Malgré mes efforts, je ne suis pas parvenu à trouver la moindre info sur la toile concernant ce groupe finlandais qui nous offre là son second LP. Même leur label ne nous donne aucune indication de page ou de discographie, et se contente d’énumérer quelques simples parmi d’autres mentions plus ou moins utiles…Etrange cas donc que celui des MAAILMANLOPPU, qui semblent se complaire dans l’ombre, alors même qu’ils multiplient les formats, passant allègrement du split au 7’’, jusqu’à quelques implications dans des compilations…Mais puisque tel est leur désir je le respecte, et une fois n’est pas coutume, je briderai ma prose pour me concentrer sur l’essentiel, la musique. Et celle proposée par les finlandais se situe dans une tradition toute nordique d’un Hardcore sans concessions, parfois à la lisière du Crust, mais foncièrement Rock dans le fond. Une grosse dose de décibels pour les fans de la scène finlandaise, celle des immortels RIISTETYT ou KOHU-63, voire des plus récents KOHTI TUHOA (qu’on retrouve d’ailleurs au générique ici). Tout ceci fleure bon les effluves brutales mais joyeuses des années 80, avant que le mouvement Hardcore ne se radicalise et ne métallise ce son si sec qui animait ses premières exactions. Sur Tuhon Koodi, pas de chichis ni de faux semblants, juste des morceaux brefs, concis et efficaces, qui placent en avant des chœurs convaincants, mais aussi quelques ruptures bienvenues et autres accélérations pas vraiment impromptues. Du solide, fast & raw, qui épouse plusieurs visages, de la vélocité initiale du brulot « Varastettu Elämä » qui fait méchamment de l’œil à une version MOTORHEAD d’un Crust impitoyable (cette basse bon sang !) à l’hymne en mid tempo qu’on imagine bien chanté dans un stade pour encourager son équipe préférée (« Yksin », mais sans le côté hooligan des chants de supporter, et avec un feeling un peu Anarcho-Core sur les bords), qui sans faire de détours flagrants ne se contente pas du tout-venant, et propose des idées certes classiques, mais exposées avec un flair indéniable.

Doté d’un son tout à fait honorable, Tuhon Koodi fait honneur à la tradition du Hardcore finlandais, et se fond dans la masse de l’histoire tout en osant quelques accents plus personnels. Il est en tout cas une sacrée charge rondement menée, qui rue dans les brancards mais sans bousculer les innocents, et fait preuve d’un impact presque indécent, lorsque la colère prend des aspects assez street et se greffe sur une rythmique étonnante, genre Ska dégénéré pour fans de Punk endiablé (« Ajan Henki »). Mais qui dit scandinaves dit cadence de sauvage, et « Vapaus » de redresser la barre pour nous en coller un grand coup, avant que « Sivustakatsoja » ne nous entraîne encore une fois dans une gigue torride aussi proche de GBH que des DEAD KENNEDYS. On retrouve d’ailleurs parfois les humeurs notables de l’ex-gang de Jello Biafra, lorsque la guitare se fend de motifs plus ou moins joyeux, et que le chant adopte un phrasé habité et nerveux. Produit par Ville Valavuo des KOHTI TUHOA et peaufiné d’un mastering d’acier au célèbre Audiosiege (avec Brad Boatright derrière la console ?), ce second album des MAAILMANLOPPU (Fin du Monde en VFs’inscrit donc dans une logique de continuité, et fête avec enthousiasme et dignité les trente-cinq ans de la scène Punk-Hardcore finlandaise, honorant donc une image appréciable de bonheur dans la violence et d’exubérance dans la démence, pour une grosse vingtaine de minutes d’énergie débridée mais brillamment agencée, et pardonne de son allant ce manque d’informations alarmant. Difficile de ne pas se sentir concerné par cette affaire, et en l’état, ce deuxième effort donne méchamment envie d’en savoir un peu plus sur ce groupe qui en dit plutôt moins qu’il ne faut, mais qui fait parler la poudre sans repos. Une bonne occasion de se replonger dans l’histoire du mouvement national, et de se repaître de crudité des origines, qui ignoraient à l’époque à quel point certains allaient les dénaturer. Mais pas de tromperie sur la marchandise, du Hardcore, et seulement du Hardcore, mais le meilleur. Et chanté dans sa langue natale qui plus est. Une raison de plus de s’y consacrer, sachant que cet album sortira conjointement en format digital, vinyle et CD dès le mois d’avril. Le tout, à des prix très raisonnables s’entend.

Page label



par mortne2001 le 10/04/2018 à 17:56
80 %    119

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Axxis

Monster Hero

Architorture

World Peace

Brainstorm

Midnight Ghost

Necronomicon

Unleashed Bastards

Dream Patrol

Phantoms of the Past

Grrrmba

Embodiment

Black Phantom

Expiration Date

Fullminator

Crackattack

Benighted

Dogs Always Bite Harder Than Their Master

Black Paisley

Perennials

Disgrace And Terror

Age of Satan

Bogue Brigade

Ruinous Behavior

Lioncage

Turn Back Time

The Cruel Intentions

No Sign of Relief

Void

Jettatura

Cauldron

New Gods

Tony Mitchell

Beggars Gold

Bosse-de-nage

Further Still

Attan

End Of

Whisker Biscuit

Kill For Beer

Interview avec Harun Demiraslan

youpimatin / 20/10/2018
Groove Metal

Hangman's Chair + SBRBS / Live-report Rennes

Jus de cadavre / 09/10/2018
Stoner Doom

Voïvod + Bio-Cancer + Hexecutor

RBD / 06/10/2018
Mosh

Interview VOÏVOD - Daniel "Chewy" Mongrain

mortne2001 / 02/10/2018
Daniel Mongrain

Bloodshed Festial - Jour 2

Mold_Putrefaction / 02/10/2018
Breakcore

Concerts à 7 jours

+ Black Mirrors + The Vintage Caravan

26/10 : Backstage, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

On me provoque, là ! C'est l'un des quelques albums pour lesquels j'avais fait une chronique remontant le temps sur feu Violent Solutions il y a dix ans. Et mon avis n'a guère évolué : le contexte était très hostile pour le trio restant, et au lieu de vouloir rassurer les fans par un album bou(...)


Bon alors moi, forcément, je déteste cet album et d'ailleurs tout ceux qui ont suivi...
Même chose d'ailleurs pour tout ce qu'à pu faire le père Cavalera ensuite.
Vieux con speaking... ... ...


Merde, si j'avais connu ça en 1994 j'aurais adoré....c'est excellent.


Pas convaincu... entre cette intro "sur-blastée" qui sonne totalement forcée et ce chant mielleux ridicule, j'ai de sérieux doutes sur les ambitions (capacités ?) du groupe depuis le départ de Wichers...


En effet la production est juste énorme ! Ce son de gratte bordel...


HM2 tous potards au max! un son bien cracra comme j'aime et deux très bon morceaux
vivement le 26


On se croirait revenus 25 ans en arrière quand on découvrait Stratovarius ... pas désagréable, mais quel est l'intérêt de produire ce genre de musique de nos jours ...


Quelle excellente chronique! Merci


Les mêmes que sur l'album de Nader Sadek, avec Vincent à la place de Tucker... Curieux d'écouter ça, perso.


Ouais, ben ce second album est quand même carrément moins bon que leur premier... En même temps l'attente était énorme après le "buzz" de Devoid Of Light !


Un mec en veste en jean sans manches, à dit « ha ha » il parait...


Hé mais faut arrêter les gars, j'ai pénétré personne moi vous me prenez pour qui? :)


Superbe chronique, bein écrite et qui rassemble bien toutes les impressions du disque ! J'adhère à fond ! Merci d'avoir mis en avant BLACK PAISLEY !


Il sonne bien Suédois ou Néerlandais pour du Death Québécois, ça change.


Et bien rassures-toi RBD, ton report est à peine "moins pénétrant que celui d'un Mortne2001"...
Vraiment...
Bravo donc.


Oui, je pense que le groupe aussi ! Une galère interminable j'ai cru comprendre !


Affiche pas mal aussi hâte de voir AORLHAC et DARKESTRAH.....


En plus c'est une belle affiche ce lundi....


Les festivals estivaux sont internationaux en termes de fréquentation, et je trouve curieux que tu le découvres juste cette année Jefflonger. Et c'est bien parce que le grand public n'a pas cette "culture métal" que Mr Barbaud a réalisé quelque chose que personne n'avait su faire avant lui en (...)


Tellement content que cet album sorte enfin ! :)