni de faux semblants, juste des morceaux brefs, concis et efficaces, qui placent en avant des chœurs convaincants, mais aussi quelques ruptures bienvenues et autres accélérations pas vraiment impromptues. Du solide, fast & raw, qui épouse plusieurs visages, de la vélocité initiale du brulot « Varastettu Elämä » qui fait méchamment de l’œil à une version MOTORHEAD d’un Crust impitoyable (cette basse bon sang !) à l’hymne en mid tempo qu’on imagine bien chanté dans un stade pour encourager son équipe préférée (« Yksin », mais sans le côté hooligan des chants de supporter, et avec un feeling un peu Anarcho-Core sur les bords), qui sans faire de détours flagrants ne se contente pas du tout-venant, et propose des idées certes classiques, mais exposées avec un flair indéniable.

Doté d’un son tout à fait honorable, Tuhon Koodi fait honneur à la tradition du Hardcore finlandais, et se fond dans la masse de l’histoire tout en osant quelques accents plus personnels. Il est en tout cas une sacrée charge rondement menée, qui rue dans les brancards mais sans bousculer les innocents, et fait preuve d’un impact presque indécent, lorsque la colère prend des aspects assez street et se greffe sur une rythmique étonnante, genre Ska dégénéré pour fans de Punk endiablé (« Ajan Henki »). Mais qui dit scandinaves dit cadence de sauvage, et « Vapaus » de redresser la barre pour nous en coller un grand coup, avant que « Sivustakatsoja » ne nous entraîne encore une fois dans une gigue torride aussi proche de GBH que des DEAD KENNEDYS. On retrouve d’ailleurs parfois les humeurs notables de l’ex-gang de Jello Biafra, lorsque la guitare se fend de motifs plus ou moins joyeux, et que le chant adopte un phrasé habité et nerveux. Produit par Ville Valavuo des KOHTI TUHOA et peaufiné d’un mastering d’acier au célèbre Audiosiege (avec Brad Boatright derrière la console ?), ce second album des MAAILMANLOPPU (Fin du Monde en VFs’inscrit donc dans une logique de continuité, et fête avec enthousiasme et dignité les trente-cinq ans de la scène Punk-Hardcore finlandaise, honorant donc une image appréciable de bonheur dans la violence et d’exubérance dans la démence, pour une grosse vingtaine de minutes d’énergie débridée mais brillamment agencée, et pardonne de son allant ce manque d’informations alarmant. Difficile de ne pas se sentir concerné par cette affaire, et en l’état, ce deuxième effort donne méchamment envie d’en savoir un peu plus sur ce groupe qui en dit plutôt moins qu’il ne faut, mais qui fait parler la poudre sans repos. Une bonne occasion de se replonger dans l’histoire du mouvement national, et de se repaître de crudité des origines, qui ignoraient à l’époque à quel point certains allaient les dénaturer. Mais pas de tromperie sur la marchandise, du Hardcore, et seulement du Hardcore, mais le meilleur. Et chanté dans sa langue natale qui plus est. Une raison de plus de s’y consacrer, sachant que cet album sortira conjointement en format digital, vinyle et CD dès le mois d’avril. Le tout, à des prix très raisonnables s’entend.

Page label



par mortne2001 le 10/04/2018 à 17:56
80 %    82

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Shed The Skin

We Of Scorn

Birds In Row

We Already Lost The World

Deadline

Nothing Beside Remains

Faustcoven

In The Shadow Of Doom

Confessor Ad

Too Late To Pray

Invocation Spells

Spread Cruelty in the Abyss

Ultra-violence

Operation Misdirection

Droid

Terrestrial Mutations

Witchfyre

Grimorium Verum

Haunt

Burst Into Flame

Funeral Mist

Hekatomb

Tremonti

A Dying Machine

Truchło Strzygi

Pora Umierać

Dee Snider

For The Love Of Metal

Sadraen

Orphan Lord

Drawn And Quartered

The One Who Lurks

Outline

Fire Whiplash

Silence Of The Abyss

Silence Of The Abyss

Lykhaeon

Ominous Eradication of Anguished Souls

Boar

Poséidon

Alcatraz Hard Rock & Metal Festival - Dimanche

JérémBVL / 16/08/2018
Alcatraz Festival

Alcatraz Hard Rock & Metal Festival - Samedi

JérémBVL / 15/08/2018
Alcatraz Festival

Alcatraz Hard Rock & Metal Festival - Vendredi

JérémBVL / 14/08/2018
Alcatraz Festival

Nervosa + Sekator

RBD / 11/08/2018
Black Thrash Metal

Phoenix in Flames + Black Bart

grinder92 / 07/08/2018
Black Bart

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Beyond Creation*


... ou alors 5 circle-pits simultanés au Wacken !! Ah non pardon, c'est interdit...


Avec plaisir! Et franchement si l'affiche de l'an prochain te botte n'hésite pas!


Prochain record : 500 bassistes qui jouent simultanément les parties de basse de "And Justice for All".


Bientôt ils vont faire 400 chanteurs en même temps qui chantent "Hammer Smashed Face"


Pour ma part j'en ai compté que 456 !


Là on est vraiment dans une totale ineptie ! Car en allant au bout de la logique, effectivement comment vérifie-t-on que chacun joue? (tout à fait Simony !). Et puis la vidéo ne montre absolument rien, donc on reste dans l’inutilité jusqu'au bout...


Annulé, j'ai vu Jean Michel tout au fond à droite qui faisait semblant de jouer. Honte à toi Jean Michel ! Et pour ton information Sylvie, tu étais à contre-temps sur tout le morceau... j'ai les pistes de chacun de toute façon.... y a pas de quoi vous applaudir. :-)


Repose en paix mon cher frère tu es et restera dans mon cœur à jamais mais on se retrouvera vite la haut je l'espère je t'aime


Bizarrement je trouve un petit feeling Deicide sur ce morceau. Le chant peut être...


Merci pour ce report JérémBVL !
Les photos et le descriptif du fest font que j'me laisserai bien tenter aussi l'an prochain... A voir l'affiche 2019 donc...

PS : Putain ! Louper EXHORDER pour un changement de running order inopiné... J'en aurai bouffer mon slip moi bordel !!!


oh oui oh oui oh oui !!!


Fébrilité bordel !!! L'album que j'attends le plus cette année !!!


J'ai écouté ce morceau pour la première fois il y une semaine ou deux ( m'étant jamais intéressé au groupe). Effectivement très bon morceau.


World... était mauvais


On dirait du Morbid Angel ! Super


Hé ben... Ça fait pas mine ce morceau ! Beaucoup plus Death Metal que Grindcore par contre...


RIP ! Un putain de titre culte !


Merci beaucoup Bones! La suite arrive demain!
Sinon entièrement d'accord avec toi pour la fluidité aux différents stands/WC!
C'est un festival agréable à vivre mais les prix sont assez hallucinants, je ne suis pas allé en festival depuis un moment mais je me rappelle pas de prix au(...)


@beliath : C'est bien pour ça que j'ai mis "selon les dires de Nergal" Parce que je me doutais d'un truc louche ;)
Après je comprend qu'il puisse avoir besoin de justifier ce titre le père Nergal, car au premier coup d’œil, on pense plus à un titre d'album de groupe gothico-ado-marilyn(...)